..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

vendredi 18 octobre 2013

Que faire des Kosovars Italiens ?



Bon, un Kosovar normal, quand on l’expulse, c’est vers le Kosovo. C’est ce qui est arrivé à M. Dibrani, excellent père de famille, un peu cogneur, un peu voleur, un peu menteur mais très peu travailleur. Une richesse pour la France, en résumé. Et voilà qu’il nous dit que sa « femme » (est-il vraiment marié ou vit-il dans le péché ?) et ses enfants (sont-ils,  cinq, six ou sept ? Journalisti certant…) seraient italiens. Que faire en un tel cas ? Des italiens ne peuvent être expulsés mais sont moins bien pris en charge que les Kosovars… Maintenant, sont-ils vraiment Italiens ? N’apprendrons-nous pas demain qu’en réalité ils sont de nationalité suédoise et après-demain Suisse ?

Quoi qu’il en soit, M. Dibrani, s’il a le mérite d’être un bon reproducteur, n’a pas été jugé digne de continuer à être entretenu par la République. Sa place est donc bien au Kosovo.  Évidemment, sa femme et ses enfants, qu’ils soient Italiens, Suédois ou Suisses n’ont rien à y faire. Sur ce point, la petite famille et les autorités Kosovares (ces dernières parce qu’elles n’ont aucune envie de se cogner leur entretien) sont tout à fait d’accord.  Qu’en faire ? Les renvoyer en France ? Imaginez le malheur de femme et enfants privés de la chaude présence qui d’un mari, qui d’un père !

Nous avons appris que ces brave gens parlent Italien, Français et Romani. Ils sont donc polyglottes. Quoi de plus facile pour un polyglotte que d’apprendre une nouvelle langue ? Surtout quand, comme c’est le cas de Leonarda (et très probablement de ses 4, 5 ou 6 frères et sœurs) on voue à l’école un culte qui confine à la passion…  Tous savent que sans Savoir la vie n’est rien et l’avenir bouché. Donc, en se mettant à l’Albanais, nul doute que tout ce petit monde ne manquera pas de bien vite compenser son handicap linguistique et  briller comme ils le firent en France. Pays où, ne l’oublions pas, il ne leur a fallu que peu de temps pour s’intégrer totalement.

M. Dibrani de son côté pourra, revenu en sa vraie Patrie,  donner enfin  libre cours à un amour du labeur si longtemps et difficilement réfréné…  Bref, tout rentrera bien vite dans un ordre harmonieux.

Voilà ma solution. Maintenant, et je suis impatient de l’apprendre, que va-t-il vraiment se passer ? M. Hollande, avec le sens de la décision que nous lui connaissons, se montrera-t-il capable de trancher ?  Et si oui, comment ? Car si notre héros national est de taille à aller donner la fessée à l’infâme Bachar, il se montre souvent incapable de déclarer si une porte est ouverte ou fermée.  Cèdera-t-il aux sirènes gaucho-lycéennes ?  Confirmera-t-il la décision prise ? Parviendra-t-il à trouver un compromis apte à ménager durablement  loup, chèvre et chou ?

Tout cela est à se tordre : confronté à un problème qui  a l’importance, comme je le disais hier, d’un pet dans la Toundra le « pouvoir » actuel hésite, tergiverse, est bien embarrassé. Que se passerait-il si nous étions confrontés à de VRAIS problèmes ? Qu’aurait fait un Hollande face, à, par exemple, la crise algérienne ? Il me semble que notre bon président soit plus proche des politiciens calculateurs et magouilleurs de la quatrième république que du chef d’état qu’exige la cinquième… Il nous en donne de nouvelles preuves chaque jour.

DERNIÈRE MINUTE :

Une communauté facebook vient de se former afin de lutter contre l'égoïsme qui nous pousserait à garder Leonarda pour nous  :

 

32 commentaires:

  1. Notre bon François a bien d'autres soucis autrement ^plus importants comme faire une autre petite guerre au Centre-Afrique, cette histoire de collégienne s'est pour les seconds couteaux, les Melanchon tout courroucé, enfin bref, on s'en moque des kosovars et s'ils veulent rester en ce pays les gauchistes n'ont qu'à les héberger gracieusement comme le directeur du torchon communiste l' Humanité

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous laisseriez les communistes confisquer une telle richesse ?

