..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

mardi 10 janvier 2012

Ah l'amour...




Chacun rêve d’être aimé. Inconditionnellement. Juste pour ce qu’on est.  Je le vis. Et ce n’est pas sans poser problème.

Pendant cinq jours, comme je l’annonçais, j’ai eu en charge l’âme d’Elphy.  Au début, nos rapports étaient un peu distants, puis, progressivement, elle s’est rapprochée de moi. Les premiers jours, si je m’absentais un peu, ça ne lui faisait ni chaud ni froid. Maintenant, quand je rentre, elle me fait une fête pas possible, sautant en l’air comme si elle ne m’avait pas vu depuis des siècles et que rien ne pouvait la combler  davantage que mon retour. 

La nuit, elle se couchait au bout de mon lit ou même allait dormir sur la serviette que je lui avais installée sur le canapé. Progressivement, elle s’est rapprochée jusqu’à ce que ce matin je manque l’écraser en me retournant.

Quand elle venait me voir, ses visites étaient intéressées : soit elle voulait que je lui ouvre la porte, soit que j’ajoute des croquettes dans sa gamelle. Maintenant, elle vient me voir juste pour la compagnie. Au moment où j’écris ces lignes, après qu’elle eut un peu gémi, j’ai compris qu’elle voulait s’installer sur mes genoux et elle s’y est endormie…

Bref, il semblerait, qu’au bout de cinq jours j’aie  remplacé sa maîtresse dans son cœur. Quelle inconstance !  Tout ça est d’autant plus dommage, que la sortie de clinique de sa mômam est pour aujourd’hui et que je vais devoir la ramener à ses pénates…

Ces aller-retours ne sont-ils pas source de déséquilibre affectif ? Existe-t-il un service d’aide psychologique qui aide  les chienchiens à leur mémère (ou pépère) à surmonter de tels déchirements ?

Je suis d’autant plus inquiet que ça va recommencer dans quelque temps lorsque, pour cause de rééducation, je vais me retrouver en charge de l’animal pendant trois semaines…

11 commentaires:

  1. Vous allez voir que c'est vous qui allez être tout traumatisé de ne plus avoir "votre" petit chien...
    Quand on commence à aimer ce genre de petits trucs on ne peut plus s'en passer, c'est addictif.

    RépondreSupprimer
  2. J'espère que ce billet est le signe du succès de l'opération de madame H et que sa convalescence se déroule bien. C'est en tout cas tout ce que je lui souhaite (et à vous aussi, du coup).

    RépondreSupprimer
  3. @ Dixie : Curieusement, tandis que vous commentiez chez moi, j'étais occupé à commenter chez vous...

    Ce texte ayant été écrit hier, ma protégée a regagné ses pénates et retrouvé sa maîtresse avec enthousiasme sans pour autant m'ignorer. En quelque sorte nous constituons désormais une famille recomposée harmonieuse. Ce qui n'est pas évident...

    @ Pascal : Mme H. s'est bien remise sans être, pour l'instant du moins, prête à se lancer dans un kazatchok effréné.

    RépondreSupprimer
  4. En revanche, il faudrait, pour la prochaine fois, songer que l'on ne doit pas nourrir les chiens comme des chats, c'est-à-dire en continu : un à deux repas par jours (suivant ses habitudes, mais pour un mini-clébard comme celui-ci, un repas suffit généralement) et ensuite, on vire la gamelle jusqu'au prochain.

    Toute une éducation à refaire, pfff !

    RépondreSupprimer
  5. @ Suzanne : Intéressante question : qui a la garde du chien ? Question au moins aussi angoissante : en cas de divorce qui obtient la garde du beau-frère ?

    @ Didier : Vous conseillez d'or. Hélas, je ne suis aucunement responsable de la lamentable éducation qu'a reçu la pauvre bête. Est-il acceptable aussi qu'elle dorme dans le lit de sa maîtresse ? Seulement, en tentant de rectifier ces graves erreurs je risque de me mettre tout le monde à dos.

    RépondreSupprimer
  6. Un chien qui a une maîtresse... Bon sang de bois : et la morale ? Ne croise-t-on pas ici de jeunes et pieux lecteurs que cette immoralité claironnée risque de choquer, d'indigner, d'amener au péché ?

    RépondreSupprimer
  7. Je trouve curieux que vous ne nous ayez donné aucun renseignement sur le sexe d'Ephy, à moins que je n'y ai pas pris garde.
    J'ai eu l'occasion de remarquer qu'un chien appréciait la férule des hommes, surtout si son maître était une maîtresse.
    Mais là je me demande si ce raisonnement peut être pertinent du fait de la petitesse de l'animal ?

    RépondreSupprimer
  8. @ Mildred : C'est que vous n'y avez pas pris garde. Dans le premier billet que je lui consacrais, mis en lien, je parle d'"elle".

    Je me demande si dans leur tête les chiens ont une claire conscience de leur taille. Je me pose surtout la question quand je vois Elphy aller défier la chienne du voisin, de race Rottweiler.

    @ Ygor : si je n'étais pas aussi moderne, je dirais que c'est d'autant plus choquant qu'Elphy est une chienne...

    RépondreSupprimer
  9. "je trouve curieux que vous ne nous ayez donné aucun renseignement sur le sexe d'Ephy,"
    Ah, oui, moi aussi.
    C'est vrai, quoi....

    elle s’est rapprochée de moi.
    quand je rentre, elle me fait une fête
    elle ne m’avait pas vu
    elle se couchait
    elle venait me voir,

    ETC...

    RépondreSupprimer
  10. Je vous demande de m'excuser : j'aurais dû mieux lire.
    Eh bien, qu'à cela ne tienne et disons que cette petite femelle apprécie votre masculinité.
    Et hop !

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.