..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

mardi 12 août 2014

L’Irlande


L’Irlande est, comme sa voisine la Grande-Bretagne, une île. Ensemble, elles forment ce que l’on nomme communément  les Îles Britanniques et que les Irlandais, toujours prompts à contrarier leurs voisins, appellent Îles Anglo-Celtes. L’Île se divise en deux parties : au Nord-Est l’Irlande du Nord (ou, pour les unionistes, l’Ulster) peuplée en majorité de protestants, au sud la République d’Irlande, peuplée d’ivrognes à qui on ne saurait jeter la pierre vu qu’ils ont généralement épousé des Irlandaises. C’est à cette dernière partie que nous nous intéresserons.

Une île donc, ou du moins sa majeure partie. D’une superficie de 70 000 km2, ce qui pour un pays insulaire n’est pas si mal, elle est entourée de tout côté d’étendues d’eau saumâtre que l’on nomme à l’est Mer d’Irlande, au sud Mer Celtique et à l’ouest Océan atlantique sans que cela change quoi que ce soit à sa salinité. Le nord et le sud sont collineux, voire montagneux tandis que le centre serait plutôt plaineux mais tout cela avec modération vu que le point culminant, le Carrauntoohil avec ses 1038 m est moins difficile à escalader qu’à prononcer et que les plaines y sont au-dessus du niveau de la mer comme il sied. Des fleuves sans grande importance parcourent le pays en y formant de ci-de là des lacs nommés loughs car les Irlandais ont un fort accent . Le plus long d’entre eux, le Shannon traverse le pays du nord au sud et mesure 386 km, ce qui en fait le plus long des Îles Britanniques au grand dam de l’Angleterre. Le climat y est de type pourri (ou océanique). Avec 250 jours de pluie par an, la Verte Erin n’a rien à envier à la Bretagne ou à la Normandie qui, elles, pourraient jalouser ses tourbières si posséder des tourbières était enviable. La population y est d’environ 4 700 000 habitants, c’est peu penseront certains, mais quand ils se mettent à chanter en s’accompagnant à la harpe, la flute, au banjo ou au tambourin, cette impression se dissipe rapidement.

Les premiers occupants humains de l’île seraient arrivés au 9e millénaire avant Jésus-Christ et sont donc probablement tous morts. Il faudra attendre le VIe siècle d’avant notre ère pour que s’y installent les Celtes ce qui constitue un délai d’attente plutôt long. Les Romains n’occupèrent jamais le pays qui fut christianisé par Padraig (ou Patrick)  au Ve siècle. Il est à noter qu’ayant fait des disciples certains d’entre eux, comme Saint Ke ou Saint Burdoc sont réputés être venus évangéliser l’Armorique, traversant la mer sur des auges de pierre (technique de navigation que nous ne saurions trop déconseiller à ceux dont la sainteté est douteuse). Au IXe siècle, les vikings viennent s’y adonner à leur sport favori, le pillage, comme un peu partout en Europe. Ils y installent même des comptoirs côtiers afin de mieux piller l’intérieur. Après que Brian Boru, empereur des Irlandais ait vaincu les scandinaves en 1014, le pays va connaître une courte indépendance car les Anglais vont commencer à l’envahir dès la fin du XIIe siècle. Ce sera chose faite en 1494 et, en 1541, le bon roi Henry VIII se proclamera roi d’Irlande. Mettant à profit les troubles provoqués par la révolution anglaise, les Irlandais se révolteront en 1641 mais c’était mal connaître le caractère sévère, revanchard et rancunier de M. Cromwell qui viendra les châtier en 1649 massacrant pour ce faire entre un tiers et la moitié de la population. Pour leur apprendre à vivre, on leur confisque des terres dans le nord que l’on distribue à des colons venus d’Angleterre et d’Écosse. Une éphémère république s’y établit dans le sillage de la révolution française, mais elle sera écrasée dans le sang par les Anglais comme il convient en ce genre de cas. Au XIXe siècle la population après avoir notablement augmenté, se verra rapidement réduite par la grande famine des années 1846-48 et l’émigration qui la suivra. Il faudra attendre 1916 pour qu’ait lieu un nouveau soulèvement contre l’Anglois, ressenti, allez savoir pourquoi, comme oppresseur. Ayant horreur d’être ainsi calomnié, l’Anglois y mettra dûment fin par un nouveau bain de sang. L’Irlandais ayant du mal à comprendre les choses les plus élémentaires, enverra en 1918 une majorité indépendantiste au parlement, lequel proclamera l’indépendance. La dissolution de ladite assemblée par l’Angleterre provoquera un nouveau soulèvement à la suite duquel une certaine indépendance sera reconnue en 1921 qui entraînera la partition du pays et une guerre civile bien sanglante. Il faudra attendre 1937 pour que la République d’Irlande soit établie et au moins la Saint-Glin-Glin pour que cessent les troubles en Ulster.

