..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

dimanche 25 septembre 2022

Nanard est revenu !

 


Notre héros n’a pas hésité à courir le risque de froisser son beau costume pour contempler les fesses d’une combattante que  son probable éloignement du front didpense de porter un casque..

M. BHL (ne pas confondre avec M. BHV qui, lui, tient un autre genre de commerce) est revenu indemne d’Ukraine* avec sa chemise d’un blanc immaculé et ce brushing qui ont tant fait pour le progrès intellectuel et moral de l’humanité toute entière et du botulisme militant. Ce matin, il était l’invité du « Grand rendez-vous » sur Cnews, chaîne qui semble parfois refuser de laisser à France Inter le monopole de la galéjade politique et de l’humour débridé. Avant de couper le son, j’ai pu l’entendre déblatérer à tout va sur le triste avenir qui attend la Russie en général et son monstrueux dirigeant en particulier : une ruine durable pour la première et une fessée cul nu pour le deuxième.

Ensuite, il a dénoncé avec toute la fougue qui le caractérise la folie que commettrait le peuple italien si par malheur son inconscience l’amenait à élire une majorité d’esstrême drouète (comme dirait M. Bock-Côté). Les menaces envers l’Italie proférées par sa collègue humoriste Mme von der Leyen qui préside avec le talent que l’on sait la Commission Européenne, il les approuve. Interrogé sur le côté peu respectueux de la démocratie de ce que de mauvais esprits qualifieraient d’ingérence, Nanard répliqua que la démocratie, ce n’était pas simplement le vote mais surtout des idées merveilleuses qui lui sont infiniment supérieures ! Fallait le faire ! Si je le suis bien, le gouvernement devrait donc logiquement être confié à des idées au service desquelles se mettraient de zélés serviteurs. Comment, par qui, ces idées seraient-elles sélectionnées ? Mystère ! Par lui, peut-être ?

J’ai rétabli le son pour écouter le débat qui devait opposer notre Nanard planétaire à M. Régis Le Sommier, , de retour, lui, de Russie et personnage pour le moins suspect, vu qu’il travaillait naguère pour RT France, une chaîne à la botte de l’Infâme Poutine que l’on a démocratiquement interdite d’antenne . Ce fut un grand moment. Nanard, comme il convient, lui coupa sans cesse la parole pour se lancer dans de longs panégyriques des merveilleux Ukrainiens ou souligner la défaite imminente autant qu’inéluctable des russes, de manière à réduire les intervention de son contradicteur à quasi-néant.

Puisque l’heure est aux louanges, je dois dire que je suis sorti de ces échanges fortement impressionné par le talent de Nanard. A aucun moment on ne le vit, alors qu’il s’écoutait pourtant parler, esquisser le moindre fou-rire. J’en étais à me demander s’il n’était pas sincère, s’il ne se rendait pas compte d’à quel point son numéro baroudeur de la démocratie était ridicule et ne pouvait qu’entraîner rire, pitié ou agacement chez les rares gens sensés qui avaient perdu leur temps à l’écouter. J’admire également les intervenants de l’émission pour leur capacité à garder leur sérieux face à sa logorrhée. Je tiens enfin à saluer le mérite qu’a la chaîne de continuer à l’inviter

*Un des rares pays où il peut se rendre sans trop redouter de se voir entarté.

vendredi 23 septembre 2022

A propos d'un fait divers

 

La Cour d’Assises de l’Oise vient de condamner un père de famille à vingt ans de prison. C’est triste pour lui. Maintenant, il faut reconnaître que ce n’était pas parce qu’il avait traversé en dehors des clous mais pour un meurtre particulièrement sanglant.

Selon lui, voici ce qui s’est produit : Inquiet de ne pas avoir de nouvelles de sa fille, ce brave Franco-Kurde (curieuse bi-nationalité, vu que le Kurdistan n’existant que dans l’esprit de ses partisans, les Kurdes se répartissent entre Turquie, Iran, Irak et Syrie mais admettons) craignit qu’elle n’t été la victime de quelque cambrioleur. Il se rend au foyer familial. Trouvant la porte fermée, il y pénètre par une fenêtre, se munit d’un couteau (à moins qu’il n’en ait eu un en permanence) et que découvre-t-il en ouvrant la porte de la salle de bain ? Sa fille à poil en compagnie d’un jeune homme également dénudé ! Il pense qu’un malandrin est en train d’attaquer la chair de sa chair. Curieusement, au lieu de crier « Vas-y Papa, fous les tripes à l’air à ce vil agresseur ! », elle tente de s’interposer (syndrome de Stockolm?). Le bon Muhittin, puisqu’il faut l’appeler par son prénom, prétend que le jeune homme se serait jeté sur lui. D’un autre côté, quand on voit arriver au milieu de tendres ébats un homme muni d’un couteau et probablement également armé de mauvaises intentions, n’est-il pas concevable que l’on tente de le neutraliser ? Le sang du gentil M. Ulug, puisqu’il faut l’appeler par son patronyme, ne fait qu’un tour ou peut-être même plusieurs, et, en état de légitime défense, larde le pauvre jeune homme, dont la tenue sommaire permettait qu’on se rendit compte qu’il n’était pas armé, de dix-huit coups de couteau.

Toutefois, Muhittin, pensant qu’une justice biaisée concevrait des doutes quant à la véracité de sa version, prend la poudre d’escampette et rejoint la Turquie (serait-il Franco-Turc ?). Il faudra plusieurs années d’efforts à la famille de la victime son agresseur pour que la Turquie l’extrade et qu’un procès ait lieu. Son angoisse était justifiée : la cour ne sembla pas accorder foi à sa version, peut-être parce que l’enquête révéla que la jeune femme entretenait avec le présumé cambrioleur une relation pour le moins cordiale qui ne plaisait que modérément au père de cette dernière.

Étant moi-même l’heureux père d’un charmante fille, je me suis demandé ce qu’aurait été mon attitude en pareilles circonstances. D’abord, si ma fille était restée sans me donner de nouvelles quelques heures durant, mon réflexe n’aurait pas été de penser qu’elle était séquestrée par un cambrioleur. Ensuite si, ouvrant la porte de la salle de bains, j’avais découvert pareille scène, j’aurais immédiatement refermé l’huis en m’excusant de mon intrusion dans cette scène intime et rassuré sur le devenir de mon argenterie. Eussé-je été plus collet monté, Il se fût pu que j’interrogeasse le jeune homme sur la nature de ses intentions. Mais de là à laisser mon côté soupe au lait me mener au meurtre et à ses tristes conséquences (exil et long emprisonnement) il y a un pas que je n’aurais su franchir.

