..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

mardi 25 novembre 2014

Éducation : à quoi reconnaît-on un élève tenté par le djihad ?


Tel est le titre d’un article du Point. Il y est fait allusion à une circulaire émise par le Rectorat de L’académie de Poitiers censée apprendre aux enseignants comment repérer ceux de leurs élèves que la radicalisation risquait de mener à de regrettables excès.

Dieu merci, M. Médi-apart (de standing dans les beaux quartiers avec gauchisme à tous les étages) était vigilant à son mirador. Il dénonça donc le scandale. Il ne fut pas le seul car les belles consciences ne manquent pas en notre beau pays dès qu’il s’agit de dénoncer le racisme.  Syndicats, associations lusulmanes et autres organes gauchistes de hurler avec leur ardeur habituelle à la stigmatisation, à regretter qu’on ne dénonce pas les extrémistes des autres religions, bref ils firent, comme disait cette vieille ordure communiste de le bon Jacques Prévert, ils firent leur bruit habituel.
Avant d’aller plus loin, pour ceux à qui l’info aurait échappé rappelons ce qui mit le feu aux poudres.
 A la rubrique « Signes extérieurs individuels » on pouvait lire :
  • Barbe longue non taillée (moustache rasée). Cela concerne essentiellement les jeunes hommes. Rien ne nous dit que les rares jeunes filles disposant d’une pilosité suffisante pour arborer ce signe ne le feraient pas en vue d’ouvrir une baraque de foire. 
  • Cheveux rasés. Idem supra. Mais rien ne dit qu’il ne s’agit pas de skinheads ou de demoiselles nostalgiques de la coupe adoptée par leurs arrière-grands-mères à la libération.
  • Habillement musulman. Il se peut que certains vêtements soient portés dans les pays musulmans mais de là à ce qu’ils aient des convictions religieuses… La formule est malheureuse ! 
  • Jambes couvertes jusqu’à la cheville. Sauf feu de plancher, la plupart des pantalons le font… 
  • Refus du tatouage. Le tatouage n’étant pas obligatoire, je ne vois pas en quoi n’en avoir pas serait un signe de radicalisation musulmane.
  •  Cal sur le front. J’avoue ma perplexité. Il m’arrive d’avoir des cals aux mains, mais sur le front… 
  • Perte de poids liée à des jeûnes fréquents. Comment en être certain ? Ça peut venir d’une anorexie ou d’un vilain cancer…
Tout cela est bien maladroit.
Suit une rubrique « Comportement individuels »
  • Repli identitaire. N’est-ce pas ce qu’on reproche aux réacs ? 
  • Rhétorique politique (ref à l’injustice en Palestine, Tchétchénie, Irak, Syrie, Égypte). En ce cas, bien des journalistes de gauche seraient à surveiller de très près. 
  • Exposition sélective aux médias (préférence pour les sites web jihadistes). Enfin un élément pertinent ! Mais en dehors de recherches au CDI comment le savoir ? 
  • Intérêt pour les débuts de l’Islam. Très discutable.

Tout ça n’est pas très sérieux. C’est soit mal formulé, soit imprécis, soit difficilement constatable. Qu’on ait pu critiquer la pertinence des éléments retenus est certain. Que des individus montrant l’ensemble de ces signes puissent être soupçonné d’être des musulmans radicaux n’aurait rien d’étonnant. Seulement, tous les radicaux ne sont pas partants pour le djihad… Existerait-il un seuil au-delà duquel la pratique religieuse deviendrait intolérable ?

Avant de monter sur leurs grands chevaux, nos gauchistes ne devraient pas oublier que la démarche de l’Académie de Poitiers s’inscrit dans le cadre d’une campagne visant à éviter que de trop nombreux jeunes Français aillent joindre les rangs de « Daech » comme certains voudraient qu’on dise. Que je sache, seule une fraction de l’Islam est concernée par le Djihad. La lutte contre les extrémistes chrétiens, juifs, zoroastriens, hindouistes, bouddhistes, adeptes du vaudou, adorateurs de la Sainte-Pastèque ou du Caméléon Morveux si virulents soient-ils n’est pas à l’ordre du jour.

22 commentaires:

  1. Il y a aussi , avoir le nez au sol et les fesses en l'air

    RépondreSupprimer
  2. D'autant que l'on attrape pas de cal au front quand on prie le Caméléon Morveux...Ce cal au front a un nom et est la marque du vrai croyant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurai appris quelque chose ! Je ne sais pas si c'est un signe de djihadisme mais c'est certainement la marque d'une grande dévotion (ou d'une addiction à la levrette !).

