..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

vendredi 23 mai 2014

Tous les soupçons mènent au Rrom !



Voyager demeure une source d’expériences enrichissantes. Ce ne sont pas les Espagnols qui en leur Siècle d’Or contèrent les aventures des Picaros qui me démentiront. Ainsi ai-je pu, tandis que ce matin  nous faisions quelques achats alimentaires dans le leader Price local, assister à une scène propre à plonger nos plus abrutis bobos dans un océan de perplexité. A moins, bien entendu que leur phénoménale capacité à ignorer ou à reconstruire la réalité ne leur permette de tirer une leçon positive de ma narration.

Or donc, tandis que nous nous apprêtions à régler nos achats (on est traditionnaliste ou on ne l’est pas), entendîmes-nous, le vigile qui se trouvait derrière les caisses intimer d’une voix forte à un groupe de clientes de bien vouloir remettre les produits dont elles s’étaient emparées dans leur panier ou en rayons car  autrement elles se verraient arrêtées et poursuivies pour vol lors de leur passage en caisse. Le vigile, comme il se doit, se trouvait être d’origine africaine et de haute stature. Ce qui aura son importance par la suite.

Les victimes de ces odieuses menaces, trois femmes d’âges divers mais dont le teint trahissait une longue exposition aux ardeurs de l’astre solaire, quittèrent quelque temps plus tard le magasin sans pour autant négliger de s’en prendre avec véhémence à leur tourmenteur. Du discours de leur meneuse, il ressortit que ces trois honnêtes clientes avaient été victimes du plus odieux des crimes qui se puisse imaginer en notre époque où le délit est pourtant devenu un mode de vie : le racisme, puisqu’il faut l’appeler par son nom ! Les honteuses accusations auxquelles elles avaient été en butte étaient dues au fait qu’elles étaient Gitanes !  Eussent-elles été Gauloises ou Marlboro nul n’eût osé souiller leur honneur d’un tel affront. Gardant son calme, le débonnaire vigile leur assura que ses propos n’étaient nullement dus à un quelconque préjugé envers une communauté dont nul  ne saurait contester la pointilleuse probité mais à ce qu’avaient montré d’indiscrètes caméras de surveillance comme il arrive qu’en installent en leurs locaux les commerçants dont la confiance en l’humain n’est que partielle. Son interlocutrice le somma de lui montrer les images incriminantes, elle n’alla cependant pas jusqu’à dire que placer la viande dans ses collants était une technique de  pré-cuisson permettant de gagner un temps précieux lors de sa préparation.  Le bon Noir lui proposa de les lui montrer. C’est alors que la brave dame se mit à battre la campagne, commettant dans son emportement le crime même dont elle se disait victime de la part de son persécuteur : elle le traita de « ramasseur de coton » (l’assimilant ainsi aux malheureux esclaves des plantations du Sud des États-Unis) et s’avoua d’autant plus offensée de voir sa fierté bafouée de la sorte par un Noir. On la sentait au bord de remettre d’une gifle méritée le présomptueux à la place que lui désignait sa triste nature.

Après avoir juré que le magasin n’était pas près de bénéficier à nouveau de leur clientèle, les trois femmes sortirent. Un employé revint vers la caisse en déclarant avoir trouvé dans divers rayons une douzaine de magrets de canard.  La caissière confirma que depuis une quinzaine de jours un groupe de « Gens du voyage » récemment installé sur la commune venait en permanence commettre des larcins, changeant d’équipe chaque fois  que les voleuses se voyaient repérées…

Tentative d’interprétation antiraciste :

  • La crise qui touche les plus précaires d’entre nous les réduit à voler leurs magrets dans des magasins discount. 
  • Les sociétés de la grande distribution par une politique de prix exagérés amènent diverses communautés défavorisées à s’affronter en des conflits sans fondement. 
  • M. Étienne ne se contente pas d’inventer d’invraisemblables histoires mais les conte sur un ton goguenard montrant sa profonde indifférence face à la misère qu’il n’hésite pas à taxer de tous les vices, pendons-le !

18 commentaires:

  1. Cette pure invention me confirme dans ce que je soupçonnait depuis déjà un moment : vous êtes un vieil enculé bronzophobe, et je vous prierais de ne plus jamais m'adresser la parole.

    (Par contre, s'il vous reste un fond de whisky, je suis preneur…)

    RépondreSupprimer
  2. Robert Marchenoir24 mai 2014 à 01:50

    D'autant qu'il n'y a pas de magrets de canard en Espagne. Le magret, c'est français, Môssieur ! Ce n'est tout de même pas avec leur barbaque frelatée que les Espingouins vont essayer de nous impressionner, non ? Et puis est-ce que vous avez coupé le compteur EDF, tiens ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "barbaque frelatée"? Comme vous y allez! Je suppose que vous n'avez rien contre le jamón serrano!

      Supprimer
    2. Nous sommes encore dans les Landes où le canard abonde !

      Supprimer
  3. C'est plutôt qu'après un billet comme celui-ci il ne faudra pas vous étonner de trouver à votre retour 26 caravanes dans votre jardin, histoire de vous faire aimer la guitare, les danses enflammées à la lueur du feu de camp et les étoffes colorées...

    RépondreSupprimer
  4. On ne dira jamais assez les ravages que font les impératifs de la publicité pris au pied de la lettre par des communautés soucieuses de s'intégrer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement! Ça commence par le magret, ça devrait finir par la Marseillaise avec tous ses couplets.

      Supprimer
    2. L'intégration est déjà totale !

      Supprimer
    3. Robert Marchenoir24 mai 2014 à 18:03

      Evidemment ! C'est la faute au libéralisme !

      Supprimer
  5. Mais voyons maître Jacques, les trois à la fois. Vous avez tout inventé, c'est un coup de la grande distribution pour monter les composantes de la diversité les unes contre les autres, et de toute façon elles n'avaient pas le choix : c'était ça ou mourir de faim.
    Et s'il vous plait, n'aggravez pas votre cas en me disant que tout cela est un peu contradictoire : la logique c'est un truc de droâte, n'importe quelle féministe vous le confirmera.

    RépondreSupprimer
  6. Tiens, je vais vérifier si la maison est bien fermée^^

    Chez nous recrudescence de cambriolage au printemps, migration de Roms oblige! Dans la vallée, nous en sommes épargnéés, nous sommes sur les contreforts, le secret pour tenir les campements de Roms éloignés, vivre sur dans une région pentue, pour les caravanes ça le fait pas!

    RépondreSupprimer
  7. Mes soupçons mènent au RHUM et c'est tout!

    RépondreSupprimer
  8. Quand je pense que des commerçants sans scrupules font appel à des ex-colonisés pour faire régner
    la terreur en s'en prenant aux Pludéfavorizés dans leurs magasins, je frémis d'horreur.
    Plus jamais je ne mettrai les pieds dans cette enseigne...d'ailleurs, jamais je ne les y ai mis...j'en sentais
    d'avance le remugle nauséabond, sans doute.

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour,

    pour information, vous avez été copié/collé et "décrédité" ici : http://www.tunivers.com/tous-les-soupcons-menent-au-rrom/

    Vous n'êtes pas le seul dans ce cas, hélas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour l'info. Je ne le prends pas mal et vu que l'auteur d'un billet ainsi volé a déjà répondu avec humour et talent à cette soi-disant universitaire, je m'en tiendrai là...

      Supprimer

TOUT COMMENTAIRE ANONYME SERA SUPPRIMÉ;