..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

dimanche 25 mars 2012

Heure d'été



Cette fois, le passage à l’heure d’été coïncide avec le passage au temps de printemps. Soyons honnête, le temps de printemps l’a un peu devancée mais ne chipotons pas.

Le soleil brille.  C’est tout juste si un léger voile atténue au loin la ligne des collines. Les jonquilles ont depuis quelque temps déjà déclose leur robe de jaune, sans même attendre le soleil. D’infimes taches de même couleur apparaissent aux branches des Forsythias, sur les les cassis-fleurs c’est du rouge qui pointe,  le camélia fou finit d’ouvrir les fleurs rouges et blanches que la vague de froid de février n’a pas brûlées tandis que son frère sage et rosé commence d’ouvrir les siennes. Dans les parterres surgissent de jeunes pousses de toutes couleurs promettant de bientôt rendre La Fleurière digne de son nom. Les bourgeons du cerisier et du prunier commencent à s’ouvrir. Ceux des pommiers, plus timides, enflent un peu. L’herbe pousse menaçant de rendre sa tonte difficile sauf intervention immédiate. Des pies, brindille au bec, se rendent au sommet d’un pin afin d’y bâtir un nid. Pas une voiture sur la route.

Dans ces conditions abominables, difficile de se concentrer sur les polémiques du jour. Hollande est-il nul ? Fallait-il le lui dire ? Franchement, je m’en fous. Il faut que je descende au bourg voisin acheter des tomates pour le barbecue de midi avant que la superette ne ferme. J’envisage sans enthousiasme de remettre la tondeuse en service. Il est grand temps de semer sous la serre tomates et fleurs…

 Je vous souhaite à tous un bon dimanche !

17 commentaires:

  1. Il y a des jours comme ça, où on aimerait aussi être à la campagne !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semble que pour apprécier le printemps il faut y avoir souffert les rigueurs de l'hiver.

      Supprimer
  2. On voit même de timides violettes.
    Bon Dimanche à vous aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai oublié les violettes, c'est vrai, mais il y a tant de nouveautés qu'être exhaustif repousserait trop loin la tonte de la pelouse.

      Merci !

      Supprimer
  3. Il me semble, à vous lire, que la nature est en peu par avance, ici, par rapport à chez vous : les forsythias sont éclatants depuis au moins cinq ou six jours (sauf le mien qui, comme chaque année, est minable…), et les bourgeons des cerisiers sont tout près d'éclater. Quant aux lilas, leurs premières feuilles sont visibles depuis plusieurs jours aussi.

    Et je vais devoir, dès demain, procéder à ma deuxième tonte de la saison !

    (Et avec tout ça, je n'ai toujours pas de fauteuil à oreilles…)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Didier, il faut prendre en compte l'altitude ! 325m au jardin (369 au point culminant de la commune qui est aussi celui du département). Quand je descends au bourg voisin où à Vire, je constate la différence. En Hiver, nous avons bien plus de neige aussi. Ainsi va la vie rude du collinard.

      Dame Alison donne peu de signes de vie, en effet. Même si des nouveautés apparaissent sur son site.

      Supprimer
  4. Vous ne laissez aucune chance aux petites violettes, à moins que vous ne tondiez autour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je leur laisse d'autant plus de chance qu'elles ont le bon goût de pousser dans les parterres !

      Supprimer
  5. Si j' tais à la campagne, je prendrais un baudet pour tondre la pelouse.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Baudet_du_Poitou

    Il me parait sympathique, ce bel animal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes, mais quel animal adopterai-je pour éliminer le crottin de baudet ?

      Supprimer
    2. Quelque chose comme ça peut être ?

      http://www.youtube.com/watch?v=G3WP-AgyFhQ

      Supprimer
    3. Le problème de l'âne, en dehors du fait qu'il vit très longtemps, c'est qu'il ne supporte pas la solitude (il dépérit et meurt). Par conséquent, il vous faudrait deux baudets – ou à la rigueur un baudet et un mouton.

      Supprimer
    4. Si vous lui faisiez tous les jours la lecture de certains blogs degôche, je suis sûr que la question de la solitude serait résolue, et vous pourriez donc vous contenter d'un seul bourricot.

      Supprimer
    5. Aristide,

      Voulez vous la mort de ce bourricot et en plus dans d' horribles souffrances et pourquoi une effigie d' Hollande avec l'intégrale de ses discours.

      Pour le baudet une donzelle qui auront pleins de petits baudets pour tondre encore plus de pelouse.

      Supprimer
  6. Si les violettes existent encore y'a de l'espoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De l'espoir ? Mais il y en a partout (sauf dans les médias) !

      Supprimer
    2. Non parce que voilà quoi.
      Mais enfin il pousse encore dans des endroits perdus.

      Supprimer

Les commentaires sont ouverts !