..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

jeudi 30 janvier 2014

Pour en finir avec le genre



Dernier volet de la mini-série d’aujourd’hui consacrée à l’absence de théorie du genre.

Un admirateur de Kuala-Lumpur m’appelle au téléphone, malgré une heure locale tardive,  pour me signaler que je faisais de nouveau fausse route. Il me conseille de consulter l’article gender de mon Harrap’s Unabridged Edition  qui me remettra sur les bons rails.  En effet ! Les gender studies y sont décrites (plus que traduites) comme suit : à l’université, matière qui formule une critique des rôles de l’homme et de la femme tels qu’ils sont établis par la société.

Une critique des rôles de l’homme et de la femme tels qu’ils sont établis par la société. Rien que cela ! Ne serait-ce pas un avatar de plus du fameux débat entre l’inné et l’acquis ? Est-il aisé, chez un être aussi social que l’homme, de démêler ce qui tient de l’un ou de l’autre ?  En admettant que l’essentiel de ces rôles ne soient dus qu’à la société, faut-il pour autant les modifier ? Et si oui dans quel sens ? Celui d’un retour à la « nature » ? Celui d’une meilleure adaptation à une société qui a changé et que voudrait contrecarrer les amoureux de l’ordre passé (Réacs rances et moisis) ? Celui visant à établir une société parfaite selon une vision idéologique ?

Le retour à la « nature » me paraît aussi impossible que peu souhaitable. Le « sauvage » de Rousseau, malgré toute sa bonté « naturelle » a le défaut relativement grave de ne pas exister. Aussi archaïque soit-il, tout groupe humain est organisé par des règles sociales. D’autre part ces fameuses règles n’ont-elles pas, entre autres, l’avantage de pacifier l’être humain ? D’éviter qu’il ne règle le moindre de ses conflits où n’exprime son désir d’une dame par  le coup de massue ou le viol (les plus fins d’entre vous auront deviné quel moyen s’adapte à quelle fin) ?

La troisième hypothèse, même si je la soupçonne être celle que des idéologues comme M. Peillon favorisent, me paraît aussi peu souhaitable que l’ont été les entreprises précédentes, qu’elles soient de type fasciste ou communiste, visant à créer un homme et une femme nouveaux. D’abord ça n’a jamais marché et ça a toujours mené à la tyrannie.

Reste la seconde. Elle présente l’avantage d’aller de soi. La capacité de l’homme à s’adapter aux conditions nouvelles me semble être une de ses caractéristiques essentielles. Si l’évolution de la société  amène les femmes à se consacrer essentiellement à des travaux de terrassement et les hommes à la pratique de la broderie, je leur fait confiance pour s’y mettre d’eux-mêmes. Il me semble d’ailleurs que l’adaptation aux nouvelles données sociales est  déjà largement engagée.

Tout bien pesé, si notre bon ministre de l’Éducation Nationale avait autre chose en tête que de poursuivre l’endoctrinement idéologique initié par sa révolution chérie, plutôt que de s’occuper des études du genre, il consacrerait l’essentiel de son énergie à faire en sorte que les enfants apprennent à lire, écrire et compter. Ça leur permettrait entre autres choses,  et si tel était leur désir, de lire les âneries féministes importées des États-Unis.

19 commentaires:

  1. il consacrerait l’essentiel de son énergie à faire en sorte que les enfants apprennent à lire, écrire et compter.

    Ben quoi-t-est-ce d'autre que je disais plus bas ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous l'accorde volontiers. J'ai décidé de scinder mon billet en trois parties (les deux premières faisant dans la dérision afin de dépassionner le débat qui fait rage) car il était bien trop long. J'ai d'ailleurs approuvé votre com sur la partie précédente.

      Supprimer
  2. Mais heureusement pour eux, ils n'apprennent pas à lire et - a fortiori- ignorent le genre et le nombre. Ce qui limite l'effet de ces études.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans compter que leur attention à la propagande officielle (parole des enseignants) est souvent fluctuante. Si, suite à une mauvaise information (ou à une hypocrisie consistant à faire passer une démarche idéologique pour éducative) les parents présentent cette parole comme sujette à caution, ça n'arrangera pas les choses.

      Supprimer
  3. les brodeurs étaient des hommes dans les derniers siècles, Bretons en particuliers , il en reste quelques-uns qui vont devoir apprendre aux terrassiers à tenir une aiguille, pas facile avec les mains calleuses, mais d'autre part, faudrait pas compter sur moi pour faire terrassière,

    RépondreSupprimer
  4. S'il ne s'agit que de rumeurs et d’incompréhensions, elles ont au moins le mérite, mieux qu'un sondage, de montrer la défiance de tout un pays envers ses dirigeants.

    RépondreSupprimer
  5. Et "défiance" est sans doute un euphémisme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crains que n'existe dans le pays et venant de toute part une forte défiance vis-à-vis du présent gouvernement. Il n'y a que lui et ses blogueurs pour ne pas la ressentir (à moins qu'ils ne fassent semblant...)

      Supprimer
  6. >Fort bien dit, Jacques.
    Et je remarque que "ânerie" est du genre féminin, ce qui est un résidu sexiste.

    RépondreSupprimer
  7. Mazette! Vous avez des admirateurs dans le monde entier!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que les gens d'Oulan-Bator et de Kuala-Lumpur semblent apprécier mes billets avec une encourageante constance.

      Supprimer
    2. Ceux de Hong Kong aussi !

      Supprimer
    3. Ainsi c'est vous, Alain, mon fidèle lecteur de Hong-Kong ? Merci de me l'apprendre.
      Je dois avouer que mes prétendus lecteurs Mongols extérieurs et Malaisiens (et le fan-club qu'ils sont censés former) sont purement fictifs. Il n'en reste pas moins qu'Oulan-Bator et Kuala-Lumpur sont des noms de capitales dont l'exotisme me fascine et que s'y attribuer des lecteurs donne à un blog une dimension mondialisée de bon aloi.

      Supprimer
    4. C'est une des deux grandes forces des blogs de pouvoir être lus de différents points du monde... La deuxième étant la possibilité de rester indépendant des pouvoirs. C'est en réalité dans les blogs que l'on puise l'info la plus fiable et complète.

      Supprimer
  8. Hélas il ne s'agit pas que de rumeurs, il faut prendre le temps de lire le documents officiels, écouter les conférences sur le site ABCD, c'est triste et édifiant. Peillon est un idéologue fou, aidé de Najat Belkacem ils imposent leurs visions. Les enfants en sont des cobayes, je compte plus sur le bon sens des instituteurs pour ne pas emboîter le pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les convictions de M. Peillon tel qu'il les exprime dans certaines vidéos sont vraiment inquiétantes. Il est dommage qu'on ne leur donne pas davantage de publicité. Ça aiderait les gens à se faire une idée nette de ce ministre...

      Supprimer
    2. ... et certains syndicats tel le SNUipp-FSU publient des listes de livres recommandés pour les élèves du premier degré ("Jean a deux mamans", "Papa porte une robe"...), et ça ce ne sont pas des rumeurs, c'est publié sur leur site web : Liste des livres recommandés pour les élèves du premier degré par le SNUipp-FSU (syndicat d'enseignants)

      Supprimer

Les commentaires sont ouverts !