Tout ça pour dire qu’en fonction des cultures les réactions diffèrent et que la diversité enrichit leur palette.


mercredi 21 septembre 2022

Mise au point

La paresse peut s’avérer une source de surprises. J’avais envie de commencer ce billet par un copier/coller de la phrase que j’avais mise en exergue de mon blog à savoir : « ..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane. », parodiée de Dante. La manipulation échoua car au lieu de copier cette phrase, c’est l’adresse du blog qui se trouvait collée sur le document word sur lequel j’écrivais. Je lançai alors une recherche sur Google, des fois qu’on l’y trouverait. Et on l’y trouva, dans un article du bulletin paroissial de la Paroisse Notre-Dame de la Bidassoa que vous trouverez ici !

Je m’en étonnai et pus ensuite constater qu’y était reproduit in extenso un article paru sur mon blog en date du 29 juin 2014 (avec en bonus quelques commentaires!) où j’expliquai que chaque voyage entrepris avec ma Daimler semblait provoquer un déluge et qu’en conséquence il se pouvait que je possédasse un moyen de mettre fin aux terribles sécheresses du Sahel, du Sahara ou du désert de Gobi en allant y faire un tour. Ce n’est pas la première fois que je constatai par hasard qu’un de mes écrits avait fait l’objet d’une reprise sans qu’on m’en ait demandé la permission, procédé que j’estime cavalier.

Toutefois, le chapeau qui précédait mon texte allait tout à fait dans le sens de ce que je comptais écrire sur cette exergue : « Un blogueur, parfait inconnu ne se prenant pas au sérieux, témoigne d'une expérience personnelle qui, en fait ( ?...) minimise nos petites contrariétés climatiques de plus ou moins nantis, par apport à celles, très graves, de certaines contrées.

Ce monsieur signale en haut de son blog :

« ..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on « dérise », on batifole, on plaisante, on ricane. » »

En effet, mon but était de souligner le malentendu qui amenait certains commentateurs du genre trollesque à m’adresser de véhéments reproches quant à la frivolité de mes écrits. Ladite phrase proclamait haut, fort et d’emblée mon intention de faire de ce blog tout sauf un un lieu où de profondes méditations tendraient à influencer le cours de la pensée mondiale. Faute de faire preuve de courtoisie, l’auteur de l’article s’était, lui, au moins donné la peine de souligner (en caractères gras) que je ne me prenais pas au sérieux.

C’est ce malentendu qui m’a fait décider de fermer sine die les commentaires. Les vitupérations de certains m’agaçaient au plus au point. C’est un peu comme si, quasi quotidiennement un poissonnier recevait la visite d’un « client » qui lui reprocherait en terme vifs de ne vendre ni clés à molettes ni dessous froufroutants, montrant ainsi une piètre conception des devoirs de sa profession.

Curieusement, l’article « Sans commentaires... » en provoqua beaucoup, d’un intérêt parfois relatif et connut plus de 400 visites en moins de 48 heures. Je suis conscient que cette fermeture entraînera une baisse de fréquentation du blog, vu que certains y viennent et reviennent afin de voir si on leur a répondu, ce qui explique le rebond de fréquentation sus-mentionné. Qu’importe au fond ? Ce qui m’importe, c’est de prendre plaisir à écrire des articles qui peuvent parfois provoquer un écho jusqu’aux rives de la lointaine Bidassoa et, qui sait, amener quelques sourires aux lèvres de lecteurs conscients d’où ils se trouvent.


lundi 19 septembre 2022

Sans commentaires...

 

Cet article sera le dernier ouvert aux commentaires. Je m’en excuse auprès de ceux qui, depuis parfois de nombreuses années sont fidèlement venus y déposer les leurs en toute amitié. Quelques mots d’encouragement, sont toujours les bienvenus même s’il arrive que parfois je me sente un peu gêné par des compliments qui me semblent dépasser de loin mon mérite.

Il me semble utile de rappeler les raisons qui m’ont poussé à créer, il y a un plus de 11 ans, ce blog. Depuis bientôt une vingtaine d’années, que ce soit sur divers forums ou sur des blogs, j’avais pris l’habitude d’intervenir. Et puis un jour, un blogueur de gauche m’a signalé que la contradiction que je lui apportais lui paraissait malséante, qu’il ne tenait pas un forum mais que, pour lui, bloguer n’était qu’un passe-temps lui permettant d’exprimer ses vues sur le monde dans un climat bon enfant que le troll que j’étais venait désagréablement perturber. Ô qu’en termes galants ces choses là sont mises ! En fait, ses mots furent, disons, plus musclés. Pour être exact, il m’envoya carrément chier. J’entendis cependant son conseil : si j’avais envie de m’exprimer, je n’avais qu’à créer mon propre blog. C’est ce que je fis le 11 septembre 2011.

Je continuai cependant à commenter chez d’autres. Il m’arriva même de troller chez une blogueuse auto-proclamée « spartakiste » dont les inepties, les maladresses syntaxiques comme orthographiques et la prétention en matière de linguistique ou de philosophie étaient à se tordre. C’était il y a dix ans et ça ne dura pas. Au fil des ans, mes commentaires sur les blogs se sont , comme ces derniers d’ailleurs, raréfiés et ce n’est plus qu’exceptionnellement que j’en produis et jamais pour insulter ou moquer l’auteur du billet. Et cela pour une raison très simple : les gens qui produisent des articles dont le contenu m’ennuie et/ou me paraît stupide, je ne les lis pas. Quant à ceux auxquels je trouve de l’intérêt je me contente généralement de les savourer en silence.

Or, il se trouve que depuis belle lurette, voire plus, certains personnages dont le psychisme me paraît gravement perturbé, croient utile de venir, avec une constance qui étonnerait chez toute personne normale, me répéter à quel point mes écrits leur paraissent totalement dépourvus d’intérêt. C’est comme si, suite à un maraboutage, ils se trouvaient contraints de les lire et d’exprimer le mal-être qu’ils en retirent. Curieuse malédiction ! De plus, sous d’improbables pseudos, ils le font dans un langage qui va de l’abscons (comme la lune) à l’incompréhensible.

Et cela m’ennuie, un peu comme m’ennuierait un voisin dont l’humour sophistiqué consisterait à venir régulièrement faire chier son chien sur mon paillasson. Il n’y a là rien de grave, me direz vous. Ça fait partie des petits désagréments de la vie. Certes, mais si j’écris, c’est que j’y trouve plaisir et non pour être en butte aux douteuses plaisanteries de tristes malades dont l’acharnement ne saurait être découragé par la censure, l’indifférence ou l’ironie.

Modérer les commentaires ne servirait qu’à éviter leurs pollutions visuelles aux autres lecteurs. Je me verrais toujours contraint de les lire avant de les supprimer avec tout le agacement que je continuerais d’en ressentir. Une seule solution me semble s’imposer : leur fermeture définitive. Je ne le fais pas de gaîté de cœur. J’aurais aimé que ce blog fût un lieu de liberté.

