..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

dimanche 18 octobre 2015

P G Wodehouse again and again....



Didier Goux me disait que le grand défaut de Wodehouse était qu’il avait toujours écrit le même roman. Critique fondée mais en rien rédhibitoire à mes yeux dans la mesure où ce roman sempiternellement réécrit avec quelques menues variantes  me plaît. En fait, depuis un an, en dehors de quelque sept livres d’Evelyn Waugh je n’ai lu que cet auteur. La profonde insignifiance de ses intrigues, son irrésistible humour comblent parfaitement mes attentes en matière de lecture, activité que je considère de plus en plus comme une simple distraction et surtout pas comme l’occasion de me pencher sur les abîmes que recèle l’âme humaine. D’une part je suis sujet au vertige et d’autre part, les replis secrets des consciences m’indifférent de plus en plus. Pour paraphraser Aragon, « je lis pour passer le temps, petit, qu’il me reste de vivre, comme on dessine sur le givre comme  on se fait le cœur content à lancer cailloux sur l’étang… »

Toutefois, la première nouvelle de Carry on Jeeves me laissa une impression de « déjà lu » plus forte que l’agréable sensation d’être en terrain familier générée par les dix-sept romans ou recueils précédents. A la deuxième, je me dis que le brave P G (Pelham Grenville pour les intimes) attigeait un peu : il me semblait qu’il avait déjà utilisé exactement la même intrigue dans un autre de ses ouvrages. La troisième nouvelle renforça cette impression au point de m’amener à inspecter la pile de ses livres et d’y faire la découverte que cette photo illustre mieux que tout discours :

J’avais acheté un livre déjà acquis et lu. Il n’y a rien de particulièrement étonnant à cela : j’ai une telle capacité à oublier titre, intrigue et personnages de tout livre, si génial fût-il, que des esprits suspicieux seraient tentés de penser que je n’ai jamais rien lu de ma vie. Erreur concevable et que j’aurais bien du mal à corriger. Des centaines et peut-être des milliers de livres lus, il ne me reste pratiquement aucun souvenir. Si la culture est ce qui reste quand on a tout oublié, je me trouve doté d’une culture quasi encyclopédique !   Mettre cela sur le compte du gâtisme serait admettre qu’à vingt ans j’étais déjà gâteux, vu qu’il m’arrivait déjà de relire des livres sans même me rendre compte de leur absence de nouveauté. Je me console de ce travers en me disant que faute de pouvoir briller dans les salons en disséquant les états d’âme du prince Machintrucchine dans La Guerre et la Paix me restera le plaisir de multiples découvertes de l’univers Tolstoïen. Ce qui n’est pas rien.

6 commentaires:

  1. Cela m'est arrivé et pourtant je ne suis si vieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aux âmes bien nées, la valeur n'attend pas le nombre des années !

      Supprimer
  2. Tiens, ça me fait penser qu'avec vos conneries (pardon, je corrige), suite à vos prescriptions ou bavardages, à Goux et vous, j'avais commandé et reçu un PG Wodehouse — rien à voir mais Wodehouse et Waugh, je les ai découverts en même temps, il y a 15 ans, par le truchement d'une porteuse de passeport britannique par ailleurs inculte comme le désert de Thar —… où en étais-je ? Ah oui, j'en étais à ce Wodehouse qui dort dans une pile, car reçu, j'ai oublié de le lire. Merci pour cette légère piqûre de rappel.

    (Autrement, Waugh est ce qui est arrivé de mieux à la littérature anglaise du XXème siècle, à mon avis peu qualifié. Mais Graham Greene n'est pas loin.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Waugh m'a un peu déçu... J'ai beaucoup admiré Graham Greene dans ma jeunesse. Mais à part son Travels with my aunt, je crains qu'aujourd'hui je ne le trouve trop sérieux à mon goût.

      Supprimer
  3. Mince (!) alors, moi qui croyais que "Guerre et paix" était de Damoclès ...

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.