..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

mardi 19 janvier 2016

Pierre, Paul, Jacques, Jean et la malédiction des Michel

Allez paf, encore un Michel qui nous claque entre les doigts ! Ce coup-ci, c'est le modèle de chez Tournier qui a avalé son bulletin de naissance. Un modèle qui avait fait bien de l'usage. Quatre-vingt onze ans au compteur : il avait fait du rab le Michou. Dire que j'en suis tourneboulé serait exagéré. J'ai le vague souvenir d'avoir, influencé par la rumeur publique qui en colportait le plus grand bien, ouvert son Robinson et l'avoir trouvé bien chiant. En ai-je seulement terminé la lecture ? Qu'importe ? Un Michel de plus vient d'être fauché. Pour que l'affaire fût parfaite, il eût fallu qu'il eût soixante-neuf ans mais on ne choisit pas sa date de naissance, que voulez-vous.

Il y aurait donc une malédiction des Michel. Je n'y crois pas un instant. Si tant de Michel referment leur parapluie, c'est que des Michel il y en a eu des tas, un temps fut. Alors, sur le tas des calanchés du début d'année, on en retrouve fatalement plusieurs. D'ici trois ou quatre décennies, ils n'encombreront plus les oraisons funèbres. Pas plus que ne le feront les Jacques, les Jean-Quelque-Chose, les Gérard, les Alain. Les prénoms qui faisaient florès dans ma jeunesse ne sont plus donnés. Sur des centaines d'élèves, ces dernières décennies, je n'ai rencontré qu'un seul Jacques, pas plus de Jean, quelques Pierre, quelques Paul (prénom ringard dans les années cinquante) et pas le moindre Michel. Les Jules, avec un parfum suranné d'avant-guerre de 14, revenaient un peu.

De nos jours, musulmans mis à part, on fait dans l'original, on innove, on se distingue. On les veut exceptionnels, ses enfants. Bien sûr, pour la plupart, ça s'arrêtera au prénom. C'est déjà ça. Ça entraînera la fin des hécatombes. Faudra que les journaleux trouvent autre chose. Je leur fais confiance.

18 commentaires:

  1. Et moi qui étais toute honteuse de n'avoir jamais lu ces deux livres de Tournier, dont on nous rebat les oreilles ce matin, et qui m'apprêtais à... Et voilà que vous avez tout foutu par terre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon avis n'est pas parole d'évangile. Suivez vos envies !

      Supprimer
  2. Bonjour Monsieur des Collines :
    une amie m'a dit, en rigolant à peine, que Michel Fugain, en apprenant cette avalanche de décès "michelesque" (Galabru, Delpech, Tournier)de ce funeste mois de janvier, s'était enfermé à double tour dans sa maison. Il n'en ressortira que le 1er février, quand les influences astrales seront plus bénéfiques pour les quelques Michel survivants. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a tort : d'autres Michel mourront en 2016 et on n'échappe pas à son destin en s'enfermant chez soi, fût-ce à double tour.

      Supprimer
  3. "Michel Tournier : enfin un auteur que j'ai lu. Oui, j'ai lu tout son livre pour enfants "Vendredi et la vie sauvage", car ce roman était au programme de lecture obligatoire à l'école primaire."
    Signé : Flower Pilgrim, Ministre de la Culture :)"
    (qui n'a pas le temps de lire de romans, pas même ceux du prix Nobel Modiano, alors qu'elle est Ministre de la Culture)

    RépondreSupprimer
  4. A propos de prénom, j'ai entendu de jeunes parents leur garçon respectif, l'un Mayeul et l'autre Roch comme saint Roch.
    Pour le deuxième, je me suis fait la remarque suivante: " j'espère que le nom de famille n'est pas Amadour".
    Pauvre gamin:" Et Roch Amadour, tu es dans les grottes.

    RépondreSupprimer
  5. Tout à fait d'accord avec vous...mais je suis tout de même bien content
    de ne pas me prénommer Michel...allez savoir...
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
  6. Les prénoms, ça va, ça vient. Mais Roch est un prénom relativement courant par chez moi et le 16 août est fêté. On y fait bénir des petits pains après la procession.

    RépondreSupprimer
  7. La Saint-Roch en Balagne, quand j'étais petite, très grand moment !

    RépondreSupprimer
  8. Dans ma promo d'école d'ingénieurs, 167 garçons nés entre 1960 et 1962 grosso modo : 10 Philippe, neuf Michel , huit François. Pas de Michel dans les amis de nos enfants !
    2070 : hécatombe de Kévin et Jordane !

    RépondreSupprimer
  9. Avec cette hécatombe de Michel, il paraît que Houellebecq ne fait pas trop le malin, depuis quelque temps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Détrompez-vous ! Houellebecq est prêt à affronter son destin depuis qu'il sait vous vous êtes chargé de sa renommée posthume!

      Supprimer
    2. Il a tort de s'en faire : à le voir on sait tout de suite qu'il pète la santé !

      Supprimer
  10. je suis ravie que mes petits enfants portent de beaux prénoms comme Pierre,Victoire, Simon, Victor, Paul, mais c'est des petits bourgeois de souche, des sales mômes quoi

    RépondreSupprimer
  11. Quand viendra le tour de trépasser des Kevin, je serai aux abonnés absents depuis longtemps...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allez, vous nous enterrerez tous et même quelques Steve par dessus le marché !

      Supprimer