..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

vendredi 13 décembre 2019

Histoire locale

La fontaine dont il sera question. Ses blessures ne sont pas dues à l'indignation citoyenne mais à la contre-attaque allemande d'août 1944 qui détruisit en grande partie la ville.


J’habite avenue Bernardin Le Neuf. En fait tout le monde ici l’appelle avenue Bernardin. L’adjonction de Le Neuf présenta pour moi une énigme jusqu’à ce qu’hier, ma chère Nicole attirât mon attention sur un article de presse parlant de Sourdeval. Le fils d’un gendarme qui avait, dans les années 50 exercé dans cette bonne ville, curieux d’histoire et peut-être nostalgique, avait retrouvé l’ancienne gendarmerie et y avait remarqué sur une pierre une inscription dont l’usure et les lichens ne laissaient plus lire que le dernier mot : Sourdeval. Désireux d’en connaître plus, il fit des recherches sur le Net et trouva, dans Gallica, l’ouvrage d’un historien local où apparaissait in-extenso les mots de l’inscription en question : « 1733, j’ai été posée par Mr Gabriel de Monteney le Neuf, Sr de Sourdeval ».

la pierre en question


 Ma curiosité en fut piquée et je parvins à retrouver l’ouvrage en question. C’est là que j’en appris davantage sur la famille Le Neuf. De vieille noblesse, les Le Neuf étaient seigneurs de divers endroits et couramment appelés de Montenay Le Neuf. Gabriel eut cinq enfants dont quatre fils. L’aîné mourut jeune, le second,Pierre-Gabriel-Louis, lui succéda, le troisième fut prêtre et entre autres titres chanoine de Bayeux et abbé-commanditaire de l’Abbaye Royale de la Prée. Le quatrième, Louis-Bernardin Le Neuf de Sourdeval embrassa la carrière militaire et s’illustra dans la Marine Royale au point qu’en 1764, après qu’il eut épousé sa nièce, fille de Pierre-Gabriel-Louis de vingt-cinq ans sa cadette, le roi Louis XV le fit comte de Sourdeval-Le Neuf. Je tenais mon Bernardin Le Neuf !



Le pauvre Bernardin connut une bien triste fin. Accusé de complicité avec la complotiste Elisabeth, sœur du ci-devant roi Louis XVI, il fut jugé par le tribunal révolutionnaire en compagnie de 24 autres criminels le 10 mai 1794 qui, après une interminable délibération de 25 minutes, les condamna tous à mort, exécution qui eut lieu le jour même. Madame Elisabeth se vit offrir le privilège d’assister à l’exécution de ses coaccusés avant qu’on lui tranchât la tête. L’aimable Fouquier-Tinville, accusateur public de son état, s’étonna auprès du président René-François Dumas de ce que cette dernière n’ait formulé aucune plainte à l’énoncé du verdict. Le brave juge lui fit cette réponse toute empreinte de bonhomie républicaine : « De quoi se plaindrait-elle, Elisabeth de France ? Ne lui avons-nous pas formé aujourd'hui une cour d'aristocrates dignes d'elle ? Et rien ne l'empêchera de se croire encore dans les salons de Versailles, quand elle va se voir, au pied de la sainte guillotine, entourée de toute cette fidèle noblesse* » .

L’acte d’accusation ne consacrait que quelques lignes au comte de Sourdeval Le Neuf. Je vous les retranscris. «  Sourdeval, ex-comte, lié avec la femme Sennozant partageait sa haine pour la révolution. Il s'était établi à Caen en 1791, au moment où se préparait la contre-révolution, dont il a été l'un des agents, et il ne s'est retiré de cette ville que pour se soustraire aux poursuites faites contre les conspirateurs. Il avait excité contre lui, par sa tyrannie et son oppression, l'indignation des habitants de Sourdeval. Enfin, tout donne lieu de croire qu'il avait des relations intimes avec d'Aligre, et qu'il entretenait des correspondances avec ce conspirateur, et avec Vibraye et La Luzerne, émigrés, gendres d'Angran d'Alleray, aussi frappé du glaive de la loi, chez lequel il s'est réfugié longtemps, de son propre aveu » . Tout donne lieu de croire ! Si ce n’est pas une preuve accablante, ça !

