..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

vendredi 2 mai 2014

La Suisse



Ce petit pays est trop plissé. Quand ce ne sont pas les Alpes, c’est le Jura qui s’y colle. Il est entouré de pays étrangers parmi lesquels la France, l’Italie et l’Allemagne. Du coup, ses habitants, d’un naturel copieur,  se sont mis, en fonction de leur proximité avec l’un ou l’autre de ces pays, à parler qui Allemand, qui Italien, qui Français. Il paraît même qu’un très faible nombre d’entre eux parlerait Romanche, une sorte de patois roman, mais je n’y crois pas trop. Les indigènes, dans un désir de simplification, ont choisi d’utiliser pour gentilé le nom de leur pays aussi la Suisse est-elle  habitée par des Suisses. On pourrait en conclure que le Suisse est affecté d’un défaut de prononciation ou d’une grave dysorthographie quand on constate qu’à l’arrière de ses automobiles se lit le code international « CH ». Détrompez-vous ! Ce « CH »  ne veut pas dire Chuichche mais « Confœderatio Helvetica », nom latin du pays. Ce qui nous rappelle de bien mauvais souvenirs.

Ignoreriez vous, chers descendants des fiers gaulois, que le plus grand des malheurs qu’ait connu notre  peuple, la colonisation, a pour origine les Helvètes, peuple celte des vallées suisses qui, un peu poussés à cela par des Germains, voulaient immigrer chez leurs amis Santons* (tribu celte à qui la Saintonge et Saintes doivent leur nom)? Ces fainéants, afin d’éviter  d’usantes grimpettes à travers le Massif Central, voulurent le contourner par le sud et pour cela traverser la Prouincia Romana. Ils demandèrent l’autorisation au proconsul,  Monsieur Caius Iulius Caesar, un romain pas très commode qui fit cependant une très belle carrière vu qu’il finit divinisé,  ce qui n’est pas donné à tout le monde.  C I C refusa et leur livra même bataille. Ainsi fut déclenchée la Guerre des Gaules avec les désastreuses conséquences que l’on sait : destruction de la magnifique civilisation gauloise et rédaction par Iulius Caesar de son De Bello Gallico dont la traduction d’extraits imposa tant de rudes efforts aux jeunes  latinistes de jadis.

Après avoir connu une bonne pilée à Marignan au cours d’une bataille dont la date laisse mal deviner la grande complexité et les enjeux, les Suisses cessèrent de guerroyer hors de leur territoire. Un temps  ennuyés par le bouillant Bonaparte, lorsque ce dernier se retira des affaires suite à de menues contrariétés, sa neutralité perpétuelle fut reconnue par le Congrès de Vienne. Neutralité qui fut respectée et demeure avec pour conséquence d’éviter les toujours coûteuses dépenses et destructions de guerre, de permettre de se remplir les poches en temps de conflit et de continuer de le faire ensuite. C’est pourquoi le Suisse est riche. Ses banques, son industrie horlogère, ses fromages, son chocolat, ses produits pharmaceutiques, l’irrésistible attrait que son régime fiscal  son climat exerce sur de riches étrangers, lui ont permis d’atteindre un niveau économique TRÈS élevé, si élevé que,  même en ses moments de plus grand délire, M. Mélenchon n’oserait revendiquer pour le travailleur français le montant de 3400€ de SMIC  mensuel (brut, quand même)qu’il est question d’y instaurer !

Notons pour l’anecdote une curieuse manie de ce pays: tout y est pimpant, net et d’une inquiétante propreté au point qu’on s’étonne qu’à ses frontières on ne soit pas prié de s’essuyer les pieds ou de laver ses pneus.

Une autre étrange caractéristique de ce peuple est la coutume qu’il a, et cela depuis 1891,  d’organiser des « votations » sur tout et n’importe quoi. Il s’agit de ce que des gens plus instruits que ces rustres nommeraient « référendums d’initiative populaire ». Ce serait une très bonne chose si ces mauvais sujets n’en profitaient pour légaliser la limitation de l’immigration ou la proscription des minarets. Ils ont même, par ce biais, refusé de rejoindre l’Union Européenne ! Ce n’est pas en France qu’on verrait de tels scandales se produire. Il faut dire que le Suisse est conservateur, voire réactionnaire : ce n’est que depuis 1971 que les femmes y votent !