Alors, les petits gars, je vous laisse une dernière occasion de répandre vos merdicules commentatrices. Allez y ! Surpassez vous (ça va être difficile !) !

Aux autres, je voudrais exprimer ma reconnaissance pour les liens d’amitié virtuelle que nous avons pu tisser au fil des années.


dimanche 18 septembre 2022

Uchronie, suite, fin et épilogue.

 


Un conseil de cabinet fut réuni d’urgence afin de faire le point sur la situation et d’envisager la manière d’y faire face. Exceptionnellement, l’Archevêque de Canterbury et Charles y fut conviés, bien que l’on hésitât sur la titulature à accorder à ce dernier, vu qu’il n’était plus de facto roi et qu’il avait eu l’imprudence de céder son titre de prince de Galles à son fils aîné. Il n’en demeurait pas moins Altesse royale aussi est-ce ainsi qu’on le dénomma.

- Votre Altesse Royale, Monseigneur, Ladies et Gentlemen, nous faisons face à une situation totalement inédite, commença Liz Trust. Le temps nous est compté. Demain, nous devrons en informer une grosse centaine de chefs d’état et de gouvernement, dont certains sont déjà arrivés. La BBC va devoir annoncer au monde entier qu’il peut cesser de sangloter. A l’heure qu’il est, des milliers de personnels civils et militaires mettent la dernière main aux préparatifs d’une cérémonie pour laquelle des milliers de media ont envoyé leurs équipes. Malgré l’immense joie que nous inspire ce non-décès, le moins que l’on puisse dire est que tout cela est extrêmement embarrassant. Quelqu’un aurait-il une idée sur la manière dont nous pourrions y faire face ?

Le Secrétaire d’État aux affaires Étrangères, James Cleverly, prit la parole :

- Une solution possible serait de… mais je n’ose la formuler… Bien qu’elle soir en mesure de résoudre le problème…

- Dites toujours , s’empressa Mrs Trust

- Eh bien, si l’on considère les frais engagés, le ridicule qui risque d’affecter le pays, le mieux serait, peut-être, qu’une petite dose d’arsenic judicieusement ajoutée au gin-tonic matinal de Sa Majesté vienne rétablir les choses in statum priorem…

Suite à cette déclaration, un silence pesant s’installa quelque secondes durant.

- Je perçois, cher James, dans vos propos les qualités qui font que vous nommer à votre poste actuel était une sage décision reprit Mrs Trust. Cependant, votre solution si elle est en accord avec la raison d’État, est moralement discutable et pose d’autres menus problèmes : quid des gardes, d’Abercromby, de ceux à qui ils ont pu parler et de leurs familles ? A l’heure qu’il est plusieurs milliers de personnes doivent être au courant .Faudra-t-il les éliminer tous ? Ça pourrait éveiller les suspicions… Certes, Les frais engagés sont considérables mais ne pourrait-on pas les utiliser utilement ? Saisissant la balle au bond, l’Archevêque prit la parole :

- Et si nous parlions de miracle ? Le Seigneur, touché par la peine universelle que cette disparition avait provoqué, aura voulu y mettre fin en rendant vie à Notre Majesté la reine ! Ne pourrait-on pas transformer ce jour de deuil en jour de liesse où les flots de Champagne remplaceraient ceux des larmes ?

De toute part, les applaudissements retentirent.

On avertit les media du MIRACLE. Il fit les grands titres du Times, du Guardian, du Mirror, du Dayly Mail, du Telegraph, une photo de la reine âgée remplaça celle de la fille de la page 3 du Sun et les télés du Monde entier s’en firent l’écho. Une foule déchaînée se massa pour applaudir la miraculée. Un carrosse d’apparat la mena de Buckingham à Westminster Hall où se tint le dîner d’État dont les dirigeants mondiaux revinrent plus que joyeux. Bref, ce que l’on appela la « Cérémonie du Miracle » fut un succès éblouissant, le prestige touristique de Londres ne s’en trouva que renforcé et les bancs des églises anglicanes repeuplés..

ÉPILOGUE :

« Aucune omelette ne se faisant sans qu’œufs ne soient cassés » comme disait Lao Tseu, à moins que ce ne soit ma charcutière, en dépit de ce succès, il y eut des perdants. Charles dut rendre la couronne à sa mère. Privé de ses revenus de Cornouailles, il dut faire valoir ses droits à une maigre retraite à laquelle s’ajoutèrent quelques rares subsides de sa mère et se résigna à vivre dans une chambre meublée dont le papier peint déplaisait à Camillia.

Le professeur Gregor Mac Donald de la faculté de médecine d’Édimbourg qui avait délivré le permis d’inhumer fut rétrogradé au statut d’assistant aide-soignant et muté aux îles Falkland

Un peu moins de deux ans plus tard, la reine décéda pour de bon. On fit venir à son chevet tout ce que le Monde comptait d’experts en décès . Leur avis fut clair et net : Elisabeth était aussi morte qu’un dodo*. On attendit par précaution deux semaines avant d’annoncer la nouvelle. Celle-ci engendra une tristesse bien plus modérée que lors de son précédent « décès » et son enterrement fut nettement moins médiatisé.

Que voulez vous, ce qu’on a déjà donné ne peut plus être donné, comme dit ma charcutière, à moins que ce ne soit Lao Tseu, je confonds toujours les deux.

Charles lui succéda. Enfin.

* traduction littérale de « as dead as a dodo » oiseau aptère d’une espèce totalement éteinte qui vivait à l’Île Maurice.


samedi 17 septembre 2022

Uchronie

 



Au cœur de la nuit du 18 au 19 septembre 2022, un des gardes assurant la veille du cercueil de la reine Elizabeth eut l’impression d’entendre de temps à autre comme un léger bruit de grattement. Le nombre de sujets venus se recueillir devant la dépouille mortelle de la souveraine s’étant amenuisé, le bruit était perceptible . Le garde ne savait trop que penser ni que faire. Le plus inquiétant était qu’il lui semblait que ce grattement provenait du cercueil. Une angoisse le saisit. Serait-il concevable que quelque rongeur y ait été par mégarde enfermé ? Il préféra un temps penser qu’il ne pouvait s’agir que d’un quelconque acouphène bien qu’il n’y fût pas sujet. Du coin de l’œil, en tentant de ne pas nuire au hiératisme qu’exigeait sa mission, le garde tenta de voir si quoi que ce soit dans l’attitude de ses collègues pouvait donner à penser qu’eux aussi étaient perturbés par ce son incongru. En vain.

Quelque temps plus tard, la garde fut relevée. Dans les vestiaires, le soldat ne put se retenir de faire mention de son trouble à un de ses compagnons d’armes :

- Je ne sais pas s’il s’agit d’une illusion phonique, mais il me semble avoir entendu un faible bruit de grattement venant du cercueil de Sa Majesté !