Du point de vue économique, l’adhésion à la Communauté Européenne a bougrement profité à l’Irlande, vu qu’en 36 ans elle y est passé du camp des plus pauvres à celui des plus riches. Cela grâce à l’installation de nombreuses firmes étrangères attirées par un environnement fiscal favorable et aussi à une spéculation financière accompagnée d’un important surendettement. Du coup, la crise de 2008 y fit des ravages. Les activités traditionnelles irlandaises sont le tourisme (de riches Américains originaires de l’île viennent y voir ce à quoi ils ont échappé), la chanson, la fabrication de stout (bière quasi-noire dont la marque la plus connue est la Guinness) et de harpes celtiques, les industries pharmaceutique, chimique et informatique.

L’Irlandais est jovial, buveur, rougeaud et aime chanter. Son épouse est catholique. Sa réputation d’extrême stupidité (la plupart de nos histoires belges ne sont que des adaptations d’histoires irlandaises qui font rire les Anglais), est largement usurpée et probablement due à l’accent avec lequel il s’exprime dans un  anglais qui le rend incompréhensible à l’honnête homme (privilège qu’il partage à un moindre degré avec l’Écossais de Glasgow). Si vous habitez le Sahara et que vous êtes en quête d’un réel dépaysement, la verte Erin est ce qu’il vous faut. De même si une nuit à boire une bonne quinzaine de pintes de Guinness en reprenant en chœur les tubes des Dubliners ou des Wolfe Tones, est votre tasse de thé, n’hésitez pas : votre séjour  ne vous laissera aucun souvenir si ce n’est un mal de crâne et la réalisation que la merveilleuse Irlandaise du soir est nettement moins tentante le matin venu (dernière expérience réalisable à Romorantin avec une Solognote comme à Châteauroux en compagnie d’une Berrichonne).

31 commentaires:

  1. Plus grave encore que l'omission du rugby et de l'irish coffee, celle de l'irish stew !
    Sympathique et de bon aloi la chute avec Châteauroux (quin) ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mes billets, quoique scientifiques ne sont JAMAIS exhaustifs : ils ne vont qu'à l'essentiel !

      Supprimer
  2. Cela donne envie de voir de plus près cette île et d'assister à des matchs de football gaélique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allez, ne soyez pas hypocrite, c'est la Guinness et les (plus ou moins) belles Irlandaises qui vous motivent !

      Supprimer
  3. Oui, ce sont des choses qui se vérifient à peu près partout mais bon, l'Irlande par vos yeux
    donne envie d'aller voir ailleurs s'il s'y trouve moins d'ivrognes abrutis et moins de mochetés
    confites en dévotion bigote.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh,ce n'est pas si mal quand on aime les hivers doux : on en profite toute l'année...

      Supprimer
  4. Les plus belles photos de de Gaulle, sont celles de son voyage en Irlande, prises en 1969 après qu'il ait quitté le pouvoir. Il y avait une puissante poésie qui se dégageait de ses images. La beauté des plages irlandaises, le général marchant droit comme un"i", accompagné de tante yvonne.

    RépondreSupprimer
  5. Mais et les O'Hara et les O'Timmins ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois que vous connaissez vos classiques!

      Supprimer
    2. A ne pas confondre avec O'Driscoll et O'Gara !...

      Supprimer
    3. Ne généralisons pas! J'ai très bien connu une irlandaise qui était une merveille de la nature. Et pourtant je ne bois pas.

      Supprimer
    4. @ Dominique : Ces gars de chez Morris et Goscinny avaient dû fuir la misère et la famine de le Verte Erin...

      Supprimer
    5. @ Pangloss : Je ne généralise pas. J'ai moi-même rencontré une très belle Irlandaise qui malheureusement sortait avec un copain (ce qui ne plaisait qu'à moitié à la femme de ce dernier). Hélas, elle était dotée d'un caractère épouvantable...

      Supprimer
  6. Et rien sur les films made in Ireland et les réalisateurs irlandais ! Un oubli ou une lacune ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En matière de cinéma Irlandais, je n'ai pas de lacunes mais un gouffre : j'ignorais jusqu'à son existence !

