..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

mardi 12 janvier 2016

Le Sabbat

Lors de ma récente excursion en terres collaborationnistes, cheminant de lien en lien, je tombai par hasard sur une allusion à Maurice Sachs, « Juif-collabo ». Le nom me dit quelque chose. Je ne tardai pas à trouver parmi mes livres « Le Sabbat » qu'il écrivit en 1939. Je n'en gardais bien entendu aucun souvenir. Comme j'en avais alors l'habitude, j'avais indiqué sur la première page la date et le lieu de cette lecture : « le 17 juin 1972, à Thiès* ». Bientôt 44 ans. Ça ne nous rajeunit pas et ça excuse l'oubli.

J'entrepris une relecture. Curieuse autobiographie d'un bien curieux personnage. Ça tient des Confessions de Jean-Jacques, c'est larmoyant à souhait, débordant d'apitoiement sur soi. Le bon Maurice ne cesse de poursuivre la Vertu, l'Honnêteté, la Paix intérieure mais pour toujours retomber dans les ornières du vice, de la tromperie, de la flagornerie... Le livre est bâti à la va-comme-je-te-pousse. L'auteur s'attarde sur certains épisodes, en traverse d'autres en trombe, sans qu'on comprenne le pourquoi de ces soudaines ruptures de rythme. On a du mal à cerner un personnage qui semble tout de même avoir joué un rôle dans le milieu littéraire de l'entre deux guerres. On y croise, entre autres, Jean Cocteau, Jacques Maritain, André Gide Gide, Soutine, Max Jacob, Pierre Fresnay. Il en trace des portraits souvent flatteurs, parfois vengeurs. Cocteau y es dépeint de manière peu flattée, sous la forme d'un mauvais génie et d'un usurpateur de talents exploitant les mérites d'autrui. D'autres se voient plus gâtés, parés de toutes ces hautes vertus que l'auteur vise d'atteindre mais que sa profonde indignité lui interdit en attendant qu'une nouvelle crise d'aspiration au Bien ne lui fasse espérer les conquérir. Dans ce chemin de croix d'un snob auto-flagellateur, les chutes se multiplient, immanquablement suivies de temporaires et illusoires remises sur pied. Il semblerait que le chemin de Maurice Sachs se soit terminé sur une route d'Allemagne, en avril 1945, alors qu'on évacuait sa prison par une chute qu'une balle tirée dans sa nuque par un SS rendit fatale. Triste épilogue d'une triste existence.

Le livre refermé, j'en retire une impression mitigée. On y trouve des pépites, comme ce chapitre XXXII où est décrite la curieuse faune de l'hôtel miteux sur la destinée duquel règne le brave Joachim Le Plouharet. On aurait pu s'attendre à une riche peinture d'un milieu que l'auteur a connu intimement. Même si le talent affleure ci et là, c'est par trop inégal pour qu'on ne demeure pas sur sa faim.

Mais peut-être suis-je un peu sévère... Et puis le personnage vaut quand même le détour tant il tranche, pas vraiment en bien, sur le lot commun.

*Sénégal. Ne pas confondre avec Thiais (Val-de-Marne).

6 commentaires:

  1. Z'auriez décidé de faire concurrence à Didier Goux que vous ne vous y prendriez pas autrement ! Tout y est : le vieux bouquin oublié tiré de derrière les fagots, le nauséabond qui eut son heure de gloire littéraire mais dont plus personne ne parle, "des pépites", histoire de mettre la langue à la bouche, comme disait ma nièce.
    Manquent plus que les 95 commentaires !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 95 commentaires sur un billet dédié aux livres, je crains que Didier n'ait jamais vu cela. Pour obtenir de nombreux commentaires, il faut parler de politique mais vu qu'il n'y a pas que cela dans la vie...

      Supprimer
  2. de manière peu flattée

    Tiens je ne connaissais pas cette variante.
    Elle est d'humeur moqueuse Mildred ce matin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui ! Chacun ses péchés mignons, regardez les migrants de Cologne !
      Un ami dentiste avait coutume de me dire : "Pourquoi tu es si incisive ?"

      Supprimer
  3. Certaines ville de l'Île-de-France ressemblent de plus en plus au Sénégal.

    RépondreSupprimer