..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

mardi 9 octobre 2012

Les désarrois d’un jeune « blogueur de gouvernement »



(Ne me remerciez ni ne me blâmez pour le "jeune", c'est à M. Musil qu'on le doit)

Je lis ce matin le billet de Nicolas. On y sent poindre comme un soupçon de désillusion. Pardonnez l’euphémisme ! Ça n’a rien de bien étonnant. Il fallait l’enthousiasme du militant pour ne pas voir ce qui était prévisible dès les premiers jours qui suivirent l’avènement de Sa Normalitude. 

N’étant pas militant socialiste, ni militant tout court, le 9 mai, pardonnez la fatuité qu’il y a à se citer j’écrivais ceci : « En fin de compte, le changement historique du 6 mai, tout le monde s’en fout ou n’en attend rien. On sait bien qu’il ne va rien se passer et que dans 6 mois le nouveau gouvernement sera aussi impopulaire que celui qui l’a précédé.  Plus question de foutre la cabane sur le chien. On va juste lui donner un petit nonosse au chienchien. Enduit de somnifère. En espérant que la pauvre bête dormira quand on viendra le lui reprendre. »

Cinq mois plus tard, jour pour jour, force est de constater que malgré le nonosse (« coup de pousse » au SMIC, augmentation de l’allocation de rentrée scolaire ») le chienchien gronde de plus en plus fort. La dose de somnifère devait être insuffisante. Et puis, à coup de taxes diverses, on  lui a repris le nonosse avant même qu’il se soit endormi… 

Si la cote de popularité de Sa Normalitude n’a pas encore croisé dans sa descente celle de son prédécesseur, il lui reste encore un mois pour le faire. On n’est pas à quelques jours près…  La  publication du rapport Gallois au 15 novembre, si elle  entraîne des décisions  du genre augmentation de la CSG et/ou de la TVA  devrait y aider…

Faut-il s’en réjouir ? Que nenni ! Avoir un gouvernement se trouvant si rapidement en position de faiblesse n’est pas bon pour le pays. Comme Jean II le bon  à la catastrophique  bataille de Poitiers (celle de 1356) le président et son gouvernement ont à se garder à droite comme à gauche alors qu’en sa majorité même montent les dissonances.

 Au risque de décevoir certains de mes lecteurs, je lui trouverai des circonstances atténuantes. La situation dont il a hérité était très mauvaise. Non pas, comme se plaisent à le répéter ses supporters,  à cause d’une gestion calamiteuse de M. Sarkozy mais plutôt en raison du contexte de crise européenne et mondiale qui fait que bien des pays se trouvent dans une situation encore plus délicate (alors qu’il ne les gouvernait même pas et que certains étaient à gauche).

Le candidat Hollande se devait de nier la crise et de blâmer son seul prédécesseur  pour parvenir au pouvoir. Il lui fallait même avoir un programme ambitieux. On allait vers une croissance à 1.7 points si je me souviens bien. Aujourd’hui on parle de 0.8 tandis que l’INSEE la voit plutôt à 0.4.  On est passé du rêve réenchanté à la triste réalité.

L’absence d’alternance aurait-elle fait beaucoup mieux dans le domaine économique ? J’en doute. Ce gouvernement avait perdu la confiance des français. Reconduit, sa marge de manœuvre eût été, elle aussi, bien faible. Les efforts demandés, même indispensables, n’auraient pas été mieux acceptés. Peut-être encore plus mal.

Je trouve la France bien mal partie.

33 commentaires:

  1. Jeune je veux bien. Tant qu'il n'y a pas "gros".

    " On y sent poindre comme un soupçon de désillusion. Pardonnez l’euphémisme !"

    Pas du tout. Je trouve uniquement qu'ils devraient envoyer des signaux positifs après une semaine catastrophique avec la présentation du budget.

    Ils ne communiquent pas assez sur les mesures qui vont dans le bon sens comme la taxation des plus-values immobilières et des dividendes...

    Mon billet était peut-être maladroit mais il n'y a aucun désarroi ni désillusion chez moi, juste de l'embarras en tant que blogueur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Ils ne communiquent pas assez sur les mesures qui vont dans le bon sens comme la taxation des plus-values immobilières et des dividendes..."

