..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

samedi 17 mai 2014

A la manière d’Hercule Poirot



Bien que ça se laisse regarder, les scénarios (ii) de la série anglaise mettant en scène le grand détective Hercule Poirot  créé par Mme Christie, Agatha de son prénom, me laissent parfois pantois.  La trame générale en est assez simple : Poirot est invité dans un quelconque château, séjourne dans un hôtel de luxe, prend l’Orient-Express. Quel que soit le lieu, il faut que ce soit un huis plus ou moins clos où il est entouré de quelques personnes titrées (comtesses, baronnes, receveuses des postes)  accompagnées de leurs éventuels époux, de leurs domestiques, et de divers loquedus plus ou moins louches et parasitiques. Un crime est commis. Ce qui inquiète les survivants. Poirot est appelé à mener son enquête. Qui paiera  la note ? C’est là le plus grand des mystère ! Car après tout, étant détective privé, il ne peut pas vivre de l’air du temps… Le brave Hercule, bien qu’évoluant dans un milieu typiquement britannique est belge mais cela n’affecte pas ses capacités intellectuelles, bien au contraire car il possède de « petites cellules grises » d’une exceptionnelle efficacité.  Il est vrai qu’en Angleterre, ce sont les Irlandais qui sont censés être abrutis. Trêve de digressions, revenons à nos moutons. M. Poirot, se met donc au boulot. Il cause un peu avec tout le monde, épie l’un et l’autre De temps à autre il se plaint du mauvais fonctionnement de ses fameuses cellules  (il parle volontiers seul)  tandis qu’à certains moments, à la vue d’une scène ou d’un objet son visage prend l’aspect grave et inspiré du chat qui chie dans la cendre : il a trouvé un indice. Bien entendu, nos cellules n’étant pas grises, nous ne saisissons pas les raisons de sa satisfaction. Il se peut qu’une nouvelle tentative de meurtre ait lieu et même soit couronnée de succès. La tension monte. Poirot demeure impassible, bavarde toujours et  épie plus que jamais. Tout à coup son visage s’illumine comme la lanterne d'un bordel quand un navire arrive au port :  les petites cellules ont fonctionné, rassemblant un faisceau d’indices qui mènent à la découverte du coupable et de ses éventuels complices. Il réunit tout son monde dans une pièce propice à cela (en général un salon) et se lance dans un interminable laïus durant lequel il retrace les principaux événements auxquels nous avons assisté sans y comprendre grand-chose, dépourvus des cellules nécessaires que nous sommes, dévoile au grand jour tous les petits secrets de chacun avant de révéler l’identité du, de la ou des coupables.
Ça donne quelque chose comme ça : 

