..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

lundi 29 octobre 2012

Questionnement d’un fumeur invétéré



J’ai dû commencer à fumer vers l’âge de douze ans. Il y a donc 50 ans de cela. Se défaire d’une telle habitude ne serait pas simple. Même si je ne prends aucun plaisir à cette salle manie.

Je constate depuis quelques années que le prix du paquet de cigarettes ne cesse de grimper, bien plus vite que l’inflation.

Des mises en garde dont l’aspect rappelle furieusement celui des faire-part mortuaires d’antan sont apparues sur les emballages, nuisant à leur esthétique.

Au dos du paquet, des photos également bordées de noir sont plus récemment apparues, censées engendrer la peur chez le chaland.

Une nouvelle innovation fut d’imposer un papier perforé ayant pour mission de faire s’éteindre la cigarette en cas de non-tirage. La principale conséquence en est de rendre l’acte de fumer encore plus désagréable.

Depuis quelques jours, j’entends à la radio un vieux gars qui semble au bord de la tombe se plaindre d’avoir du mal à passer d’une pièce à l’autre ou de monter à l’étage. On évoque plusieurs causes, dont le diabète, le cholestérol, l’hypertension et le tabac. Le moribond s’écrie (enfin, autant qu’il puisse s’écrier le pauvre ! ) que s’il avait su… Aurait-il dans ce cas renoncé au diabète ?

Sans vouloir tomber dans la paranoïa, j’en suis à me demander, si, de manière subreptice, on ne tenterait pas de me décourager de fumer…

16 commentaires:

  1. Essayez la cigarette électronique.
    Vous aurez votre dose de nicotine sans gêner votre entourage. Et peut-être - qui sait ? - vous finirez par arrêter de fournir cette pompe à phynances de l'état.

    RépondreSupprimer
  2. Il n'y a pas d'étuis a cigarettes, hors les boites métalliques plates qu'on ne peut pas mettre dans sa poche ?
    Des petits étuis en carton dans lesquels on glisse son paquet. Avec des reproductions de toiles célèbres (ou pas), ou ses haïkus, des rébus, des aphorismes...
    Pas de kit pour sécher son tabac, le laminer, le rendre fumable, quoi ? Je soupçonne l'INRA de trainer des pieds pour acclimater le tabac périgourdin au climat normand.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh non, rien de tout ça.
      De plus, je ne fume que du tabac blond mentholé...

      Supprimer
  3. Pourquoi peut-on finir tranquillement à la rue mais est-il si difficile de fumer paisiblement?
    Jard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. peut-être parce qu'en culpabilisant les fumeurs les hausses passent mieux...

      Supprimer
  4. De plus en plus chères ! en effet et c'est un scandale. J ai trouvé la solution en changeant de marque. Maintenant je fume des cigarettes moins chères de marque " Che " à l'effigie du Guevara. Je dois l avouer fumer du gauchiste révolutionnaire compense les autres désagréments

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En plus, ça doit presque vous donner l'impression de fumer des havanes...

      Supprimer
    2. Tant que le Che ne fera pas d'extra-longues mentholées, ça ne changera rien pour moi, incapable que je suis de fumer autre chose...

      Supprimer
  5. Tu quoque, Corto !

    Jacques, vous me rassurez. Je craignais que l'extinction intempestive les cigarettes (en effet) fût le fait d'amiante, ajoutée au papier (pour (tur)lutter contre les incendies de forêt). Plus rien ne m'étonne !

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Jacques Etienne,
    Bonjour à tous,

    Je suis sûr que vous n'avez pas besoin de toutes les mises en garde des cigarettiers pour savoir que fumer c'est mal (qu'ils disent les autres, ceux qui ne fument pas).... et surtout risqué pour votre santé.

    J'ai connu, jusqu'à il a quelques années, cette emprise de la cigarette. J'en grillais une lorsque j'étais triste/contrariée/stressée ; Elle m'apaisait. Une autre lorsque j'étais joyeuse ; Elle participait à la fête ; Beaucoup d'autres encore entre ces 2 moments, par habitude. Bref je fumais allègrement presque un paquet par jour.