      Ces mesures vont-elles vraiment dans le bon sens ?

      Supprimer
    2. Oui, mais je conçois que vous ne soyez pas d'accord.

      Supprimer
  2. Cher Jacques, n'hésitez pas à vous citer -le passage du 9 mai mis en exergue m'était déjà sorti de l'esprit et pas encore relu.

    Ne se peut-il que le Président Sarkozy ait laissé le candidat Hollande caracoler en tête car au fond, il savait très bien que ses marges de manœuvres étaient encore plus limitées que celles de l'ami Molette, après un quinquennat dont les effets et les bonnes choses ont été systématiquement sapés par une opposition et des média largement complices ?

    La gauche vit dans le déni. Il n'est pas inopportun parfois de la remettre face à la réalité, fût-elle puante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en suis à me le demander... A son retour, la droite pourra se permettre d'être radicale.

      Supprimer
  3. Vous avez raison, quant aux circonstances atténuantes. Le problème est que, durant quatre ans, ces mêmes blogueurs ont fait comme si toutes les catastrophes étaient dues au seul Sarkozy et que la crise n'y était absolument pour rien. Du coup, ils ont bonne mine, aujourd'hui, à clamer exactement l'inverse en ce qui concerne Hollande.

    Pour ce qui touche à Nicolas, sa position est certes un peu simplette mais elle est solide et lui fera encore un moment, je pense. On pourrait la résumer comme suit : « Je soutiens le gouvernement parce que je soutiens le gouvernement parce que je soutiens le gouvernement. »

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut aussi la résumer ainsi : depuis deux ans je soutiens un gugusse en disant qu'il pouvait battre une classe politique qui a détruit ce pays (les comptes, le tissus social et tout ça).

      Soutenu par des gens de droite qui n'ont honte de rien.

      Alors oui, je soutiens ce gouvernement parce qu'il ne pourra pas être pire que les deux précédents.

      Supprimer
    2. "Alors oui, je soutiens ce gouvernement parce qu'il ne pourra pas être pire que les deux précédents. "

      Eh, oh, faut viser plus haut, peut-être ?

      Supprimer
    3. Certes, ce n'est pas très compliqué...

      Supprimer
    4. « Je soutiens le gouvernement parce que je soutiens le gouvernement parce que je soutiens le gouvernement. »

      Imparable argumentaire !

      Supprimer
  4. Finalement tout est bien qui finit bien, et puisque Nicolas est satisfait, le peuple n'a plus qu'à se taire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel rapport ? Mon billet de ce matin était justement pour dire que je n'étais contents et que le gouvernement devrait envisager des mesures pour le peuple.

      Supprimer
    2. " le gouvernement devrait envisager des mesures pour le peuple." Et pourquoi donc prendrait-il des mesures en faveur du peuple ? En a-t-il seulement les moyens ? Ensuite, je subodore que par "peuple" vous entendez "la partie modeste du peuple". Pourquoi le ferait-il quand justement cette tranche de population ne vote pas pour lui ? L'électorat socialiste, c'est kes bobos (par masochisme) + les assistés (par intérêt) + les pas-très-décis-raleurs (par mauvais caractère). Vous savez tout cela aussi bien que moi...

      Supprimer
    3. Mouarf ! La caricature. C'est amusant, je dis la même chose aux blogueurs du Front de Gauche. Je vous rappelle néanmoins que Hollande a été élu par le peuple...

      Il faudrait arrêter les idées préconçues : il y a aussi des gens qui votent à gauche par intime conviction et d'autres qui constatent que la politique de Chirac puis celle de Sarko ont été très mauvaises sur tous les plans...

      Supprimer
    4. Caricatural ou pas, l'élection de M. Hollande est bien due à cette coalition. Appelez-la le peuple si vous le voulez.

      Supprimer
    5. Hollande a été élu par le peuple.... qui s'est fait bourré le chou par les médias. Il vaut mieux être exhaustif quand on parle du pouple.