- Je n’osais pas en parler, Malcolm, mais j’ai moi-même eu cette impression lui répondit le sergent John Mac Mitchell.

Les autres membres de la garde confirmèrent à leur tour l’impression de Malcolm.

Que faire ? C’était très embarrassant. S’armant de courage, un des gardes décida de reporter l’incident au capitaine Davies, leur supérieur.

Le rire tonitruant du sceptique Rupert Davies laissant place à la parole, il leur donna ce conseil :

- Messieurs, vous avez vraiment besoin de repos ! Allez vous coucher ou consulter un ORL, quoique à cette heure…

Conseil que ne suivirent pas les gardes. Vingt minutes plus tard, la relève, devoir accompli, revint de sa mission. Loin de nier le « bruit », les nouvellement relevés le confirmèrent et augmentèrent l’inquiétude en déclarant que le léger grattement s’était transformé en faibles coups émanant du catafalque. L’hypothèse du rongeur s’en trouva donc invalidée. On décida d’en référer au chef de corps, Sir Reginald Abercromby, colonel de la garde, lequel après avoir caressé maintes fois une des plus belles moustaches du royaume prononça ces mots historiques :

- Hum, je veux dire, bon, tout ça me semble, hum... bien embarrassant. Je me demande si dans un premier temps nous ne devrions pas, hum… mettre provisoirement un terme au défilé du public et, hum… prévenir le premier ministre et Sa Majesté Charles le Troisième, de cet inquiétant phénomène…

Aussi tôt dit, aussitôt fait. Liz Trust et le nouveau roi s’entretinrent par téléphone. Il fut décidé qu’à l’aide d’appareils acoustiques dernier cri, il était urgent de déterminer l’exacte provenance des bruits. Une équipe de spécialistes en fut chargée. Le constat fut sans appel : les coups entendus provenaient bien du cercueil. Charles, accouru en catastrophe, fut chargé de tenter d’entrer en contact avec l’être ou la personne responsable des bruits.

- Y a-t-il quelqu’un, interrogea-t-il ?

- Un peu qu’il y a quelqu’un, grand dépendeur d’andouilles ! C’est moi, ta mère ! Qui a bien pu m’enfermer dans cette foutue caisse ?

D’emblée un peu choqué par le langage peu protocolaire de sa mère, le roi reprit vite ses esprits :

- Y a-t-il quelque chose que nous puissions faire pour Votre Majesté, s’enquit-il ?

- Sors moi de cette putain de boîte tempêta la reine, décidément irritée.

Ce que l’on décida de faire illico presto. On offrit à la reine autant de gin-tonics qu’elle désira en boire, lui apporta quelques sandwichs au concombre et au saumon fumé d’Écosse, l’emmena discrètement à Buckingham Palace pour qu’elle prit un bain et s’y reposât.

Il n’empêche que, comme disent par euphémisme les Britanniques, on était profondément enfoncé dans la matière brune.

A suivre.


jeudi 15 septembre 2022

Degadezo !

 

Ce joli trou donne au plafond une note de discrète fantaisie

« Degadezo » est le mot qu’utilisent les Portugais (ou les italiens à moins que ce ne soient les Roumains ou encore les Espagnols, je n’ai pas le temps de vérifier) pour décrire les dommages opérés par l’eau dans un bâtiment. Admirons au passage la concision de la langue Portugaise (ou italienne ou etc.) pour décrire ce genre de problème. J’ai donc connu un degadezo !

Si on ajoute à ça la profonde affliction dans laquelle m’a plongé la disparition de la reine Elizabeth, le temps pris par l’équeutage des haricots verts, la confection de sauce tomate et un malheureux incident gymnique cela explique mon long silence.

Procédons par ordre. La nouvelle de la mort d’Elizabeth m’a littéralement, comme ce fut le cas de bien des Papous, plongé dans un état de sidération. Il ne faudrait pas oublier que j’ai passé plus de quatre ans de ma vie dans son pays. Même si nous ne fréquentions pas les mêmes pubs, ça fait quand même un choc.

Des haricots et des tomates, je ne ferai pas mention (prétérition).

Je n’en avais parlé ni ici ni ailleurs mais une de mes ambitions les plus anciennes est de devenir acteur de films burlesques. Cependant, pour la réaliser, il faut se montrer capable de chuter avec élégance ce qui déchaîne le rire des esprits distingués. C’est pourquoi, dimanche, la fantaisie me prit de m’offrir une petite séance d’entraînement au vol plané. Revenant d’un tour de jardin où j’avais cueilli quelques tomates, je me dis qu’en buttant du pied droit dans le rebord de la terrasse, je pourrais réaliser une de ces cascades qui ont tant fait pour la renommée de Horst Tappert dans Inspecteur Derrick. Allez savoir pourquoi, mon rétablissement fut d’un niveau très médiocre. J’eus mème un peu de mal à me relever tant les violentes douleurs que je ressentais au genou et ou poignet gauches compliquèrent la manœuvre. Mais je tenais debout. Donc rien de bien grave. Je me surpris cependant à boiter bas et la montée de l’escalier pour rejoindre ma chambre le soir arrivé s’avéra pénible. Je décidai donc de migrer le lendemain soir vers la chambre du bas et, puisque j’avais acheté une tronçonneuse à Vire via le bon coin, je pris la décision d’en profiter pour consulter mon bon docteur. En remerciant la providence de m’avoir fait acquérir une voiture à boite automatique, je me rendis donc en ville. Le praticien me rassura : son examen ne décelant aucune fracture, il me prescrivit un gel dont masser mes blessures et m’assura que d’ici une à deux semaines je pourrais renouer avec les ineffables joies du Twist, de la Lambada et du bras de fer.

La nuit du mardi au mercredi, alors que je me rendais aux toilettes, j’aperçus sur le carrelage du couloir une mappe d’eau qui d’ordinaire ne s’y trouvait pas. Son origine s’expliquant par une chute d’eau provenant du premier, je gravis tant bien que mal l’escalier et constatai que la salle de bain du haut était également inondée du fait de la profuse fuite affectant le robinet de la chasse d’eau. Il était un peu tôt (4 heures du mat’) pour procéder à un examen approfondi du problème. Je descendis donc, non sans mal, à la cave couper l’arrivée d’eau et placer un seau à l’endroit où l’eau venue d’en haut s’y répandait puis remontai me coucher.

