..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

dimanche 1 septembre 2019

Voisineries

Décidément, je suis la providence des pauvres vieilles en détresse, naguère celle d'en face avait appelé mon secours pour rétablir la lumière en son logis, hier, comme je préparais mes rebords de fenêtres en vue de les repeindre, j'entendis une voix. Une vieille dame habitant à deux maisons de chez moi m'appelait mais, vu que le vent soufflait dans le mauvais sens, je ne compris rien à ses paroles. J'allai donc à sa rencontre et la malheureuse m'expliqua qu'en sortant le beurre de son réfrigérateur, ce dernier était tout mou et que la porte du frigo refusait obstinément de se refermer.

Que faire devant tant de détresse, sinon entrer en action ? A première vue, rien ne clochait : aucun contenu du frigo n'en empêchait la fermeture et la porte était bien sur ses gonds. C'est alors que je vis que la porte du freeser faisait saillie et qu'il était impossible de la fermer. J'en aperçus bien vite la cause : suite à une mauvaise fermeture, de la glace s'était formée à son entrée. Je demandai à la bonne dame si elle avait l'outil en plastique qui sert à dégivrer. Elle le produisit sans attendre et je parvins bien vite à résoudre le problème. En plus d'augmenter mes chances d'entrer sans attente au paradis, cette bonne action me valut d'être récompensé d'une bonne rasade de jus de whisky tandis que la dame se servait un petit verre de muscat. Nous trinquâmes et discutâmes le bout de gras. Un des avantages du vieillissement, c'est qu'on a un sujet tout trouvé : on peut disserter à perte de vue sur ses ennuis de santé et autres hospitalisations. Nous ne manquâmes pas de le faire. Après avoir dit le mal nécessaire du couple de tristes loquedus dont nous partageons le voisinage je rentrai chez moi. Quelle aventure !

Mais les choses ne s'arrêtèrent pas là en ce samedi de grand trouble. Dans la soirée, tandis que je ponçais ma fenêtre j'entendis d'abord des rires hystériques puis des cris qui ne l'étaient pas moins. Il faut dire que depuis peu est arrivé dans une maison voisine une famille antillaise dont les cris de joie comme de peine viennent contraster avec le côté feutré voir taiseux des autochtones. Sont-ils arrivés ici pour des raisons de travail ? Ont-il étés assignés à résider dans notre bourg par le Ministère de la Diversification des Campagnes afin de lutter contre la leucodermie quasi-universelle qui y règne ? Mystère. Toujours est-il que vendredi après midi, alors que je ponçais ma fenêtre (corvée aussi longue que pénible) je vis arriver deux voitures transportant des Antillais qui en descendirent, accueillis par mes nouveaux voisins. Je ne saurais retranscrire les cris de joie, la liesse générale qui s'empara des arrivant comme des résidents. Les pisseuses modernes ne les égalent pas, loin s'en faut, aux résultats du bac. C'est vous dire... Une chose me frappa cependant : une des voitures était surmontée d'un coffre de toit qu'on s'empressa d'ouvrir et je pus constater que celui-ci était entièrement empli de bananes qu'à l'aide de force seaux l'on s'empressa de décharger. J'en fus étonné.

Il semblerait que ces bananes aient été apportées en vue d'un mariage car le lendemain se firent entendre des klaxons. C'est je suppose au retour du banquet que les gaîtés reprirent avant de laisser place aux cris. Je suppose que certains jeunes ayant un peu forcé sur le Ti-punch avaient senti une sainte colère monter en eux et les « J'nique ta mère » entraînant les « J'men bats les couilles » en étaient venus aux mains. Les femmes tentèrent à cris suraigus de rétablir l'ordre,des hommes plus sages tentèrent de séparer les combattants qui remettaient ça incessamment. La confrontation dura très longtemps mais finit par s'apaiser...

