..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

vendredi 23 septembre 2022

A propos d'un fait divers

 

La Cour d’Assises de l’Oise vient de condamner un père de famille à vingt ans de prison. C’est triste pour lui. Maintenant, il faut reconnaître que ce n’était pas parce qu’il avait traversé en dehors des clous mais pour un meurtre particulièrement sanglant.

Selon lui, voici ce qui s’est produit : Inquiet de ne pas avoir de nouvelles de sa fille, ce brave Franco-Kurde (curieuse bi-nationalité, vu que le Kurdistan n’existant que dans l’esprit de ses partisans, les Kurdes se répartissent entre Turquie, Iran, Irak et Syrie mais admettons) craignit qu’elle n’t été la victime de quelque cambrioleur. Il se rend au foyer familial. Trouvant la porte fermée, il y pénètre par une fenêtre, se munit d’un couteau (à moins qu’il n’en ait eu un en permanence) et que découvre-t-il en ouvrant la porte de la salle de bain ? Sa fille à poil en compagnie d’un jeune homme également dénudé ! Il pense qu’un malandrin est en train d’attaquer la chair de sa chair. Curieusement, au lieu de crier « Vas-y Papa, fous les tripes à l’air à ce vil agresseur ! », elle tente de s’interposer (syndrome de Stockolm?). Le bon Muhittin, puisqu’il faut l’appeler par son prénom, prétend que le jeune homme se serait jeté sur lui. D’un autre côté, quand on voit arriver au milieu de tendres ébats un homme muni d’un couteau et probablement également armé de mauvaises intentions, n’est-il pas concevable que l’on tente de le neutraliser ? Le sang du gentil M. Ulug, puisqu’il faut l’appeler par son patronyme, ne fait qu’un tour ou peut-être même plusieurs, et, en état de légitime défense, larde le pauvre jeune homme, dont la tenue sommaire permettait qu’on se rendit compte qu’il n’était pas armé, de dix-huit coups de couteau.

Toutefois, Muhittin, pensant qu’une justice biaisée concevrait des doutes quant à la véracité de sa version, prend la poudre d’escampette et rejoint la Turquie (serait-il Franco-Turc ?). Il faudra plusieurs années d’efforts à la famille de la victime son agresseur pour que la Turquie l’extrade et qu’un procès ait lieu. Son angoisse était justifiée : la cour ne sembla pas accorder foi à sa version, peut-être parce que l’enquête révéla que la jeune femme entretenait avec le présumé cambrioleur une relation pour le moins cordiale qui ne plaisait que modérément au père de cette dernière.

Étant moi-même l’heureux père d’un charmante fille, je me suis demandé ce qu’aurait été mon attitude en pareilles circonstances. D’abord, si ma fille était restée sans me donner de nouvelles quelques heures durant, mon réflexe n’aurait pas été de penser qu’elle était séquestrée par un cambrioleur. Ensuite si, ouvrant la porte de la salle de bains, j’avais découvert pareille scène, j’aurais immédiatement refermé l’huis en m’excusant de mon intrusion dans cette scène intime et rassuré sur le devenir de mon argenterie. Eussé-je été plus collet monté, Il se fût pu que j’interrogeasse le jeune homme sur la nature de ses intentions. Mais de là à laisser mon côté soupe au lait me mener au meurtre et à ses tristes conséquences (exil et long emprisonnement) il y a un pas que je n’aurais su franchir.

Tout ça pour dire qu’en fonction des cultures les réactions diffèrent et que la diversité enrichit leur palette.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.