..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

samedi 30 août 2014

Comment définir les classes moyennes (et accessoirement les riches) ?



Définir ce que sont les classes moyennes est souvent dit malaisé. Il y a pourtant un moyen très simple de savoir si on y appartient ou non : consulter son avis d’imposition.

Cette année, notre bon gouvernement a décidé, dans sa grande bonté et face à la montée du  mécontentement d’une poignée de paranoïaques jugeant l’augmentation de la pression fiscale insupportable, de baisser la contribution des plus bas revenus. L’an prochain, c’est aux classes moyennes que l’on fera des cadeaux. Donc, si, a revenus égal votre impôt a un tout petit peu augmenté cette année vous faites partie des classes moyennes et vous pouvez toiser de la hauteur de votre statut social enviable la masse des défavorisés qui constituent les classes populaires. Bien qu’étant d’un naturel simple, en consultant mon avis ce matin, j’ai eu la joie de constater que j’appartenais au monde des privilégiés dont on pouvait sans remords augmenter les prélèvements. Et on ne s’en est pas privé : ma contribution au redressement de la France s’est élevée de 16.14% tandis que mes revenus ne baissaient que de quelques Euros. C’est beaucoup, ce n’est pas trop.  Les 6 organismes qui ont la gentillesse de me verser une retraite amènent mes revenus mensuels à une somme de 1500 € qui me permet de satisfaire mes goûts modestes. Je ne me plains donc pas. Si j’avais un logement à payer et de menus crédits, peut-être que la somme que l’on me prélève me chagrinerait mais ce n’est pas le cas. Et puis vu que depuis belle lurette je sais que socialisme  rime avec plus d’impôt, je n’en suis aucunement surpris.

L’an  prochain, nos généreux dirigeants combleront les classes moyennes de leur munificence. Nous saurons donc quelle est la limite supérieure de ces classes. Il est question de fixer ce plafond à deux fois le SMIC, soit environ 2200 € pour un célibataire.  Ainsi, lorsqu’on dispose d’un revenu supérieur  à ce seuil, quitte-t-on sans regret les médiocres pour rejoindre les gens aisés et peut-être même la catégorie aussi enviable qu’exécrée des riches. Il est vrai qu’avec 2201 € mensuels, notre nanti pourra, s’il habite Paris, déployer toute son aisance  dans un studio d’une vingtaine de mètres carrés à condition de bénéficier d’une bonne caution et de ne pas se montrer trop exigeant sur le quartier(les excentricités des nantis sont sans limites !).

Résumons-nous : si l’on considère que les réductions d’impôts de cette année n’ont concerné que ceux dont les revenus n’excédaient pas 1,1 fois le SMIC, les membres des classes moyennes ont un revenu situé entre 1200 et 2200 Euros pour un célibataire. A quelques dizaines d’Euros près, c’est la fourchette dans laquelle L’observatoire des inégalités inscrivait  ces classes en 2011. On ne peut donc pas dire que le gouvernement Valls se soit foulé la rate pour délimiter ses catégories. Riches, vous qui gagnez des sommes faramineuses, des 2300, 2500, 3000 €, tremblez !  Pour vous point de répit ! Faute d’être corvéables, vous demeurerez taillables à merci ! Car faute d’enrichir le pays, M. Hollande a su multiplier le nombre des riches qu’il poursuit de sa haine. Et cela grâce à l’idée simple que pour y parvenir il suffit d’abaisser le seuil à partir duquel on ne mérite aucune pitié.

33 commentaires:

  1. Car faute d’enrichir le pays, M. Hollande a su multiplier le nombre des riches qu’il poursuit de sa haine. Et cela grâce à l’idée simple que pour y parvenir il suffit d’abaisser le seuil à partir duquel on ne mérite aucune pitié.