Au jury, on posa la question suivante : « II a existé des complots et conspirations formés par Capet, sa femme, sa famille, ses agents et complices, par suite desquels des provocations à la guerre extérieure de la part des tyrans coalisés, et à la guerre civile dans l'intérieur, ont été formés; des secours en hommes et argent fournis aux ennemis, des intelligences criminelles entretenues par eux, des troupes rassemblées, des chefs nommés, des dispositions préparées pour assassiner le peuple, anéantir la liberté et rétablir le despotisme.Chacun des accusés est-il coupable de ces complots? » 

Il va sans dire qu’au cours des vingt-cinq minutes de délibération , le cas de chacun des vingt-cinq accusés fut examiné avec attention et que, comme tout donnait lieu de croire qu’ils avaient tous participé aux complots visant à rien moins qu’assassiner le peuple, on ne pouvait que les condamner. Heureux temps où la justice ne gaspillait pas son temps en vaines palabres et où le combat contre la tyrannie exigeait qu’on exécutât par pleines charretées les ennemis de la liberté !

L’indignation que l’érection d’une fontaine publique surmontée d’un obélisque (encore existante) aux frais du comte et le don des cloches qu’il fit à l’église dut à un moment se calmer et les Sourdevalais, mauvaises têtes mais bons cœur, oublièrent sa tyrannie et son oppression au point qu’on donnât à l’une des artères principale de la petite ville le nom du malheureux comte !

*Il était indéniable que M. De Sourdeval Le Neuf était en excellente compagnie !




mercredi 11 décembre 2019

Cascade


Hier matin, je fus à Vire pour des courses. Il se trouve que ma rue fait, depuis quelques jours déjà l’objet de travaux de terrassement qui la mettent en circulation alternée et qui y prohibent le stationnement. Il s’agirait, selon le chef de chantier auprès duquel je fus m’enquérir, de raccorder les maisons d’en face à la nouvelle conduite qui se trouve de notre côté. Ça ne m’a pas tout à fait convaincu. Pour moi, ces travaux n’ont pour but que de nuire à ma qualité de vie tout en faisant croire au contribuable que son argent est utilisé utilement. Le fait que très rapidement ils entreprennent de reboucher les trous prouve leur totale inutilité.

Je m’arrangeai donc pour revenir de chez M. Leclerc passé midi de manière à pouvoir décharger mes emplettes sans risquer de me trouver coincé devant chez moi, comme hier, par un des ces gros engins dont ils se servent pour nous casser les oreilles. Mes courses rentrées, je pris la sage décision d’aller garer ma voiture sur la place voisine. Sortant dudit véhicule une chose incroyable se produisit. Un homme d’un certain âge s’approcha de moi, me salua en me tendant une main, que, ne voyant quoi faire d’autre, je serrai. Un autre s’approcha et en fit autant avant de dire: « Bon, faut qu’on y aille !». J’en restai comme deux ronds de flan. Il s’agissait probablement d’une méprise sur la personne mais voir deux Normands non seulement me saluer mais me serrer la main avait quelque chose d’inédit.

Troublé par cette étrange aventure, je pris néanmoins d’une démarche alerte la direction de ma maison à quelques pas de là. Ayant traversé la route, et atteignant le trottoir, je ne vis pas un de ces boudins remplis de sable à l’aide desquels les gredins fouisseurs du BTP empêchent que leurs panneaux d’interdiction de stationner ne soient emportés par les bourrasques automnales. S’ensuivit, vu mon pas décidé, un vol plané qui se termina par un atterrissage un peu rugueux sur le macadam du trottoir. Je me relevai sans problème tandis qu’un automobiliste ayant vu la scène se précipita vers moi pour s’enquérir de mon état à plusieurs reprises. Je le rassurai. Tout allait bien.

Je venais de faire une intéressante découverte : sans m’en douter, j’étais doué pour les cascades ! A part une douleur costale tout à fait supportable* et un léger saignement à la main droite, j’étais indemne. Tout ça sans entraînement ! Rentré chez moi, je me pris à rêver que j’étais peut-être passé à côté de ma vocation : celle de roi de la cascade, j’aurais pu devenir l’Inspecteur Derrick, le Horst Tappert français ! Mais il est un peu tard pour m’y mettre sérieusement, hélas...