-      Quand Poirot (c’est lui qui parle de lui-même à la troisième personne) est sorti de la chambre    de Miss Fuckmequick à laquelle il venait de montrer  comme on danse en Afrique…
-          C’était donc ça ce rafut !
-          Poirot est une bête de sexe… Cependant  je vous prierai  de ne pas l’interrompre Sir Archibald !
-          Donc,  en sortant de la chambre de Miss Fuckmequick, Poirot aperçut  Archibald Assdick, vêtu en soubrette sortir de la chambre de Lord Softprick. N’eût été sa barbe il ne l’eût pas reconnu tant la robe moulante qu’il portait mettait en valeur la féminité de ses courbes plantureuses.  C’est alors que j’ai compris que vous étiez une femme Assdick !
-          Moi ? Une femme ? Vous voulez rire, Monsieur Poirot.
-          Poirot ne rit que quand il se brûle ! Ladies and gentlemen, ce gros homme barbu est en fait la future Lady  Softprick, qui grâce à une fausse barbe, une fausse bedaine et  d’amples vêtement a pu sans problème se faire passer pour Sir Archibald Assdick, directeur général des Établissements Marchenoir, bricolage et quincaillerie en gros !  Il avait à la main le dernier ouvrage de Miss Rosa Hell, que j’ai reconnu à sa photo de couverture. Je ne m’avais pas trompé…
-          Aaaaaaaah, c’est trop horrible, je ne peux le supporter !
-          Calmez-vous, Miss Fuckmequick, Poirot n’a commis ce solécisme que pour vérifier que comme votre sœur jumelle, la défunte Lady Softprik, vous souffriez  de cette maladie  rare qui rend insupportable  toute faute grammaticale, la solécismophobie. Vous seule saviez que votre sœur en était atteinte jusqu’à ce que vous l’appreniez à Sir Archibald, ou plutôt à Jennifer Lets-Haveit  puisque tel est son vrai nom comme Poirot l’a appris en découvrant des lettres à elle adressées et qu’elle dissimulait dans le double-fond de sa boite à sex-toys. Cette maladie  rend la personne qui en est atteinte incapable de supporter la moindre faute de syntaxe. Une passe encore, mais quand elle en entend une succession infinie, elle devient prête à TOUT pour fuir l’enfer qui se déchaîne dans  son esprit y compris à se jeter par la fenêtre  comme l’a fait  la malheureuse Lady Softprick, ce que l’on a d’abord pris pour un suicide mais qui n’était qu’un meurtre commis  par un  trio infernal. Car Lady Softprick ne cachait pas son intention de divorcer de son mari, ce qui eut laissé ce dernier sans un penny. Elle comptait s’enfuir à Venise avec votre fiancé, Rupert Bigcock et ça, vous ne pouviez le supporter, Miss Fuckmequick . C’est alors que naquit en votre esprit l’idée démoniaque de faire d’une pierre trois coups : en supprimant Lady Softprick, vous espériez reconquérir votre fiancé, son mari était sauvé de la ruine et Miss Lets-Haveit pouvait l’épouser. C’est alors que naquit le plan machiavélique où ce livre apparemment banal  joue un rôle capital. Mes joies, mes peines de Rosa Hell quoi de plus anodin me direz vous ? Mais Poirot l’a lu et a pu constater qu’il fourmillait de barbarismes et de solécismes, bref, que sa lecture était de nature à mettre Lady Softprick dans un état de panique tel que si elle n’avait d’autre solution, elle sauterait par la fenêtre de sa chambre situé au deuxième étage de Softprick Lodge.  Sous prétexte que vous deviez donner quelques ordres au jardinier  et pour éviter de trop entendre son langage rustique, vous avez emprunté sa boite de boules Quies à votre sœur que j’ai entendu vous dire d’en prendre le plus grand soin, vu qu’elle n’en avait pas d’autres suite à un vol, dont elle ignorait que vous fussiez l’auteur, Miss Fuckmequick. C’était au moment où Poirot s’apprêtait à se rendre à pied au village pour visiter une jeune personne dont vous m’aviez vanté le goût pour les danses africaines. A son retour, Poirot apprit qu’en compagnie du jardinier vous aviez vu votre sœur se jeter de la fenêtre de sa chambre et se ratatiner la gueule par terre selon les termes du rustre. Mais les petites cellules grises de Poirot  l’avertirent qu’il ne pouvait s’agir que d’un meurtre. En effet, Lady Softprick n’avait aucune raison de mettre fin à ses jours alors qu’elle filait le parfait amour avec Bigcock et qu’elle allait quitter ce vieux pervers de Lord John qui exigeait qu’elle portât une fausse barbe et se déguisât en soubrette pour envisager le coït. C’est ce qu’elle avait confié à Poirot un soir de grandes libations. Elle l’avait également informé qu’elle souffrait de solécismophobie héréditaire.  Et voici ce qui s’est passé : alors qu’elle était montée dans sa chambre afin d’y chercher  la barbe dont  la restitution  selon son mari était la condition sine qua non de son acceptation d’un  divorce à l’amiable, Lord John la suivit, bloqua la porte de la chambre tandis qu’à travers  celle-ci, Miss Lets-Haveit  de sa puissante voix se mit à lire Mes joies, mes peines. Après avoir  en vain tenté de fuir par la porte, rendue folle par tant d’erreurs  grammaticales, elle n’eut plus d’autre solution que de se précipiter dans le vide.
-          Sergent  Cuntface, veuillez emmener  ces trois complices de meurtre. Là-dessus, Poirot va s’envoyer un gorgeon derrière la cravate car toutes ces conneries, ça donne soif… 

Toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé serait non seulement fortuite mais dommage pour elles (surtout si elles vivaient en Angleterre où leurs  patronymes seraient pénibles à porter).

16 commentaires:

  1. C'est tout à fait ça. Mais les décors sont excellents, David Suchet est un Poirot encore meilleur que dans les livres et tout le monde joue très bien juqu'aux limites (et quelquefois légèrement au-delà) de la caricature de l'Angleterre de cette époque.

    RépondreSupprimer
  2. Excellent !
    Et les patronymes, dévastateurs ou défoncés, au choix.
    Bravo !

    RépondreSupprimer
  3. Ça m'a bien plu.

    RépondreSupprimer
  4. Les patronymes sont tendancieux et hilarants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en avais quelques autres en réserve mais rajouter des personnages aurait rendu ce billet déjà long interminable...

      Supprimer
  5. Je suis comme, le seul Hercule Poirot qui est de la classe , c'est David Suchet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faites attention à ce que vous écrivez, vous risquez précipiter certaines personnes dans le suicide aussi.

      Supprimer
    2. Visiblement, il manque un mot mais à l'oral l'orthographe ne pose pas problème...

      Supprimer
    3. Le mot c'est Pangloss

      Supprimer
  6. C'est curieux, d'habitude Agatha Christie ça m'endort...je trouve que vous devriez reprendre le flambeau d'autant que votre suprême habileté dans l'invention de noms propres anglo-saxons rajoute encore de la sauce à la menthe sur le rosbif.
    Mes compliments, je me suis bien amusé, merci.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est qu'un juste retour des choses, cher Nouratin, vu que votre prose sait me réjouir !

      Supprimer
  7. J'ai bien ri avec tous ces noms dignes de ceux de Mrs Christie ! je ne suis pas tout à fait d'accord avec l'opinion générale ; dans les derniers épisodes que j'ai vus, les scénaristes avaient introduit des attitudes modernes pas très compatibles avec la gentry des années 30; mais j'aime bien cette série, même si je connais la fin

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.