    Et oui ! C'est ça le Social-Libéralisme hollandais !
    Alors c'est quoi le Social-Libéralisme ?
    Ben c'est assez simple quand c'est bien expliqué.
    Décortiquons le mot :
    -Social : çà c'est nous. Et ça veut dire plus d’impôts tant il faut bien payer tout ce que vous savez plus le reste. Surtout le reste.
    -Libéralisme : ça c'est plutôt moins d'impôts mais pour les entreprises, les grosses, celles qui exportent, pas pour le va nus pieds d'artisan.
    Le modèle c'est donc comme chacun sait l'Allemagne où les entreprises se portent le feu de Dieu mais où l'on a renoncé à compter les travailleurs pauvres tant ils sont légions.
    C'est pas tout : vous saupoudrez l'ensemble de mesures libérales en matière de mœurs, genre mariage homo, et vous avez la recette du parfait Social-Libéralisme. De Raffarin à Valls en passant par Juppé tout le monde s'y retrouve et contresigne le programme imaginé par Terra-Nova.

    RépondreSupprimer
  2. Président avait dit qu' à partir de 4000 €uros; on était un nanti, ils auraient baisser la barre après 2 ans de socialisme, c'est normal en 2015, la barre sera 1500, la déchéance c'est maintenant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certains disent qu'il parlait des revenus d'un ménage sans enfants...

      Supprimer
  3. Multiplier les riches, il fallait y penser ! Quel brillant thaumaturge que notre président !

    RépondreSupprimer
  4. Si j'ai bien suivi l'actualité, le fait de payer l’impôt sur le revenu est désormais l'apanage d'une minorité de foyers fiscaux. Une minorité visible ? Tiens tiens, il y a peut-être moyen de revendiquer des trucs, ils ne savent rien refuser aux minorités visibles, en principe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour devenir visible, cette minorité devrait arborer ostensiblement son avis d'imposition !

      Supprimer
  5. Ayant le même revenu de retraitée que vous je suis bien aise de faire parti des classes supérieures , mon impôt à augmenter de 38%, je viens par contre d'apprendre que grâce aux cumuls des mandats et d'une retraite du corps préfectoral alors qu'il n'en fait plus parti depuis 25 ans, monsieur Bartelone perçoit un peu plus de 30 000 euros par mois, sans compter 2 logements de fonctions et tous les avantages liés aux divers mandats, c'est ça la solidarité de la gauche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. .. a augmenté.....

      Supprimer
    2. Claude Bartolone, pas Bartelone.
      Sans oublier, nuance de taille, qu'il n'a pas employé son épouse comme assistante parlementaire puis chargée de missions dans les différentes institutions qu'il dirigea (par ordre alphabétique: Conseil Général de Seine Saint-Denis, Ministère délégué de la ville, Présidence de l'Assemblée Nationale), mais qu'il a épousée sa collaboratrice !
      C'est tellement plus romantique que du favoritisme familial ...

      Supprimer
    3. "[...] qu'il a épousé", non épousée sa collaboratrice.

      Supprimer
  6. Robert Marchenoir31 août 2014 à 00:49

    J'ai trouvé la bonne voiture pour aller rencontrer l'inspecteur de l'Education nationale :

    http://www.lepoint.fr/auto-addict/retro-et-clubs/la-jaguar-mkii-en-mode-retour-vers-le-futur-30-08-2014-1858499_655.php

    Si avec ça on se fait pas nommer à Tahiti...

    RépondreSupprimer
  7. 6 retraites!!! Mais vous êtes un cumulard! Shame on you!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il se trouve qu'ayant travaillé dans divers domaines et endroits, je reçois de l'argent de 6 caisses différentes mais que le total n'a rien de pharamineux. Viendra l'an prochain, mes 65 ans révolus, s'ajouter une retraite de la sécu britannique portant le nombre à 7.

      Supprimer
  8. Avec 1.500 €, Jacques voit ses impôts augmenter de 16,14 % tandis que ceux de Boutfil grimpent à 38 %. Moi, je perçois 1.800 € et mes impôts baissent de 5 € par mois (je suis mensualisée et je ne vais pas calculer le pourcentage, je déteste les maths).
    Est-ce que quelqu'un y comprend quelque chose?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces différences s'expliquent par la suppression de certains avantages fiscaux qui étaient consentis aux mères de familles nombreuses (cas de Boutfil) ou aux parents veufs ou divorcés ayant eu des enfants à charge.

