..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

samedi 28 mars 2015

Résurgences du passé



I
Hier, j’ai reçu de mon frère un document que je croyais perdu à jamais : la traduction que j’avais faite il y a quelques années déjà de Snuff Fiction du brave Robert Rankin. J’en avais fait mon deuil. Sa disparition était due à l’excès de confiance qui m’avait poussé à confier mon ordinateur en panne, afin qu’il le répare, à mon voisin qui se targuait d’opérer une rapide remise sur pieds de l’appareil défaillant. On ne nous apprend hélas pas dès l’enfance le sage précepte de Lao-Tseu selon lequel « Le voisin est un loup pour l’homme ».  Bien entendu, et malgré mes nombreuses requêtes je ne revis pas plus mon unité centrale que les outils que j’avais eu la folie de lui prêter.  Puisse cette charogne rôtir à jamais dans un cercle si spécial des enfers qu’il fut caché à Dante ! Ainsi des heures et des heures de labeur intense disparurent. Et puis me revint il y a quelques jours que j’avais transmis le fichier informatique de mon œuvre à mon frère afin qu’il m’exprimât son sentiment sur le livre. Je lui envoyai donc un mail lui demandant, si, par le plus grand des hasards, il n’aurait pas conservé trace de mon envoi. Et, miracle, alors que je n’y croyais pas vraiment, il le retrouva dûment gravé sur un disque ! Ainsi, vais-je pouvoir  le relire et éventuellement y apporter des corrections. Comme je ne suis pas chien, je vous en offre deux extraits du premier chapitre évoquant l’heureux temps du tabagisme décomplexé :

« C’est vraiment Mr Vaux qui nous a fait fumer. Bien sûr, à cette époque tout le monde fumait. Les stars comme les politiciens. Les médecins comme les infirmières. Les prêtres en chaire comme les sages-femmes au travail. Les footballeurs  s’offraient une Wild Woodbine à la mi-temps et on voyait rarement un marathonien franchir la ligne d’arrivée sans une clope au bec.
Quel beau souvenir que ces premières images de Sir Edmund Hillary  au sommet de l’Everest  tirant sur une Senior Service !
C’était vraiment le bon temps. »

« Dans le Nord du pays, où ils étaient évidemment plus éclairés, les enfant des écoles primaires étaient autorisés, et même encouragés à fumer en classe. Cela,  sans aucun doute, afin de les préparer à la vie au fond des puits, puisque à l’époque tous les hommes vivant au nord de la Wash1travaillaient dans les mines de charbon. Tandis qu’à Londres où j’ai grandi et à Brentford, où je suis allé à l’école, on n’avait pas le droit de fumer avant d’avoir réussi l’examen d’entrée en sixième et d’aller au lycée.
Aussi, comme le faisaient tous les enfants, nous fumions dans les toilettes pendant la récréation. Les toilettes étaient toutes équipées de cendriers fixés près du distributeur de PQ et une fois par jour, le responsable des cendriers faisait son tour et les vidait. Responsable des cendriers était un des meilleurs postes de responsable, vu qu’on pouvait souvent récupérer un bon nombre de cigarettes à moitié fumées, hâtivement écrasées quand la sonnerie de fin de récréation avait retenti, et dont on pouvait encore tirer quelques belles bouffées.
Il y avait alors des responsables pour tout. Un responsable du lait, un responsable de la craie, un responsable de l’encre, un responsable des fenêtres, chargé d’utiliser le long manche muni d’un crochet à son bout ; un responsable chargé de distribuer les manuels scolaires et de les récupérer ensuite. Il y avait le responsable de la voiture qui lavait la Morris Minor de la directrice ; le responsable des chaussures, chargé de cirer celles des instituteurs ; et bien entendu le responsable spécial qui s’occupait des besoins des maîtres masculins portés sur la pédophilie.
Moi-même, j’étais responsable des fenêtres, et si j’avais reçu une Livre pour chaque carreau cassé accidentellement et pour chaque raclée reçue en conséquence, j’aurais aujourd’hui assez d’argent pour employer un responsable spécial qui adoucirait les misères de ma vie déclinante. »
II
Il y aura bientôt treize ans que j’ai vu Derek pour la dernière fois. Nous fêtions son départ à la retraite et ma mutation du charmant endroit où nous enseignions. Deux événements patiemment espérés. Nous avons bien eu, au début, quelques échanges téléphoniques et puis la vie nous a fait dériver suivant des courants différents. Et voilà que ce matin, probablement suite à un rêve, je me réveille avec cette lancinante question : quel pouvait bien être le nom de famille de ce cher ex-collègue ? Impossible de m’en souvenir ! Il me semblait bien que ça devait être un prénom, mais lequel ? Me revint en mémoire un papier sur lequel je me souvenais avoir un jour noté ses coordonnées lequel avait été glissé dans un vieux carnet d’adresses retrouvé au fond d’un tiroir lors de ma migration vers les collines. Je trouvai ledit carnet. S’y trouvait ledit papier. Hélas, la seule identification qu’il signalait était « Derek » ce qui laissait le mystère entier. Toutefois, ledit carnet contenait une entrée indiquant une adresse plus ancienne laquelle s’accompagnait du patronyme. Je feuilletai ensuite ce recueil d’anciens contacts vieux de plus de vingt ans. Y figuraient parmi des adresses de services ou d’employeurs (j’en avais alors plusieurs) le nom d’amis, d’anciennes copines, totalement perdus de vue, certains morts depuis, et aussi, de gens tout à fait oubliés dont la présence sur ces pages était un total mystère. N’étant pas Modiano, je ne m’en souciai pas plus avant…


