..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

lundi 10 septembre 2018

Adieu Céline ?

M.Didier Goux, l'a dit et répété : avec le temps, il arrive qu'un livre qui jadis avait recueilli nos suffrages enthousiastes cesse de nous intéresser, que ses défauts nous semblent l'emporter sur ses qualités. Bref, qu'on brûle ce que l'on a adoré.

Je viens de vivre cette expérience en relisant Mort à crédit de M. Destouches. Je dus faire bien des efforts pour ne pas abandonner la lecture tant par moment elle devenait pénible. Le pire fut quand le bon docteur se lançait dans des délires qui plus que des envolées me semblaient autant de noyades. J'avais l'impression de lire l’œuvre d'un dément ! Et que c'était long et ennuyeux ! Et puis la forme de paranoïa qui parcourt en fil rouge tous ses ouvrages y compris les pamphlets me fut insupportable. Le « héros » Célinien est quasi-perpétuellement en butte à la maligne traîtrise de qui l'entoure. Face à cela, une seule solution : la fuite. Fuite qui, dans la vraie vie fut salutaire à Louis-Ferdinand, lui permettant, de Sigmaringen au Danemark, de sauver sa triste peau d'éternel "persécuté".

Même au joli temps de ma Célinolâtrie, je pensais qu'il aurait dû s'arrêter d'écrire après Mort à crédit. Que ce soit dans Guignol's band ou la trilogie finale, je trouvais que l'auteur devenait caricature de lui-même et pour tout dire illisible. Quant aux pamphlets qu'il est de bon ton de juger anodins, si on les replace dans le contexte de la montée d'un antisémitisme rabique qui mènera à ce que l'on sait, il est difficile de ne pas y voir des appels au massacre.

Fut un temps où, comme si ce genre de classement avait le moindre intérêt, je plaçais Mort à crédit au dessus du Voyage ! J'ai relu ce dernier roman il y a quelques années et l'ai trouvé aussi génial qu'il m'avait paru lors de précédentes lectures. Après ma récente et cuisante déception, j'en suis venu à redouter qu'une nouvelle lecture ne me fasse revenir définitivement sur la haute estime en laquelle je tenais cet auteur.

Il n'empêche que son influence sur le style de nombre d'auteurs est incontestable et que, ne serait-ce que pour cela, il tient dans la littérature française du vingtième siècle une place prépondérante. Que sa place, dans un panthéon personnel en totale ruine, soit remise en cause n'y change rien. Après tout, peut-être est-ce moi qui vieillis mal...

17 commentaires:

  1. Étant resté fidèle à Tintin, je ne suis pas déçu ��, ni aucun, rejet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai toujours eu du mal à comprendre la tintinolâtrie. Mais j'aimais beaucoup étant enfant.

      Supprimer
    2. C'est mon côté nauséabond qui m'y pousse.

      Supprimer
  2. Et encore vous n'avez pas essayé Rigodon...
    Le Voyage est un chef-d'œuvre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh que si, j'ai lu Rigodon. On pourrait attribuer son illisibilité au fait que Céline ne l'avait pas terminé mais d'Un château l'autre et Nord ne valent guère mieux.

      Supprimer
  3. Jamais lu Destouches, même pas Le Voyage...
    Et ce n'est pas votre relecture du zigoto qui va m'y inciter!
    Bon,pire encore que l'antisémitisme rabique et délirant,le fait pour un écrivain d'être illisible.
    Là, c'est inexcusable :-)

    Essayez Pierre Antoine Cousteau pour voir,tout aussi parano que Céline,fasciste jusqu'au bout et fier de l'être resté,mais qui a tenu un amusant(!) journal de ses sept années de captivité,après être resté 141 jours dans la cellule des condamnés à mort: "Intra Muros".

    Vendémiaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cousteau, frère du commandant, était une des têtes de turc de Céline. Je ne l'ai jamais lu mais si l'occasion se présente, j'aimerais le faire.

      Supprimer
  4. J'ai lu en son temps Le Voyage, l'ai trouvé "génial" à tous les égards que vous dites, et ai décidé d'en rester là ! Mort à crédit était là, sur les étagères mais je ne l'ai jamais ouvert.
    Cela dit, j'ai pris beaucoup de plaisir à voir certain spectacle de Luchini à base de Céline. Il me semble me souvenir de L'arrivée à New-York où, au théâtre de la Croix-Rousse, j'étais assise à côté de Michel Bouquet devant lequel j'étais passée sans le reconnaître.
    Ah ! Une autre petite chose, hier au soir j'ai regardé le film consacré à Luchini par la 2. J'ai été frappée par la ressemblance physique de Fabrice Luchini avec le Docteur Destouches sur certaines images.

    RépondreSupprimer
  5. Un éclair de lucidité sénile à la fin... de votre billet !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, ça peut arriver aux plus stupides. peut-être même à vous...

      Supprimer
  6. Cela dit, l'inverse peut se produire aussi : que le plaisir resurgisse, parfaitement intact, voire qu'il soit supérieur à ce qu'il avait été lors de la première et juvénile lecture. ainsi moi, en ce moment, avec Zola ; particulièrement en ce qui concerne La Terre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai commencé à lire Zola très jeune et ai gardé un bon souvenir des Rougon-Macquart à l'exception de "La faute de l'abbé Mouret" où les descriptions du Paradou m'ont paru très lassantes.

      Supprimer
    2. Il y en a d'autres, des "ratés" : Le Rêve, Une page d'amour, L'Argent… À côté de splendides réussites, qui compensent largement. Mais il me semble me souvenir que nous avons déjà parlé de Zola, une fois et de vive voix… en attendant que cuise un certain gigot…

      Supprimer
    3. Ah...
      Moi j'ai été sensible à l'atmosphère de la faute de l'abbé Mouret...

      Supprimer
    4. Il faut le voir comme un rêve érotique (et interdit pour un ecclésiastique) sous une canicule du mois d’août. Les tentations de la chair...

      Supprimer

Les commentaires sont fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.