..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

lundi 1 septembre 2014

Moustache



Ce billet est spécialement dédié à Léon, troll en résidence de ce blog. Je suis certain que la profondeur de son contenu le confortera dans l’opinion que je ne suis qu’un triste moustachu.

« Du côté de la barbe est la toute puissance » dit Arnolphe à Agnès dans L’École des femmes de l’exécrable Molière dont les œuvres, malgré de telles énormités, continuent d’être étudiées (de moins en moins et c’est heureux) dans nos écoles. Espérons que notre nouveau ministre de l'Éducation Nationale y mettra bon ordre. Mais revenons à nos barbus. Si M. Poquelin dit vrai, je ne puis m’étonner que ma puissance n’ait jamais été que très relative. En effet, j’ai pratiquement toujours été glabre.

Oh, bien sur, dans ma prime vingtaine j’ai bien laissé pousser barbe et cheveux mais ça ne dura pas très longtemps et puis, pour bénéficier d’un minimum de crédibilité, n’était-il pas indispensable, dans les années soixante-dix, qu’un enseignant fût barbu et chevelu ? Cette brève parenthèse passée, je renouai avec les plaisirs du rasage quotidien.

Et puis voilà que l’idée saugrenue d’arborer une moustache m’a pris il y a quelques jours. J’en ignore la raison. Désir de ressembler aux grands moustachus de l’histoire ?  Ruse destinée, puisqu’une caractéristique chasse l’autre, à ce que d’éventuels (et grossiers) détracteurs me traitent de vieux moustachu plutôt que de vieux con ? Qu’importe !

Une fois la décision prise, reste à déterminer  au style de quel célèbre porteur de moustache elle s’apparentera.  Hitler ? Staline ? Brassens ? José Bové ? Noêl Mamère ? Didier Goux ? Charlie Chaplin ? Salvador Dali ?  Certaines personnes citées sont un peu trop marqués politiquement. Restent le chansonnier, l’auteur, le comique-qui-ne-m’a-jamais-fait-rire, et le peintre. Le choix n’est pas simple !  Et qu’est-ce qui me garantit que ma pilosité sub-narinale me permettra de rivaliser avec ces grands hommes ?  Pour l’instant rien n’est moins sûr…

Je reste donc dans l’expectative. Toutefois, une chose est certaine : alors que les froidures approchent inexorablement, faute de jardiner, je pourrai passer le temps que me laissent blog, mots-croisés, lecture, cuisine et bricolage à écouter pousser ma moustache. Voilà qui donne tort à Blaise Pascal pour qui « tout le malheur des hommes [venait] d'une seule chose, qui est de ne pas savoir demeurer en repos dans une chambre » car ce passe-temps aussi paisible qu’absorbant peut, et c’est même préférable, se pratiquer loin de la foule et des vains divertissements qu’elle procure.

D’ailleurs j’envisage d’y consacrer ce qui reste de cette journée que je vous souhaite bonne.

31 commentaires:

  1. Je ne me suis jamais habitué aux moustaches mais il existe un certain François-Alexandre Galepides dit Moustache batterur de jazz et comédien , qui s'en souvient?

    https://www.youtube.com/watch?v=IR3d0ZiHM7w

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il existait...Il est parti battre le tempo sous d'autres cieux voici petite lurette... Nouws sommes quelques uns à nous souvenit

      Supprimer
    2. Je m'en souviens très bien : un gros homme brun à forte moustache. Mais moi, le Jazz...

      Supprimer
    3. Moustache à également été un des précurseurs du rock and roll, avec Henri Salvador et... Michel Legrand qui signait alors sous le pseudonyme de Big Mike.

      Supprimer
    4. il jouait parfois au " petit journal " c'était super

      Supprimer
    5. D'autant qu'à l'époque Yann Barthès ne sévissait pas encore.

      Supprimer
  2. Très bonne idée ! Et quand elle sera au point, ce sera l'hiver, et, n'ayant plus de photos de légumes à nous montrer, vous pourrez faire admirer votre moustache à vos lecteurs éblouis !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'important dans la vie n'est-il pas de regarder pousser des choses et de faire part de leurs progrès à ses lecteurs ?

