..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

lundi 18 janvier 2016

Diabolisation et alliances

Je ne sais pas si ça vous arrive mais moi j'entends parfois des gens proférer au sujet des immigrés et autres migrants des propos qui, s'ils étaient tenus publiquement par un militant FN lui vaudraient une suspension immédiate tandis qu'il offrirait aux media bien pensants l'occasion d'une nouvelle campagne haineuse. Quand vous leur demandez vers où va leur vote, vous avez la surprise d'entendre qu'ils choisissent des partis qui encouragent le multiculturalisme, défendent l'idée que l'immigration enrichirait la France et tout ce qu'ils déclarent réprouver. Si vous leur suggérez qu'un vote FN serait plus en accord avec leurs opinions, ils poussent les hauts cris. Comment pourraient-ils apporter leur suffrage au seul parti qui, de façon plus modérée certes, partage leur point de vue ?

Comment expliquer cette apparente schizophrénie ? C'est que la diabolisation fonctionne encore suffisamment pour que bien des gens répugnent à introduire une dose de cohérence entre ce qu'ils pensent et leur choix. Selon moi, ils ont tort car tous ces gens "raisonnables, posés et de sens rassis" ne sauraient qu'avoir une influence apaisante sur un mouvement quel qu'il soit. Sans compter qu'il est hautement improbable que dans certaines régions les 45% qui ont voté FN soient TOUS de parfaits abrutis assoiffés de sang, ne serait-ce que parce que cette dernière catégorie n'est pas si répandue et que bien des parfaits abrutis assoiffés de sang votent à gauche.

Bien que journalistes et politiques n'inspirent guère confiance à une large majorité ils sont, à force de répétitions, parvenu à inculquer une sainte trouille de ce parti chez une majorité, décroissante certes, mais une majorité quand même. Ils n'ont donc pas perdu leur temps et la digue qu'ils ont inlassablement construite pour contenir le flot de la pensée identitaire semble jusqu'ici tenir. Seulement, il semble également qu'elle connaisse des failles et les failles, c'est mauvais pour les digues, très mauvais, surtout quand ceux qui les ont construites ne disposent plus de matériaux idéologiques nouveaux pour les combler.

Devant la lassitude croissante et la perte d'efficacité qu'engendrent les discours diabolisateurs, on a vu apparaître de nouveaux argumentaires : ceux du plafond de verre, du manque de compétence des équipes et du programme économique irréalisable. Ce dernier point est par définition stupide : quand un programme est irréalisable, on en applique un autre ! Ce n'est pas M . Maurois qui m'aurait contredit là-dessus. Quant au manque de compétence et d'expérience, quand on voit le spectacle qu'offrent depuis bientôt quatre ans les divers gouvernements socialistes, il faut un sacré self-contrôle pour ne pas s'étrangler de rire face à un tel argument ! Sans compter qu'experts et hommes d'expérience se rueraient au secours de la victoire comme hommes de gauche à Vichy.

La notion de plafond de verre me paraît présenter un peu plus d'intérêt. Tous les fins analystes politiques qui viennent finir leurs après-midis autour du bon Yves Calvi vous le diront et répéteront : on ne peut pas gagner d'élections sans alliés. Un LR sans UDI, un PS sans EELV, Radicaux de Gauche et PC ne sauraient être majoritaires. En gros, faute d'unir une carpe et un (voire plusieurs) lapin(s) aucun mariage ne saurait réussir. Et si c'était tout le contraire ? Si les alliances contre nature ne pouvaient mener qu'à des déconvenues ? Ne serait-il pas indispensable pour gouverner un pays qu'un parti dispose du soutien clair et affirmé d'une nette majorité des électeurs ? Comment un parti pourrait-il mener une politique cohérente susceptible de satisfaire ses partisans s'il s'allie à d'autres qui n'ont que mépris et/ou haine envers lui et dont les tenants ont d'autres aspirations ? Les alliances ne mènent qu'à l'impuissance et au bricolage. Est-ce ce dont a besoin un pays en grave crise ?

24 commentaires:

  1. Quand j'entends ce pitre d'Estrosi ces jours-ci, Bertrand hier, je me dis que tous les bricolages sont possibles pour garder la main sur les affaires.

    RépondreSupprimer
  2. Et quand vous entendez, Dimanche matin sur Europe1, Escroc-si,(Estrosi) dire "benoîtement" : "le FN c'est l'ennemi à abattre"... Pauvre "motoman", il n'a pas d'autres ennemis en France en ce moment ?

    RépondreSupprimer
  3. Les Français je crois, sont des légitimistes. Reste à savoir jusqu'à quel point de rupture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'entendez-vous au juste par légitimistes ?

      Supprimer
    2. J'entends par légitimistes qu'ils ne sont pas portés à l'aventure, qu'ils privilégient toujours les partis qui s'auto-définissent comme partis de gouvernement.

      Supprimer
    3. Mais jusqu'où comme vous disiez ?

      Supprimer
  4. A chaque élection, ils en sont à espérer que leur truc de "plafond de verre" tiendra jusqu'à l'élection d'après. Cela peut-il encore durer ? Et jusqu'à quand ? Je serais curieuse de le savoir !

    RépondreSupprimer
  5. Leur but, c'est de tenir jusqu'à ce qu'il ne soit plus possible de faire marche arrière. Il faudra alors composer avec l'Islam, accepter une bureaucratie dictatoriale, se faire une raison face au chômage de masse, se résigner à une classe politique qui jouera à la nouvelle aristocratie, avoir une nouvelle génération décérébrée, voir disparaître l'idée même de service public etc.
    C'est ce qui se passe actuellement?
    On ne me dit jamais rien à moi.

    RépondreSupprimer
  6. Conversation remontant à quelques années déjà avec un mien oncle :
    "- Pour moi, tous ces arabes, noirs, musulmans, qu'ils aient la nationalité française ou pas, quand ils font des crimes et tout ça, il faudrait les foutre dans des charters, direction l'Afrique, et on n'en parle plus, et rétablir la peine de mort pour les trucs les plus graves, ça économiserait l'avion. Et puis merde on est chrétien dans ce pays, si ça continue dans 10 ans ici on pourra plus bouffer de cochon ni boire un coup !!!
    - Alors tu votes FN, du coup ?
    - Nan mais t'es pas bien , chuis pas un nazi quand même !"

    Fermez le ban...

    RépondreSupprimer
  7. C'est Pierre Mauroy, dit "Gros Quinquin", que vous évoquez dans votre billet je suppose.

    RépondreSupprimer
  8. Tout cela ne devrait pas vous empêcher d'aller, dans votre texte, remplacer dare-dare cette malencontreuse "expertise" par la saine et robuste "expérience"…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous préconisez la répétition maintenant ? Allez, parce que c'est vous, je remplace par compétence.

      Supprimer
  9. analyse tout à fait exacte ! Moi qui vote FN depuis des années, je suis parfois scandalisé par la façon dont certains de mes amis, bons électeurs de gauche, parlent des immigrés...ou n'en parlent même pas, comme on ne parlait pas des serviteurs dans les châteaux en 1900.

    RépondreSupprimer
  10. Comme disait Coluche:"moi raciste, j'ai des disques de Sydney Bechet" dans ma collection.

    RépondreSupprimer
  11. Vous m'étonnez. La plupart ne parlent pas des flux immigrés en termes négatifs ou bien de mauvaises nouvelles. Par contre ils scolarisent leurs enfants dans les école de "blancs". Ils habitent dans des quartiers de "blancs". Ils vivent entre eux et l'ennemi est le FN.

    RépondreSupprimer