..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

jeudi 23 avril 2015

Clôturez, clôturez, il en restera toujours quelque chose !



Ainsi, hier fut une journée consacrée à l’enfermement. Il s’agissait d’installer un grillage autour de la pelouse dont bénéficie ma compagne autour de son nouvel appartement, ceci afin d’éviter que la vaillante Elphy, emportée par son enthousiasme de chasseuse, ne se laisse aller à poursuivre quelque chat de passage jusqu’à la route avec les désastreuses conséquences que l’on peut redouter en pareil cas..

Or donc, à la presque aurore avant que n’arrivent les deux amis conviés à participer à ce vaste chantier, je me mis à enfoncer les piquets. La facilité avec laquelle ceux-ci pénétrèrent dans un sol qu’on m’avait décrit caillouteux en diable m’étonna. Seulement, vu qu’à certains endroits le sol était trop meuble, une fois mes amis arrivés nous prîmes la décision de les sceller avec du ciment prompt. A midi, une bonne partie du grillage était en place. Un bon repas nous permit d’attendre agréablement que le béton prenne. Trois heures supplémentaires de labeur nous permirent de terminer notre chantier.

Elphy se trouve désormais en position de méditer à son aise sur cette profonde vérité qui veut que le mur qui protège est aussi celui qui enferme.



21 commentaires:

  1. Tiens! Voilà qui me rappelle la chanson de Nino Ferrer:
    Ma grand-mère est octogénaire,
    Elle aime cultiver la terre,
    Elle coupe de l’herbe, elle plante des pieux,
    Elle est contente quand il pleut.

    RépondreSupprimer
  2. Jolie clôture, votre destin de bâtisseur ne se démentit pas!
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
  3. Vous avez fait votre petit tour à la compagne ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellent jeu de mot. Dominique en sera vert de jalousie !

      Supprimer
  4. Je ne voudrais pas casser l'ambiance, mais puisque vous dites vous-même que le sol est meuble, et que les piquets seuls sont bétonnés, si votre chienne a un minimum d'intelligence, elle creusera le sol entre deux piquets et pourra ainsi passer en-dessous. Dans ce cas il ne vous restera plus qu'à noyer tout le bas de votre grillage dans du béton.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas certain qu'elle déborde d'intelligence : elle est plus spontanée que calculatrice.

      Supprimer
  5. Mildred, vous cassez l'ambiance!

    RépondreSupprimer
  6. Cher Hôte !
    De votre humble garage à cette quasi muraille de Chine, en passant votre râtelier, je devine en vous l'homme idoine pour construire l'entrepôt qui me servira à réceptionner puis stocker quelques palettes de bière à moi promise par un confrère (à vous) blogueur, qui ne saurait qu'être sérieux puisque recommandant votre lecture ...
    Evitez juste ses conseils quand au moyen de transport et au prestataire afférent (Maréchal, nous voilà !...) pour me rejoindre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais vous obliger, mais Ouaga, même en Daimler, c'est un long voyage...

      Supprimer
    2. Certes un long voyage, mais traversant de riantes contrées aux populations sympathiques ...

      Supprimer