..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

samedi 25 avril 2015

Les moutons sont des porcs !



Hier, tandis que nous effectuions une revue de détails du potager, Nicole attira mon attention sur le comportement curieux d’une des brebis que Raymond met à paître dans le terrain des Anglais de l’autre côté de la route. Il est à noter que si, dans le cadre du Plan de Réorganisation du Potager (PRP), je n’avais pas rabattu la haie de 1 m 60 à 1 m 20 nous n’aurions rien vu de la scène. La bête était affalée sur le flanc tandis que ses pattes battaient l’air sans grande conviction. A ses côtés, ses deux agneaux s’étaient couchés normalement et rien dans leur comportement ne révélait la moindre inquiétude. Ce qui en dit long sur la sécheresse de cœur de ces animaux. Ma compagne insista pour que j’aille prévenir Raymond du drame en cours. Personnellement je n’y tenais pas plus que ça, persuadé que j’étais que la bête vivait ses derniers instants et que son propriétaire n’y pourrait pas grand-chose. Je me remémorais le Livre de l’Ecclésiaste qui dit si justement qu’« Il y a un temps pour tout, un moment pour chaque chose sous le soleil : Un temps pour naître et un temps pour mourir, etc. », ce qui en dit en dit long sur ma sècheresse de cœur. Toutefois je me laissai influencer et me dirigeai vers sa maison. Ne voyant pas sa voiture, j’en déduisis qu’il n’était pas là. Mais Nicole insista pour que je vérifie s’il ne se serait pas garé à un endroit où on ne la verrait pas.  Je fis le tour de la propriété mais pas plus de Raymond que d’intérêt dans un discours du président Hollande. 

Je pensai arrêter là ma mission mais il me fut conseillé d’appeler l’éleveur. Je m’y résignai et le fis. Ce fut sa moitié qui me répondit. Je lui communiquai la triste nouvelle qu’elle me promit de transmettre à son mari. Quelques minutes plus tard je le vis arriver. Sa promptitude me laissa pantois : était-il doté de super-pouvoirs pour parvenir en si peu de temps à être prévenu et à parcourir les quelques kilomètres séparant sa maison du lieu de son élevage ?  Curieusement, plutôt que de se diriger vers le lieu du drame par moi précisé à sa fidèle (du moins je l’espère) épouse, je le vis prendre le chemin d’un autre pré. Je le hélai et lui demandai si on lui avait communiqué mon message.  A son air étonné, je compris que non. Tout s’éclaira : en fait, lors de mon appel, il était déjà en route… Je l’informai donc de l’infortune de sa brebis ce qui le fit prendre au quasi-pas de course la direction du la pâture concernée. Je retournai au potager voir comment les choses se passaient et fus étonné de voir la brebis moribonde de nouveau sur pieds et, suivie de ses jumeaux, en train de paître à belles dents. Celui que j’avais cru, l’espace d’un instant devoir nommer Super Raymond m’expliqua que, s’étant gavée plus que de raison d’herbe verte des collines, la brebis avait dû se coucher et que sa panse trop pleine lui avait interdit de se relever. Sans une prompte intervention, la bête eût normalement crevé. Je fus donc remercié. Un café nous fut proposé que nous refusâmes et Raymond m’indiqua, qu’au cas où je verrais le cas se reproduire, il me suffirait d’attraper la bête par la toison, de la faire rouler un peu de manière à ce que ses pattes touchent le sol et qu’elle puisse se relever et courir vers d’autres ripailles. L’idée de tripoter la laine répugnante de cette gloutonne ne me disant rien, j’espère ne plus jamais être témoin d’un drame similaire.


Brebis Raymondesque paissant en compagnie de ses agneaux (dont je me demande si la moitié d’un d’eux ne finira pas dans mon congélateur d’ici quelques mois). Notez la répugnante saleté de leur mère.

23 commentaires:

  1. Raymond m’expliqua que, s’étant gavée plus que de raison d’herbe verte des collines, la brebis avait dû se coucher et que sa panse trop pleine lui avait interdit de se relever.

    Elle était bourrée en quelque sorte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ainsi que Raymond m'expliqua la chose. Quoique soule veuille dire également rassasiée.

      Supprimer
  2. Il ne vous reste plus qu'à imaginer dans vos ateliers une machine à remettre sur pattes ces pauvres bêtes.
    D'ailleurs une telle machine existe déjà et s'appelle...une chèvre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais tenter quelque chose de plus simple à moins que je me contente de ne rien voir...

      Supprimer
  3. "L’idée de tripoter la laine répugnante de cette gloutonne ne me disant rien."

    Pour passer outre cette répugnance bien compréhensible, il y a un petit truc qui ne coûte pas un rond. Imaginez que vous êtes un de ces vertueux gauchistes, appelez la brebis par son prénom, "Eva", et tondez-la. Vous verrez, ça passe tout seul.

    RépondreSupprimer
  4. Avez vous réalisé, cher ami, l'horrifique affirmation contenue dans le titre de votre billet ? Sachant l'audience de votre blog et certain que nul ne peut contester la véracité de vos propos, je crains que vous vous soyez rendu coupable de plus que d'une présomption de recel de complicité d'intention de crime contre l'humanité, que dis-je, de génocide ! Si les moutons sont des porcs, la famine va ravager nos contrées avec des milliers de morts parmi nos... compatriotes et les autres !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'y avais pas songé ! Il faut dire que je pense rarement à nos amis musulmans quasi-absents du secteur.

      Supprimer
  5. Les moutons ne se tiennent bien à table qu'accompagnés d'une quantité raisonnable de gousses d'ail.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous rejoins là en tant que spécialiste du gigot (Didier Goux peut le confirmer !).

      Supprimer
  6. Voudriez-vous perfidement, sournoisement, décourager nos amis musulmans de manger du mouton ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Loin de moi l'idée ! Il leur faut bien prendre des forces pour continuer de nous enrichir.

      Supprimer
  7. Ben oui...

    https://voixdupeuple.files.wordpress.com/2011/09/le-mouchon.jpg?w=869

    RépondreSupprimer
  8. Magnifique tranche de vie bucolique!
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
  9. "s’étant gavée plus que de raison d’herbe verte des collines, la brebis avait dû se coucher et que sa panse trop pleine lui avait interdit de se relever. "
    Je trouve tout ça franchement bizarre: de l'herbe fraîche en grande quantité est nocive pour les vaches; je sais, c'est une brebis mais je ne connais que les vaches.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut croire que le poids de l'herbe ingurgitée empêche la bête de retrouver son équilibre, vu qu'ensuite, rétablie sur ses pattes elle s'est mise à courir. Curieux animaux !

      Supprimer
  10. Billet rappelant une belle panse de brebis farcie avec des petit-pois écossés ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai jamais gouté de haggis mais il me semble que l'accompagner de pois ne soit pas la coutume.

      Supprimer
    2. Sauf s'il sont écossés ...

      Supprimer