Résumons-nous : un pays pacifique et riche où les citoyens peuvent librement s’exprimer sur des questions qui les intéressent. Vous faut-il vraiment d’autres raisons pour qu’en bon Français il vous inspire dégoût et mépris ? Est-il vraiment utile de vous déconseiller d’y mettre les pieds ?

*Il y a belle lurette (allez savoir pourquoi) que les Suisses ne viennent plus se réfugier chez nous.

31 commentaires:

  1. Parmi toutes les xénophobies qui affectent les Français, l'helvétophobie est la plus curieuse. On pourrait même dire qu'elle est la seule de ce type. En effet, alors que les autres xénophobies se fondent sur la supériorité que nous avons sur les autres étrangers (qui sont sales, arrogants, violents, malhonnêtes, sournois, agressifs, envahissants etc), l'hevétophobie a pour origine la supériorité que les Suisses ont sur nous et que nous essayons avec une mauvaise foi certaine d'appeler des défauts.
    Je ne leur en trouve qu'un: aucun de leurs hôtels n'a la vue sur la mer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais ils ont des lacs.

      Supprimer
    2. Je trouve que vous chipotez : le Lac Léman occupe plus des deux tiers de la superficie de la Mer Morte. Il suffirait de le saler à l'entrée et de le dessaler à la sortie et les Suisses auraient une mer tout à fait acceptable (avec ce qu'il faut d'hôtels ayant vue dessus !).

      Supprimer
  2. J'ai une version toute personnelle du CH sur leurs voitures, qui m'a été inspirée par leur agressivité au volant quand je parcourais notre belle Savoie.
    Vous voyez laquelle?

    RépondreSupprimer
  3. J'ai toujours cru que ce CH voulait dire Constructeur d' Horloge.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous confondiez avec la plaque "CC" (Constructeur de Coucous)...

      Supprimer
  4. Merci pour ce regard original! :-) Un pot de bon sang en début de journée.

    En parlant de Napoléon, je pense que vous savez que M. Napoléon III était suisse...

    Je vous cite: "Il paraît même qu’un très faible nombre d’entre eux parlerait Romanche, une sorte de patois roman, mais je n’y crois pas trop."

    C'est une langue à part entière (et non un patois), parlée par environ 1% de la populations suisse. En revanche, les germanophones suisses parlent des dialectes bien à eux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je m'en tiens à cette définition anglaise : "Une langue, c'est un dialecte avec une armée et une marine" ("A language is a dialect with an army and navy)". Où sont les armées et la marine Romanches ?

      Supprimer
    2. L'armée "romanche" serait en l'espèce l'armée suisse.

      A noter que la Suisse a aussi une marine marchande...

      Supprimer
    3. C'est d'une marine de GUERRE qu'il faut disposer !

      Supprimer
  5. Quoi ? c'est à cause de ces obsédés du ménage que j'ai dû subir le De Bello Gallico tout au long de ma quatrième ? Pas très difficile mais incurablement ennuyeux.
    Puisque c'est comme ça je ne leur achèterai plus de chocolat

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui... En fait je crois que la guerre des Gaules aurait eu lieu même sans eux, mais c'est une autre histoire... N'empêche que lire le De Bello Gallico dans le texte en 4e, ce n'est pas aujourd'hui qu'on verrait ça...

      Supprimer
  6. Bouh quelle horreur!
    D'ailleurs si les choses continuent au même rythme, ils ne nous laisseront même plus entrer
    chez eux. Ouf, ça soulage!
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais pu cacher la vérité, ne parler que des verts alpages où le sifflement de la marmotte se mèle au son du cor des alpes, mais c'eût été malhonnête et peu scientifique. Science et honnêteté étant mes deux mamelles, je me devais de dénoncer les tares de ce peuple.