      Supprimer
  5. Je me souviens de cette campagne où il était de bon ton de brocarder les solutions simplistes. Or, s'il en est une de solution simpliste, c'est bien celle qui consiste à augmenter les impôts. Elle va très vite montrer ses limites si ce n'est pas déjà le cas.
    A quoi bon de se lever matin si c'est pour tout redonner le soir ?

    RépondreSupprimer
  6. Hollande c'est la politique du plus petit. Vous avez 500 personnes qui se portent bien, et 4 personnes qui vont mal, et bien il va changer la règle pour tout le monde, juste pour aider que ces 4 personnes ne puissent être jalouses des 500 autres. C'est le principe de l'égalitarisme social. Politique et gentillesse? C'est la plus belle foutaise de ce siècle! Contre-productive au possible. Il faut avoir beaucoup de privilèges pour voter à gauche.
    Intellectuellement, c'est impossible. Il faut avoir vrillé toutes ses valeurs pour être convaincu que la gauche c'est bien. La preuve? La gauche adore Chavez! Alors avec ça on est bien barrés! Bonjour la pauvreté et la criminalité!

    RépondreSupprimer
  7. Pour avoir visité quelques fois le site du fdg, j'y ai trouvé un réel terrorisme civique. Appels à la révolte, désobéissance, tous les ingrédients pour faire capoter la société, tout ce qu'il faut pour nourrir des colères irrationnelles, et maintenir les gens en dehors de ce qui pourrait faire le bonheur sur cette terre. Est-on certains que le fdg n'est pas composé de cheminots qui veulent toujours plus de privilèges ou de profs voulant toujours plus de vacances? Ce que je veux dire, c'est qu'il y a les raisons de la colère, et il y a aussi les raisons de la colère, souvent bien futiles. Des enfants gâtés! AAArrrgggllh!!

    RépondreSupprimer
  8. Toute la situation tient en votre dernière phrase.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer

  9. Un blogueur de gouvernement...
    Il se la pète un peu le Nicolas non !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toujours aussi bête, toi ! Ce sont d'autres blogueurs qui m'ont qualifié ainsi.

      Supprimer
  10. "Ce gouvernement avait perdu la confiance des français. Reconduit,..."
    Il n'y a pas comme une confusion, là ? Je sais bien que la 5è a fortement subit le passage au quinquennat. Mais elle garde encore la spécificité de son Président élu.
    Le gouvernement, c'était Fillon. Et, Sarkozy réélu, n'aurait probablement pas fait le choix de la reconduction du PM Fillon à la tête du gouvernement !

    Amike.

    RépondreSupprimer
  11. Le petit Nicolas s'ennuie, il pourrait demander à Sempé de lui concocter une histoire où le gentil François ferait tout ce qu'il a promis.

    Malheureusement il en est autrement ce qui est le plus triste, c'est qu'une partie du peuple qui a amené François le Bref au pouvoir se rend de plus en plus compte qu'il s' est fait couillonner mais il a préféré entendre les sornettes des bonimenteurs que de regarder la vérité en face.

    Ce n'est pas grave quand il n' y aura plus de riches, nous serons entre pauvres et nous pourrons enfin vivre comme de vrais prolétaires, la belle vie.

    Un seul problème, les caciques du PS, eux vivront toujours dans l'opulence. On veut bien être l'élu des miséreux mais pas vivre comme eux, faut pas pousser mémé dans les orties quand même.

    A propos, maître Nicolas, Sarkozy a été lui aussi élu par le peuple en 2007 mais apparemment vous l' aviez oublié durant 5 ans en lui crachant sur la gueule tout vôtre venin.

    Vous vous ennuyez,moi non! Même si je paye ou vais payer les âneries de Culbuto, je peux au moins en rire.

    Buvez votre bière tant qu'elle n'est pas trop taxée.

    Je vous souhaite le bonjour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sarko et le paquet fiscal, Sarko et la réduction de l'ISF... Sarko qui avait promis un chômage à 5%. Sarko qui avait promis d'aller chercher la croissance avec les dents.

      Il se trouve toujours des andouilles pour le défendre... C'est amusant.