      Supprimer
  2. Décidément elle vous inspire la petite koso.. euh, ital... euh, franc... arh, non, petite Suisse, zut, enfin la petite Léonarda.
    Allez zou, diffusion sur twitter, urbi et orbi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Enfin, Aristide, twitter, c'est pour les ministres s'adressant au peuple : 140 caractères, il faut savoir reconnaître les limites de ses/leurs compétences.

      Supprimer
    2. Meuh non, pas seulement : je signale le billet sur twitter et, à n'en pas douter, des centaines d'internautes vont se précipiter chez maitre Jacques et grossir son nombreux fan-club.
      Faut savoir vivre avec son temps^^.

      Supprimer
    3. Vous savez, Aristide, quelques centaines ou quelques milliers de lecteurs de plus par jour passeront totalement inaperçus tant est immense mon lectorat, n'empêche je salue votre geste.

      Supprimer
  3. Et tout ça, affirme M. Dibrani, c'est parce qu'ils sont Roms. Pas menteurs, ni voleurs, ni cogneurs, ni faux réfugiés, non! Juste Roms.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. insinueriez-vous qu'en regroupant ces termes sous un générique M. Dibrani ait fait preuve de racisme ?

      Supprimer
  4. Excellent billet, Jacques.
    Remercions ces braves nomades de nous donner de telles occasions de rire....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le votre aussi l'est, M. Desgranges.
      Mais pourquoi vous piquer vous aussi de limiter vos commentateurs ?

      Supprimer
    2. Merci, Michel. En effet, ce feuilleton est plein de truculents rebondissements !

      Supprimer
  5. Notez bien que si notre marshmallow présidentiel a effectivement tout du politocard de feue la quatrième gueuse, il n'a malheureusement pas été le seul dans ce cas. Car beaucoup oublient que Chirac était idéologiquement un rad-soc doublé d'un admirateur du petit père Queuille dont la plus célèbre maxime était : "Il n'est pas de problème dont une absence de solution ne finisse par venir à bout". Maxime que le gros tout mou semble avoir également faite sienne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord !
      J'entendais M. Mermaz, ex-président de l'Assemblée Nationale dire qu'il fallait du temps pour faire un POLITICIEN. Cet éminent personnage de la Mitterrandie n'a même pas envisagé qu'il pût exister des HOMMES D'ÉTAT...

      Supprimer
  6. Excellent billet. Quand on y pense, ces Kosovars qui sont finalement italiens, c'est le rêve de Mussolini qui se prolonge...

    RépondreSupprimer
  7. Je vous fiche mon billet que, toute honte bue, la sainte famille kosovare va revenir en France en loucedé, un de ces prochains jours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais c'est prévu : le père Dibrani a même déclaré à la presse son intention de revenir. C'est là : http://www.lepoint.fr/politique/leonarda-valls-rentre-d-urgence-a-paris-18-10-2013-1745396_20.php

      Supprimer
  8. Excellent billet, Jacques.
    A mon humble avis, la baudruche présidentielle va continuer à se …dégonfler !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Vous êtes cependant un peu flatteur en accordant le titre de baudruche à notre inexistant.

      Supprimer
  9. M. Dibrani, excellent père de famille, un peu cogneur, un peu voleur, un peu menteur mais très peu travailleur
    Magnifique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que voulez-vous, on ne peut pas collectionner tous les vices...

      Supprimer
  10. Je n'arrive pas à trouver la communauté facebook pour soutenir l'enrichissement du Kosovo par Leonarda et sa famille. Elle a été supprimée ?

    RépondreSupprimer
  11. Les gitanes ne sont plus ce qu'elles étaient.
    Devraient moins souvent manger au Mac Do et plus de hérissons, ça leur réussissait mieux.

    RépondreSupprimer
  12. C'est mignon un hérisson.
    Bébé c'est pas plus gros qu'une chataigne

    RépondreSupprimer
  13. Il est bon Camus:

    La politique d’immigration est mise en accusation… pour son côté prétendument « inhumain ». Que faut-il faire, selon vous ?

    Il faut à tout prix, pour notre bord, récupérer la morale. Elle n’est pas de leur côté, elle est du nôtre. On peut leur laisser en échange la sensiblerie niaiseuse, qui est à la morale ce que Vanessa Paradis est à Beethoven.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut être bien innocent pour accorder un quelconque crédit en matière de morale !

      Supprimer
  14. Sauf que quand on voit les nouveaux mots qui entrent dans le Robert, on se dit que plus personne ne fait la différence entre "morale" et "sensiblerie niaiseuse".

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont ouverts !