      Supprimer
    2. Je n'ai rien contre le livre et le film consécutif "Jamais sans ma fille", mais je préfère "Jameson une Guinness" !...

      Supprimer
    3. Eh bien voilà au moins un Irlandais qui semble avoir fait une belle carrière en tant que réalisateur, acteur, producteur, avec oscars et tout et tout !

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Jim_Sheridan

      Supprimer
  7. Et attention aux ires landaises !
    Parfois appelées 40ème rugissantes.
    A propos des Landes, ne pas confondre un aigrefin landais et un nègre finlandais ...

    RépondreSupprimer
  8. 3 films beaux et/ou sympathiques tournés en Irelande:
    - La fille de Ryan
    - Taxi mauve
    - Vieilles canailles (peut-être les Beaux de Provence ?)

    RépondreSupprimer
  9. La tourbe c'est utile pour fabriquer du whiskey et chauffer les maisons à peu de frais.
    Et le foot gaélique est le vrai et digne héritier de la soule.

    RépondreSupprimer
  10. Ah, L'Irlande... J'y ai naguère passé un peu plus d'un an et demi; je travaillais alors dans la banlieue de Dublin dans une grande société américaine. Quelle déception, pour moi dont les lointains aïeux ont émigré de Cork vers la Bretagne au XVIème siècle ! La vie sur place m'a furieusement rappelé les descriptions que ma mère m'avait faites de ses débuts professionnels dans l'intérieur du Morbihan à la fin des années 1950 (elle était institutrice), avec ses histoires de poivrots analphabètes signant leurs mandats postaux d'une croix. J'ai gardé de mauvais souvenirs de la plupart des locaux qu'il m'a été donné de rencontrer: bigots, chauvins jusqu'à la xénophobie, âpres au gain et portés sur la boisson à un niveau qui m'était alors inconnu. Des ploucs tout droit sortie de la série télévisée britannique "Father Ted". L'image de ces immenses lotissements bâtis à la va-vite au milieu des champs, avec leurs maisons moches et fissurées au bout de trois ans, et des alarmes déclenchées par les corbeaux à longueur de journée - le tout sous un ciel de plomb en toutes saisons - est restée gravée dans ma mémoire. Finalement, les seuls Irlandais avec lesquels je me suis lié d'amitié avaient tous vécu, à un moment ou à un autre, à l'étranger et étaient rentrés au moment du boom économique des années 90.

    L'inflation incroyable qui régnait à cette époque (10%) et le niveau déraisonnable de la plupart des prix pratiqués dans ce petit pays où la concurrence n'existait, en pratique, pas, l'immense ennui dont j'ai fini par souffrir après avoir fait le tour du pays en long, en large et en travers (j'avais l'impression d'être une mouche dans un bocal), et d'autres aspects de la vie irlandaise peu connus du public français - en particulier une criminalité quasiment impunie valant tous jours celle des quartiers nord de Marseille ou des ZUP de Seine-Saint-Denis: trafic de crack, cambriolages, vol de véhicules, meurtres et agressions diverses - ont rapidement fini par avoir raison de mon rêve irlandais. C'est alors que j'ai décidé de mettre fin à mon expérience d'expatrié et de rentrer en France, que j'avais quittée presque 6 ans auparavant.

    Il est d'ailleurs assez amusant de constater que ce récit m'attire généralement des réflexions incrédules, voire hostiles de la part des Français. La plupart n'ont jamais passé plus de 2 semaines sur place, en vacances sur la côte ouest pour la plupart (alors que j'y ai vécu, travaillé, payé mes impôts, possédé une voiture etc.). C'est simple: ils ne me croient pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Intéressant point de vue ! Mais dont je doute qu'il facilite jamais votre embauche au Service du Tourisme Irlandais !

      Supprimer
    2. Eh oui. L'Irlande de mes souvenirs est assez bien décrite dans "Comme à Ostende", la chanson de Léo Ferré, mais sans "les vitrines remplies de présences féminines", hélas. Depuis, je lis les rapports enthousiastes qui paraissent régulièrement dans les journaux sur les "pays émergents", "BRICS" et autres "tigres celtiques" avec un certain scepticisme.
      Comme le conclut une blague fameuse, "il ne faut pas confondre tourisme et immigration".