1 Grande baie située sur la côte est de l’Angleterre

13 commentaires:

  1. J'ai l'impression que sur ce coup, vous allez en laisser plus d'un sans voix !

    RépondreSupprimer
  2. Un papier dans un vieux carnet d'adresses au fond d'un tiroir...Voilà qui m'a irrésistiblement évoqué "The hitch-hiker guide to the galaxy" dans lequel la municipalité vient démolir la maison d'Arthur afin de construire une route et l'employé de la mairie affirme que le projet a été notifié au public.

    - You hadn't exactly gone out of your way to call attention to them had you?
    I mean like actually telling anyone or anything.
    - But the plans were on display...
    - On display? I eventually had to go down to the cellar to find them.
    - That's the display department.
    - With a torch.
    - Ah, well the lights had probably gone.
    - So had the stairs.
    - But look, you found the notice didn't you?
    `Yes,' said Arthur, `yes I did. It was on display in the bottom of a locked filing cabinet stuck in a disused lavatory with a sign on the door saying "Beware of The Leopard".'"


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très drôle cet extrait ! Il faudra que je lise le livre qui me fut chaudement recommandé par l'ami anglais qui me fit découvrir Rankin.

      Supprimer
  3. Voilà qui donne envie de lire ce bouquin. Vous devriez le mettre en ligne.
    Merci d'avance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut que je le relise et le corrige d'abord. Ensuite je me demande si ce serait bien légal...

      Supprimer
  4. Donc in Bernie Bonvoisin vous ne Trustiez point ?...

    RépondreSupprimer
  5. Ce Robert Rankin me fait penser à Crad Kilodney (dans le genre comique). Je pense en particulier à Villes bigrement exotiques. Merci pour cette découverte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout un monde Rankin... J'ai une trentaine de ses romans. Certains ont été traduits et publiés aux éditions Bragelonne.

      Supprimer
  6. Monsieur Des Collines :
    Les frères il n'y a que ça de vrai dans la vie ! Bonjour à mon frère qui ne lit pas ce blog, mais, tout comme votre frère, est du genre sur lequel on peut compter.
    Par contre pour ce qui est des voisins : j'en ai eu de charmants, beaucoup d'indifférents, et quelques uns franchement nuisibles (que j'aurais aussi bien envoyés rôtir, comme le vôtre, dans les cercles de l'Enfer de Dante).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que pour certains voisins, c'est coton !...

      Supprimer
    2. Comment ? Votre frère ne lit pas ce blog ? Que fait-il donc de sa vie ? Remarquez, le mien non plus car malgré son goût pour la conservation, c'est un progressiste.

      Supprimer

Les commentaires sont fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.