Tout ça pour vous dire que les amateurs de conflits exotiques se sont vus offrir un divertissement gratuit et haut en couleur digne des plus belles banlieues de nos grandes cités. Et tout ça sans bourse délier ! J'en suis à me demander si ce happening était spontané ou bien si M. le maire, désireux d'animer notre quartier de façon originale aurait organisé ce spectacle de rue afin d'animer ce quartier par trop paisible. Je ne manquerai pas de le lui demander lors de notre prochaine rencontre.

12 commentaires:

  1. Ah oui! Chouette! Belle initiative! On en redemanderait, j'en suis sûr!
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai tout plein d'idées comme ça pour animer les villages ! Je ne les révèle pas car j'ai horreur de l'animation.

      Supprimer
  2. Je ne connaissais pas cette coutume corrézienne de balancer des bananes à la place de riz sur les jeunes épou·x·se·s.

    Mais, les rebords de fenêtres, alors...?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien ne permet d'affirmer avec certitude que ces antillais soient des Corrèziens ayant des attaches en Normandie. Cependant la coutume me paraît charmante même si la pratiquer au mariage de Mme Taubira pourrait être mal interprété.

      Mes rebords de fenêtres attendent qu'une deuxième couche de pliolite vienne les parfaire.

      Supprimer
  3. Que de fautes d'orthographe ! ¨Pas de subjonctif après "après que" mais l'indicatif. Encore une effort : relisez-vous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dehors, les cuistres anonymes ! Foutez-moi ça en cage avec vos Antillais : ça lui apprendra à vivre…

      Supprimer
    2. @ Anonyme : Que deux fautes d'orthographe après vérification ! Quand au subjonctif, je prensait qu'après "après que"il était impératif d'en mettre deux. Je confesse mon erreur.

      @ Didier Goux : Écarter les cuistres est tentant mais il vaut mieux éviter de donnerr ce conseil à une dame un peu sourde...

      Supprimer
  4. En somme, et si j'ai bien compris, dès que vous commencez à poncer - vos fenêtres, bien entendu - les aventures joyeuses vous arrivent en rangs serrés : une vieille dame qui vous appelle au secours par-ci, le divertissement gratuit d'un hapenning antillais par là !
    Vous êtes un heureux homme, Oncle Jacques, vous allez faire des jaloux !
    Mais surtout, surtout, continuez à poncer, c'est le secret de votre bonheur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hélas, à l'inverse de M. Descartes, je n'aime pas trop poncer et, plus qu'une assurance de mon existence, c'est pour moi une source d'ennui.

      Supprimer
  5. Ne vous méprenez pas. Mildred parle de poncer pour secret de votre bonheur. Pas de pioncer, n'est-ce pas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans compter que pioncer sur un escabeau peut entraîner des chutes.

      Supprimer
  6. Après 5 ans de relation avec mon petit ami, il a soudainement changé et a cessé de me contacter régulièrement. Il proposait des excuses pour ne pas me voir tout le temps. Il a cessé de répondre à mes appels et à mes sms et il a cessé de me voir régulièrement. J'ai ensuite commencé à le rencontrer avec différentes amies de filles, mais à chaque fois, il disait qu'il m'aimait et qu'il avait besoin de temps pour réfléchir à notre relation. Mais après que j’ai contacté (padmanlovespell@yahoo.com), Dr.Padman du temple des sorts jeté un sortilège d’amour et après un jour, mon petit ami a commencé à me contacter régulièrement et nous avons emménagé ensemble au bout de quelques mois et il était plus ouvert à moi. qu’avant et il a commencé à passer plus de temps avec moi que ses amis. Nous nous sommes finalement mariés et nous sommes maintenant mariés avec bonheur depuis 2 ans avec un fils. Depuis que le Dr. Padman de padmanlovespell@yahoo.com m'a aidé, mon partenaire est très stable, fidèle et plus proche de moi qu'auparavant

    RépondreSupprimer

TOUT COMMENTAIRE ANONYME SERA SUPPRIMÉ;