..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

dimanche 26 septembre 2021

A quoi bon secourir les cons ?

 


Je suis tombé, suite au commentaire d’une amie Facebook, sur un article de France Bleu évoquant une polémique née d’une mise en garde de la Gendarmerie de Haute-Loire contre les brouteurs qui avait provoqué l’ire d’associations antiracistes avant d’être supprimée et d’entraîner de plates excuses de la maréchaussée. Je ne m’étendrai pas sur le contenu dudit communiqué gendarmesque qui me semblait frappé au coin du bon sens : si votre curiosité vous y invite, cliquez sur le lien. Ce sur quoi je m’interroge, c’est sur l’utilité qu’il y a à mettre les cons en garde contre les arnaques grossières de nos amis sub-sahariens, surtout lorsque ça risque d’entraîner une enquête voire des sanctions.

Comme vous tous, pour peu que vous soyez sur les réseaux sociaux, je reçois de temps à autre de curieuses propositions d’amitiés ou des messages émanant de jeunes personnes désireuses d’être mes amies ou impatientes de converser avec moi. Si je regarde leur profil, je m’aperçois qu’elles n’ont en général aucun ami, qu’à part remplacer leur photo de profil par une qui ne leur ressemble que de loin et d’être devenues fleuristes ou coiffeuses après des études (qu’on suppose brillantes) à l’Université de Vazy-en-Berrouette, il ne contient rien. Il me semble que ce constat devrait suffire pour mettre la puce à l’oreille du plus innocent des gogos. Il semblerait que non, puisqu’il en est qui après s’être fait piquer leurs éconocroques, viennent confier leurs malheurs et détresses aux gendarmes.

Je sais mon charme irrésistible. Mais de là à ce qu’y succombent de jeunes et jolies femmes à foison, il y a un pas que je ne saurais franchir. Surtout si l’amour inconditionnel que je leur inspire s’accompagnait de demandes de virements. S’il n’y a pas de limites à la connerie, il devrait y en avoir…

Ces arnaques à l’Amour (avec un gros tas) ne sont pas les seules. Les menaces de fermeture de comptes (auprès de banques ou de services où parfois on n’en a jamais eu), les colis cadeaux qui risquent de ne pas arriver faute de plus amples renseignements, les propositions de placements à des taux faramineux sont légion sur les réseaux et dans les boîtes mail. Si on s’y fait prendre, c’est que l’on a pas la lumière à tous les étages ou qu’on n’a à s’en prendre qu’à soi-même pour un moment de coupable distraction.

Des pigeons, il s’en lève tous les matins. On n’y peut rien, c’est comme ça. Mâles ou femelles, s’ils ne se font pas escroquer par l’un, c’est l’autre qui les escroquera. Passée la tendre enfance, croire au Père Noël relève plus de l’ânerie que de la fraîcheur d’esprit.


13 commentaires:

  1. Le plus désolant ce sont les excuses de la maréchaussée... 🤮

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est en effet bien triste mais ça montre à quel niveau de lâcheté nous en sommes arrivés.

      Supprimer
  2. Hélas, il existe des gens qui ont reçu la connerie en partage et qu'on peut pigeonner sans difficulté. Les abrutis qui en profitent bénissent les créateurs géniaux de ces fabuleux systèmes si faciles à utiliser.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
  3. En général, je reçois plutôt des courriels basés sur l'escroquerie aux bons sentiments : j'ai besoin d'argent pour une opération chirurgicale vitale.
    Directement à la poubelle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est que contrairement à Jacques Etienne, vous n'avez pas un physique à faire pâmer...

      Moi j'ai reçu un message qui sortait de lot. Une malheureuse, à la dernière extrémité, qui voulait me léguer ses économies pour que je puisse faire du bien autour de moi.

      Supprimer
    2. @ Le Rabouilleur : Peut-être vous juge-t-on charitable ?

      @ Bernadette : Pour un semi-vieillard un peu enveloppé, je bénéficie en effet d'une plastique (presque) irréprochable et d'un visage dont les rides sont venues souligner la finesse des traits.
      J'ai par ailleurs reçu le genre de mail dont vous parlez. Me l'adresser prouve une totale méconnaissance de ma profonde avarice qui me ferait tout garder par devers moi et envoyer les purotins se faire voir chez Plumeau.

      Supprimer
  4. Je n'ai rien compris à ce billet, parce que les seuls qui essaient de me faire cracher au bassinet sont, genre l'église catholique pour ses oeuvres multiples et variées ou, comme il y a quelques jours, un organisme de recherche scientifique. Ces demandes se font par courrier et sont accompagnées de force carnets, cartes postales, stylos et étiquettes à mon nom.
    Je garde les étiquettes, j'offre les cartes, carnets et stylos à des enfants, et je n'envoie pas d'argent parce que j'aime bien choisir mes pauvres moi-même !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Permettez, chère Mildred que je blâme votre attitude : en offrant cartes, carnets et stylos aux enfants, vous augmentez indûment votre popularité auprès d'eux. Si vous refusez les dons, refusez les cadeaux qui accompagnent leurs demandes. Il serait plus noble de votre part de les renvoyer à leur expéditeurs ! ;)

      Supprimer
  5. Les trois vertus chrétiennes sont censées être la foi, l'espérance et la charité.
    Pour ma part, charité bien ordonnée comme par soi-même.
    Ce qui veut dire qu'il faut cultiver son instinct de conservation avant de s'occuper des malheurs d'autrui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma charité se borne à acquitter les divers impôts que nous impose notre bon gouvernement : il sait, mieux que je ne saurais, les redistribuer à bon escient !

      Supprimer
  6. Voyez le bon coté des choses :
    Les khons s’autodétruisent et ne peuvent donc pas se reproduire.
    C'est un processus darwinien de sélection des plus aptes.

    RépondreSupprimer