..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

mardi 30 octobre 2012

Mots croisés



Savez-vous qu’on dit d’un bois qu’il est arsin quand, bien que debout, il a été endommagé par le feu ? Que le mont Œta est proche du Parnasse ? Qu’il existe en Grèce une île nommée Icarie ? Moi je l’ai appris pas plus tard qu’hier en faisant des mots croisés.

Les mots croisés sont une activité stimulante. C’est pourquoi, il y a plus d’un an, je me suis abonné au Figaro week-end suite à une offre alléchante. Car les magasines contiennent des grilles de Michel Laclos, mon auteur favori.  

Durant les années quatre-vingts, j’avais pris l’habitude d’acheter le Fig Mag qui faisait les délices de mes week-ends. J’en lisais la plupart des articles qui m’apparaissaient comme un baume apte à apaiser les douleurs  d’un cœur  de réac martyrisé par ces années de mitterrandisme.  Et puis, quand j’en avais le temps, je me livrais sans retenue aux joies des mots croisés. Il arrivait que pour une raison ou pour une autre je n’aie pas le loisir d’assouvir cette passion. Je découpais alors les pages et les mettais de côté en vue de temps moins bousculés.

Ces temps arrivèrent suite au dépôt de bilan. J’en avais tout un stock et passai l’essentiel de mon temps à rattraper mon retard cruciverbeux. Sous l’œil courroucé de mon épouse qui ayant rapidement trouvé un emploi jugeait que j’eus mieux fait de consacrer mon temps à chercher du boulot. Comme si je n’essayais pas !  Il faut dire qu’elle commençait à me trouver bien des failles…

Or donc m’abonnai-je l’an dernier. Mais l’histoire ne se répétant pas, je trouvai bien moins de goût aux articles de ce vénérable organe de presse. Quant aux mots croisés, le jardinage, le bricolage et le blogage ne me laissèrent pas le temps de m’y consacrer. Je les découpai avec soin et les plaçai dans un tiroir avant de mettre les magazines non lus à la poubelle. Comme le temps passe vite et que je ne lis jamais les courriers que m’envoie le Figaro, je m’aperçus récemment que, reconduit tacitement, le prix de mon abonnement avait doublé. Ce qui fait beaucoup pour du papier qu’on ne lit pas. Le journal  peut bien servir à allumer la cheminée, mais vu le nombre de feux que j’allume et le stock déjà conséquent que j’en possède, je crains que ma fille se retrouve avec de quoi démarrer des flambées bien longtemps après ma disparition.  D’autant plus qu’elle n’a pas de cheminée.

Le week-end dernier, afin de rentabiliser mes investissements, je me mis donc à remplir les grilles des magazines reçus. Le résultat fut piètre. Des deux premières que j’attaquai, après des heures d’efforts, je ne parvins à remplir totalement aucune. Dire que sous François le mauvais j’en faisais mon affaire en une petite heure !  Tout fout le camp, ma bonne dame, tout fout le camp ! Je ne me laissai pas abattre par ce cuisant échec. Et hier, laborieusement certes, je vins à bout d’un problème. Pas une case qui ne fut correctement remplie !

Ça m’a encouragé. Je ne lâcherai les deux cent et quelques grilles qui m’attendent sagement dans leur tiroir qu’une fois terminées. Aussi se peut-il que parfois le temps me manque pour éclairer le monde d’un de ces billets magnifiques qui renouvellent la pensée occidentale : on ne peut pas être partout.

8 commentaires:

  1. Ah oui, Laclos !
    Je connais des gens qui sont restés en contact téléphonique uniquement pour s'aider à compléter leurs grilles : de l'utilité des mots croisés pour consolider le lien social.
    Pour ma part, je n'ai jamais réussi à terminer une grille. Mon talent se résumant à peu près à disposer les S, ici et là.
    En revanche, même si mon incurie me met très souvent en rogne, j'ai pris beaucoup de plaisir à lire votre billet.

    RépondreSupprimer
  2. " [...] le temps me manque pour éclairer le monde d’un de ces billets magnifiques qui renouvellent la pensée occidentale". Ne laissez pas seuls, s'il vous plaît, le président normal™ et son Premier sinistre illuminer le monde de leurs idées lumineuses, même si pour l'instant, ils semblent plutôt briller de nullité.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Jacques, je ne suis pas doué, mais alors du tout, pour les mots croisés. En revanche un fléché force 2, on peut dire que je me débrouille pas mal! On peut dire que j'ai un sacré niveau.
    Non, en fait, je m'interrogeai sur l'éventuelle présence de mots croisés dans Lobé ou le Monde, savoir quel champ lexical y était évoqué.
    Ma question, le mot croisés peut-il être politisé? Par exemple, dans Libé: en 3 lettres, le livre rouge de notre héros. Ou, en 6 lettres, le nom d'un président démocratique d'Amérique du Sud.
    Je vous souhaite une bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est déjà assez difficile de faire une grille, s'il faut y ajouter des orientations politiques, ça doit friser l'impossible...

      Supprimer
  4. Pas de complexes entre nous, chacun prend son plaisir où il le trouve comme dit le Maire de Paris.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
  5. Rien que le terme de mots-croisés me donne mal à la tête, le seul croisement que je supporte , c'est : celui des dames qui ont de jolies jambes.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.