..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

mardi 30 avril 2013

Graves questions



Deux faits m’ont récemment plongé dans des abîmes de réflexion : L’affaire du « mur des cons » du Syndicat de la Magistrature et la lecture dans un billet de blog de cette phrase perturbante : « Il y a une dose d'intelligence à ne pas dépasser. » L’auteur de cette dernière phrase expliquait ainsi le refus de l’émission C dans l’air de passer ses SMS.

Certains esprits chagrins ont déploré dans la fameuse affaire du mur le biais politique que pouvait laisser supposer cette « blague potache » comme il est de bon ton de la nommer à gauche. Admettons, comme je l’ai fait que le juge soit bon enfant et de nature rieuse. Il n’en demeure  pas moins que l’affichage de telle ou telle personnalité ou parent de victime sur le dit mur ne peut se justifier que si les gens concernés sont de VRAIS cons. Au cas contraire, plus qu’un biais politique, ma foi tout à fait pardonnable, cela indiquerait de la part des magistrats farceurs un défaut de jugement ce qui, avouons-le, constitue un grave défaut pour qui fait profession de juger.  Ce serait même rédhibitoire.

La phrase sur les excès d’intelligence qui a retenu mon attention est sur la forme tout à fait acceptable et justifie pleinement l’attitude de ceux qui refusent  les SMS en question : infliger au téléspectateur une overdose d’intelligence peut présenter des risques. Le principe de précaution impose donc de l’éviter. Maintenant, on pourrait imaginer que le refus passer ces questions à l’antenne soit dû à tout autre chose : il est possible qu’on ne les ait pas jugées pertinentes voire totalement cons.

Ces deux exemples posent le problème de l’appréciation de l’intelligence et de la connerie.  La question est en effet délicate : elle laisse supposer qu’existent de grandes inégalités en ce domaine, ce qui est en soi scandaleux. Certains seraient très intelligents (et même parfois trop, comme cette blogueuse) et d’autres irrémédiablement cons. Irrémédiablement car l’intelligence ne peut rien pour le con. Elle peut tenir à ce dernier des discours littéralement dégoulinants d’intelligence mais c’est en pure perte vu que le con n’est ni en mesure de les comprendre ni capable d’en apprécier la valeur. C’est pourquoi si intelligent soit on, on est fatalement  le con d’un autre.

Mais nous vivons au XXIe siècle, en France, pays des droits de l’homme.  Ne serait-il pas  temps que ce triste état de fait cesse ?  Ne pourrait-on pas envisager la création d’un organisme officiel chargé d’évaluer scientifiquement le degré de connerie ou d’intelligence des discours et de leurs prémisses ?  L’évaluation des prémisses est en effet primordial dans la mesure où un discours apparemment intelligent, charpenté, argumenté et logique ne peut mener qu’à des conneries s’il se base sur des prémisses stupides.

Le problème de la nomination des membres de cet organisme serait bien évidemment délicat à résoudre. On peut même raisonnablement penser qu’il serait insoluble. En effet, s’ils devaient être nommés sur des critères objectifs de capacité, qui, en dehors d’un comité similaire, serait en mesure de décider qu’ils les remplissent ? Le serpent se mord la queue…

Nous pourrons donc en toute impunité continuer d’affirmer la connerie des autres du haut de notre sublime intelligence et peut-être même en raison inverse de l’une et de l’autre.

23 commentaires:

  1. Vous auriez dû mettre un lien, pour la phrase de la blogueuse, car elle a toute sa place chez mes Modernœuds !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, non, là je vais la défendre: elle critique le niveau des sms acceptés par une certaine émission de télé-débat. Elle dit qu'on n'accepte pas les Sms trop critiques ni trop intelligents.

      Supprimer
    2. Sans doute, Suzanne, sans doute. Mais la phrase, en elle-même, reste superbe, non ?

      Supprimer
    3. Je ne fais plus de pub à cette blogueuse : elle n'en a pas besoin tant les messages de soutien qu'elle reçoit sont nombreux et enthousiastes. Sa modestie lui interdit de les publier.
      Cependant, le contexte où cette phrase apparaît ,'est pas piqué des hannetons :"On laisse filtrer certains messages agressifs tout comme les modérateurs laissent passer certains propos xénophobes, pour pimenter les articles ou les émissions mais quand les questions ou réflexions sont plus pertinentes ou intelligentes, elles ne passent pas. Il y a une dose d'intelligence à ne pas dépasser. Une zone critique à ne pas franchir. Surtout ne pas faire du lecteur ou du spectateur quelqu'un qui se poserait trop de question. C'est l'impression que cela donne."
      on sent bien que seules l'intelligence et la pertinence et le côté dérangeant des SMS refusés peut expliquer qu'on ne les passât pas.

