..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

vendredi 21 octobre 2011

Histoire cochonne



Grâce à M. Paul Hodell-Hallite, un ami de Facebook, j'ai eu ce matin la joie ineffable de lire un très intéressant article. Pour ceux qui auraient la flemme de le lire in extenso, je le résumerai. Dans un charmant village d'Ardèche, Alba-la-Romaine, vivent côte à côte les familles G. et B. Comme bien des voisins, ils entretiennent d'excellentes relations. M. G. montre ses fesses aux enfants B. tandis que M. B. déclare que « La cabane (NDLR : du cochon), va brûler avec de l’essence. Mais pas vu, pas pris. Ils font ch… ces Français de m… ». Bref, tout va pour le mieux dans le meilleur des voisinages possibles.

Les plus perspicaces d'entre vous auront  noté qu'un porcin semble être venu semer le trouble entre ces braves gens. Eh oui ! Ce suidé est, pour reprendre l'expression d'Audiard,"la mouche dans le lait", la pomme de discorde, le grain de sable qui va venir détraquer la délicate mécanique de l'amitié et du vivre ensemble. En effet, selon M. B. les G. auraient donné au porc son prénom : Mohamed !  Plutôt que de se sentir  flatté de cette délicate attention, M. B., bon musulman, s'en offusqua. Il crut y déceler on-ne-sait-quelle insulte raciste puisqu'il saisit le MRAP local de l'affaire.

De son côté, les G. nient la réalité de ces faits. Selon Mme G., le cochon, qui ne lui appartient pas, s'appellerait en vérité "Babe, comme dans le film."

C'est parole contre parole. 

Si quand les G. appelaient ce cochon de passage, d'emprunt ou d'adoption "Babe",   M. B. entendait "Mohamed", on ne saurait trop lui conseiller de passer un test d'audition, voire de consulter un psy, histoire de se faire expliquer le sens du mot "paranoïa".

Si, au contraire,  les G. avaient bel et bien surnommé le porcin de discorde "Mohamed", son homonyme d'outre-clôture n'aurait pu y voir qu'une de ces plaisanteries de bon voisinage qui ne saurait résister à un franc échange de coups de feux à l'arme lourde. Au lieu de cela, il saisit le MRAP ! Alors que les G., eux, ne l'ont pas fait lorsque le facétieux B. les traitait, dans un accès de bonhommie bien compréhensible, de "Français de m...".

Le pire est que la direction locale du MRAP au lieu, comme l'eût fait tout en chacun, d'éclater d'un irrépressible rire à l'énoncé de ces différends semble prendre l'affaire au sérieux...

Cette histoire me fait repenser à un ivrogne breton, rencontré du temps de ma jeunesse, qui avait nommé son chien "Pompidou" et le traitait ...  ...comme un chien ! Je ne me souviens pas que le président, vexé, ait poursuivi l'irrespectueux citoyen. A moins que, se  contentant d'en rire, personne n'ait jugé utile de prévenir le bon auvergnat des affronts qu'on lui faisait quotidiennement subir ?

Peut-être que les temps et les gens ont changé ?

12 commentaires:

  1. Jacques-Etienne,

    N' y voyait aucune flagornerie de ma part, vos articles sont reposants même si les sujets sont graves.

    Mais revenons à nos moutons, je ne voudrais pas avoir des ennuis avec le M.R.A.P., mais ce cher Monsieur G a encore bien de la chance car il pourrait encourir une Fatwa et terminer sa vie, lui et sa petite famille, protégé par la police comme les caricaturistes des journaux danois ou un certain Redekeret et que Mouloud Aounit, le président du MRAP, comparait Robert Redeker à Ben Laden.

    Effectivement, les temps changent.

    RépondreSupprimer
  2. Castigo ridendo mores, Grandpas, ridendo !

    RépondreSupprimer
  3. Dur dur de s'intégrer à la campagne quand on est arabe et qu'on a des voisins un peu cons. Il faudrait conseiller à Mohamed la lecture de Marcel Aymé et Maupassant pour relativiser son malheur (si l'autre imbécile a vraiment appelé son cochon Mohamed). Quand on voit les vacheries que les paysans se font entre eux, et les façons amusantes qu'ils ont de ranimer de vieilles querelles qui datent du temps où Jean Desbois a bouché la fontaine de François Desmarais, un peu après la révolution, on ne s'offusque plus de petites choses aussi futiles que le prénom ou le nom de famille donné au cochon à l'engrais, au coq fainéant ou au chien idiot.
    La seule chose bizarre, c'est le Mrap par dessus tout ça. Et alors ? On n'a pas le droit de se conflicter avec son voisin s'il est arabe sans déranger le mrap et la halde ? Les Arabes ne sont pas des voisins comme les autres ? Voire des voisins aussi cons que les autres ?