      Supprimer
  7. Si peu de Suisses "ne viennent plus se réfugier chez nous", il n'en reste pas moins qu'il y aura de plus en plus de Suisses en France à l'avenir, du fait de tous ceux qui, pour une raison ou une autre, ont perdu cette nationalité mais qui sont autorisés à demander leur retour à la "mère patrie".
    Et s'il n'y en avait qu'une....

    RépondreSupprimer
  8. Robert Marchenoir2 mai 2014 à 13:55

    Parmi les activités économiques majeures de la CHuiche, vous oubliez l'industrie du CHiotte, ce qui m'étonne de la part d'un bricoleur émérite tel que vous. Ignoriez-vous que Geberit, la Rolls -- que dis-je, la Daimler de la CHasse d'eau, est suisse ?

    De toutes façons, c'est bien simple : en matière de bricolage et d'outillage, il y a deux nations qui valent quelque chose : la Suisse et l'Allemagne (ce qui est un peu la même chose). Le reste, c'est de la daube.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne peut pas parler de tout !

      Je trouve regrettable que vous ne vantiez pas les mérites de l'outillage électro-portatif Français : Peugeot fait fabriquer en Chine de très bons outils. Soyons patriotes !

      Supprimer
    2. Robert Marchenoir3 mai 2014 à 16:09

      Je n'ai jamais rien compris à ce que "Peugeot" faisait dans les outils. Du coup, je suis allé voir :

      http://www.peugeot-muller.com/Cms/18-accueil.html

      C'est très étrange. Je découvre une gamme beaucoup plus étendue que ce que j'ai pu observer chez les revendeurs, qui se limite aux ciseaux à bois et aux moulins à poivre. Leur catalogue est assez bien fait.

      http://www.peugeot-muller.com/modpub/modules/outils/pdf/catalogue-complet.pdf

      Cependant, il s'agit d'une gamme très déséquilibrée. Ils ont un choix important pour des métiers très spécifiques. Si vous êtes tailleur de pierre, sculpteur sur bois ou à la rigueur maçon, effectivement ça a l'air d'une bonne adresse. Même chose si vous êtes géomètre : ils ont une énorme gamme d'appareils de mesure à laser.

      Mais ce n'est en aucune manière un outilleur généraliste. Les seuls appareils électro-portatifs que je vois sont des malaxeurs pour peintres ou maçons (très peu portatifs, d'ailleurs).

      Vous êtes sur que c'est fait en Chine ? Si vous voulez une truelle forgée avec manche en hêtre, Peugeot peut être un bon choix, mais ça m'étonnerait que ce soit fait en Chine.

      Maintenant j'aimerais bien savoir où c'est distribué. Je n'ai jamais vu nulle part l'écrasante majorité de ces outils.

      Quant à l'histoire de l'entreprise, je n'y comprends absolument rien :

      http://www.peugeot-muller.com/Histoire/

      C'est un mic-mac d'entreprises et de marques différentes mal collées entre elles. Même la parenté avec les automobiles Peugeot n'est pas expliquée. Pourtant, c'est bien de là qu'ils tirent leur notoriété ! Et ils ont l'air de toujours fabriquer des moulins à poivre ! Quel rapport avec la choucroute ?

      http://www.peugeot-muller.com/Cms/38-societe.html

      Hélas, ils n'ont pas l'air de les vendre ! Ce n'est pas dans leur catalogue ? What ze feucke ?!?

      "Le groupe PSP,leader mondial des moulins de table sous licence Peugeot [c'est une licence : donc plus rien à voir avec Peugeot, c'est juste un nom], a souhaité diversifier ses activités en renouant avec le métier d'origine de Peugeot : l’outillage à main. Créée en 1989, [donc c'est super récent] cette société familiale compte déjà plus de 450 collaborateurs [hahaha ! plus de 450 collaborateurs ! autrement dit, il n'y a personne...] répartis entre la division « table et cuisine » et la division « outillage à main ». [On voit tout de suite le rapport entre les deux secteurs d'activité... j'achète mes moulins à poivre et mes niveaux à laser au même endroit, en général...]."