* Je dois admettre que cette douleur costale, une fois couché, s'aggrava et que j'eus bien du mal à trouver une position qui la fît disparaître, d'où mauvaise nuit. Mais qu'importe, en trois semaines, une côte fêlée, ça s'arrange...

lundi 9 décembre 2019

L’engueulade familiale



Je ne suis, n ‘ai jamais été, et il y a de moins en moins de chances pour que je devienne un jour ce que l’on appelle un sportif.Toutefois, il est un sport que je pratique parfois et dont je m’étonne qu’il ne soit pas une discipline olympique vu son nombre d’adeptes : l’engueulade en famille. Il faut dire qu’il existe diverses explications à la raréfaction des occasion que j’ai de jouir de cette innocente distraction familiale. Le décès de mes parents en est une. Ma mère nous ayant quitté, selon elle, pour un monde meilleur il y a trente cinq ans, les réunions familiales se firent plus rares et sans l’ardeur qu’elle mettait à y faire monter le ton, elles avaient beaucoup perdu de leur vigueur. Malgré les efforts méritoires de mon frère aîné pour provoquer l’ire de mon père, ce n’était plus ça. Ce qui a le plus nui à ma pratique est ma tendance de plus en plus marquée à éviter toute réunion familiale. Depuis la mort de mon père, avec qui j’avais fini par m’entendre très bien, plus question d’assister au moindre mariage, baptême, communion ou funérailles. Au début, on insistait pour que j’y assiste et puis, avec le temps on a compris et si on m’invite encore, c’est uniquement pour la forme.

En dehors de quelques neveux et nièces que je n’ai jamais beaucoup fréquentés et des nombreux cousins que je ne vois plus depuis des décennies parce que, la vie, c’est comme ça, j’ai pour toute famille deux frères et une fille. Vu que j’adore cette dernière et que nous nous entendons à merveille, les chances de disputes sont inexistantes. Lors des rares rencontres avec mon plus jeune frère, nous évitons les rares sujets qui fâchent et tout se passe bien. Il ne me reste donc, pour m’adonner à l’engueulade familiale, que mon frère aîné.

Et avec lui, je ne suis jamais déçu. Il se trouve qu’ayant fait de mauvaises rencontres dans sa jeunesse et qu’étant de nature fidèle, il est de gauche. Pas d’une gauche modérée, limite centriste, non, d’une gauche radicale tendance écolo. Ce que M. Le Pen appelait une pastèque : vert à l’extérieur et bien rouge en dedans. Ce qui a pour conséquence que la plupart des sujets sont, vues nos positions respectives, susceptibles de fâcher. C’est pourquoi, il est très rare que nos rencontres, après un début paisible, ne tournent à l’affrontement verbal. C’est un peu comme sur un terrain miné : où qu’on pose le pied, l’explosion menace et comme en l’occurrence le terrain est densément miné, il faut une chance extraordinaire pour le traverser sans encombre.

Ces anicroches ne parviennent pas réellement à entamer ma bonne humeur. Bien sûr, les voix montent, les remarques peu amènes pleuvent, mais je vois davantage cela comme les étapes obligées d’un rite. Vu que les points de vue sont totalement irréconciliables et qu’aucun des participants ne risque de convertir l’autre, il ne peut y avoir ni gagnant ni perdant dans ce qui, au fond, n’est qu’un jeu sans véritable enjeu.

Bien sûr, on pourrait se dire que l’harmonie serait préférable. Mais autant regretter qu’il y ait tant d’arêtes dans le bar et si peu de soleil en Normandie...

dimanche 1 décembre 2019

Hachis Parmentier


Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle sur l’esprit gémissant en proie aux longs ennuis, je l’ai déjà dit, on se mitonne un pot au feu. Y’a pas à revenir là-dessus. Seulement, et quel que soit le plaisir qu’on en tire, on ne peut pas passer sa vie à en manger. Comme disait Houdard de la Motte (ou Émile Louis, je confonds toujours les deux) : « L’ennui naquit un jour de l’uniformité ». Que faire du reste de bouilli se demande le béotien tandis que l’homme de culture a la réponse : on fait un hachis parmentier.

C’est donc ce que j’entrepris en ce dimanche matin frisquet où le vent s’acharne à hurler dans les câbles. A l’aide de mon hachoir ancien cri, je hachai donc le bouilli ainsi qu’un gros oignon coupé en quatre :



Pendant ce temps, cuisaient des pommes de terre. Celles-ci cuites, à l’aide de mon presse purée à manivelle (toujours à la pointe du conservatisme!), je les écrasai.


