..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

mercredi 26 novembre 2014

Violences conjugales



Hier, c’était la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. Mme Najat Vallaud-Belkacem ne pouvait faire autrement que de pousser son petit couplet sur l’égalité femmes/hommes que des vilains pas gentils avaient combattu en s’attaquant lâchement, par derrière, au moment où ils s’y attendaient le moins, aux ABCD de l’égalité. Selon cette charmante jeune personne, si la violence des hommes s’exerce sur les femmes, c’est parce qu’ils ne les considèrent pas comme leurs égales. Moi, je veux bien tout ce qu’on veut mais il n’empêche que je me demande si l’argument est  vraiment pertinent.

Loin de moi l’idée que les femmes me soient inférieures : celle qui ma élevé et qui se trouvait logiquement être ma mère avait un caractère bien trempé et parvenait en général, d’une manière ou d’une autre, à contraindre son petit monde (un mari et trois fils) à se rendre à ses raisons. C’est pourquoi il m’aurait été difficile de considérer que la femme était un petit être faible qui vous obéirait au doigt et à l’œil.

Il n’empêche que du point de vue de la force physique, à part quelques rares exceptions, l’homme reste supérieur à la femme. C’est probablement la principale raison pour laquelle la plupart des personnes qui succombent suite à des violences conjugales sont des femmes (quand elles n’ont aucune arme blanche ou à feu sous la main et qu’elles ne disposent d’aucun poison).

Cela étant, plutôt que de prêcher une égalité qui me semble aller de soi, il me semblerait utile d’élever filles et garçons dans le respect de l’autre. Je dis bien les deux sexes car il arrive que certaines femmes comme certains hommes, plutôt que d’imposer leur volonté par la coercition physique y parviennent par les mots en rabaissant constamment l’autre, en l’humiliant chaque fois que faire se peut. Lorsque ces personnes ont la chance de se trouver une victime bonne pâte, tout se passe pour le mieux, si voir sa vie pourrie par un ou une sadique peut être considéré comme un mieux. 

Il est évident que la violence physique ou morale s’exerce également au sein des couples homosexuels ou lesbiens, ce qui rend caducs les arguments de Mme Najat.

Le problème est que souvent les couples, quels qu’ils soient, se forment non pas sur la compatibilité harmonieuse des caractères (et des corps) et le respect mutuel mais sur des critères aussi divers qu’impertinents quand ce n’est pas dû  au pur hasard. Tant qu’il en sera ainsi la violence conjugale, verbale ou physique, continuera. ABCD voire EFGH de l’éducation ou pas.

10 commentaires:

  1. Extrait du sketch "La bagarre" de Coluche:

    "Comment j'ai frappé une femme ? C'est la mienne. Tu permets, oui ?"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. des abrutis, il y en a eu, a et aura toujours. Ceux qui s'acoquinent à eux doivent aimer les connards !

      Supprimer
  2. Essayez d'intervenir si vous voyez un homme maltraiter sa femme dans la rue. Vous verrez ce qu'il vous en coûtera. Et le plus violent et agressif contre vous, ne sera pas l'homme mais bien la femme !

    RépondreSupprimer
  3. L'interdiction du mariage sous toute ses formes pourrait constituer une excellente solution. Hélas nous
    faisons l'inverse! Les choses ne sont pas près de s'arranger, c'est moi qui vous le dis!
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les gens n'attendent pas le mariage pour s'entre-tabasser avec ardeur...

      Supprimer
  4. On pourrait même soutenir que "l'égalité" dont rêvent Najat et les féministes de son espèce, et la propagande qu'elles font en sa faveur, est l'un des facteurs qui aujourd'hui contribue le plus à brutaliser les rapports entre les sexes et à produire ces violences dont elles se plaignent - à juste titre d'ailleurs, mais vous connaissez la formule : "Dieu se rit, etc."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai. Quand je parle d'égalité, je fais allusion au fait qu'une femme est un être aussi digne de respect qu'un homme (et vice-versa, ne l'oublions jamais). Nier de manière absurde les différences qui les séparent présente bien des dangers. Mais que voulez-vous, en nos temps de relativisme où tout se vaut, les conceptions les plus échevelées sont présentées comme de nouvelles normes forcément supérieures aux anciennes...

      Supprimer

TOUT COMMENTAIRE ANONYME SERA SUPPRIMÉ;