..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

vendredi 29 août 2014

Peut-on être mal-comprenant à ce point ?




« Vous me direz qu’on ne peut pas être à la fois au « genre », au Bled et au Bescherelle… »
 


Cette phrase sur laquelle se concluait mon billet d’hier, aurait été, si j’en crois un commentaire de l’ami Koltchak, considérée sur Twitter comme raciste. Les bras ne m’en sont pas tombés (sinon comment pourrai-je utiliser mon clavier ?) mais j’avoue que poussée à ce point la connerie atteint de relatifs sommets.

La formule, calquée sur « on ne peut pas être au four et au moulin », pour toute personne sensée signifie que le temps passé aux études de genre (entre autres inutiles fariboles) à l’école primaire l’est forcément aux dépens de celui qu’on pourrait consacrer à apprendre l’orthographe et la conjugaison.

Pour ne pas le comprendre, il faudrait ne pas avoir noté la majuscule de Bled, ignorer que depuis 1946 les ouvrages d’Édouard et d’Odette Bled, ont été et continuent d’être utilisés pour l’apprentissage de l’orthographe dans nos écoles et ce faisant se montrer bien ignorant de la culture française. Il est vrai qu’on tend à lui préférer aujourd’hui la collection O.R.T.H. de Jean Guyon mais,  que voulez-vous, je suis de mon époque et qu’on le veuille ou non les Bled demeurent auprès de beaucoup bien plus célèbres que les O.R.T.H. .

Le Bled se trouvant associé au Bescherelle, manuel de conjugaison dont la première édition remonte à 1842 et qui continue d’être la référence en la matière, tout contresens quand à sa nature demanderait une aptitude à l’incompréhension particulièrement développée.

Quoi qu’il en soit comprendre que ma phrase puisse contenir la moindre allusion au bled, intérieur des terres au Maghreb mais aussi synonyme de patelin ou de trou (j’habite personnellement un bled perdu) est absurde. Elle supposerait que j’oppose les « études du genre » à je ne sais quel séjour au bled qui nuirait au niveau d’information en ce domaine de ceux qui le feraient. Que viendrait dans ce cas faire Bescherelle là dedans ? A moins que l’on ne suppose que le Bescherelle désigne de manière péjorative la campagne mongole ou papoue. Personnellement, je n’ai jamais entendu prononcer la phrase « Retourne dans ton Bescherelle, sale Papou (ou Mongol) ».

Mais je m’emporte, je m’emporte. Peut-être ai-je mal compris le commentaire de Koltchak ? Peut-être qu’il n’existe personne d’assez stupide pour voir quoi que ce soit de raciste dans ma phrase ? Je dois confesser que je l’espère.

30 commentaires:

  1. « on ne peut pas être au four et au moulin », comme disait Himmler en quittant Auschwitz pour aller visiter la Hollande.

    Oui, je sais, je devrais avoir honte, mais je ne peux pas m'empêcher de citer Desproges, surtout lorsque cela risque de faire grincer les dents des picrocholins incapables de prendre un peu de hauteur, de rire de tout.

    Que voulez-vous, vous parliez d'une ci-devant ministre binationale, franco-marocaine, c'est donc en toute logique, post-moderne, de gauche, progresso-politiquement correcte que le touitos en a conclu que vous étiez un adepte des thèses de Gobineau, Blumenbach, Lapouge et Chamberlain. Cessez donc d'ergoter, assez de faux-fuyants, ne vous cachez plus derrière une hypothétique majuscule qui changerait votre propos. Vous êtes un réac, ergo vous êtes un odieux raciste prêt à chasser le mahométan ou l'animiste des forêts d'Afrique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah Deproges ! je l'imagine aujourd'hui tiens......il serait tous les jours devant la 17 eme !

      Supprimer
    2. Je n'ai jamais parlé de ce ministre ! Je serais curieux de lire le Twit en question !

      Supprimer
    3. Merci, mais votre lien mène à mon billet et non au twit !

      Supprimer
    4. J'ai résolu l'énigme ! Merci Koltchak ! Je ne m'attendais pas à ça ! Désolant !