A cette purée j’ajoutai du lait, du beurre et un œuf. On peut y ajouter des dizaines d’autres ingrédients si on tient absolument à se compliquer la vie et obtenir un résultat déplorable. Ensuite, sur une première couche de purée, on étale son hachis que l’on recouvre de purée puis on saupoudre le tout de parmesan, emmental râpé ou de chocolat (pour les malades mentaux).


Dans un four préchauffé à 180°, on place le plat pendant un quart d’heure avant de
faire gratiner le fromage cinq à dix minutes. On en sort ceci :


On s’en sert une part, on se régale et se rit du climat. Simple comme une réforme du français !

vendredi 29 novembre 2019

Vers une vraie réforme.


L’époque est venue où, secouant l’intolérable joug du patriarcat, les femmes peuvent enfin échapper à la domination masculine et ceci grâce à l’infatigable combat des militantes féministes. Dans bien des domaines des victoires éclatantes ont été remportées. Il reste pourtant beaucoup à faire et certaines réformes, si elles offrent une place à la féminisation n’en sont pas moins timides, incomplètes et pour tout dire ne font que perpétuer la domination masculine. J’en veux pour exemple l’écriture inclusive. Je m’étonne que personne ne semble avoir été choqué par ce fait : quand on écrit : « Les éboueur.e.s et les grutier.e.s sont en général.e satisfait.e.s de leur.e sort.e », le e censé représenter la forme féminine du mot arrive APRÈS la forme masculine ce qui laisse, c’est évident, penser que les grutières sont en position d’infériorité par rapport aux grutiers. C’est proprement intolérable !


Seulement existe-t-il une autre solution ? Je pense que oui. Les langues romanes ont pour origine principale la langue latine où existaient trois genres : féminin, masculin et neutre. L’évolution a fait que le neutre a disparu. Notons au passage que suivant les langues le neutre a pu laisser place au masculin ou au féminin. Ainsi en espagnol dit on « el flor » et « el mar » tandis que nous parlons de la mer ou de la fleur. La forme masculine prit le rôle de terme générique ce qui fait que quand je dis que l’homme est un être vraiment mignon cette qualité s’applique également à la femme. Parfois ce rôle est tenu par le féminin ainsi une souris ou une araignée peuvent être mâles. Une estafette ou une sentinelle, avant la féminisation des armées étaient des hommes. Par ailleurs, en dehors de l’opposition homme/femme, il existe des espèces animales ou mâle et femelle sont nommés différemment : coq/poule, sanglier/laie, lièvre/hase, bélier/brebis, etc. Quelle pagaille ! C’est pour remettre de l’ordre à tout ça que m’est venue une idée toute simple et de nature à réparer les injustes brimades faites aux femmes  : donner à tous les noms communs ou propres ainsi qu’à tous les autres mots une seule et même forme, les rendre épicènes. Il va de soi que leur donner la forme masculine serait inconcevable et,en l’absence de neutre, il ne reste qu’une alternative : la forme féminine.

Ainsi, quel que soit leur sexe ou leur genre, tous les anciens humains deviendraient des femmes et tous les moutons des brebis. On pourrait, en cas d’ambiguïté préciser qu’on parle d’une poule masculine ou d’une souris féminine. Par l’adjonction d’un e (quand ils n’ont pas de forme féminine) tous les autres mots (pronoms, adverbes, conjonctions, verbes, etc) seraient également féminisés.

Exemple : Incipit du Voyage au bout de la nuit (Voyage à la boute de la nuite)

Ça a débuté comme ça. Moi, j’avais jamais rien dit. Rien. C’est Arthur Ganate qui m’a fait parler. Arthur, un étudiant, un carabin lui aussi, un camarade. On se rencontre donc place Clichy. C’était après le déjeuner. Il veut me parler. Je l’écoute. « Restons pas dehors ! qu’il me dit. Rentrons ! » Je rentre avec lui. Voilà. « Cette terrasse, qu’il commence, c’est pour les œufs à la coque ! Viens par ici ! » Alors, on remarque encore qu’il n’y avait personne dans les rues, à cause de la chaleur ; pas de voitures, rien.

