..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

samedi 17 mars 2012

On aura tout entendu !



Erreur de casting ? Accès de folie passagère ?

Je n’en ai pas cru mes oreilles. Hier matin, sur la RSC ®, dans l’émission « Service public » de Guillaume Erner, on a donné la parole à des gens qui  ne hurlaient pas avec les loups. Le sujet en était « Ces pieds noirs qu’on ne voulait pas voir » et les invités Guy Sitbon, communiste repenti né à Monastir (Tunisie), Brigitte Benkemoun, Rédactrice en  chef de « Mots croisés » sur France 2 et Daniel Leconte, producteur de cinéma.

Logiquement, on s’attendait à une glorification du FLN ainsi qu’à une dénonciation des crimes du système colonial et ensuite et surtout de l’armée française. Les participants auraient dû logiquement s’excuser d’exister et confesser leurs crimes. Le sujet l’exige. C’est comme ça.

Et , dès le début, voilà que ça dérape : M. Sitbon décrit le FLN comme une bande de nervis plus soucieux d’éliminer tous ceux qui se trouveraient sur le chemin qui le mène à la domination du courant nationaliste que d’indépendance. « Le FLN voulait tout ou rien, il a eu tout et rien » ! Il sait de quoi il parle, en tant qu’ex-supporter du gang ! 

Et ça ne va pas s’arranger. On donnera même la parole à une auditrice qui soulignera les dangers d’une mémoire hémiplégique qui, en ne retenant que les crimes de l’armée française, favorise le ressentiment vis-à-vis de la France des immigrés originaires d’Algérie de la troisième génération, et partant nuit à  leur intégration.  On ira jusqu’à dire qu’il n’est pas si naturel de qualifier  les poseuses de bombes  sur les terrasses de cafés d’héroïnes ! Que Franz Fanon n’était pas toujours mignon ! On osera dire qu’Alger et Oran avaient été construites par les français (pendant que les immigrés construisaient la France ? ). On évoquera le massacre de quelque 700 européens à Oran, le  5 juillet 1962. Pour finir, M. Sitbon affirmera que l’histoire est manichéenne parce qu’écrite par les vainqueurs !

Vous ne me croyez pas ? Allez-y écouter !

Je vous concède que pour rester dans un ton  de bonne compagnie on avait convoqué un sondeur qui,  de manière mesurée, nota un survote pied noir en faveur de la droite et du FN. On interrogea également un militant pied noir du FN. C’était le moins que l’on puisse faire pour montrer qui sont les méchants.

J’avoue avoir été fortement choqué par cette émission. Dieu merci, sur cette même antenne, deux émissions sont là pour rétablir la vérité officielle, celle qui fait de la France un horrible bourreau : « La marche de l’histoire » et celle de l’inénarrable Daniel Mermet. Il ne faudrait tout de même pas  confondre dérapage et changement d’orientation.

23 commentaires:

  1. Sans parler de la Mitidja, qui n'était qu'un marais insalubre depuis toujours et dont les Français ont fait le verger du Maghreb. Des centaines de petits blancs venus de la métropole ont trouvé la mort durant ces gigantesques travaux d'assainissement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non, Didier, ce que vous dites est impossible ! Les français n'ont rien fait de bien en Algérie.L'autre jour j'entendais un éditeur algérien, Abderrahmane Bouchène, expliquer au cours de l'émission "La marche de l'histoire" que dès le départ les français avaient en tête de faire disparaître purement et simplement le peuple algérien.Un génocide, quoi. Le plus curieux, c'est que cet homme est exilé depuis une vingtaine d'années en France ! Se réfugier chez ceux qui ont voulu exterminer votre peuple, peut-on rêver plus grand courage ?

      Supprimer
    2. On pourrait dire aussi quelques mots du complexe gazier de Hassi R'Mel et des installations pétrolières de Hassi Messaoud, qui leur ont été livrées toutes neuves et clés en mains.

      Supprimer
    3. Il était un peu normal qu'alors que nous nous apprêtions à piller leurs ressources nous leur laissions les outils nécessaires sinon comment les auraient-ils pillées eux-mêmes ?

