..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

lundi 29 avril 2013

Blagounette du soir, espoir !



Lorsque Dieu créa le monde, il décida de concéder deux vertus aux hommes de chaque peuple afin qu'ils prospèrent. Par exemple il rendit les Suisses précis et pacifistes, les Anglais flegmatiques et ironiques, les Japonais travailleurs et réalistes et les Italiens joyeux et humanistes.

Quant aux Français, il dit : les Français seront intelligents, honnêtes et socialistes.

Lorsque le monde fut achevé, l'ange qui avait été chargé de la distribution des vertus demanda à Dieu : Seigneur, tu as dit que tu octroyais deux vertus à chaque peuple, mais les Français en ont trois. Est-ce pour cela qu'ils se placent au-dessus des autres ?

En vérité, je te le dis, chaque peuple a deux vertus y compris les Français, car chacun d'entre eux ne pourra en posséder que deux à la fois. Ce qui veut dire que : si un Français est socialiste et honnête, il ne sera pas intelligent, s’il est socialiste et intelligent, il ne sera pas honnête, s’il est intelligent et honnête, il ne peut pas être socialiste.

8 commentaires:

  1. Et le pire, dans cette histoire, c'est que finalement les Français ne sont ni aussi intelligents, ni aussi honnêtes ,ni même aussi socialistes que cela !

    RépondreSupprimer
  2. John Fitzgerald a dit : "Montre-moi un Socialiste et je te parlerai d'un hypocrite". Ou à peu près...

    Enfin, d'après mon expérience personnelle, il aurait pu le dire...

    Amike

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'ailleurs à ne pas confondre avec Francis Scott F. C'est pour dire...

      Amike

      Supprimer
    2. Elle est bonne !

      Et après , il y a celle de Jésus qui revient sur terre et rencontre un pauvre homme qui pleure au bord du chemin
      - J'ai faim, mes enfants aussi... j'ai froid...
      Jésus multiplia la boite de sardines et le quignon qui lui restaient dans sa besace et les lui offrit.
      - J'ai perdu mon boulot...
      Jésus l'encouragea et le réconforta. Il sut trouver les mots et assura au pauvre homme qu'il irait dès le lendemain multiplier les postes d'intérimaires au Pôle Emploi.
      - Ma mère va mourir...
      Jésus le consola. Elle irait au Paradis.
      - Ma femme m'a quitté avec les petits
      Jésus le secoua un peu. Sa femme n'était pas terrible et par les temps qui courent, mieux vaut ne pas trop croître et se multiplier.
      - J'ai une freebox trop pourrie...
      Jésus s'impatienta un peu. Il allait reprocher à l'inconnu de ne pas assez s'aider pour que le ciel puisse l'aider à son tour, quand le pauvre homme s'effondra, en pleurs.
      - Quoi encore, soupira Jésus, plein de bonté mais un tantinet agacé ?
      - J'ai soutenu la campagne de François Hollande et...

      Alors, Jésus s'assit à ses côtés, et pleura avec lui.

      Supprimer
  3. J'avais fait à peu près le même constat sous le titre un peu prétentieux de 'Théorème de Nouratin": "on ne peut être à la fois socialiste, lucide et sincère".

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.