      Supprimer
  3. Vous pourriez tenter cet élégant modèle: http://www.lexpress.fr/tendances/soin-homme/video-du-jour-la-plus-longue-moustache-du-monde-mesure-4-26-metres_1295458.html

    RépondreSupprimer
  4. Les moustachus pensent-ils un instant, lorsqu'ils décident de porter moustache, aux gens qu'un jour ou l'autre ils vont embrasser ? je ne le pense pas et c'est bien dommage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il suffit de n'embrasser que les gens, hommes ou femmes, qui aiment ce contact pileux, voilà tout.

      Supprimer
    2. j ai omis: pensent-ils à tous ces gens qui aimeraient les embrasser mais que l'idée même du contact pileux,à cet endroit , refrène...

      Supprimer
    3. A ce propos, une anecdote : un jours qu'ils devisaient des grands problèmes de ce monde, Heidegger dit à son ami Lao-Tseu "Un baiser sans moustache, c'est comme une belle à qui il manque un œil" le chinois lui répondit, "Non, c'est un repas sans fromage pour la borgne, pour sans moustache, c'est comme une soupe sans sel". Un peu vexé et de caractère irascible, le philosophe allemand lui colla un bourre-pif. Cette altercation provoqua le déclenchement de la Guerre Sino-germanique dont plus personne ne se souvient. Ce qui est bien dommage pour le président Hollande qui aurait pu prononcer un de ces beaux discours dont il a le secret lors de sa commémoration.

      Supprimer
    4. Ben oui, Corto... Nous vous savons peut amateur des parts de tarte au poil...

      Supprimer
  5. En lisant le début du billet, j'ai craint un instant que vous ne m'oubliassiez, parmi les moustachus célèbre. Je fus bien content de voir qu'il n'en était rien.

    RépondreSupprimer
  6. Un procrastinateur de mes connaissances vous répondrait qu'il faut commencer, avant toute chose, par ne rien faire. On verra bien ce qu'il en adviendra. Étant glabre -mais brun- également, je sais qu'il n'adviendrait rien. Pour le reste, il me semble que c'est davantage à votre compagne de répondre, comme le suggère Corto, qu'aux blogueurs qui n'auront pas à s'y frotter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que j'embrasse rarement les blogueurs sur la bouche. A bien réfléchir, je crains même que ça ne se soit jamais produit.

      Supprimer
    2. L'élégance du dédicataire est de vous fournir la mousse : très bon billet donc. Pour ce qui est du rasoir.....

      Supprimer
    3. Pourquoi me fourniriez-vous le rasoir quand j'y renonce ?

      Supprimer
  7. La moustache à la Dali, est sans conteste la plus aristocratique. Après tout, le génial peintre aimait à se définir comme un anarcho-royaliste. Sous nos latitudes hexagonales, elle a aussi un petit air d'officier de cavalerie. Inconvénient, elle nécessite un investissement en gomme afin d'offrir cet aspect lustré.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors il faudrait aussi la teindre car une moustache à la Dali poivre et sel serait bien moyen. Pour être cohérent, je devrais alors teindre mon opulente chevelure blanche. Non, ce serait changer trop de choses...

      Supprimer
  8. M'étant assez récemment laissé pousser la barbe, je ne saurais trop vous encourager dans vos expériences pileuses.
    Que diriez-vous d'une moustache à la François-Joseph?
    http://www.larousse.fr/encyclopedie/data/images/1310827-Fran%C3%A7ois-Joseph_Ier.jpg

    RépondreSupprimer
  9. Les mystères internautiques faisant que ma précédente contribution à l'instar d'un funeste et récent vol d'Air Algérie parti de Ouagadougou ne soit pas arrivé à destination, m'incite à persévérer avec une autre fine boutade relative à la profondeur d'un con tenu ...

    RépondreSupprimer
  10. Oui, bon, d'accord, mais… qu'est devenu votre "Courrier des lecteurs" annoncé sur certaine blog-roll ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, puisque ici la transparence est la règle, je vous dois la vérité. Suite à une erreur de clic, au lieu d'enregistrer un brouillon, je l'avais publié. je l'ai donc immédiatement supprimé. Je vais le relire et le publier de ce pas.

      Supprimer

TOUT COMMENTAIRE ANONYME SERA SUPPRIMÉ;