Au matin, je fus en mesure de constater les dégâts apparents et me mis en devoir d’en réparer la cause. Je finis par constater que le joint du robinet s’était soudainement détérioré. Je le changeai et tout redevint normal. Toutefois, je trouvai qu’à un endroit, le faux plafond du couloir accusait une inquiétante pente. Pensant d’abord que l’eau en avait décollé les plaques de polystyrène, j’allai vérifier mon hypothèse. Hélas, si ces plaques se décollaient, c’était que l’aggloméré sur lesquelles elles étaient fixées était complètement pourri comme en témoignait la couleur noire qu’il avait prise et son état avancé de décomposition. Le poids de l’eau absorbée expliquait qu’il ne tarderait pas à tomber. J’y pratiquai un vaste trou pour en retirer les parties pourries. Il faut croire que depuis bien longtemps une fuite minime autant que sournoise l’avait affecté.

Face à pareil dommage, certains seraient allé pleurer leur degadezo auprès de leur assureur. Vu que je dispose des matériaux nécessaires à la réparation et que je n’ai aucune envie de faire les démarches qu’un tel appel impliquerait je ne le ferai pas. Je vais laisser le trou béer autant que nécessaire afin que murs et plafond sèchent puis je me mettrai au travail.

mardi 6 septembre 2022

En France, on n’a pas de Zelensky mais on un Nanard-Riton !

 

L'entartage lui va bien !

Nous ne connaissons pas notre bonheur ! Le Français se plaint tout le temps, et, reconnaissons le, très souvent à tort. Heureusement, mais sans toujours le réaliser, nous avons la chance de compter parmi nous un luminaire de la pensée, un adepte zélé du Botulisme, un de ces rares humains dont la pensée hardie ravale le discours de ses devanciers (et même celui du génial président ukrainien) au niveau de ceux de piètres bateleurs de foire. Je veux parler, vous l’aurez deviné, de M. Bernard-Henri Lévy qu’à cause de la sympathie et de la proximité qu’il m’inspire j’appellerai Nanard-Riton ou pour faire court N-R.

Il faut dire que la vie ne l’a pas gâté et que s’il est parvenu à capter la lumière des projecteurs médiatiques, il ne le doit qu’aux effets conjugués de son mérite et de ses efforts. Car, dans ce pays où règnent l’égalitarisme et son corollaire l’envie, être l’héritier d’un milliardaire n’est pas chose facile. Ce n’est pas Mme Badinter qui nous dira le contraire. On se trouve en butte à la haine du vulgaire, aux basses attaques des malfaisants. Eh bien malgré cela, N-R a su faire naître dans le cœur du peuple un sentiment de respect teinté d’affection, et cela sans renoncer à ses relations dans les hautes sphères des affaires et de l’intelligentsia (je n’en veux pour preuve la révérence attendrie avec laquelle M. Praud évoque la moindre de ses interventions!).

Si je veux en ce jour lui rendre hommage, c’est que, pas plus tard qu’hier matin, invité de CNEWS, il a de nouveau magistralement su adresser un message empreint de sagesse aux Français. Comme il l’a fait pour l’Afghanistan, l’Ex-Yougoslavie, la Libye et tant d’autres malheureux pays ravagés par les conflits, il a su mettre son génie politique au service de la justice d’une cause. Et ça demande un courage certain en un temps ou tresser des couronnes au despote sanguinaire du Kremlin est chose, hélas, si courante en Occident. Pour lui, contre vents et marées, c’est de l’Ukraine et de son héroïque président qu’il faut sans états d’âme prendre le parti. Aux frileux, aux timorés que les restrictions énergétiques effraient il a adressé ces paroles d’une sage fermeté :

« Forcément, dans toute guerre il y a un prix à payer. Honnêtement, pour l’heure, le prix est modique. Baisser d’un degré ou de deux dans certains cas la température cet hiver, il y a pire comme sacrifice, la France et l’Europe ont vu pire. »

Voilà qui remet les pendules à l’heure ! Vous n’avez pas les moyens de faire le plein de votre cuve de fioul ou de votre vieux diesel ? Vous chipotez ! Souvenez vous de nos vaillants poilus dont les tranchées n’étaient même pas chauffées et qui possédaient rarement une auto ! Pour rajouter à la précarité des temps, les obus allemands y pleuvaient comme à Gravelotte. Secouez vous, combattez votre pusillanimité ! A la guerre comme à la guerre !

Certains esprits malintentionnés seraient tentés de faire remarquer au valeureux N-R que nous ne sommes pas officiellement en guerre contre la Russie. Il en faudrait plus pour déstabiliser l’homme à la chemise blanche et au brushing impeccables. Pour lui, «[M. Poutine] n’a pas seulement déclaré la guerre à l’Ukraine… ...il a déclaré la guerre à l’Europe, il a déclaré la guerre à l’Occident » avant d’ajouter qu’en cas de riposte des Européens, « il faudra réagir de manière intelligente ».

Même M. Macron ne saurait mieux dire ! On nous a déclaré la guerre, la riposte s’impose, mais attention, pas une réaction brouillonne, inepte ou à la mords-moi-le-noeud, non, une réponse INTELLIGENTE ! C’est beau comme de l’antique !

Quand on a un tel guide pour éclairer notre chemin, on n’a nul besoin d’énergie, on la trouve en soi !

Puisse la providence nous garder longtemps encore cet entarté !


dimanche 4 septembre 2022

Parlons haricots (et un peu tomates)

 

En cette fin d’après midi d’un septembre débutant, que faire sinon parler de Phaseolus vulgaris mieux connu du bon peuple sous le non de haricot ? La question est rhétorique, tant cette évidence s’impose. Bien sûr des esprits que leur profondeur égare préféreraient que l’on s’intéresse aux questions fondamentales qui taraudent l’esprit humain depuis la nuit des temps, comme, par exemple « Qu’est-ce que j’étais venu faire dans la cuisine ? ». Ce n’est pas mon cas.

Comme tous les ans où ces saloperies gluantes de gastéropodes ne les ont pas boulottés, le temps est venu de la récolte des haricots. Pour qui possède un potager et en a semé, bien entendu. C’est mon cas. 

Je les récolte verts et extra-fins :


Une fois récoltés, il faut les équeuter, les cuire et les manger. L’équeutage me ramène aux heures les plus sombres de mon enfance  quand ma mère nous imposait d’y participer en vue d’en faire des conserves que, selon elle, « nous serions bien contents de trouver cet hiver ! » . L’hiver me semblait bien lointain et je trouvais contestable le bonheur ineffable de nos retrouvailles hivernales avec ces légumes en pots. En revanche, l’énorme tas de haricots même pas fins était bien présent, lui, sur la table de la cuisine et la lente diminution de son volume me donnait, en cet âge tendre, un aperçu de ce que pourrait être l’éternelle géhenne. 

