..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

mercredi 13 janvier 2016

J'voudrais bien (ouin, ouin, ouin) mais j'peux point (ouin, ouin, ouin) !

Je remarque chez beaucoup, et dimanche dernier chez l'ami Fredi, une tendance certaine au pessimisme. Notre siècle s'annoncerait mal. Comme s'il y en avait eu qui se fussent bien annoncés ! Il y a deux manières de considérer le précédent : soit comme un temps de grands progrès scientifiques et techniques, soit comme celui du summum de la barbarie occidentale avec son cortèges de boucheries guerrières et d'hécatombes totalitaires. Selon que l'on choisira l'une ou l'autre vision on considérera les changements qui affectent le siècle nouveau d'un œil différent : les enragés de l'autoflagellation se réjouiront de l'apparente disparition de ce qui a leurs yeux a engendré les drames du XXe siècle, les nostalgiques y verront les prémisses de la destruction d'une civilisation.

Les sirènes de l'optimisme « progressiste » comme du pessimisme « réac » sont peut-être séduisantes mais j'ai du mal à à céder à leur appel. Ne serait-ce que parce que je n'ai pas de boule de cristal. Et peut-être aussi parce que la division de l'histoire en siècles est arbitraire et qu'en admettant qu'elle ne le fût pas nos pronostics sur le déroulement du XXIe siècle, en son an seize ne sont ni plus ni moins fiables que ceux qu'auraient pu faire nos aïeux en l'an seize du leur. Qui en 1716, alors que commençait la Régence, eût pensé que son siècle, en sa fin verrait l'avènement du consulat et eut imaginé les multiples soubresauts qui allaient y mener ? En résumé, de l'avenir nous ne savons rien.

Donc, pour faire simple, commence un siècle qui sera ce qu'ils sera ou plutôt ce que nos successeurs en feront. Je n'en verrai pas plus que ma fille la fin. Vu que je ne crois pas en l'Âge d'Or, je n'ai pas plus de regret du siècle dernier que je n'ai de crainte face au nouveau. Le XXe siècle vit conjointement de grands progrès ET d'inouïes barbaries (la technologie au service du massacre de masse !) il n'y a, quand on n'a été à l'origine ni des uns ni des autres, aucune raison de s'en sentir coupable ou nostalgique. La seule chose certaine est que, selon notre calendrier, il est à jamais révolu.

Envisager l'avenir avec confiance est essentiel voire inévitable. Dans le cas contraire, que faire ? Pleurer le temps passé ? Ne rien entreprendre puisque tout finira dans le chaos ? Notre destinée individuelle, quels que soient les efforts que nous fassions pour nous voiler la face, mène forcément à une fin plus ou moins tragique. Est-ce une raison pour passer sa vie à le déplorer et à ne rien entreprendre ? Les civilisations anciennes, si brillantes qu'on ait pu les considérer, ont fini par céder la place à d'autres pour le meilleur ou pour le pire. Son inéluctable fin peut être hâtée ou retardée selon le jugement qu'on porte sur sa civilisation. Se refuser à mettre au monde des enfants au prétexte que l'avenir serait incertain ou lourd de menaces est une des plus efficaces méthodes pour en rapprocher le terme.

C'est pourquoi, bien qu'essayant de considérer le spectacle qu'offre la France d'aujourd'hui avec un noir pessimisme de bon aloi, je n'y parviens pas et quand ma fille m'annonce son projet de mariage en vue de fonder une famille, j'en suis heureux et ne peux que lui dire : « Vas-y, fonce, ne t'occupe pas des signaux ! ».

DERNIÈRE MINUTE :

Il semblerait qu'il y ait de l'eau dans le gaz chez les Tourterelles : 


10 commentaires:

  1. Rien à ajouter, si Mazel Tov pour votre fille.
    Par contre des tourterelles qui d'engueulent, mauvais présage, il de suite faire appel aux casques bleus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour les vœux ! Je transmettrai.

      Pour les tourterelles, ça semble s'arranger.

      Supprimer
  2. Pour les tourterelles, ce n'est peut-être que passager.
    L’âme slave est quelque fois un peu excessive.
    Tous mes vœux de bonheur à votre fille et au futur heureux beau-père, puis grand-père.
    Droopyx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les tourterelles roucoulent à nouveau comme un portugais dans son garage. Merci pour les vœux !

      Supprimer
  3. Vous voilà donc revenu au rôle qui vous convient le mieux : celui du sage qui sait apaiser les craintes de ses lecteurs. Gageons que vous saurez même réconcilier les tourterelles!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tel est mon rôle, je n'ai pas à en rougir. Cependant, les tourterelles semblent s'être rabibochées sans que j'intervienne. A moins qu'elles me lisent et que se voir si éloignées leur ait donné à réfléchir. Alors que le jour se lève elles sont côte à côte.

      Supprimer
  4. Il est toutefois possible d'observer une trajectoire, un mouvement d'ensemble.
    Ex, pour l'industrie: en 1914, 80% des produits manufacturés sur terre venaient d'Europe. Aujourd'hui...
    Et l'on peut multiplier les exemples dans un tas de domaines, dont le plus essentiel me semble être la démographie.

    Alors oui, il demeure primordial de conserver la foi en l'avenir, en dépit des signaux que nul ne peut ignorer. Mais cela s'appelle croire et non plus penser.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne nierai pas que le rôle économique de l'Europe se soit amoindri de même que sa démographie est faible. Mais y vit-on plus mal. Est-il nécessaire de dominer pour survivre ? J'en doute. Ce qui me paraît le plus grave, c'est la crise morale, l'autoflagellation qui nous mine.

      Supprimer
  5. Trop nombreux ? Difficile de déterminer ce que serait le nombre optimum. N'importe comment, en Europe la croissance de population est due à son vieillissement et à l'immigration.

    RépondreSupprimer
  6. Qu'est-ce qui nous dit que le climat malsain ne finira jamais ?

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont ouverts !