      Supprimer
  2. Et aussi d'Alger qui, me disait une amie pied noir, "C'était Nice" et qui y était retournée trente ans plus tard et avait dit : " Maintenant, c'est une poubelle !"
    Trop méchants ces pieds noirs !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a pas que les pieds-noirs pour le constater, les autochtones, du moins certains d’entre-eux le déplorent également.

      Supprimer
    2. Alger en 1969, lorsque j'y ai passé quelques jours, était encore une ville magnifique…

      Supprimer
    3. Et les Français génocidaire, dans cette Algérie de la première indépendance, étaient étonnamment fort bien vus et en proie à aucune agressivité, bien au contraire.

      Supprimer
    4. Vos préjugés vous égarent, Didier !

      Supprimer
  3. Ah oui.
    Moi aussi j'ai écouté cette émission et, tout comme vous, j'ai été agréablement surpris de l'honnêteté de son ton.
    Daniel Leconte parlant d'un auditeur comme d'un perroquet répétant les fables entendues sur le sujet...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette remarque m'a plu. J'étais étonné que la quasi-totalité du personnel de RSC n'ait pas ensuite élevé de virulentes protestations. Après tout, que sont-ils sinon des entraîneurs de perroquets et parfois perroquets eux-mêmes ? insulter leurs élèves n'est pas correct.

      Supprimer
  4. La nouvelle émission "La Marche De l'Histoire" a considérablement fait baisser la qualité de cette tranche horaire.
    Rendez nous "2000 Ans d'Histoire" !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord avec vous. Et le phénomène est quasi-général sur cette radio qui vit de nos subsides. Seule la lâcheté (ou la complicité ?) de nos dirigeants peut expliquer que l'on tolère un tel scandale.

      Supprimer
    2. Mais le pire est sans doute l'insupportable duo de fin d'après-midi, Colin et trucmuche:
      Abrutissant et inaudible à souhait.

      Supprimer
  5. Les algériens ne plaignent pas de la colonisation ou ottomane et pourtant sur un peu plus de 10 siècles, ils auraient pu faire quelques travaux d' aménagement plutôt que d' importer leur religion car au cas où nos algériens l' auraient oublié, cette terre était chrétienne, d'ailleurs un certain Augustin d’Hippone (latin : Aurelius Augustinus), ou Saint Augustin, né dans le municipe de Thagaste (actuelle Souk-Ahras, Algérie) le 13 novembre 354 et mort le 28 août 430 à Hippone (actuelle Annaba, Algérie).

    Les conquérants arabes n'ont amené que le vert de leur drapeau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouais. C'est bien vrai ça. L'homme musulman n'est pas assez rentré dans l'histoire.

      Supprimer
  6. J'espère que des auditeurs-citoyens auront fait leur devoir en dénonçant cet animateur et que celui-ci sera sanctionné comme il le mérite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne doutons pas que nombre d'auditeurs auront été profondément choqués et qu'il auront réclamé la tête du délinquant.

      Supprimer
    2. Oui mais il régnait une franche complicité dans le studio. Comme une envie de rétablir un peu de vérité.
      Tout n'est pas noir ou blanc a dit quelqu'un, mais gris.
      Or le plus souvent on nous donne à voir que le noir; le notre bien entendu.
      Quoiqu'il en soit l'histoire a parlé car, après les pieds-noirs, c'est par millions que les anciens colonisés sont venus chez nous, un peu comme s'ils nous regrettaient, signant en tout cas l'échec du FLN et de la bande actuelle à faire de l'Algérie un pays vivable en dépit des milliards du pétrole et du gaz.
      Et ça, on ne peut pas l'imputer aux colonisateurs.
      Pour ceux qui voudraient se faire une idée

      Supprimer
  7. Je n'ai pas encore écouté.
    Je crois rêver, à lire votre billet.
    J'ai peur de me réveiller.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand vous aurez vérifié, dites-moi ce que vous en pensez.

      Supprimer
  8. Et puis dans cette histoire, il a tous ces juifs qui étaient présents depuis le 2ème siècle et qui ont pris le bateau aussi.
    Le vivre-ensemble ne leur semblait plus très évident.
    De crémeux décrets ont fait d'eux des Français.
    On aimerait qu'ils s'en souviennent.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont ouverts !