      Supprimer
  2. Ne nous occupons pas de ces ignares et continuons notre cours d'orthographe :
    Je relève ligne 7 "aux dépens", ligne 8 :"avoir noté" car "majuscule" est placé après.
    C'est tout pour aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Corrections effectuées. On dirait qu'il suffit qu'on se mette à parler d'orthographe pour faire d'énormes fautes !

      Supprimer
  3. mais bien sûr qu'l existe des stupides imbéciles pour le penser et l'écrire ! ces gens n'ont jamais entendu parler du Bled, mais sortent du leur , ce sont le mêmes qui viennent donner des leçons, il vaut mieux en rire, au moins, c'est moins triste que de constater à quel point la société est devenue d'une nullité crasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mieux vaut en rire. N'empêche que les "mal-comprenant" voient le mal partout et peuvent s'avérer dangereux...

      Supprimer
  4. "Peut-être qu’il n’existe personne d’assez stupide pour voir quoi que ce soit de raciste dans ma phrase ?"

    Ah, maitre Jacques, à votre âge, tant de naïveté c'est... rafraichissant.
    Notez d'ailleurs qu'il ne s'agit pas vraiment d'une question de stupidité, en tout cas pas d'une stupidité native, mais plutôt d'un abrutissement volontaire nommé "antiracisme" qui vous pousse à voir - et dénoncer - du racisme partout.
    De toute façon cela ne souffre pas la contestation : puisque vous n'êtes pas progressiste, vous êtes forcément raciste; en plus d'être sexiste et homophobe, cela va de soi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que vous m'accusiez de naïveté me ravit, moi qui me suis vu si souvent taxer de cynisme !

      N'empêche, ces "antiracistes" cultivent avec passion des fleurs d'idiotie dont la contemplation est charmante !

      Supprimer
  5. Cette histoire me ravit !

    Là-dessus, je retourne auprès de Mme de Sévigné, si vous le permettez : il ne faut pas abuser de la fréquentation de ses contemporains…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle est en effet ravissante !
      Pour plagier Bossuet, comme dirait ce contemporain de votre chère marquise aujourd'hui : "La raison se meurt, la raison est morte !"

      Supprimer
  6. Robert Marchenoir29 août 2014 à 20:21

    C'était pourtant une bonne blague, cette histoire de bled. Et bien innocente...

    Ca me fait penser au ministère de l'Education nationale, qui proteste officiellement contre les critiques que lui a valu la photo de tête de sa page Facebook, laquelle montre huit élèves de maternelle... dont six négrillons (et un enfant dont le visage est presque invisible). Note aux cons : négrillons est un mot de la langue française. Si vous trouvez ça raciste, allez vous faire enculer.

    https://fr-fr.facebook.com/EducationFrance

    Le ministère trouve raciste et injurieux d'être critiqué pour cette photo. Moi, ce que je trouve raciste et insultant, c'est que des gens qui sont nos serviteurs, et qu'on paye pour instruire nos enfants (lesquels ne sont pas des Africains, jusqu'à nouvel ordre) nous imposent une propagande aussi raciste et aussi insultante pour les Français.

    Et le domestique de service de l'Educ' Naze précise : "Cette page est un espace de dialogue positif et constructif sur l’école d’aujourd’hui et non une tribune politique."

    Notez le vocabulaire stalinien de l'époque : positif et constructif, ça veut dire qui obéit sans moufter aux diktats du gouvernement.

    Bien sûr, coiffer la page Facebook de l'Education Nationale d'une photo où, à première vue, l'on ne voit que des enfants noirs et un seul petit Blanc, ce n'est pas du tout de la propagande politique en faveur de l'immigration de masse, du multiculturalisme et de l'idéologie anti-raciste. On n'en est même plus au "quota" obligatoire de peaux noires sur n'importe quelle photo un tant soit peu institutionnelle : ils en sont carrément à nous noyer dans la négritude.