Ça a débutée comme ça. Moie, j’avaise jamaise rienne dite. Rienne. C’este Arthure Ganate quie m’a faite parlère. Arthure, une étudiante, une carabine elle aussie, une camarade. One se rencontre donque place Clichie. C’était après la déjeunère. Elle veut me parlère. Je l’écoute. « Restonse passe dehorse, qu’elle me dite. Rentronnes ! »Je rentre avec elle. Voilà. « Cette terrasse, qu’elle commence, c’este poure les œuves à la coque ! Viennes pare icie ! » Alorse one remarque encore qu’elle n’ye avaite personne danse les rues, à cause de la chaleure ; passe de voitures, rienne.

Simple comme toutes les grandes idées, non ?

mercredi 27 novembre 2019

A l’infortune du pot (au feu)

Le résultat, après 3 heures de cuisson (30 mn seulement pour les patates). Les poireaux cachent leur honte sous patates et carottes. Ce fut néanmoins excellent.

Quel bonheur ! Faisant l’inventaire de mon congélateur, j’y découvris du plat de côte acheté cet été. Car il faut l’avouer, je suis de ceux qui font leurs courses sans idées préconçues. En dehors des incontournables (sel, beurre, crème, sucre, café, rosé, whisky, vodka, etc.) dont je manque, je fais mon (super) marché à l’ancienne, achetant ce qui m’attire et qui se trouve en promotion. Si le poisson a l’œil d’un Gainsbourg au petit matin, je m’en passe. Si la viande est à un prix réduit pour cause de date courte, j’achète : ça m’évite d’avoir à la laisser mûrir dans le frigo. Tout cela est bel et bon mais a parfois pour conséquence que je me retrouve avec un congélateur rempli de manière à me permettre de soutenir un fort improbable siège.

Du plat de côte, donc, je découvris. Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle sur l’esprit gémissant en proie au longs ennuis et que, pour arranger le tout, souffle un vent à décorner les cocus, quoi de plus consolant que de se préparer un bon pot-au-feu ? Rien, bien sûr. La viande sortie hier soir avait dégelé, j’avais fait l’emplette de navets, oignons et patates chez le bon monsieur Leclerc. Pour le bouquet garni et les poireaux, je comptais sur mon jardin. J’arrachai donc quelques poireaux à une terre que j’espérais généreuse. Grande fut ma désillusion quand vint le temps de l’épluchage ! Mes poireaux, déjà bien frêles par rapport à ceux du commerce, avaient été victimes d’attaques du ver du poireau et une fois que j’eus éliminé les feuilles abîmées, il n’en resta plus grand-chose. Je fis contre mauvaise fortune bon cœur et en ajoutai de nouveaux. Telle est la rançon d’un potager sans engrais ni traitement : des légumes parfois malingres souvent attaqués par nombre de prédateurs (piéride du choux, vers du pois ou du poireau, mulots, cloportes, pour n’en citer que quelques uns). Même si votre récolte est gravement réduite voire totalement détruite, est-ce bien grave ? Non, car, une fois vos pleurs séchés et votre deuil fait, il existe un plan B : acheter des légumes sains dont commerces alimentaires et étals de marchés regorgent. Et pourquoi cela ? Parce que les producteurs, bio ou pas, traitent les leurs. Le traitement est plus ou moins nocif, l’engrais est plus ou moins « naturel » mais sans l’un et l’autre point de beaux légumes en abondance.

Contrairement à ce que pensent certains citadins pour qui faire la différence entre une fourche-bêche et un cacatoès d’Indonésie pose problème, la nature n’est, je me tue à le répéter, ni bonne ni généreuse. Les temps heureux où l’on ignorait tout des traitements et où les apports nutritionnels à la terre étaient réduits étaient aussi ceux des disettes et des famines. Laisser, comme je le fais, faire la nature, c’est s’exposer à des déconvenues. Je ne compte pas pour autant changer de méthode. Pour moi, le potager est un loisir. Une fois les gros travaux terminés, j’y trouve le plaisir innocent des visites du matin où j’observe la croissance de mes semis et plantations, où j’arrache ici et là quelques mauvaises herbes, je récolte des haricots verts ou une courgette, mange au passage une fraise qu’oiseaux, fourmis ou cloportes ont consenti à me laisser. Cette activité, comme tout loisir, n’a pas la rentabilité pour but. C’est un bien modeste luxe et non une façon d’économiser.

lundi 25 novembre 2019

Ma France se meurt ! Ma France est morte !