La cuisson parfaite est assez difficile à obtenir. Entre elle, un al dente et une trop grande mollesse l’écart est faible… Ensuite, il faut les accommoder de manière à en relever la saveur qui sinon est bien faible. On peut les faire revenir dans le beurre en y mêlant de l’ail mais, curieusement, avec le temps le résultat de cette méthode m’apparaît de plus en plus fade. Je vais donc tenter de voir si, avec un assortiment d’épices ils ne deviendraient pas meilleurs…

Quoi qu’il en soit, la récolte de ces dicotylédones se faisant sur un temps court, je me retrouve pendant quelque temps avec une livre de haricots sur les bras tous les deux jours. Je me vois mal en consommer quotidiennement 250 g. N’ayant pas gardé un souvenir impérissable des conserves de ma mère, je me vois donc réduit à les congeler avec un résultat qui n’a rien d’enthousiasmant non plus. La sagesse voudra-t-elle, que les retrouvant en hiver, plutôt que de leur faire fête, je les abandonne aux ordures ménagères ? On verra bien.

Comme l’observateur perspicace l’aura noté, on voit sur ma photo quelques tomates. Ce fruit me pose moins de problèmes. S’il arrive que j’en fasse des salades, je n’en suis pas non plus fanatique mais leur conservation sous forme de sauce que je congèle me permet de confectionner des accompagnements pour des plats de spaghetti ou autres pâtes.

Certains esprits chagrins s’interrogeront sur l’intérêt que je peux trouver à cultiver un potager quand mon goût pour ses produits est si modéré. D’une part, ça m’occupe. D’autre part, les légumes que j’obtiens sont incomparablement meilleurs que ceux du commerce. Enfin, ce m’est un paisible plaisir de me rendre chaque matin au jardin pour y constater la croissance de mes plantations.On s’amuse comme on peut...

vendredi 2 septembre 2022

Le beau plan de Tonton Jacquot

Tous les amateurs de pensée profondes et hardies, et plus particulièrement mes fidèles lecteurs d’Oulan-Bator, se désolent du peu de fréquence de mes écrits. A cela, il y a plusieurs raisons : tout d’abord, l’actualité est bien terne ces derniers temps. Le président dégoise à tout va, on va finir par manquer de tout et se les geler quand la bise sera venue (ce qui compensera les effets déplorables de la canicule), les Chances pour la France se rappellent sans faille à notre souvenir avec cette taquinerie qui nous fait les aimer si tendrement, on ne trouve plus de profs qualifiés pour maintenir nos chères têtes blondes dans un état d’ignorance salutaire, les valeurs fondamentales de notre chère république (foot, prix des nouilles, tiercé et droits des LGBTQ) sont défendues becs et ongles par un gouvernement talentueux autant qu’efficace, le système de santé fonctionne comme sur des roulettes, bref tous les indicateurs sont au vert et, en dehors d’un éventuel conflit nucléaire généralisé, rien ne saurait perturber notre bienheureuse routine.

Ensuite il se trouve que ma paresse va croissant au fil de l’âge et que ce que j’accomplissais naguère en un clin d’œil me prend de plus en plus de temps. La moindre tâche me paraissant fastidieuse, je finis par la repousser de jour en jour, lui préférant mots croisés, belote, siestes et relectures diverses.

Il en est une cependant, qui ces derniers temps m’est apparue urgente : la réfection du plan de travail de la cuisine. Lors de la rénovation de cette pièce, j’avais repeint la carrelage dudit plan à l’aide d’une peinture spéciale. Seulement, ces peintures ne sont pas adaptées aux surfaces horizontales et se dégradent rapidement à force de se faire agresser par le dépôt de casseroles ou poêles chaudes. Dans un premier temps, je pensais repeindre le carrelage mais le décapage s’avéra difficile et vu la faible durée que connaîtrait ce pis-aller, peu utile. Je décidai d’abord de remplacer le plan par un plus moderne. Pour cela, il fallait démonter l’ancien et ce démontage ne pouvait se faire sans avoir préalablement fait sauter les carreaux. Ce que je fis. C’est alors que la paresse me saisit : découper le plan à la bonne taille, y ménager un orifice pour y encastrer la plaque de cuisson me parut demander trop d’efforts. Je décidai donc de me borner à remplacer le carrelage par un autre. Je me rendis à Vire mais de carreaux blancs et de 10 sur 10 cm, ils ne disposaient pas. Je pris ce qu’ils avaient, n’ayant nulle envie de me rendre à Saint-lô et encore moins à Caen en chercher.

Voici le résultat : 


Seulement, le démontage de la plaque fut l’occasion de constater que je côtoyais inconsciemment un péril redoutable : en effet, depuis 8 mois, le flexible reliant la bouteille de gaz à la plaque aurait dû être remplacé ! Quelle aventure !

Plutôt que de remercier le ciel, dans son infinie miséricorde, de m’avoir épargné la redoutable explosion que ma coupable négligence aurait dû occasionner, je me contentai d’aller acheter un nouveau flexible et de le fixer en serrant l’écrou menant à la plaque à la main, vu que c’était de cette manière que j’avais dévissé l’ancien. Curieusement, durant l’après-midi, j’eus, comme les Français ont un sentiment d’insécurité, l’impression de sentir comme une odeur de gaz. J’attribuai cela au fait qu’en raccordant la bouteille à la plaque, un peu de gaz avait pu s’échapper. J’ouvris la porte de la cuisine donnant sur le jardin et ne sentis plus rien. En redescendant d’un sieste (plus ou moins) bien méritée, je sentis de nouveau une légère odeur de gaz. Je mis ça sur le compte de l’auto-suggestion et n’y prêtai pas attention. 

C’est plus tard, quand vint l’heure de préparer mon dîner que les choses se corsèrent. Tandis que ma côte de porc grésillait de bonheur sur un feu vif, j’entendis soudain comme le petit bruit d’une faible explosion. Le témoin d’allumage de la plaque électrique, bien qu’elle ne fut pas en fonction, se mit à clignoter avant de s’éteindre. Ces deux faits éveillèrent ma curiosité. J’ouvris donc la porte du placard contenant la bouteille pour apercevoir une jolie flamme bleue dansoter autour du raccord de la plaque. Je coupai l’arrivée du gaz et continuai la cuisson de ma côte sur la plaque électrique. Pour la nuit, je débranchai électricité et gaz et remis l’examen du problème au lendemain.

Le matin venu, après le petit déjeuner, je m’attaquai à la question. Laquelle était simple : soit le tuyau était défectueux, soit le joint s’était abîmé au montage, soit c’était un problème de serrage. Le démontage me permit d’exclure la responsabilité du joint. Une série de tests me permit de constater la parfaite étanchéité du flexible. Chose dont je me réjouis, vu qu’au cas où tel n’eût pas été le cas, j’aurais considéré comme potentiellement dangereux tout tuyau de remplacement. C’était donc une question de serrage. Je serrai donc, vérifiai à l’aide d’un pinceau trempé dans un mélange d’eau et de liquide-vaisselle qu’aucune bulle n’apparaissait aux raccords et nous étions repartis pour 10 ans de tranquilité.


samedi 20 août 2022

Je suis de ceux qui obtempèrent !

