..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

jeudi 24 novembre 2022

Du toro bravo


 Le toro bravo : 500kg de gentillesse et de muscle !

Il est dernièrement beaucoup question d’interdire la corrida. Tout ce que la France compte de belles âmes est d’accord là-dessus. J’en ai, il y a quelques jours proposé ici un projet de réforme Je voudrais avant de passer à mon sujet du jour évoquer une possible modernisation de ce spectacle. Ce qui dérange le plus les anti-corrida c’est les actions cruelles des picadors et des banderilleros qui infligent à cette brave bête (je ne mets aucun guillemet à brave, vu que cet adjectif est traduit de l’espagnol « bravo »), à coups de lances et de banderilles, de cruelles blessures avant que le matador ne l’achève d’un coup d’épée. Pour humaniser cette pratique, supprimer ces deux catégories de toreros serait donc nécessaire. Pour ce qui est de la modernisation de ces combats, force est de reconnaître que l’épée est une arme pour le moins obsolète. Dans quels conflits les combattants s’affrontent aujourd’hui à l’épée ? Il serait donc envisageable de la remplacer par un fusil-mitrailleur : le taureau entrerait dans l’arène au son de l’orchestre, se ruerait sur le matador qui arrêterait sa course d’une rafale et tout le monde rentrerait chez soi bien content d’avoir vu un bovin mourir. Bien sûr, la corrida perdrait peut-être un peu de son attrait « artistique » mais il faut bien vivre (et faire mourir) avec son temps

J’entendais ce matin le brave Henry-Jean Servat, végan et grand ami des animaux, déclarer qu’il préférait voir les taureaux de combat vivants que victimes d’une boucherie barbare. Comme on le comprend ! Seulement, le toro bravo présente quelques menus inconvénients pour devenir un animal de compagnie. Son élevage se fait en plein air et nécessite de disposer de deux à trois hectares par tête. Ce dont peu de gens disposent dans les grands centres urbains où fleurit l’animaliste. D’autre part, sa race est peu caressante vu que depuis des siècles on sélectionne les individus sur leur combativité. Seuls les plus agressifs sont destinés à l’arène les autres se voyant châtrés puis élevés pour leur viande et leur cuir. En faire le compagnon de jeux de ses enfants n’irait donc pas sans quelques risques.

Même à la campagne, leur élevage n’irait pas sans poser problème. Ces charmants animaux ayant la fâcheuse habitude de se battre à mort entre eux ( presque autant meurent ainsi en cours d’élevage que dans les arènes), ce qui implique d’employer des cavaliers aguerris capables d’éviter ces combats. De plus, contrairement à ce que pensent bien des citadins, il est rare de voir des éleveurs ne pratiquer leur activité que pour la compagnie de leurs animaux avant de les voir mourir de leur belle mort. Veaux, vaches, cochons, couvées n’existent que pour leur viande ou leurs produits (avant de finir dans nos assiettes). Renseignements pris, la viande de taureaux présente des qualités nutritionnelles exceptionnelles dues à son mode d’élevage : tendreté, saveur, faible cholestérol, peu grasse, riche en protéines, etc. Hélas, toute médaille a son revers : elle est très coûteuse à produire.

Le véganisme qui refuse viande et produits d’origine animale, en se généralisant, entraînerait la quasi-disparition des bovins, ovins, caprins, lapins et volailles*. Les végans, dont l’ultra-gentil Henri-Jean Servat, n’auraient donc plus que des animaux sauvages à aimer, ce qui serait bien triste.

*Il n’en resterait que ceux susceptibles de devenir des animaux de compagnie. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.