Bossuet, pour souligner la surprise que créa la mort subite de Madame Henriette d’Angleterre, épouse de Monsieur, frère du roi, duc d’Orléans, prononça au cours de l’oraison funèbre de cette princesse deux phrases célèbres qui inspirèrent mon titre.

Ce triste constat, je l’ai fait depuis longtemps, mais mon séjour à Bellac que je relatais ici avant hier en a avivé ma conscience. Si je parle de MA France et non de LA France, c’est que je ne veux parler que du pays que j’aime et ai aimé et non d’un territoire qui, sauf cataclysme général subsistera quels que soient son peuplement, sa civilisation, sa démographie.

J’ai voulu insister sur la soudaineté de cette disparition mais en fait, le processus de destruction, s’il prend moins de temps que celui de construction, n’est pas pour autant immédiat. Né en 1950, c’est peu à peu que j’ai pu voir les mentalités comme la population changer tandis que moi-même je changeais. Ce point me paraît important à souligner. Bien des « réacs » accusent les autres de tout détruire alors qu’eux-mêmes (et comment pourrait-il en aller autrement?) ont suivi le mouvement qui tendait à effacer la tradition. Par exemple, j’ai été élevé, comme encore beaucoup de ma génération dans un catholicisme plus ou moins fervent (fervent dans mon cas), j’ai ensuite, comme beaucoup d’autres, perdu toute pratique et toute foi. Ça ne m’a pas empêché de me marier à l’église et de faire baptiser ma fille qui, si elle trouve chaussure à son pied, se mariera à l’église. Mais il n’empêche que, si nous restons catholiques de culture et de tradition, nous participons de la déchristianisation. La nature ayant, comme disait l’autre, horreur du vide, comment s’étonner que d’autres croyances (religieuses ou non) s’installent ?

La France que j’aime est rurale. Seulement ses petites villes et villages se dépeuplent inexorablement, leurs commerces ferment, leur habitat se délabre, on n’y croise presque plus que des personnes âgées (dont je suis), les cloches y sonnent plus souvent pour un enterrement que pour un mariage ou un baptême. Sauf miracle ou catastrophe, ces bourgades finiront par disparaître. Qu’y peut-on ? L’emploi se concentre dans les métropoles. Le peu de jeunes qui nous restent vont y travailler. L’e-commerce présente bien des avantages de prix, de commodité comme de rapidité. Pourquoi se rendrait-on à la petite ville voisine pour y faire ses achats quand, de chez soi, on peut obtenir les mêmes produits à moindre prix et qu’ils vous sont livrés rapidement ? Les commerces ferment, les rues commerçantes dépérissent, inéluctablement. On peut toujours dessiner des moutons pour masquer la décrépitude des vitrines et distraire de celle des immeubles. C’est joli, c’est pimpant mais ça ne résout pas le problème.

On ne peut pas avoir le beurre, l’argent du beurre et le cul de la crémière comme il est impossible d’avoir les avantages du « progrès », la conservation du passé et l’idéologie d’hier. Il faut choisir. Le franchouillard se doit de singer le Suédois ou tout être aseptisé de ce genre (ce n’est pas facile avec un pied dans le passé et un autre dans le présent ou un avenir rêvé) tandis que d’autres venus d’ailleurs tout en comptant bien y rester se foutent de la Suède comme des progressistes amerloques .

Qui sait de quoi l’avenir sera fait ? Continuera-t-il sa course effrénée vers un prévisible néant ? Des catastrophes inouïes mèneront-elles à des modifications fondamentales du système apparu ces dernières décennies ? Nul ne le sait. Je mourrai probablement avant d’avoir le loisir d’observer laquelle de ces hypothèses (ou de toute autre hypothèse) se réalisera. Et je n’en suis pas triste.