 

Ils sont depuis revenus au calot ! 

C’est mon côté vieux jeu, je sais. Ne pas s’arrêter quand la police vous le demande est plus tendance, même s’il arrive que cela ne porte pas chance aux « jeunes » qui se livrent à cet innocent passe-temps. Et c’est logique. Une des raisons, en dehors évidemment de mon civisme exemplaire, pour lesquelles je préfère l’obtempération à la fuite c’est que les forces de police sont armées et que je ne le suis pas,ce qui peut rendre la confrontation inégale. N’importe comment le vol de voiture, l’assurophobie (provoquée par des tarifs jugés prohibitifs) et le défaut de permis n’étant pas dans mes pratiques, les risques encourus en désobéissant aux force de l’ordre pouvant s’avérer nettement plus graves qu’une amende ou même qu’un « rappel à la loi », il faut avoir l’ingénuité d’une racaille pour les prendre.

Ma confiance en l’être humain étant limitée, je me méfie des gens armés qu’ils soient assermentés ou non. Qu’est-ce qui vous dit que le jugement du gendarme ou du policier n’est pas altéré par de trop généreuses libations (ça donne soif, tous ces contrôles d’alcoolémie !), une blanquette de veau qui passe mal, un entretien avec sa belle-mère au point qu’il prenne votre délit de fuite pour une faute grave et se mette à vous canarder ?

Il m’est une fois arrivé de songer à ne pas m’arrêter. Il faut dire que la nuit tombait et que, sans doute pour leur donner un aspect plus moderne, la gendarmerie venait de doter ses militaires de casquettes qui de loin rappelaient celles dont les « jeunes » sont si friands. Je vois donc, dans la pénombre, un gars au milieu de la route qui me fait signe de m’arrêter. Je n’étais pas au courant de cette innovation vestimentaire aussi ma première idée fut que, me prenant pour un perdreau de l’année un « jeune » voulait me faire le coup du gars en panne pour me dépouiller. Cependant, je ralentis et pus, en approchant constater mon erreur de jugement. Ça se termina par une forte amende et trois points de permis. En effet, sur cette descente d’une route bien dégagée et déserte mon véhicule avait atteint 130 km/ h au lieu des 90 réglementaires. Cela n’affecta pas ma bonne humeur et nous nous quittâmes bons amis.

mardi 9 août 2022

Des crapauds, des princesses et des amerloques


Cette image semble illustrer de près ou de loin le conte des frères Grimm racontant l’histoire d’une jolie princesse qui, jouant près d’une fontaine avec sa balle en or la fait malencontreusement tomber dans l’eau. C’est ballot. Survient un crapaud bien laid (en existe-t-il de beaux?) qu’on devine libidineux. Il lui propose un marché : il se fait fort de récupérer la balle, de la lui remettre et en échange lui demande de devenir sa compagne. La princesse accepte. Le crapaud la lui ramène et, comme on pouvait s’y attendre, la rouée prend ses jambes à son cou et rentre au château du roi son père. Si le crapaud avait eu un minimum de jugeote, il aurait laissé la belle fille chialer, attendu qu’elle s’en lasse et parte, aurait récupéré le précieux objet, quitté le pays et serait allé dépenser le fruit de sa rapine en compagnie de roturières peu farouches. Le crapaud étant aussi têtu que sot, se rendit au château pour y réclamer son dû. Elle l’envoya dinguer mais son père, homme de parole, lui enjoignit de tenir sa promesse. Ils passèrent la nuit ensemble et au matin, la princesse éblouie constata que le crapaud s’était transformé en prince charmant. Comme quoi la vie réserve bien des surprises.

De cette histoire absurde on a retenu que par un baiser les princesses pouvaient transformer les crapauds en princes. Il faut croire que les amerloques, toujours prêts à croire en n’importe quoi, ont pris l’histoire au pied de la lettre et que d’une certaine manière ça a marché. Il se trouve que dans leur merveilleux pays, vit une espèce de crapauds qui exsude des substances hallucinogènes que l’on peut ingérer en le léchant. Toujours, comme les y incite leur constitution, à la recherche du bonheur fût-il artificiel il faut croire qu’influencés par le conte des frères Grimm certaines jeunes amerloques ont tenté le coup du baiser et que leurs hallucinations ont pu prendre la forme d’un prince (ou d’un trader). Toujours est-il que la pratique s’est développée et que l’on peut aujourd’hui acheter un de ces crapauds en Europe et s’offrir ainsi des excursions dans le bizarre.

Vous ne me croyez pas ? Ce lien vous mènera à un blog suisse où vous pourrez entendre une émission où le professeur Kurt Hostettman parle de cette curieuse pratique et d’autres tout aussi étonnantes que répugnantes. Redoutant une mystification, j’ai tapé « Kurt Hostettman crapaud » sur Google et j’ai pu vérifier que le personnage non seulement existait mais était un scientifique internationalement reconnu expert en drogues naturelles.

Si vous vous interrogiez sur ce qui a pu m’amener à ces étranges découvertes je ne vous le cèlerai pas plus longtemps. L’épidémie de variole du singe qui frappe notre malheureux continent m’a grandement inquiété et fait songer que si la pratique qu’eurent un temps les princesses d’embrasser des crapauds perdurait, il serait bon de vérifier que cela ne risque pas de faire se répandre la vérole du crapaud ou toute autre maladie sexuellement transmissible. Si tel était le cas mon devoir eût été d’alerter les membres des familles régnantes ou déchues sur les risques que cette tradition leur ferait encourir.


samedi 6 août 2022

Je vis dans l’angoisse !

 


Comme M. Léon, troll en résidence de ce blog, il vous est difficile, voire impossible, de vous passer de la lecture de ces pages où alternent visions politiques hardies et récits d’aventures inouïes que seul le proverbial sérieux de leur rédacteur rend crédibles.

Eh bien, un nouvel événement vient de bouleverser mon existence. Alors que j’étais allé rendre visite à ma fidèle Nicole en la belle cité de Saint-Lô, la conversation roula comme à l’accoutumée sur les grandes questions qui agitent cette première moitié du vingt-et-unième siècle. Conflits géopolitiques, phénomènes macroéconomiques, prix du paquet de nouilles, changement climatique, génie du macronisme, tout y passa.

