..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

mardi 31 mars 2015

Le lierre, cet assassin.



Ma réfection des joints du garage m’a fourni une nouvelle preuve de la nocivité de cette immonde plante grimpante dont un pied, ayant plongé ses racines dans un joint en terre du mur, avait entrepris son inexorable travail de sape. Il m’a fallu desceller quelques pierres pour en extirper le plus gros des tiges et racines. Je compte dès que possible achever la besogne salvatrice au lance-flammes (ou desherbeur thermique). Rira bien qui rira le dernier !

A première vue, le lierre est sympathique : il garde sa verdeur en hiver, apportant une touche de couleur en ces temps désolé. Mourant où il s’attache, on le présente comme un exemple de fidélité. Certains esprits superficiels trouveraient même qu’il apporte de la beauté aux murs, les parant d’un manteau vernissé du plus bel effet. Ceux-là sont des proies faciles pour le démon dont les pires suppôts apparaissent sous des traits charmants…

Car comme bien des co-pilotes,  bien des infanticides, bien des escrocs, bien des tueurs en série, le lierre cache ses noirs desseins sous des dehors débonnaires. La grande différence avec ces autres monstres, c’est qu’il ne dit pas, que je sache, bonjour à tout le monde*. Il n’empêche que cet assassin est sans pitié. A la différence de l’enfant capricieux, du zappeur compulsif, du vieillard qui tente de prendre subrepticement votre place dans la queue au supermarché et de l’électeur réclamant le départ de M. Hollande,   il possède une qualité qui se fait rare : la patience.

Car pour arriver à ses fins, qui ne sont autres que la mort de celui qui l’accueille et le soutient, il prend tout son temps. Avant de le détruire, il parera de son vert permanent le vieux mur, ajoutant à sa beauté. Mais ce faisant, il insinuera ses tiges dans les anfractuosités de la paroi, elles y grossiront  doucement puis, exerçant une pression irrésistible sur les pierres y pratiqueront des fissures puis des brèches et finiront par la faire s’écrouler. Le temps pour lui ne compte pas : il peut vivre des siècles, certains disent même qu’il pourrait atteindre le millénaire… J’en ai connu un, dans mon jardin de Montbazon où se trouvait une tour du château médiéval dont le tronc atteignait les 15 cm et qui était parvenu à pratiquer dans la paroi multi-centenaire de cet élément de défense de larges fissures annonciatrices de sa ruine finale.  

Mais sur un arbre, me direz-vous, quels dégâts peut-il causer ? Le mêmes !  Dans un article, un jardinier moderne, bien écolo comme il se doit, le prétendait inoffensif, voire utile, sur un arbre sain et vigoureux tout en concédant qu’il pouvait se montrer fatal à un sujet affaibli. Quelle légèreté ! Comment oublier qu’un jour viendra où le robuste frêne perdra sa belle santé et où le lierre viendra précipiter sa fin ?

Pour le lierre comme pour la piéride une seule solution : l’EX-TER-MI-NA-TION !  

*Clin d’œil à une certaine lectrice qui se reconnaîtra.

15 commentaires:

  1. Sur les murs la vigne vierge a une empreinte plus délicate, moins dommageable : elle se contente de poser délicatement ses petites ventouses. Le lierre est vraiment un nuisible. Attaquez le profondément, à la pioche si nécessaire.

    RépondreSupprimer
  2. Essayez de faire étouffer les piérides par le lierre et de faire bouffer le lierre par les piérides.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellentes idées : Grâce à des manipulations génétiques, on transforme la piéride du chou en une piéride du lierre qui s'éteindra s'éteindra avec la disparition de la plante !

      Supprimer
  3. Si le lierre était le seul "assassin" dont nous eussions à nous plaindre, nous en serions bien heureux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces derniers jours, j'ai passé plus de temps à tenter de venir à bout de celui-là que des autres...

      Supprimer
  4. Le lierre est toujours vert, ce qui est bien la marque de son infamie !
    C. Monge

    RépondreSupprimer
  5. Que peut-on tirer de sérieux d'un billet où est évoqué, je cite, "le robuste frêne", cet arbre source de tous mes maux, cette vermine de mes berges qui tombe dans la rivière au moment où celle-ci pullule de rameurs, insectes et rongeurs.

    Le lierre, quant à lui, peut offrir de beaux sols où le défrichage est malaisé, et où proliféreraient orties, ronces, cigüe...

    RépondreSupprimer
  6. "du vieillard qui tente de prendre subrepticement votre place dans la queue au supermarché". Il y a une autre catégorie: le butor qui a la quarantaine, qui passe devant et, quand je proteste, me répond: "Vous travaillez? Non! Moi oui."

    RépondreSupprimer
  7. L'extermination, objectif clairement revendiqué, pour le lierre et les piérides ...
    Déjà que précédemment vous provoquiez les féministes !

    Ne vous étonnez point Cher Hôte, si un jour futur un tribunal écologiste populaire vous condamne à des travaux de rééducation ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme cultiver des choux afin d'en nourrir un élevage de piérides ?

      Supprimer