samedi 23 novembre 2019

Découverte


Selon la sagesse des nations, le hasard fait bien les choses. J’en ai eu une nouvelle preuve pas plus tard qu’avant hier. Quittant le Limousin pour la Normandie je sentis comme une odeur de gazole brûlé dans l’habitacle de mon fidèle break. Je n’y prêtai pas plus attention que cela, pensant que, comme j’avais fait chauffer un peu la voiture avant de prendre la route, cette odeur désagréable s’expliquait par le fait que des gaz d’échappement avaient pu s’y introduire.J’ouvris les fenêtres mais l’odeur persistait. Je mis ça sur le compte d’un problème d’échappement et parcourus ainsi plus de 100 kilomètres quand, approchant de Bellac, charmante sous-préfecture de la Haute-Vienne, se produisit un curieux événement : sans que rien ne l’ait provoqué, mon break fit une embardée vers la gauche que je corrigeai par un coup de volant à droite ce qui provoqua une nouvelle embardée dans la direction contraire. J’eus la très nette impression que j’allais finir dans le décor mais je parvins à reprendre le contrôle et réussis, à faible vitesse ,à rejoindre un proche parking. Allez savoir pourquoi la voiture qui me suivait ne tenta pas de me dépasser. Les gens sont parfois étonnants. Je descendis de la voiture,  allai vérifier que mon pot d’échappement était bien en place puis ouvris le capot et découvris l’ampleur des dégâts. Un liquide continuait d’inonder le moteur dégageant une désagréable fumée.Je coupai le contact et appelai mon assistance qui m’envoya une dépanneuse. Je pensais, dans ma grande ignorance que ma direction était foutue mais, vu que nous étions arrivés au garage passé midi, il fallait attendre 14 heures et l’arrivée du technicien qui sait pour connaître la raison de mes déboires. La gentille dame de l’assistance me rappela pour me proposer de me louer une voiture afin de regagner mes pénates. Je lui dis que plutôt que de rentrer je préférais attendre le diagnostic et le délai de l’éventuelle réparation avant de prendre une décision. Si le délai était court, je resterais sur place à attendre dans une chambre d’hôtel. Là dessus j’allais déjeuner dans un restaurant voisin et à 14 heures, le mécano arriva et diagnostiqua une étonnante fuite affectant une durite de gazole. Accessoirement, ce liquide avait profité de son écoulement pour détruire le démarreur. Il s’enquit de la disponibilité des pièces et m’annonça que la voiture pourrait être prête le lendemain après-midi. Il m’apprit que mes embardées s’expliquaient par le fait que du gazole avait coulé sur le pneu avant gauche et que la direction n’était aucunement en cause. On me loua donc une chambre d’hôtel mais la réception n’ouvrant qu’à 17 h j’eus le temps de découvrir la ville en attendant. Et c’est ainsi que je pris les jolies photos qui suivent :



















Ma favorite, bien qu'un peu délavée la voici :



Ce clin d’œil d'Eléonore do Vincou (Le vicou et la rivière qui arrose Bellac)  à son homologue italien m'a d'autant plus fait rire que le texte plus très lisible qui l'accompagne est réjouissant. On y apprend par exemple que"les portions du corps du mouton, ça déchire, deux gigots c'est presque la moitié de l'agneau, les côtelettes il y en a de chaque côté et le ris, c'est pas l'accompagnement mais c'est délicieux"

Bellac est au centre d’une région d’élevage ovin. Mais de là à lui vouer pareil culte, il y avait un mystère. J’avais pu constater à Domfront qu’afin de rendre moins affligeante la vue des vitrines des commerce désertés au rez-de-de chaussée des immeubles lépreux de rues jadis commerçantes, on les peignait ou les couvrait d’affiches auxcouleurs gaies. C’est ce matin que je découvris sur Internet la raison de tous ces moutons : du 4 au 7 juillet avait eu lieu au Dorat, village voisin possédant une magnifique collégiale romane, le championnat du monde de tonte de mouton et que la ville voisine de Bellac avait voulu ainsi célébrer l’événement.

Les plus observateurs d’entre vous auront noté que ces anciens commerces sont très souvent à vendre. Si l’idée de faire rapidement faillite en y ouvrant un quelconque négoce vous séduit, je suppose que les prix sont très abordables et que vous n’aurez que l’embarras du choix. Une mise en garde cependant : si vous vous  imaginez déjà trotter allègrement par les rues de la ville, n’y comptez pas : cette plaque de rue douchera votre enthousiasme : 





