..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

lundi 5 octobre 2015

Tulle



« Quand j’avance, toi tu recules,
Comment veux-tu, comment veux-tu qu’on aille à Tulle ? »
s’amusait à chantonner sur l’air de « Ma Tonkinoise » ce brave Lao-Tseu. Seulement, quand il est question du chef-lieu de la Corrèze plutôt que de s’interroger sur la manière de s’y rendre mieux vaudrait se demander si un pareil voyage mérite qu’on l’entreprenne. Ayant ces derniers temps eu moult occasions d’y aller je répondrai que non. Sauf si, comme votre serviteur, on s’est mis en tête de réaménager totalement une salle de bain et que l’endroit le plus proche où l’on trouve tous les petits bitoniaux nécessaires est le Brico Leclerc de la capitale corrézienne. Tout humain s’étant aventuré à bricoler la tuyauterie vous confirmera que ce domaine est riche en surprises qui engendrent maints déplacements à la recherche du raccord manquant. C’est pourquoi le sage, quand une immense fortune ne lui permet pas de s’offrir les services d’un plombier, se contente de laisser  ledit sanitaire en l’état. Mais revenons à nos moutons.

Tulle, en occcitan Tula, se trouve engoncée dans la vallée de la Corrèze et cernée de hautes collines. Une petite quinzaine de milliers de Tullistes y survivent tant bien que mal dans des maisons accrochées aux collines ou au bord de la rivière avec pour conséquence un étalement disproportionné à la population de l’agglomération. Coupé en deux par le cours d’eau on y circule en sens unique sur chacune de ses rives et un système de ponts eux-mêmes à sens unique permet après de parfois longs détours d’atteindre la destination  voulue. Reste à trouver à s’y garer, ce qui n’est pas évident.

Certains mauvais esprits colportent que les Tulliste gagnent leur vie soit en coupant les cheveux de leurs voisins, soit en volant le linge que ceux-ci mettent à sécher dans leur jardin. Ce n’est que partiellement exact : il suffit de constater que le plus haut édifice de la ville est la cité administrative pour comprendre qu’on s’y adonne avec une ferveur égale aux joies du fonctionnariat.

De 1989 à 2008, M. François Hollande, le célèbre Président,  occupa diverses fonctions électives au sein de cette cité : d’abord adjoint au maire, puis simple conseiller avant d’en devenir le premier magistrat, il ne fut pas en mesure d’y inverser la courbe de la dépopulation. Qu’elles soient du chômage ou de son abdomen, ce brave homme semble avoir toujours eu  des problèmes avec les courbes.

Outre cet éminent parachuté, la ville s’enorgueillit de ses célèbres pendus que l’on a heureusement décrochés depuis juin 1944 mais dont on garde un pieux souvenir.

Si vous vous rendez en Corrèze allez plutôt voir Brive et Les nombreux villages et sites qu’abrite ce beau département.

19 commentaires:

  1. C'est exactement le programme que nous avons suivi : pas de Tulle durant toute une semaine !

    RépondreSupprimer
  2. Bref : une ville à devenir fou ! Folie collective, sans doute, qui leur a fait choisir Hollande. Mais folie qui a contaminé le pays, hélas, trois fois hélas ! Dire que nous allons avoir besoin d'un électrochoc pour nous en remettre, n'est qu'un euphémisme.

    RépondreSupprimer
  3. Et on n'y a même pas la vue sur la mer!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C"est en effet un des (nombreux) handicaps de cette (pas très) riante cité.

      Supprimer
  4. Je ne sais pas trop ce qui me fait dire ça mais je vous sens un peu partial sur ce coup-là...
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Point n'est besoin de préjugés pour porter un jugement négatif sur le chef-lieu de la Corrèze (département par ailleurs magnifique).

      Supprimer
  5. Bon retour ! Mais tout de même ...
    Tulle, c'est quand même la ville qui a 7 collines, comme la ville éternelle, et si Rome héberge le Pape, Tulle a recueilli not' bon maitre, ce qui est un tantisoit plus héroïque !
    Vous devriez vous recueillir devant cette ville sacrée du socialisme au lieu de célébrer un chanteur à texte mais tout de même étranger.
    Vous perdez le sens du beau et, j'ose le dire, vous ne faites plus dans la dentelle.
    C. Monge

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue ne pas avoir compté les collines de cette nouvelle Rome... Garder le sens du beau à Tulle est au dessus de mes forces (lesquelles ont une fâcheuse tendance à décliner, je m'en aperçois jour après jour, hélas).

      Supprimer
  6. Voir Tulle et mourir, d'ennui. Une ville passionnante comme un discours de François Hollande.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que les points d convergence entre la ville et son ancien édile sont frappants!

      Supprimer
  7. Bon, c'est bien beau tout ça mais elle est finie cette salle de bain ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas tout à fait mais un compte rendu sur l'état des travaux ne saurait trop tarder.

      Supprimer
  8. Pour fêter mon retour post-putsch ouagalais et ses nuisances "internautiques":
    ne pas confondre Tulle en Corrèze et Thorez encule ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureux de vous retrouver cher Dominique !

      Merci pour cette importante mise en garde !

      Supprimer

Les commentaires sont ouverts !