      "Notre département Recherche et Développement (8 collaborateurs)... [ah ouééé... 8 personnes... tout de même...] La présence d’un Designer intégré au sein du service R&D... [UN designer... putain... les Allemands font dans leur froc...]"

      "La qualité des outils MULLER et METLAND est assurée par notre département Qualité [bah oui connard, on se doute bien que c'est pas le service comptable qui s'en occupe...] qui a pour mission de contrôler que les produits livrés répondent à toutes vos attentes notamment en terme de résistance, de confort mais surtout de sécurité. [En revanche, les outils Peugeot sont d'une qualité de merde, et tout le monde s'en fout chez PSP Outillage]"

      Que voilà une entreprise bien foutraque et bien franchouillarde. J'achèterais bien une truelle Peugeot si j'en avais l'usage, le problème c'est que je n'en vois jamais.

      Cependant, je crois savoir ce qui vous attire dans les outils Peugeot :

      "1890 : Le premier Quadricycle à gazoline de marque PEUGEOT à moteur Daimler est fabriqué à Valentigney."



      Supprimer
    3. Merci pour ces intéressantes recherches bien que l'on en sorte plus intrigué qu'éclairé. Pour ma part, j'avais, il y a plus de 10 ans, acheté une ponceuse de marque Peugeot, fabriquée en chine et qui ne me donna pas entière satisfaction.

      Quant à Daimler, vu qu'il fut le co-inventeur du moteur à explosion qu'il perfectionna, il était normal qu'en 1890 le quadricycle Peugeot en fut équipé. La société allemande Daimler fusionna avec Benz pour donner Daimler-Benz qui devint ensuite Mercedes-Benz. La société anglaise Daimler fut créée pour exploiter les brevets de M. Daimler par un certain Simms en 1896 à Coventry. Daimler sera racheté en 1960 par Jaguar qui utilisera cette marque pour ses modèles de luxe.

      Supprimer
  9. Tous des fassuisses rachistes ces Scistes schprttt !

    RépondreSupprimer
  10. Vous n'y êtes pas maitre Jacques, CH c'est pour : "un chou chest un chou" (traduction en bon français : un sous c'est un sous). Car le Suisse, pardon, le Chuiche, en plus d'être maniaquement propre, très leeeennnnt, et bourreau d'enfant (en témoigne cette coutume de faire des concours d'arbalète en prenant pour cible des pommes posées sur la tête de malheureux enfant) est rapiat et âpre au gain comme c'est pas permis.
    C'est comme cela qu'il a pu s'enrichir alors que le Français, toujours généreux et insouciant, s'est ruiné en bonnes oeuvres.
    Franchement, je me demande ce qu'on attend pour les envahir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Difficile.
      Si soupçonneux qu'ils dorment avec le fusil automatique sous le traversin !

      Supprimer
    2. Bah, bah, bah ! Nous, nous avons le Charles de Gaulle. Flotte petit drapeau !

      Supprimer
    3. Vous avez raison, Aristide : faisons remonter le Rhône par le Charles De Gaulle et attaquons-les par surprise, pillons leurs richesses et soumettons-les à un lourd tribu. Je m'étonne que M. Valls n'y est pas songé (à moins qu'il ne juge plus avisé de s'y préparer en secret).

      Supprimer
    4. Manuel Valls n'a pas songé à la question du tribut. Jean-Luc Mélenchon, en revanche...

      http://www.lematin.ch/suisse/melenchon-j-lintention-poches/story/23422907

      Supprimer
  11. Cher Jacques, merci pour ce précis de géographie et géopolitique. "Ce petit pays est trop plissé." Pas UN mot de trop. C'est sublime.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, cher Al ! Le scientifique, le vrai, se doit d'être concis. Je m'efforce de l'être.

      Supprimer

Les commentaires sont fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.