      Supprimer
    3. J'adore cette chanson et ses magnifiques paroles de Caussimont. Une de mes nièces, bien à gauche, disait qu'au cas où Chirac serait élu, elle émigrerait en Irlande ! Ça m'a bien fait rire. Heureusement, quand il est arrivé au pouvoir elle n'en a rien fait. L'ignorance est une sure alliée du rêve...

      Supprimer
  11. Intéressant sauf que ce genre de tableau merdique est transposable à la quasi totalité des pays de la planète, seul le climat change.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La quasi-totalité des pays arriérés, je suppose. J'ai vécu bien plus longtemps au Royaume-Uni, sous un climat et dans des conditions économiques plus défavorables, mais je n'ai jamais vu cela. On avait vraiment l'impression que tous les Irlandais valant quelque chose avaient quitté le pays pour chercher fortune ailleurs, et que les gens restés sur place étaient (vraiment) employés au-delà de leur capacités. La Bank Of Ireland est le seul organisme bancaire dont je vérifiais scrupuleusement les relevés de compte après y avoir trouvé des débits dupliqués. Ou au contraire des paiements jamais débités. L'Irlande est le seul coin d'Europe où on m'a répondu au restaurant que mes moules contenaient du sable parce que c'était comme cela qu'on les trouvait. Des anecdotes comme ça, j'en ai pas mal; et j'ai quand même pas mal voyagé. Au début ça fait sourire, mais au bout de quelques mois c'est pénible.

      Supprimer
    2. Du reste, si vous relisez mon post initial, mon tableau merdique n'est pas transposable aux autres pays de la planète: il correspond très exactement à une expérience personnelle vécue à un moment historique très précis (un peu moins de 10 ans avant la grande dégringolade) dans un pays de petite taille situé à la périphérie de l'UE, propulsé de l'extrême pauvreté à un état de "développement" économique artificiel en une génération grâce aux vertus d'une politique irresponsable et des subventions européennes. Quand je suis allé en Pologne à cette époque, le pays n'avait pas attendu son entrée dans l'Union pour se doter de fossés le long des routes et de panneaux indicateurs. En république d'Irlande, je naviguais encore avec un jeu de carte de l'Ordnance Survey et j'évitais certaines routes pour aller... à l'aéroport de Dublin en cas de pluies subites, pour y avoir déjà mouillé ma voiture jusqu'au carter.
      Je suis rentré en 2001 et j'ai déjà largement eu le temps de faire la part des choses.

      Supprimer
  12. Je ne dis pas que ce que décrivez est faux, c'est la stricte vérité, du reste les irlandais eux mêmes ne sont pas avares de vannes sur leur propre compte et pas peu lucides non plus sur leurs propres travers.
    J'ai largement moins vu le vaste monde que vous et même si je la connais pas trop mal (des banlieues pas belles de Coolock au Kerry touristique), je n'ai pas pratiqué ce pays comme vous, mais une vision aussi noire et calamiteuse de l'Irlande et de ces habitants relève du traumatisme, je ne peux pas le dire autrement, je vous affirme qu'on peut transposer ça pratiquement mot pour mot pour beaucoup d'endroit.
    J'ai vu l'Irlande d'avant le boom, celle de pendant et celle d'après et le pays est passé de nos années 50 à notre ère en moins d'une décennie,l a fameuse décennie que vous évoquez.
    Ce qui me surprend c'est que je ne lis pas un mot de tendresse à l'égard de ce pays, et malgré tous ces authentiques aspects pourris très bien décrits, c'est ça que j'ai le plus de mal à comprendre.



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une expérience personnelle que je décris là, du vécu. Du reste, nous avons été assez nombreux à partir au bout de quelques mois, un an, deux à trois ans pour les plus courageux. Derrière le "village Potemkine" du soi-disant tigre celtique, j'ai trouvé un pays sous-développé, habité par des gens qui semblaient avoir vécu dans un bocal depuis la fin de la guerre. C'est rigolo pendant un temps; mais je ne me vois absolument pas à la place de certains de mes copains qui se sont fixés sur place (généralement pour raisons matrimoniales) et qui se sont endettés pour 50 ans pour une méchante bicoque à 40 kms de Dublin. Je ne sais pas s'ils sont restés après 2008.
      Après, oui, les vacances dans le Donegal ou dans le Kerry, c'est sympa aussi. Les gens du coin sont d'ailleurs beaucoup plus affables que les Dublinois moyens. Bien sûr, j'ai aussi rencontré des gens agréables et intelligents pendant mes 19 mois sur place; mais j'ai été surpris d'en trouver aussi peu. Ce n'est globalement pas un bon souvenir.

      Supprimer