..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

samedi 31 décembre 2016

Importante mise au point

Selon certains, les pièces de Shakespeare auraient été écrites par Marlowe et celles de Molière par Corneille ! Autant dire que les discours de notre (estimé) Président seraient l’œuvre de L. F. Céline !

Tout ça ne tient pas debout, ne serait-ce que parce que selon des témoins dignes de foi, M. Marlowe n'était pas plus capable d'écrire sa liste de courses chez Leclerc que d'escalader l'Everest en tongs en moins de cinq minutes par temps froid.

Quant au pauvre Corneille, médiocre écrivaillon normand, même pas foutu d'orthographier sa boisson régionale correctement*, comment aurait-il pu écrire ces Mémoires d'Outre-tombe dont la représentation à Versailles fit tant rire le Roi-Soleil qu'il se pissa dessus ?

Aussi pénible que ça puisse paraître aux esprits forts d'aujourd'hui, Marlowe n'est pas plus Shakespeare que Molière n'est Corneille (et vice-versa).

Mais alors, me demanderiez vous, qui est l'auteur des chefs-d’œuvre dont s’enorgueillissent ces deux (jadis) grandes nations ?

Des années d'âpres et, reconnaissons le, profondes études m'ont permis de percer ce secret. L'auteur de toutes ces amusettes n'est autre que Jacques-Étienne Le Squirniec, dont le lointain descendant, Robert-Tugdual, devait tant faire pour le renouveau de la philosophie occidentale et l'augmentation du chiffre d'affaire des débits de boissons et autres bobinards du Finistère.

Doué d'une imagination prodigieuse, J E LS, comme le nommaient ses familiers, vous torchait une tragédie ou une comédie débordantes de personnages cocasses et originaux en moins de temps qu'il n'en faut à un lapin pour apprendre l'Hébreu. Cette facilité déconcertante s'accompagnait hélas de certaines lacunes syntaxiques et orthographiques en français et d'une connaissance médiocre de l'idiome pratiqué Outre-Manche. C'est ainsi que s'expliquent les nombreuses fautes que l'on relève en lisant Shakespeare, Marlowe, Corneille ou Molière dans le texte. Personne n'est parfait.

Certains m'objecteront qu'on ne voit pas pourquoi J E L S n'aurait pas publié ses œuvres sous son propre nom. A cela deux raisons : il souffrait d'une modestie quasiment maladive (comme Brassens qui lui emprunta la formule) et, en pieux chrétien, il craignait que la fréquentation des gens de théâtre, dont les mœurs étaient aussi corrompues à l'époque que ne le sont aujourd'hui celles d'un président socialiste, ne l'entraînassent sur les chemins du vice et ne compromissent ses chances de félicité éternelle. Ce qu'on ne peut que saluer. D'autre part, l'écriture théâtrale n'était pour lui qu'un aimable passe-temps qui le reposait des longues heures consacrées à cette passion du bilboquet qui donnait un vrai sens à sa vie.

Cette importante mise point effectuée, chers amis de la véritable érudition, il ne me reste plus qu'à vous souhaiter avec quelques heures d'avance une

Bonne et Heureuse année 2017.
* Ne déclara-t-il pas que « les pièces de Molière ne val[ai]ent pas un coup de cid » ?

24 commentaires:

  1. Les oeuvres de " chat qu'expire"; ne cherchez pas, c'est moi qui les e ai écrits après Willy ( pour les intimes) les a traduit, voilà, voilà.
    Bonne année Oncle Jacques.

    RépondreSupprimer
  2. Et moi qui croyais que les œuvres de Shakespeare avaient été écrites par un autre auteur qui s'appelait également Shakespeare et qui vivait à la même époque !
    Bonne année à vous aussi, cher Jacques, ainsi qu'à Nicole et Effy !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette théorie, assez répandue, est absurde : une vieille charte anglaise interdisant que deux hommes nommés Shakespeare existent à la m^me époque.

      Bonne année à vous !

      Supprimer
  3. Corneille ne savait pas davantage orthographier le nom des boissons exotiques. Ainsi aurait-il dû écrire (probablement un lendemain de biture) : Rhum, unique objet de mon ressentiment.

    RépondreSupprimer
  4. Réponses
    1. Je comprends que face à de telles révélations vous vous sentiez un rien perplexe !

      Supprimer
  5. non, non, c'est passionnant.

    RépondreSupprimer
  6. Vous nagez en pleine confusion : il est aujourd'hui bien établi que c'est Molière qui a écrit les pièces attribuées à Shakespeare, Marlowe celles attribuées à Corneille, et que l'auteur des Mémoires d' outre-tombe est La Bruyère.

    RépondreSupprimer
  7. "Autant dire que les discours de notre (estimé) Président seraient l’œuvre de L. F. Céline !"

    Vous ne savez donc pas qu'ils sont l’œuvre de Corto !
    http://corto74.blogspot.fr/2016/12/en-exclusivite-le-texte-de-lallocution.html#comment-form

    Droopyx

    RépondreSupprimer
  8. Réponses
    1. Comment, dans la France du XXIe siècle, Patrie des Droits de l'Homme, peut-on ignorer qui est Corto ?

      Supprimer
  9. Merci ! J'ai ri pour la première fois de la journée. Bonne année à tous !

    RépondreSupprimer
  10. Je vous souhaite une bonne année, cher Jacques, avec plein de cuisines à installer. Tous mes meilleurs vœux pour 2017!

    RépondreSupprimer
  11. Les questionnements de l'auteur d'une œuvre sont sans importance, l'Œuvre existe et c'est le principal. Qui je suis n'a aucune importance, ce qui compte ce sont mes livres...

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.