      Supprimer
  3. Le Caméléon Morveux? Mouarf! J'adore quand vous citez des bestioles connues de vous seul, comme dans votre billet à propos du futur(?) barrage de Sivens.
    En passant, j'ai bien ri en lisant et ce billet et vos commentaires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De quoi, de quoi, notre cher ami Léon serait camé ?

      Supprimer
    2. @ Orage :Il s'agit d'un animal injustement méconnu malgré de grands mérites. Ses adorateurs lui offrent des Kleenex.
      @ Dominique : Ne calomniez pas les absents. Il ne peut s'agir que d'une homonymie.

      Supprimer
  4. "Tout ça n’est pas très sérieux. C’est soit mal formulé, soit imprécis, soit difficilement constatable."

    On n'est pas sorti de l'auberge s'il faut compter sur ce type d'approche de résistance à l'islamisme...

    Toutes proportions gardées, ça me fait penser aux vilains boches qui mangeaient les petits enfants.

    RépondreSupprimer
  5. Par ailleurs, néanmoins et malgré tout, je me permets de vous indiquer une piste de réflexion largement plus sérieuse que ce torchon de Point: je veux dire le blog lumineux de notre étymologiste favorite. Les jihadiste sont français, d'origine française depuis la nuit des origines déjà. à plus de 90% français, issus de familles athées. Ne croyez donc pas tout ce que l'on vous serine sur les media islamophobes. Et pourquoi que nos p'tits jeunes français ils deviennent djihadistes, tell me why, auntie Rosie ? C'est parce qu'ils n'ont plus d'espoir ni d'idéal dans notre société qui pue du cul.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous faites bien d'attirer notre attention sur la linguiste de choc : il semblerait qu'elle soit en perte de vitesse. Où est le beau temps où elle produisait plusieurs billets par jour ? Aurait-elle tout dit ? De vastes travaux linguistiques monopoliseraient-ils son temps ?

      Supprimer
    2. "De vastes travaux linguistiques monopoliseraient-ils son temps ?"

      Si ce n'était que cela... Que sont ses amis devenus, plutôt ?

      Supprimer
    3. Ils étaient bien trop clair semés... Le vent les aura ôtés...

      Supprimer
  6. Ils sont tous complètement idiots! Ce n'est pas les laisser partir qu'il faut éviter, c'est de les laisser
    revenir au cas regrettable où ils se sortiraient vivants du Djihad. En pareil cas, on n'a pas besoin de
    les déceler précocement, donc pas de stigmatisation, juste dehors à grands coups de pompe dans
    le siège, voire dans le cal frontal.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
  7. La France étant, et de loin, la meilleure pourvoyeuse de djihadistes, il semblerait que les méthodes pour les retenir sur le sol national ne soient pas encore au point.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et ça ne va pas s' améliorer avant longtemps. Il faut que les décrets d'application soient écrits, ça prend entre 6 à 8 mois, puis que le tout soit agréé par le conseil constitutionnel.

      Supprimer
    2. Toutes proportion gardées, la Belgique n'est pas mal non plus...

      Supprimer
    3. W'allons enfants de la patrie ...

      Supprimer
  8. Une cellule de soutien psychologique ou quelque chose d'approchant (je n'ai pas retenu le nom exact) pour ces égorgeurs? Ça me degoûte! On ne devrait pas les laisser rentrer, c'est tout!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On pourrait même soutenir que se battant pour l'Etat islamique du Levant, ils en ont acquis la nationalité (et qu'importe si celle-ci n'est pas encore reconnue internationalement, car cela ne saurait tarder). Dès lors, ils peuvent parfaitement être déchus de leur nationalité d'origine, s'ils ne l'ont pas perdue ipso facto. Nous n'avons plus à les recevoir, en toute légalité. Enfin, euh, nous pourrions le prétendre du moins.

      Célestin

      Supprimer
    2. Le Danemark a choisi une voie encore plus coûteuse et naïve ...

      Supprimer
  9. Le cal, ou marque sur le front, est un signe de profonde dévotion chez nos amis Musulmans. En effet, c'est la conséquence des cinq prosternations quotidiennes devant Allah le Divin, le Miséricordieux, etc...
    Nombreux sont donc nos frères de l'Islam (béni soit son nom) qui se mettent, avant d'aller dormir, un bandeau sur le front avec une petite boule de papier pour comprimer la zone à marquer, et faire croire à ses coreligionnaires que l'on va régulièrement à la Divine Mosquée.
    PS: Il paraît aussi que l'Aumône est obligatoire. Personnellement, je n'ai jamais eu un rond. (C'est Jack Lang qui a tout pris à l'Institut du Monde Arabe, la jeunesse marocaine coûte cher...)

    RépondreSupprimer

TOUT COMMENTAIRE ANONYME SERA SUPPRIMÉ;