    Un jour, au cours d'une longue discussion avec moi-même, c'est à peu près les seules que je supportais sur ce sujet, je me suis dis c'est trop, tu dois diminuer de moitié. Papier/crayon en main, j'ai fait une liste de mes "indispensables". Je dois dire en toute objectivité que là déjà j'ai eu du mal à répartir les 10 sur la journée car reconnaissons entre fumeurs qu'il y en a beaucoup dont on ne tire aucune satisfaction.

    En procédant ainsi, j'ai pu diminuer ma consommation par deux.

    J'ai recommencé l'opération quelques années plus tard pour diminuer encore par deux. A nouveau ça a marché.

    Par contre, le coup d'arrêt a été plus brusque. Alors que je devais subir une petite intervention chirurgicale, le chirurgien m'a dit entre 4 yeux : "je ne vous opère que si vous arrêtez de fumer 15 jours avant et 15 jours après, pour que la cicatrisation se réalise dans des conditions optimums".

    Je crois qu'à ce moment là, j'ai été plus angoissée de devoir arrêter de fumée que de passer sur le billard.

    J'ai dit OK . J'ai terminé le paquet en cours en le faisant durer le plus longtemps possible et ensuite....tout s'est bien passé.

    Suite à cette épisode, reprendre la cigarette après un mois d'abstinence aurait été vraiment trop bête et je sais maintenant que je ne replongerais pas...même si parfois j'ai encore des bouffées d'envie car elle est encore là la coquine, tapie dans un coin de mon cerveau.

    Si j'en avais le talent, je pourrais écrire un livre sur le sujet, tant cette addiction m'a parfois fait agir de façon inélégante.

    Je vous assure qu'il y a une vie après la cigarette. Le souffle est déjà meilleur, ce qui rend la marche moins fatigante....


    NB : Dans les trucs qui peuvent marcher, il y a l'hypnose. Une de mes soeurs ainsi que son copain (grand fumeur) ont essayé il y a 5 ans. Ca leur a très bien réussi et ils n'ont pas recommencé depuis.


    Pardonnez cette grande tirade qui a surtout valeur de témoignage. Je ne voudrais pas passer pour une donneuse de leçon, mais simplement dire aux fumeurs que s'ils veulent se défaire de ce carcan, il y a peut-être des choses à essayer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, je ne veux pas ! Mais votre témoignage méritait d'être fait ; merci, Cyrielle -)

      Supprimer
    2. Je suis un cas désespéré, j'en ai bien peur, Cyrielle. Persuadés de cela, les médecins, jusqu'à mon cardiologue, n'osent même plus me conseiller d'arrêter...

      Merci cependant pour votre témoignage.

      Supprimer
  7. Mais non, pas du tout, ne croyez pas cela. On fait juste
    appel à votre esprit de contradiction afin de vous y inciter, au contraire. Eussiez vous l'idée saugrenue
    de cesser que vous porteriez gravement préjudice aux
    finances publiques, ce ne peut être, à l'évidence, le but
    recherché.

    RépondreSupprimer
  8. Pour ma part, j'ai suivi les mots d'ordre gauchistes. J'ai fait jouer la solidarité. J'ai réussi à me dégotter quelques potes qui vont plus ou moins régulièrement à l'étranger. Résultat, ça fait 6 mois que je fume au pire à moitié prix. Le meilleur rapport reste Dubaï. 10€ la cartouche de Winston au duty free de l'aéroport. Qui dit mieux ?

    RépondreSupprimer
  9. Quand j' ai arrêté de fumer, je me suis aux "C.D.A"; c'est à dire les Cigarettes Des Autres, y a pas moins cher et quand on voit la gueule des Autres lorsque vous leurs vider leurs paquets de cibiches, c'est encore mieux que n'importe quel patch à la nicotine.

    C'est simple, les Autres ont des visages de zombies à qui on aurait retiré leurs derniers humains charnus de la bouche.

    Oh con d'Adèle, ça vous calme pour de bon!

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.