..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

jeudi 13 octobre 2016

Normandie, terre de contrastes.

Me voici de retour dans les collines. Après un dimanche consacré au voyage et un lundi à pas grand chose est logiquement arrivé un mardi qui me permit d'honorer les rendez-vous médicaux qui avaient justifié mon retour. L'ophtalmologue put constater que ma vue n'allait pas en s'améliorant et me prescrivit de nouvelles lunettes et le gastro-entérologue, que j'eus la nette impression de déranger, me conseilla de me renseigner sur Internet quant à mes problèmes intestinaux. Cette visite ne fut pas totalement inutile vu que sa secrétaire m'apprit que mon médecin référent avait soudainement quitté son poste, abandonnant ses patients en plein milieu d'un désert médical où trouver une oasis ne sera pas chose aisée. Le reste de la journée fut consacré à une visite chez l'opticien où je choisis de nouvelles lunettes.

Ces formalités accomplies, il ne me restait plus qu'à me mettre au travail. Et c'est là que le titre de ce billet prend tout son sens : entre la Corrèze et la Manche, les différences sont marquées. Dans le premier, je ne sais où donner de la tête et des mains tant les tâches abondent. Dans la seconde, ayant fait le tour des urgences, je m'aperçus que leur nombre était pour le moins restreint : les haies n'avaient que peu poussé, la pelouse ne requérait qu'une légère tonte, quelques heures suffiraient à remettre au top massifs de fleurs et planches du potager. Un petit voyage à la déchetterie ne serait pas de trop mais une fois ces corvées expédiées je me trouverai bien vite au chômage technique tandis qu'au Lonzac peintures, papiers, revêtements de sol, installation de l'abri de jardin, taille des haies, coupe du bois, confection d'un îlot central dans la cuisine, carrelage et décoration des pièces d'eau auraient de quoi m'occuper utilement des mois durant... Sans parler des peintures extérieures et du tableau électrique qui gagneraient à être terminés.

D'un autre côté, une fois ces menus travaux terminés, je me trouverai au même point dans les deux endroits : faute de « grand » projet, il me faudra me contenter de les entretenir ce qui n'a rien d'exaltant et ne saurait remplir mon existence. Il faudra donc qu'à terme je me résigne à d'autres activités. A moins, bien entendu d'acheter une nouvelle maison quitte à vendre la dernière. Serait-ce bien raisonnable et rentable ? Je n'en suis pas certain.

10 commentaires:

  1. J'ai trouvé! Vous venez remettre ma maison en parfait état.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et la mienne !!!
      Tenez JE, je vous nomme premier factotum en Ardèche : vous ne manquerez jamais de travail et ne connaîtrez jamais l'ennui.

      Supprimer
    2. Je crains de manquer d'enthousiasme si je ne travaillais pas pour moi. Je suis égoïste, c'est triste mais c'est ainsi.

      Supprimer
  2. Je crois que vous n'avez pas encore compris le bon usage d'une déchetterie pour un bricoleur tel que vous ! Je connais un monsieur qui, chaque fois qu'il va à la déchetterie, en ramène plus de matériel qu'il n'y en a amené, à charge pour lui de réparer et bricoler toutes ses trouvailles, sans jamais s'ennuyer.

    Cette fois il fallait sélectionner piliers et colonnes, ça me change !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malheureusement, j'ai horreur de m'encombrer d'objets plus ou moins utiles.

      Supprimer
  3. Vous appliuez de grandes ambitions à de petits objets. Achetez une gigantesque ruine (un château médiéval aux trois quarts écroulé par exemple) et vous verrez que vous n'aurez pas le temps de vous ennuyer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certainement mais il se trouve que c'est le résultat qui m'intéresse et non l'effort pour l'obtenir. De plus que ferais_je d'un château ? C'est inconfortable en diable !

      Supprimer
  4. Comme tes autres commentateurs, je peux te fournir aisément de l'ouvrage, ce n'est pas ce qui manque et tu ne serai même pas dérangé par l'homoconjointus dont le surnom pourrait être " bras cassé " vu qu'il n'est pas fichu de planter un clou
    amitiés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hélas, je te ferai la même réponse qu'aux autres : je suis un sale égoïste !
      Amitiès à vous deux.

      Supprimer

Les commentaires sont ouverts !