    Ils se foutent ouvertement de notre gueule. Tout cela va mal finir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur la photo y'a un p'tit blanc qu'il faut bien chercher en effet. Il a l'air de pas être bien content d'être là, de faire un peu la gueule. Aigri avant l'âge. pauvre môme...
      Sinon pour avoir lu Murray et son "19ème siècle à travers les âges" cet été, je suis désormais convaincu que les socialistes n'ont aucune leçon à donner en matière d'antiracisme : le Panthéon est rempli de ces socialites, jusqu'au plus illustre d'entre eux, qui y sont allé de leur couplets raciste et antisémites. Pas un n'a été épargné par cette funeste mode qui complétait la solution finale du christianisme.
      Songez : Drumont inspiré par Toussenel, un socialiste.
      En la matière être socialiste c'est déjà un plaider coupable.

      Supprimer
    2. Ah !
      Il manque des "s" ou il y en a trop dans mon commentaire !!

      Supprimer
    3. @ fredi : c'est indéniable !

      @ Robert : Cette image est en effet provocatrice. Il est d'ailleurs amusant de constater que les Apprentis d'Auteuil, œuvre au sein de laquelle j'ai travaillé de nombreuses années, basent leurs pubs sur de gentils blondinets afin de ne pas rebuter leurs "généreux donateurs". Alors que la réalité, n'est-ce pas...

      Supprimer
    4. Trop de "s" et un "r" de trop à Muray...

      Supprimer
    5. Faute avouée...

      Supprimer
    6. Cher Rober Marchenoir !
      Et de même qu'il y'eut la Marche turque, il pourrait y'avoir une Marche nègre ...

      Supprimer
    7. Robert Marchenoir31 août 2014 à 00:46

      Cher Dominique :

      Sans compter l'Enlèvement au sérail, un opéra parfaitement islamophobe.

      Supprimer
  7. "On ne peut être partout-z-à la fois" comme disait DSK.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y parvenait cependant. Saluons son héroïsme et son abnégation !

      Supprimer
    2. Et son spécial don d'ubiquité!

      Supprimer
  8. bah bah bah était-ce vraiment utile de s'expliquer? ;)

    RépondreSupprimer
  9. Voilà qui confirme encore une fois l'importance de la typographie, et qui démontre qu'une majuscule ou son absence peut tout changer. Ah décidément je ne me lasse pas des subtilités de la langue française!

    RépondreSupprimer
  10. Les progressistes haineux devraient mieux se renseigner car Bled avec une majuscule est une ville se Slovenie:

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Bled_(Slov%C3%A9nie)

    Quant au terme bled utilisé par nos amis d'outre Méditerranée, il vient de l'arabe et il ' y a aucune connotation raciste puisque ils l'utilisent eux même pour parler de leurs pays.

    Donc ces peigne-culs de modernistes feraient mieux de se jeter des cendres sur le visage en vous accusant ainsi.

    RépondreSupprimer
  11. "Bled" est un mot communautarisé, une sorte de "chez moi parfaitement localisé, fantasmé et qui n'est pas ici".
    C'est une sorte de marque déposée. Et les ayants droits ont la même attitude que toute entreprise qui défendrait son nom commercial. D'ailleurs, il est bien connu que certaines grandes entreprises attaquent même jusqu'à l'usage propre d'un mot "protégé" sous prétexte d'un vol d'image ou de réputation.

    Le sens propre ou figuré, ou quelque soit l'intention n'ont rien à voir avec la réaction : La communauté réagit pour son "droit", l'accusation de racisme est un quasi réflexe... Le juges de droit commercial sont ici les bien pensants.

    Personnellement, j'ai été confronté à une réaction similaire à cause d'un commentaire où j'ai utilisé ce mot pour une auto dérision. C'était il y a 5ans et j'ai mis un temps à comprendre.

    Amike

    RépondreSupprimer
  12. Je ne pense pas qu'il s'agisse de mauvaise compréhension, mais bel et bien de connerie et/ou de mauvaise foi !

    Heureusement pour Georges Brassens "Qu'au bled sans prétention ..." ne lui faisait pas le nombre de pieds suffisant ...

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.