..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

jeudi 17 décembre 2015

Image insoutenable !

Je ne veux pas parler du dernier hobby des journaleux. Il faut bien qu'ils s'occupent les pauvres ! Non, ce qui me révolte, c'est ça :


Eh oui, je sais, c'est violent, mais je ne saurais me taire ! Depuis plusieurs jours, chaque matin, cette vision d'horreur me poursuit. Au moment même où j'écris c'est en cours : une, déjà, est arrivée. L'autre ne devrait plus tarder. Chaque matin, donc, ces deux créatures du malin viennent s'installer dans MON cerisier-fleur, sur la même de MES branches. En vertu de quel droit, je vous le demande ? Est-ce que moi je vais folâtrer dans leur nid ?

Alors commence un lamentable spectacle : des heures durant, elles restent sur la branche à ne rien faire si ce n'est s'entre becqueter les plumes ! Des enfants pourraient passer ! Songent-elles seulement au traumatisme que la vue de leurs impudiques ébats pourraient infliger à ces êtres jusque-là innocents ? Sûr qu'elles n'en ont rien à cirer !

Par delà leurs multiples incursions dans mon petit domaine – elle vont jusqu'à squatter le resto des zoziaux destiné à de moindres volatiles- on peut s'interroger sur le bien-fondé de leur présence en France. Car ces tourterelles sont turques. Même nées en Normandie, elles n'en demeurent pas moins telles. Possèdent-elles ne serait-ce qu'un visa ? Ça m'étonnerait ! Elles violent notre espace aérien à tour d'aile, s'installent sur nos fils et branches, volent les graines de nos oiseaux autochtones et que fait le gouvernement ? Que fait la représentation nationale ? Pas le moindre projet, aucune proposition de loi ! Ce scandale reste impuni ! Des résidents illégaux pillent nos mangeoires, pervertissent notre jeunesse en toute impunité ! C'est ça la France d'aujourd'hui ! On amuse le peuple avec des tueries, des élections, des pseudo-scandales et pendant ce temps-là les vraies questions restent sans réponses.

Je n'ose même pas rêver que ce billet réveillera les consciences assoupies...

Dernière minute : Alors que je m'apprêtais à vous informer qu'il semblait qu'il y ait de l'eau dans le gaz du couple, vu qu'après avoir attendu en vain, un de ses membres s'en était allé avant de revenir toujours seul, l'autre vient d'arriver et ils ont recommencé leur triste manège.

28 commentaires:

  1. Vous n'avez donc même pas la moindre Kalashnikov en magasin ? Eh bien je vous plains !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh, non ! J'assiste impuissant au piétinement de mes valeurs.

      Supprimer
  2. Les histoires d'oiseaux marchent toujours. Très drôle !

    RépondreSupprimer
  3. Quelle vue perçante ! Comment faites-vous pour identifier des tourterelles turques ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À l'instar des terroristes qui sont tous musulmans, toutes les tourterelles sont turques…

      Supprimer
    2. On les reconnait à leur accent quand elles roucoulent.
      Droopyx

      Supprimer
    3. Aux cocardes qu'elles ont sur leurs ailes.

      Supprimer
    4. Bonsoir Monsieur des Collines,
      Pour mémoire je vous indique ce billet de Monsieur Goux où il contait les divers problèmes dus à des tourterelles (qui avaient construit le nid le plus merdique qui soit). Les tourterelles étaient pire que des agents castristes : c'étaient des "taupes islamistes"...
      http://didiergouxbis.blogspot.fr/2012/04/reste-dans-mon-epaule-o-tourterelle.html

      Supprimer
    5. Je crois, que Didier et plus tard Pangloss vous ont répondu, chère Athéna.

      Supprimer
  4. En effet c'est choquant.
    Vous devriez suivre l'exemple de MLP qui vient de retirer ses photos de son compte Tweeter et effacer de suite ce sinistre billet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans le cas contraire je me verrai dans l'obligation de signaler cette photo à qui de droit.
      Tenez-le vous dit.

      Supprimer
    2. Je ne retirerai rien dussé-je à cause de cela passer le reste de ma vie dans les geôles de la république. Je suis héros et donc prêt au martyre !