Tout en devisant gaiement, mon amie prépara le plat de résistance, à savoir des aiguillettes de poulet sautées nappées de crème à la MOUTARDE. Il s’agissait en l’occurrence de la version « à l’ancienne » de ce précieux condiment à laquelle va sa préférence. Le plat s’avéra excellent, mais comment le déguster sans évoquer la pénurie qui m’affecte et dont le peuple de France souffre tant ? Il faut croire que, douée d’une miraculeuse prescience, Nicole avait eu la sagesse de l’anticiper et se trouvait être en possession de trois pots de l’inestimable denrée. Outre la moutarde à l’ancienne dont je ne suis que modérément friand, elle possédait dans son placard ce pot de 300 g de moutarde Maille (celle qui me va vu qu’il n’y a qu’elle qui m’aille) que vous montre la photo. Émue par ma détresse et la lueur de convoitise qui traversa mon regard, la généreuse amie m’offrit ce pot. J’eus d’abord du mal à croire qu’un tel sacrifice fût possible, qu'on pût m'offrir un tel trésor ! C’était pourtant vrai et je partis avec le bocal.

C’est alors qu’à l’instar du savetier de La Fontaine* l’angoisse s’empara de moi. Je ne descendis de ma voiture qu’après m’être assuré qu’aucun rôdeur n’était en vue. Où allai-je mettre mon pot de moutarde à l’abri des envieux ? Quelle cachette serait sure ? Ne serait-il pas prudent d’installer une alarme ? La solution ne serait-elle pas de louer un coffre à la banque puis de m’y rendre en prélever une cuillerée en cas de besoin ? Je ne sais plus que faire !

*Pour ceux qui ne connaîtraient pas la fable en voici l’esprit sinon le verbatim : Un savetier avait pour voisin un financier. Le premier était gai comme un pinson et chantait à tue tête du Tino Rossi dès l’aube, réveillant ainsi le second qui, assiégé par ses soucis avait le sommeil agité (et accessoirement préférait le rap). Le financier fit venir chez lui son voisin, l’interrogea sur ses ressources, en conclut qu’il était bien gueux et lui donna quelque biffetons. Se croyant riche, le savetier perdit sa bonne humeur, se mit à craindre qu’on le volât, n’en dormit plus et cessa de chanter, soulageant ainsi son riche voisin. Réalisant l’origine de son mal-être le gueux se rendit un triste matin chez le riche et le pria de reprendre son pognon et de lui rendre son sommeil et sa gaîté roucoulante. L’histoire s’arrête là. On ne nous dit pas si le financier accepta le marché mais selon moi il aurait été bien sot de le faire, tant souffrir de pollutions sonores vous pourrit la vie.

mercredi 3 août 2022

Salauds d’Anglais !

 

Qu’on ne se méprenne pas, il ne s’agit pas de critiquer le bellicisme de M. Boris Johnson. Ce titre m’est inspiré par un article que je viens de lire sur Facebook consacré à l’achat par un couple d’Anglais, dans une commune proche de chez moi, de ce hameau pour la modique somme de 26 000 euros :


Bien plus que le papier d’un journaliste en manque d’inspiration, ce qui m’a frappé ce sont les nombreux commentaires qu’il a suscités. Si nombre d’entre eux saluent le courage de ces braves gens, certains se montrent critiques quand ils ne sont pas carrément insultants. Ce qui permet de réaliser à quel point l’envie, la bêtise et l’ignorance crasse se portent bien dans notre pauvre pays.

Précisons que ces deux hommes (car il s’agit d’un couple homosexuel) qui avant d’y acheter une première maison habitaient le Kent, en Angleterre, dans une caravane qu’on leur prêtait. Ils n’avaient donc rien de magnats de l’immobilier. On peut également s’interroger sur leur capacité à mener à bien le projet puis à l’administrer. Pour le financer ,ils ont participé à une émission de la chaîne de télé Channel Four appelant à aider financièrement ceux qui ont acheté un village abandonné en Europe. L’ambitieux plan de ces entreprenants britanniques serait de transformer leur acquisition en une destination touristique de prestige. Je leur souhaite de réussir mais j’ai du mal à me retenir d’exprimer des réserves quant à l’atteinte de leur but. Avant de louer à prix d’or à de riches touristes cet ensemble de bâtiments sur le point de crouler, il leur faudra réunir et employer à bon escient des centaines de milliers d’euros, si ce n’est plus. Pari qui n’est pas gagné d’avance. Combien d’Anglais, rêvant de vivre dans l’opulence grâce aux revenus que leur procureraient des gîtes se sont vus contraints d’abandonner leur projet sans parvenir à le terminer ? Combien, ayant atteint leur but, jettent l’éponge faute de pouvoir rentabiliser l’affaire ? Les annonces immobilières du coin montrent que ça arrive !

Cela dit, que disent nos envieux ? Que ce n’est pas juste ! Qu’eux-mêmes ne se voient pas proposer de telles « affaires » ! Que vendre à des Anglais devrait être interdit vu qu’ils ont quitté l’Union Européenne ! Qu’il y a anguille sous roche (l’un d’eux va jusqu’à parler de dessous de table pour une acquisition dont une personne raisonnable ne voudrait pas pas si on la lui offrait) !

La bêtise engendrant l’ignorance, à moins que ce ne soit l’inverse, les critiques vont bon train. Ce n’est pas en gîtes de luxe mais en logements sociaux que devraient être transformées ces quasi-ruines. L’idée est certes généreuse. Est-elle réaliste ? J’en doute. Comme j’émettais des réserves sur ce point un commentateur me répliqua qu’il y avait des milliers de personnes en France rêvant d’habiter ce genre d’endroit. Curieuse remarque qui témoignait de sa totale méconnaissance de la situation démographique de la commune où se trouve le hameau et de bien d’autres dans le Sud-Manche. Ayant dépassé les 2500 habitants dans la première moitié du XIXe siècle, Saint-Cyr-de-Bailleul (puisqu’il faut l’appeler par son nom) n’en comptait plus que 945 en 1954 et 369 en 2019 (population divisée par 2,5 en 65 ans). L’enthousiasme pour ce « genre d’endroits » où l’emploi ne court pas les rues semble donc modéré. En imaginant qu’il y existe une demande de logements sociaux, serait-il plus rentable pour la commune de rénover ces bâtiments que d’en construire de neufs ? Rien n’est moins assuré : refaire des toitures, installer une électricité et une plomberie aux normes, isoler correctement ces passoires thermiques, installer des systèmes d’assainissement des eaux usées, rendre le tout habitable coûterait des fortunes. Et avec quoi se retrouverait-on ? Un ensemble de logements mitoyens que le public apprécierait d’autant moins qu’il resterait en pleine campagne !

Plutôt que de se déchaîner contre ces salauds d’Anglais, il serait raisonnable de se réjouir de ce que nos régions rurales en voie de désertification les attirent. Il sauvent le patrimoine bâti de la ruine et font marcher le commerce et l’artisanat. Mais allez faire admettre cela aux crétins envieux et ignares qui « débattent »...