..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

lundi 31 décembre 2012

Bientôt sept mois de rigolade



On a connu toutes sortes de présidents : depuis ma naissance 9 se sont succédé. Insignifiant, grandiloquent, sage, placide, agité, pontifiant, brillant tels pouvaient être quelques uns des épithètes qu’on leur accola.  Jusqu’ici aucun n’avait été jugé drôle.

Haine, mépris, admiration, indifférence, méfiance, amour, voilà entre autres choses  ce qu’ils inspirèrent. Jamais le rire.

Et puis en mai tout a changé. Le suffrage universel nous en a offert un nouveau type. Un président qu’on ne saurait haïr, aimer, admirer ni mépriser. Tout cela est trop fort, pas adapté au personnage. On ne s’en méfie pas plus qu’il ne laisse indifférent.  Il fait bien des discours, tente des envolées, mais le trouver grandiloquent, non ! Pontifier n’est pas son genre. S’agiter ? Et pourquoi donc ? En faire un sage ne vient à l’idée de personne.  Pas plus qu’un fou.

Son prédécesseur avait su, selon ses plus rabiques détracteurs, engendrer des souffrances pas croyables. Certains commencent à se remettre doucement de leurs profondes blessures.  Qui Monsieur Hollande saurait-il blesser ?

Monsieur Hollande engendre le rire. Sans désemparer. Voilà sept mois que ses quotidiennes apparitions  télévisuelles réjouissent le peuple. Cravate de travers, élocution saccadée, douches répétées, allure générale de bon-gros-garçon-pas-bien-à-sa-place, tout concourt à l’hilarité. Au point que récemment, malgré une crise qui s’aggrave, le moral des ménages s’améliore. Faut dire qu’il a su s’entourer d’une sacrée équipe de déconneurs !

En fait, il tient ses promesses : n’avait-il pas, dans une de ses désopilantes harangues souhaité « réenchanter le rêve français » ? Est-ce sa faute si a du mal à se relire ?  En fait, c’était le RIRE français qu’il souhaitait faire renaître et ça, il y est parvenu au-delà de toute espérance.

Et ça ne fait que commencer. Il se rôde. Vous allez voir quand il sera au point ! Le coup des 75% annulés paraîtra morne par rapport aux pitreries qu’il nous mitonne. On n’a pas fini de rigoler !

Dans le fond, pour de mauvaises raisons, les Français ont fait le bon choix : tant qu’à traverser une crise mondiale que nul ne saurait résoudre dans son coin, autant le faire sourire aux lèvres grâce à un président rigolo.  Passé l’orage, on pourra revenir aux choses sérieuses. Sans lui, hélas, car on ne peut être l’homme de toutes les situations !

15 commentaires:

  1. "Cravate de travers, élocution saccadée, douches répétées, allure générale de bon-gros-garçon-pas-bien-à-sa-place (vous avez oublié la braguette ouverte) , tout concourt à l’hilarité." Une sorte d'Achille Talon, en moins drôle (mais sa dernière concubine rattrape largement cette lacune).

    RépondreSupprimer
  2. Ah que voilà un bon billet pour terminer l'année en riant !
    Et si vous m'autorisiez à faire mon Didier Goux, je vous dirais que "ses détracteurs les plus rageurs" conviendrait mieux et serait de meilleur aloi que votre "rabiques détracteurs".

    RépondreSupprimer
  3. Et il a commencé très tôt ! Le jour de sa marche vers le pouvoir, trempé, dégoulinant.Et depuis, il ne démérite pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais c'est ce qui nous le rend aimable envers et contre tout. Ce côté gauche et mal sapé est très français.
      Il y a du Bourvil chez cet homme.

      Supprimer
    2. Enfin je me comprends: il n'y a que son côté qui soit gauche. Car pour le reste, n'est-ce pas...

      Supprimer
  4. L'un des secrets de FH, mais ça commence à se voir, c'est qu'il recrute ses conseillers en communication sur les Grands Boulevards.

    RépondreSupprimer
  5. Rions,rions il en restera quelque chose et ce ne sera pas des larmes de joie.

    RépondreSupprimer
  6. Incontestablement ce type s'apparente à un personnage de bande dessinée et, vous avez raison de le signaler, il n'appelle aucun sentiment fort, seulement l'hilarité.
    Il s'agit, pour tout dire, d'un comique naturel, un peu comme l'étaient Fernandel ou De Funès; tout en lui est
    ridicule, depuis sa tronche jusqu'à ses mésaventures
    concubinales en passant, hélas, par sa manière de gérer les affaires du Pays.
    Il nous coûtera très cher mais qu'est-ce qu'il nous aura fait marrer!
    Bonne fin d'année et amitiés.

    RépondreSupprimer
  7. En ce qui me concerne j'ai déjà tellement ri que je crains d'avoir les lèvres gercées dès le début de 2013.
    Et avec toutes ces hausses des prélèvements obligatoires, le baume à lèvres va me devenir inaccessible.

    Bonne fin d'année à vous maître Jacques.

    RépondreSupprimer
  8. Pour ceux qui ne connaissent pas encore:
    http://jojo71.skynetblogs.be/archive/2012/11/28/la-tortue-piquet.html

    RépondreSupprimer
  9. Pour ceux qui ne connaissent pas encore:
    http://jojo71.skynetblogs.be/archive/2012/11/28/la-tortue-piquet.html

    RépondreSupprimer
  10. Pour ceux qui ne connaissent pas encore:
    http://jojo71.skynetblogs.be/archive/2012/11/28/la-tortue-piquet.html

    RépondreSupprimer
  11. Réponses
    1. Mais si, homme du Chiapas, vous savez très bien ce qu'il s'est passé!
      Et personne ici n'est dupe de vos manigances!

      Supprimer
  12. Ma connexion erratique m'empêche de répondre à chacun personnellement. Merci pour votre fidélité !

    RépondreSupprimer

Les gentilles dames en blanc ayant de nouveau permis à certaine personne d'accéder à un appareil connecté à l'Internet, je me vois au regret d'activer la modération des commentaires, lassé que je suis de passer mon temps à supprimer ses inepties.Désolé pour mes fidèles commentateurs.