      Il m'est arrivé de téléphoner au répondeur de M. Mermet ou d'écrire à la rédaction de France Inter. Je n'ai pas attribué le non passage du message ou la non réponse de la rédaction à mon excès d'intelligence mais plutôt à l'intolérance des de gauche...

      Supprimer
    4. Quoi qu'il en soit, remercions le Ciel (ou l'équipe de Calvi d'un si heureuse faute qui nous vaut une telle blogueuse !

      Supprimer
  2. Je crois que je n'ai rigoureusement jamais dépassé la dose d'intelligence à ne pas dépasser.
    Dois-je en déduire que je suis plus intelligente ou plus con que les autres ?

    RépondreSupprimer
  3. Nous sommes toujours le con d'un autre.

    Et comme disait José Millán-Astray y Terreros :« À mort l'intelligence ! » prononcé en octobre 1936 contre le philosophe Miguel de Unamuno , recteur de l' Académie de Slamanque

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne peut faire ce genre de proclamation que lorsqu'on est persuadé d'en être dépourvu (ou suicidaire).

      Supprimer
  4. Si on devait se référer au strict cadre progressiste pour réfléchir, nous serions tous des lumières et d'éminents professeurs d'université. Voyez comment grâce à eux les plus benêts ont pu devenir des flèches.
    En revanche, la difficulté résiderait dans le fait d'être convaincu par le chemin qu'on prend. Je veux bien me mettre au service des socialos pour faire avancer le monde, mais je crois que je ne me supporterai pas.

    Le PS est un parfait moyen pour celui qui ne foutait rien à l'école et qui aurait de bien gagner sa vie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous, vous n'aimez pas vraiment le PS !

      Supprimer
    2. Je trouve qu'ils ont fait beaucoup trop de dégâts en France, et pourtant continuent à faire comme si tout allait bien.
      Vraiment j'ai du mal avec les mensonges...

      Supprimer
  5. Il pleut donc tant que ça ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il fait un temps superbe ! Mais je me dois de vous offrir l'occasion d'un de ces commentaires profonds qui font ma joie !

      Supprimer
  6. C'est vraiment trop injuste !!!
    Moi non plus, les radios refusent de laisser exprimer mon intelligence en direct, ni ne fus jamais invité chez Taddeï, - serais-je sur la liste Cohen ? -, ni tous les quatre matins dans la tévé comme mon amie Fourest,
    Et quand je poste des commentaires argumentés d'intelligence chez une certaine blogueuse politique, ils sont censurés !
    Que fait la police du Waibe ?!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que voulez-vous, même les plus intelligents persécutent l'intelligence ! Auraient-ils peur d'être détrônés ?

      Supprimer
  7. Jacques votre idée de créer un organisme officiel est excellente !
    Il serait même sage de constituer d’urgence un observatoire de la parité entre les cons et les intelligents.
    Cette assemblée pourrait, dans un souci de transparence, envisager le dépôt obligatoire d’une déclaration de connerie ou d’intelligence par tous nos ministres.
    Dans ce cas de figure, la grosse difficulté serait le respect de ladite parité car je n’imagine pas un seul instant la balance penchant du côté de l’intelligence.
    Comme vous je pense que le serpent n’a pas fini de se mordre la queue…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le compliment.

      Votre idée de parité me paraît également excellente. Mais il pourrait y avoir tricherie : pour obtenir un bon poste, certains s'affirmeraient cons comme aujourd'hui ils s'affirment socialistes...

      Supprimer
    2. "certains s'affirmeraient cons comme aujourd'hui ils s'affirment socialistes..." ou modestes, Jacques ?

      Supprimer
  8. C'est pourtant simple, et il semble bien que la dame en question se mette le doigt dans l'oeil jusqu'au fond de l'estomac.
    Voilà : la connerie est de droite et l'intelligence de gauche.
    Une fois que vous avez compris cela vous pouvez vivre ne France comme un poisson dans l'eau. Un maquereau, de préférence.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
  9. S'il n'y avait que l'intelligence ! Mais la générosité, la noblesse, la beauté, le savoir, l'efficacité, la grandeur, la bonté, la vérité, la sagesse et accessoirement le totalitarisme sont de gauche !

    RépondreSupprimer
  10. Méfiez vous tout de même, j'ai un copain qui a retrouvé un beau jour dans son jardin une bombe anglaise de cinq-cents kilos et il ne résidait même pas en Normandie.
    Heureusement que vous êtes manifestement sous la protection de la Sainte-Vierge, ça peut aider.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.