      Supprimer
    2. Bah, vous défendez bien Hollande... Alors que franchement...

      Supprimer
  12. Etre traité d' andouille par un béni-oui-oui, c'est un compliment.

    A propos de Sarkozy, je n'en fus jamais un grand fan comme le vous faîtes remarquer, trop de promesses non tenues mais à votre différence, je suis resté conscient ce qui n'est pas votre cas quand vous évoquer Culbuto.

    Sortez de votre tour d' ivoire ou d' ailleurs et regarder le monde tel qu'il est, partout c'est la merde mon frère, partout c'est la merde et ce n'est pas avec une cuillère en argent socialiste que l'on en sortira mais votre cerveau d'endoctriné ne peut le comprendre.

    Je vous souhaite le bonjour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Grandpas, je ne sors de nulle part. On est dans une grosse merde, comme tu dis. Je ne vais pas faire un procès au Gouvernement, moi. Il n'y a que des andouilles comme toi pour pouvoir croire qu'on sortira de la merde en question en claquant des doigts.

      Il se trouve que Sarkozy a commencé son mandat par des mesures d'urgences qui ont été des catastrophes (d'ailleurs, toutes, sauf la défiscalisation des heures supplémentaires, ont été annulées par la droite ensuite). Alors je préfère voir les méthodes de la gauche...

      Ce n'est qu'au bout de quelques années que je jugerai mais pour l'instant, le Gouvernement applique un programme pour lequel je l'ai soutenu. Mais toi, tu préfères voir les bonhommes et pas le travail fait.

      Supprimer
    2. J'admire votre fidélité Nicolas. Je déplore votre cécité. N'avez-vous toujours pas remarqué que quelques petites modifications économiques se sont produites entre 2007 et 2012 ?

      Supprimer
    3. Impossible d'accorder un quelconque crédit à la gauche. Cahuzac, par exemple, habite dans un 300 m2 dans le XVI. Prétendre à l'égalitarisme tout en étant dans un palais parisien, c'est la plus belle fourberie de ce siècle. Au moins à droite, il n'y pas tant de décalage entre ce qui est dit et qui on est.
      Cahuzac, dans ses 300 m2, il pourrait en loger des sdf et des roms. Ainsi que tous les cancres de France. Ca éviterait de recréer tout le système scolaire juste pour 4 élèves abrutis. A moins qu'encore une fois, ça ne soit pour brasser de l'air.

      Pour quelqu'un se censé, c'est impossible de croire en la dissonance!

      Supprimer
    4. Oui, on a sombré dans la merde... Ce n'est pas de la cécité. "On" avait dit qu'il ne fallait pas faire la loi TEPA. Et quand on s'est retrouvé en crise, elle avait déjà fragilisé nos finances, nous rendant incapables d'accompagner la crise.

      Ne refaisons pas l'histoire... L'effort qu'on doit faire maintenant pour redresser les comptes est aussi du à ces mauvaises mesures de début de mandat.

      Supprimer
    5. Nous y voilà, ils vont nous faire comme en 1981 le coup de l'héritage pour nuus expliquer le début misérable de leurs Ayrault de Hollande.

      Décidément, mon petit Nicolas ce n'est l’honnêteté qui vous étouffera.

      Juste pour votre information, les charges de l' URSSAF ont augmenté e 40 et 70 % depuis l' arrivé de votre Élu, les patrons ne sont prêts d'embaucher mais qu' à cela ne tienne, il y a encore de postes de fonctionnaires que l'on eut créer comme surveillant du net.

      Je vous souhaite le bonjour

      Supprimer
  13. L'effort à faire c'est de virer tous les fonctionnaires dont le travail n'est pas nécessaire à la bonne marche administrative, et dont les salaires les rendent privilégiés. D'ailleurs, c'est drôle ces gens qui ont tout pour être heureux et qui gueulent à longueur d'année. Vous pouvez leur dire merci, car après on met ces enfants gâtés au même rang que les ouvriers, qui eux, sont vraiment dans la mouise. Quand je vois que Hollande fait du semi-Mélenchon, je me réjouis que le fdg n'est pas au pouvoir.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.