..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

samedi 9 avril 2022

Crimes de guerre (2)

 Le monument dont je parle. A noter à droite, inexplosée, une des centaines de bombes 

qui tombèrent sur la ville

Une chose m’étonne : la façon dont les commentateurs se montrent horrifiés par les nouvelles venant d’Ukraine. On parle de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité, le président ukrainien va jusqu’à utiliser le terme de génocide. On assimile le président russe aux pires dictateurs de l’histoire du XXe siècle et l’ukrainien à Saint François d’Assise. Tout ça me paraît bien ingénu, comme si une quelconque guerre pouvait être une promenade de santé, ne faisant que quelques victimes militaires et parmi celles-ci uniquement les plus cruels, les plus fanatiques partisans de dictateurs fous.

Or, si on y réfléchit un tant soit peu, une guerre ne peut être qu’une boucherie criminelle même si elle se borne à massacrer des soldats. C’est un peu comme si on considérait ces derniers comme des volontaires pour la mort qui méritaient amplement leur triste sort. Que des milliers ou des millions de soldats y meurent, c’est de bonne guerre. Que 50 civils en soient les victimes, c’est horrible.

Malheureusement, le massacre d’innocents civils est une constante de toute guerre. Je me souviens des récits entendus il y a bien longtemps de la bouche d’un mien oncle et d’un ami de mon père volontaires en Indochine ayant trait à leur participation à des massacres de civils. Les raconter serait déplacé : j’imiterais l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours. Sachez seulement que ces hommes, ensuite devenus bon citoyens et bons pères de famille, n’y allèrent pas avec le dos de la cuiller.

Mardi dernier, je me rendis à Vire chez M. SFR afin d’y régler un problème de contrat. En retournant à mon véhicule, mon attention fut attirée par un monument que jusqu’alors je n’avait pas remarqué : je m’arrêtai devant ce mur où, sur sept plaques de marbre noir, étaient gravés en lettres d’or les noms des victimes des bombardements de la ville le 6 juin 1944. J’en comptai plus de 400, avec souvent plusieurs homonymes laissant penser que des familles entières avaient été définitivement libérées de tout souci terrestre. La ville ne fut libérée par le 116e Régiment d’infanterie US que le 8 août soit 2 mois et 2 jours après son débarquement car la progression dans l’enfer du bocage n’était pas aisée : sur les 19 chars du régiment, 15 furent détruits par les Allemands dans des chemins creux où les manœuvrer s’avéra difficile. Lorsqu’ils traversaient sur leur route des villages libérés, l’accueil y était enthousiaste on acclamait les soldats, on leur offrait du Calva. Toutefois, le 5 août quand ils atteignirent Vire, l’accueil fut différent : dans une ville quasiment rasée dont les rues étaient encombrées de monceaux de ruines ne restaient que des soldats de la Wehrmacht. Il fallut 3 jours de combats acharnés et une centaine de morts de chaque côté pour en venir à bout.

A-t-on jamais parlé de crime de guerre ou contre l’humanité à l’occasion de cet épisode ? Non, bien sûr. Plus de 400 morts victimes civiles lors d’un déluge de bombes dont certaines incendiaires, si c’est pour la bonne cause…

Mais tout cela est si loin… Les survivants se font rares. On a oublié. Aussi, quand une guerre éclate pas trop loin de chez nous (quand c’est loin, on s’en fout!), on prend parti, on s'émeut, on s’étonne, on s’offusque, on blâme, on voue au gémonies, on rêve d’une guerre fraîche et joyeuse et on fournit des armes pour qu’elle dure…

Je n’ai pas de solution, et ça tombe bien, vu que si j’en avais une qui m’écouterait ? Je déplore simplement le sort des victimes mais à la différence de certains (pas toujours jeunes) ingénus, rien ne m’étonne. Tout ce que je souhaite c’est que la boucherie et les inévitables atrocités commises de part et d’autre cessent au plus vite. Ce qui me fait la jambe belle.