    RépondreSupprimer
  4. D'expérience, j'ai vu des arabes s'intégrer très bien dans les villages. Peut-être en avaient-ils le désir ?
    Parlant de coqs fainéants, au cas où je donnerais suite à mon projet de basse-cour, je me demande si nommer le mien DSK serait propitiatoire...

    RépondreSupprimer
  5. je signale en passant que ce cochon a l'air complètement dans le vent, car Babe, quand même est un prénom féminin, donc non seulement il a changé de nom in petto, pour rester incognito, mais il a en plus changé de genre.. ce qui est quand même du dernier snob.. ou S.Nob. as you want ;-))

    par ailleurs je trouve que si on peut appeler son cochon Fernand car le cousin est un brèle, y'a pas de raison de pas pouvoir l'appeler Mohammed, car le voisin fait ch***; en fait c'est plutôt un très beau signe d'intégration, je ne suivrais donc pas du tout Suzanne sur ce point je trouve ça très drôle, et je pense Chère Suzanne, que vous n'ètes pas assez paysan de l'intérieur..!!! Geargies

    RépondreSupprimer
  6. Alba la Romaine...

    RépondreSupprimer
  7. Vous parlez d'intégration J-E, mais vous n'êtes pas loin de vous fourvoyer dans le politiquement correct. Dans cette région où l'on chasse le sanglier, où l'on s'en partage entre amis, même venus d'ailleurs, les meilleurs morceaux, et ce depuis toujours, qui de Mahomet ou du cochon doit s'adapter ?
    De l'humour bête à la bêtise sans humour ?
    Cet article contrairement à ce que vous pouvez penser, ou comme le pense Suzanne, ne met pas en lumière de gros beaufs infréquentables (ce qu'ils sont peut-être par ailleurs), mais bien un problème d'intégration de gens dépourvus d'humour qui ne supportent pas de voir un cochon s'appeler Mohamed.
    Des icissiens.
    Des bernard l'hermite.
    Des coucous.
    Des musulmans en Helvie...(Une imposture qui ne fait pas rire.)

    Ce genre d'humour n'est pas forcément ma tasse de thé, mais je me battrai pour que ces gens puissent toujours le faire.

    RépondreSupprimer
  8. A propos d'intégration, j'en ai parlé il y a longtemps chez D-G, j'ai connu un Tunisien, qui fut aussi un ami, qui poussait loin son désir d'être Français. Quand il nous préparait du couscous, par malice, il y glissait volontier une ou deux chipolatas. (hérésie même pour un bouffeur de cochon).
    Il l'a poussé si loin son désir d'intégration, qu'il est mort sans voir passé la soixantaine; d'une cirrhose.
    En vrai Français.

    RépondreSupprimer
  9. Sans voir passé la soixantaine c'est une faute;
    Sans avoir passé la soixantaine c'en est plus une.

    RépondreSupprimer
  10. "N'en est" plus une.
    "Volontiers"

    Huummmm.
    Heureusement que vous passez plus de temps sur vos choux que sur les copies désormais...

    RépondreSupprimer
  11. fredi, je ne sais pas d'où vous tirez que je soutiendrais ce bon Momo. Je crains non seulement qu'il manque d'humour mais comme sa femme, sur la photo qui accompagne l'article, porte le voile, je crains qu'il ne soit un peu intégriste... Ce qui ne me plaît pas vraiment. Ce que je trouve le plus comique dans l'affaire, c'est les gens du MRAP qui prennent ça au sérieux.

    RépondreSupprimer
  12. Je vous recommande les merguezs PUR PORC,de la Trappe de Bricquebec.
    http://1.bp.blogspot.com/_N9DfS8Fj80o/S4BN6i_MjKI/AAAAAAAABKQ/42Lyo_15QEc/s320/IMG_0557.JPG

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.