..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

samedi 31 octobre 2020

Je m'avais trompé !

Le vendredi 21 août, à 13 h 47 pour être précis, j’eus l’outrecuidance, la légèreté ou l’inconscience de publier un article intitulé « Privé de confinement, tu seras ! » . Il faut dire que cette déclaration péremptoire se basait sur les dires d’un certain E. M. , homme sage et de sens rassis, qui préside, présidait et présidera peut-être encore longtemps aux divagation erratiques de notre Titanic de pays. En ce trente-et-unième jour d’octobre, force est de reconnaître que je m’avais trompé (je prends des libertés avec la syntaxe, vu que de libertés, il ne nous en reste plus beaucoup et que celles-là ne sont sanctionnées par aucune amende). Confiné tu seras donc et ce jusqu’au énième jour du mois qu’on verra.


J’avoue que l’annonce du reconfinement général m’a surpris et que, si j’étais du genre à parler vulgaire, j’irais jusqu’à dire qu’elle m’a tout simplement troué le cul. Je m’attendais à des mesures locales plus ou moins drastiques, mais pas à ça. Je n’ai pas écouté l’allocution du président, occupé que j’étais à me taper la cloche dans un joli hôtel-restaurant de la charmante cité de Chauvigny (Département de la Vienne) par laquelle, revenant de Corrèze, j’avais décidé de faire étape afin d’y admirer la citadelle, ses cinq châteaux et sa collégiale romane. J’avais en fin de matinée signé la vente de ma maison limousine et je m’en retournai, cœur léger et poches pleines, vers ma pluvieuse Normandie. Dans la salle, se trouvait attablée une équipe de huit travailleurs qui, se restauraient au mépris de toute distanciation sociale et parlaient comme il se doit de leurs histoires de cul. Je m’enquis auprès du tenancier du contenu du message présidentiel. D’où surprise.


Le lendemain, après avoir rapidement visité la cité médiévale (le cœur n’y était plus), je repris la route. Entre Poitiers et Neuville-du-Poitou, je croisai par deux fois des convois d’ambulances du Samu et de camions de pompiers. Il semblait donc y avoir eu quelque part comme un sérieux accident. Je ne tardai pas à constater le bien-fondé de ma déduction car la route se trouva coupée dans les deux sens et, la déviation la longeant, je pus constater qu’un grave manquement à la distanciation sociale avait provoqué une collision frontale entre deux véhicules que leur état rendait totalement non identifiables. Bilan : un mort et un blessé grave. Autre bilan : trois morts lors d’un nouvel irrespect de distanciation dans une église niçoise. Ce dernier jour de liberté s’annonçait mal. Autres constats amusants sur le chemin : dans un Intermarché je vis que le rayon de papier hygiénique avait été dévalisé. Je suppose qu’une épidémie de gastro-entérite provoquera une pénurie de masques… Longeant le cimetière d’une bourgade voisine, je constatai que ses abords étaient saturés de voitures : les braves vieux ne voulaient pas se retrouver avec leurs chrysanthèmes sur les bras...


Rentré chez moi, je n’écoutai pas M. Castex. J’attendis le lendemain pour m’enquérir des prescriptions gouvernementales. Ainsi cette couillonnade d’« Attestation de déplacement dérogatoire » était rétablie. Elle s’était enrichie de quelques nouveaux motifs justifiant son emploi. Ainsi, le Petit Chaperon Rouge pourrait sans problème aller porter une galette et un petit pot de beurre à sa mère-grand dans le cadre d’un « déplacement pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables ou précaires ». Ça rassure ! En revanche, le terroriste islamiste se mettrait dans un mauvais cas en allant égorger ou décapiter s’il s’éloignait pour ce faire de plus d’un kilomètre et pour plus d’une heure de son domicile. Ça rassure aussi ! On pourra également « effectuer des achats de première nécessité ». Pour ceux de deuxième, troisième ou énième nécessité, je suppose qu’il y aura amende. Les cartouches d’imprimante appartiennent à quelle catégorie ? Je pose la question, car en imprimant une vingtaine d’attestations j’ai épuisé la noire.


Ma journée se passa en démarches pour résilier assurance et abonnements d’eau, d’assainissement et d’électricité suite à ma vente. Je passai également à la banque histoire de répartir mes nouveaux avoirs sur des comptes non encore saturés et en créer un autre pour absorber le reste. A six heures trente et à ma grande surprise, la sonnette retentit. Alors que je croyais que son sens civique l’en aurait dissuadé, bravant les interdits, l’acheteur de mon réchaud était venu de Vire le chercher. La tentation de dénoncer ce mauvais Français fut vive mais ayant égaré l’adresse de la Kommandantur, j’y renonçai.


Ces notations parfois cyniques ou amères, ne constituent pas l’ébauche d’un « Journal de confinement ». Elles ne sont que l’expression du désenchantement croissant et j’espère passager que provoque en moi la situation actuelle de notre asile à ciel confiné. Si elles ne divertissent que moi, ça sera toujours ça de pris.


16 commentaires:

  1. Elles m'ont bien divertissée itou.
    Christine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous m'en voyez ravi, autant que faire se peut en ces temps moroses.

      Supprimer
  2. Réponses
    1. En France tout finit par des chanson, dit-on. Ailleurs aussi...

      Supprimer
  3. Chassez le naturel il revient au galop! Vous glissâtes de superbes passés simples dans cette chronique.
    Envoyant qu'il nous restait un rouleau et demi de papier j'ai envoyé mon mari en acheter jeudi midi ; il est revenu avec un paquet en m'expliquant que j'avais de la chance qu'il fasse 1,90 m : rayon complètement dévalisé, hormis la planche du haut !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et les gens de petite taille peuvent se brosser ! Un gouvernement responsable ordonnerait que des escabeaux soient mis à leur disposition afin que les étagères du haut leurs soient accessibles ! On ne luttera jamais assez contre certaines inégalités !

      Supprimer
  4. Certains commerçants, artisans, hôteliers ou restaurateurs étant parvenus à survivre au premier confinement il était devenu urgent d'en décréter un deuxième pour les écraser définitivement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et si ce n'est pas suffisant, on en organisera un troisième !

      Supprimer
    2. Et encore ! Il semblerait que vous avez échappé au couvre-feu, non ?

      Supprimer
    3. Oui mais ni au confinement ni au masque obligatoire dans les rues désertes.

      Supprimer
  5. J'arrête ma lecture pour vous dire à quel point je trouve exaltant que les travailleurs qui sont dans le collimateur de l'état pour la moindre incartade, aient cependant encore des "histoires de cul" !
    Je continue ma lecture...

    RépondreSupprimer
  6. Eh bien voilà ! Notre gouvernement qui a un urgent besoin d'argent saura maintenant où aller en chercher ! Mais consolez-vous : c'est pour la bonne cause !

    RépondreSupprimer
  7. Manifestement nous sommes moins bien défendus contre le coranovirus que contre le coronavirus, et pourtant, à la différence du second, le premier se voit bien, gros comme une maison, passez moi l'expression!
    Amitiés.

    RépondreSupprimer

TOUT COMMENTAIRE ANONYME SERA SUPPRIMÉ;