      Supprimer
    2. j'ai cumulé les 2, mère de famille nombreuse et divorcée ayant élevé seule ma tribu, donc, je suis doublement coupable !

      Supprimer
    3. Et du coût payé un lourd tribut ...

      Supprimer
  9. Un grand pardon, mais je ne suis paaaas du tout d'accord! Pour avoir eu cette conversation il n'y a pas très longtemps avec un jeune homme qui avait le même salaire que moi, je me suis rendue compte que moi j'étais pauvre et lui riche... Je m'explique: je vis seule avec 2 enfants. Lorsque j'enlève le prix de mon palace de location (un T3... pour 3 :/), les factures (je ne paye même pas le téléphone portable), la garderie, la cantine... Il me reste 450 euros pour manger, s'habiller, s'amuser. Lui, me disait qu'il lui restait 900 euros... Et bizarrement (mais tant mieux) , je gagne plus que 1,1X le smic (1400), mais j'ai eu droit à ma réduction d'impôt puisque je devais normalement payer 150 euros et je viens de recevoir un courrier qui m'offre l'exemption PLUS 5€!!! (bon je ne peux même pas vous payer un coup pour fêter ça mais le coeur y est!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le jeune homme était-il célibataire ou "chargé d'enfants" comme disait Sartre?

      Supprimer
    2. Du fait que vous avez deux enfants à charge, vous bénéficiez d'une part supplémentaire qui réduit votre quotient familial avec pour conséquence la baisse que vous enregistrez. Au passage, je dirais que faire payer 150 € d'impôts à quelqu'un dont les revenus sont du niveau des vôtres me paraît fort de café. Il est évident que lorsqu'on n'a pas ou peu de charges, même en payant des impôts, on se trouve dans une situation bien plus confortable que ceux qui en ont.

      Supprimer
  10. Multiplier les riches en augmentant les impôts, ça c'est une trouvaille! Cela me fait penser qu'il serait possible de faire en sorte que tous les Français soient multimillionnaires simplement en revenant à l'ancien Franc. Avec une telle idée je crois que je peux espérer devenir ministre des finances du gouvernement Valls 3.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des idées excellentes au service d'une mauvaise cause, ce serait du gâchis !

      Supprimer
  11. L'expression "s'en payer une bonne tranche" serait-elle d'origine fiscaliste ?...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être, mais quand on s'apperçoit que la somme n'est pas en anciens francs mais en Euros, le rire cesse.

      Supprimer
  12. Je trouve anormal qu ' une large partie des Français soient exonérée de l ' impôt sur le revenu : chacun
    devrait participer à sa hauteur aux dépenses communes ... La " gratuité " est une plaie de notre société ,
    et pourtant brandie à toute occasion ! Les parents du gugusse qui pète l ' abribus ou votre rétroviseur doivent
    apprendre que c ' est la collectivité au final qui paye , donc nous .
    Par contre l ' impôt doit être mesuré , et ne devrait pas servir à engraisser nos " zélites " , mais uniquement
    servir aux missions régaliennes . Et là ...

    Au passage je félicite le tenancier : c ' est par le sieur Goux que je suis arrivé là , et je trouve très plaisants
    les billets ; certains me ravissent vraiment ! Merci : )

    Jérôme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous remercie du compliment et suis assez d'accord avec vous sur l'impôt.

      Supprimer
    2. Bonjour, Jérôme, et soyez le bienvenu -c'est assez mal fréquenté mais on y lit des choses pleines de bon sens : jardinage, bricolage, géopolitique internationale, piéride du chou, aucun sujet des plus pointus n'échappe au regard expert de celui que d'aucuns appellent Maître Jacques.

      @ Jacques : ne m'en veuillez pas d'arriver comme un AA pour accueillir Jérôme -cépamafaute, chuis accro !

      Supprimer
    3. Mais vous êtes tout excusé, Al, tout excusé !

      Supprimer
    4. Robert Marchenoir1 septembre 2014 à 16:00

      Arriver comme un AA ? Un amateur d'andouillette ? Un affligé atrabilaire ? Un alcoolique anonyme ?

      Supprimer
  13. " ' une large partie des Français soient exonérée " : soit , bien sûr !

    Jérôme

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.