      Supprimer
  5. "Même nées en Normandie,"Vous jouez sur les mots,le droit du sol s'applique aussi à des naissances hors sol, bien sûr d'accord avec vous sur l'inaction de "l'élite",j'assiste comme vous au grand remplacement dans les nuées et ça fout méchamment les foies

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le "droit du vol", s'il était inscrit dans la constitution risquerait d'être mal interprété !

      Supprimer
  6. telles qu'elle sont parties, là, devant vous, elles vont des mômes qui au printemps viendront ravager les jeunes pousses de vos épinards ! et elles réclameront un nouveau perchoir, plus grand, des graines, sans bosser en plus, ah vraiment ! vous devez prendre des mesures efficaces rapidement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes, mais que faire ? Les lois de la république ne nous protègent pas !

      Supprimer
  7. Je suis certain qu'elles s'entendent comme larrons en foire avec les piérides.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez raison : je suis victime du complot piérido-tourterellique !

      Supprimer
  8. Les Turques prennent la place de nos tourterelles autochtones (dites "tourterelles des bois"), plus jolies, plus discrètes (on irait jusqu'à dire plus distinguées), légèrement plus petites et dont l'espèce est en danger, débordée par les immigrantes plus effrontées, plus voraces et plus prolifiques. Aucune ressemblance ... etc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, nous en sommes là ! Aucune ressemblance avec quoi que ce soit, heureusement.

      Supprimer
  9. julien Clerc, "Ce n'est rien":

    Ce n'est rien
    Tu le sais bien
    Le temps passe
    Ce n'est rien

    Tu sais bien
    Elles s'en vont comme les bateaux
    Et soudain
    Ca revient

    Pour un bateau qui s'en va
    Et revient
    II y a mille coquilles de noix
    Sur ton chemin
    Qui coulent et c'est très bien

    refrain
    Et c'est comme une tourterelle
    Qui s'éloigne à tire d'aile
    En emportant le duvet
    Qu'était ton lit
    Un beau matin
    Et ce n'est qu'une fleur nouvelle
    Et qui s'en va vers la grêle
    Comme un petit radeau frêle
    Sur l'océan

    Ce n'est rien
    Tu le sais bien
    Le temps passe
    Ce n'est rien
    Tu sais bien
    Elles s'en vont comme les bateaux
    Et soudain
    Ca prévient
    Comme un bateau qui revient
    Et soudain
    Il y a mille sirènes de joie
    Sur ton chemin
    Qui résonnent et c'est très bien

    refrain

    Ca prévient
    Comme un bateau qui revient
    Et soudain
    Il y a mille sirènes de joie
    Sur ton chemin
    Qui résonnent et c'est très bien

    refrain

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le cas de la plupart des chansons de jeunesse de ce chanteur, celles écrites par Roda-Gil ou Maurice Vallet, le plus souvent, l'un comme l'autre, au bord du coma éthylique : c'est très joli à entendre, ça semble furieusementpowétique, mais en fait, ça ne veut rigoureusement rien dire.

      Supprimer
  10. Oserais-je abuser de la bienveillante hospitalité de Sieur Jacques pour préciser que d'aucuns disent que Julien Clerc fut SDF, c'est à dire de "no terre" ?...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a de la tourterelle en vous, cher Dominique ! Vous frisez les limites imparties à l'hospitalité comme au jeu de mot !

      Supprimer
  11. J'aimerais savoir si, aujourd'hui, 18 décembre, votre couple maudit est toujours là. Je vous demande ça parce que, depuis le milieu de la matinée, et encore à l'heure où j'écris ces lignes, deux tourterelles ne décramponnent plus du pommier du verger voisin le plus proche de ma haie, et se livre exactement aux activités louches que vous avez si admirablement décrites, ô puits de science animalière, Grand Luminaire céleste et animalier.

    RépondreSupprimer
  12. Aujourd'hui, dix-huitième jour du mois de décembre de l'an de disgrâce 2015, elles ont recommencé leur cirque avec cependant une variante : elles se sont un moment installées sur une autre branche avant de revenir à l'habituelle.

    PS : Je trouve que l'enthousiasme que provoque en vous mes écrits a tendance à vous faire employer des formules qui, bien que méritées, mettent à mal cette modestie qui n'est pas la moindre de mes nombreuses et immenses qualités.

    RépondreSupprimer