17 commentaires:

  1. Oncle Jacques, cet article est magistral ! Aucun des articles que je lis sur cette guerre ne peut rivaliser avec le vôtre, car tous se placent soit d'un côté, soit de l'autre, alors qu'il faudrait tout faire pour oser dire que cette guerre - comme toutes les autres - est une saloperie et qu'il faut tout faire pour qu'elle s'arrête enfin.
    J'entends de belles dames des media, nous expliquer que l'armée française, pendant les guerres, ne se livre pas à des viols. Et aussitôt me revient le souvenir de ce jeune paysan de l'arrière pays niçois de 21 ans (j'en avais 23) qui avait servi en Algérie, et qui m'expliquait ingénument qu'il lui était arrivé de violer une femme debout contre un mur, le fusil en travers du ventre !
    La guerre est TOUJOURS une saloperie, merci de le dire haut et fort !

    RépondreSupprimer
  2. Cette guerre pourrait durer parce que c'est une guerre idéale pour les USA : pas d'hommes (officiellement) sur le théâtre, des patriotes externalisés à foison pour tester du matériel in vivo et assurer les préventes, une Russie bientôt exsangue, une Europe encore affaiblie politiquement (intégration forcée de l'Ukraine...), coupée des ressources russes, une dépendance accrue aux USA, etc. etc... Donc, effectivement, si vous aviez une solution, non seulement personne ne vous écouterait mais il s'en trouverait certains pour vous combattre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pardon d'enfoncer autant de portes béantes mais la poésie des hublots me quitte, l'âge venant.

      Supprimer
    2. Enfoncez, cher Léon, enfoncez ! On ne le fera jamais assez !

      Supprimer
  3. Et vous n'avez pas quitté la Normandie! Pensons à Hiroshima puis Nagasaki présentées comme des
    opérations visant à épargner bien davantage de vies...(fallait l'oser celle là!).
    On retiendra de tout ça que les Japonais, compte tenu de leur copinage ultérieur avec les US, sont peu rancuniers (il est vrai que leurs prestations en Chine les a peut-être incités à la discrétion).

    Le Page.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pourtant si vous aviez été comme moi, une petite fille de sept ans vivant à Shanghaï sous la menace quotidienne des bombardements Japonais, vous ne pourriez pas faire comme si Hiroshima ne vous avait pas - aussi - sauvé la vie !

      Supprimer
    2. J'ai rappelé leurs prestations en Chine (j'aurais pu ajouter et ailleurs). Maintenant fallait-il Hiroshima et Nagasaki, telle est la question! Pour vous la réponse est trouvée assurément.

      Le Page

      Supprimer
    3. Disons que sur ce coup, vous êtes du bon côté de la barricade et moi du mauvais !

      Supprimer
    4. Tomberez-vous d'accord sur Dresde et Hambourg ?

      Supprimer
  4. Merci monsieur Etienne de nous rappeler que la guerre (la 2nde) a laissé ses débris et souvenirs encore visibles dans les chemins de campagne normands et que toute nouvelle guerre en laissera d'autres, pas très loin.
    Rien ne changera.
    C'est pas notre guerre, démerdez-vous.
    J'ai honte de parler ainsi, mais c'est la réalité : démerdez-vous !

    On n'est pas au Moyen Age !!!

    RépondreSupprimer
  5. Votre texte me fait du bien,je tiens à vous le dire M.Etienne...
    Votre lucidité et rationalité sont apaisantes dans mon état de confusion aggravée qui plus est, par un méchant covid.

    RépondreSupprimer
  6. Il est toujours possible d'améliorer un crime de guerre grâce aux nouvelles technologies.

    RépondreSupprimer
  7. Comme disait Coluche : "Je préfèrais la guerre au Vietnam à la guerre en Afghanistan, parce qu'elle était plus loin, c'était plus sympathique ..."

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.