mardi 19 novembre 2019

La pub nous prend pour des cons…


...et elle a généralement raison! C’est pourquoi elle utilise si souvent des personnages d’une débilité profonde afin que le public puisse s’identifier à eux. Cependant, parmi les ravis de la crèche qu’on utilise pour nous faire acheter des conneries, il en est qui poussent le bouchon un peu loin. J’en veux pour preuve un spot pour un site supposé vous proposer des assurances à un tarif optimal. Je ne me souviens pas de son nom car ce genre de service ne m’intéresse pas et ce pour une raison très simple : depuis vingt-cinq ans, je prends toutes mes assurances auprès du même assureur et j’en suis TRÈS satisfait. Lorsqu’il y a une dizaine d’années ma maison fut ravagée par un incendie, l’expert commissionné pour évaluer les dégâts me demanda de lui montrer mon contrat, celui-ci déclara après lecture que j’étais extrêmement bien couvert. Je fus grassement et promptement indemnisé, on me procura un logement durant les travaux et le personnel que je contactai par téléphone se montra sympathique et compétent (mon assureur n’a ni bureaux ni coûteux agents généraux ce qui lui permet de pratiquer des tarifs très raisonnables) . Que demander de plus ?

Mais revenons à nos couillons. Or donc, le spot nous en montre un en train de laver sa voiture en compagnie d’une femme que l’on peut supposer être son épouse (à moins qu’ils ne vivent dans le péché). Il voit arriver son voisin et murmure à sa femme : « Tu vas voir la tête qu’il va faire quand je vais lui dire combien on paye notre assurance ! » Il est vrai qu’il y a de quoi être décontenancé. J’imagine être le voisin et voir cet abruti venir me déranger pour une telle communication ! Je ne le comprendrais pas plus que s’il insistait pour me montrer ses hémorroïdes ! Mais sa moitié d’orange ne paraît pas trouver sa démarche étrange ce qui est un peu inquiétant quant au psychisme de cette dernière. A son retour, son épouse, confirmant les soupçons qu’on pouvait entretenir sur ses facultés  mentales, lui adresse un « Alors ? » lourd d’impatience, comme si son bonheur ou sa vie dépendait de la consternation du voisin. Et là, patatras : Le mari dépité lui annonce « Deux fois moins cher, il paye deux fois moins cher que nous ! » sa douleur est telle qu’il jette son éponge dans le seau et s’en retrouve éclaboussé. L’hyper-violence de cette action, si elle peut choquer les âmes sensitives, illustre avec vigueur à quelles souffrance morales on s’expose en ignorant les mérites du site qui vous fait faire de telles économies. Un petit bijou !

Ce qui est à la fois sidérant et rassurant est la profonde stupidité de ce couple d’ahuris. Le mari se croit malin. Il ne doute pas un instant que l’on puisse payer son assurance moins cher qu’il ne le fait. De deux choses l’une : soit il a comparé les tarifs de l’AA (L’Arnaqueuse d’Assurances) à ceux des COR (Courtiers-Escrocs Réunis) et s’est décidé pour le moins voleur soit il n’y connaît strictement rien et est persuadé d’être le roi de la négo alors qu’on le vole comme dans un bois. Toutefois, il a bien de la chance : il a rencontré la perle rare ! Une épouse que sa propre imbécillité empêchera de déplorer celle de son conjoint ce qui est pour eux le gage d’une longue et harmonieuse union.

dimanche 17 novembre 2019

Où l’on voit de quel bois je me chauffe (ou me chaufferai)






Il ne s’agit point ici d’exprimer une quelconque colère. Pourquoi m’échaufferais-je ? Certes, la situation est désespérée mais est-elle grave ? Quand je parle de bois, c’est du bois dont on fait les feux lesquels n’ont rien de superflu vu la pause que fait depuis quelque temps ce foutu réchauffement global.

Dans ma supposée grande sagesse, m’était venue l’idée de passer l’hiver en Corrèze, où, vu que je peux m’y chauffer au bois, j’effectuerais de substantielles économies. Le programme de mon présent séjour était bien défini. Dans un premier temps, élaguer ce prunus qui m’avait joué l’été dernier le tour de produire des monceaux de prunes dont je n’avais que faire. Ce fut vite fait. Malheureusement, si le débitage des branches en bûches et en petit bois fut rondement mené entre deux averses, la réduction des branchages restants en copeaux fut remise à plus tard parce que nécessitant beaucoup de temps dont la fréquence des averses ne me laissait pas disposer.

Se chauffer au bois, est certes bel, bon et économique mais il faut l’entreposer. Le sous-sol me l’eût permis depuis que je n’y gare plus mon break si ce n’était son humidité qui favorise l’apparition de mérule. J’avais donc pris la sage décision de faire l’emplette d’un abris à bois. Seulement quand il arriva, je me mis à douter de ma capacité à le monter seul. Je réclamai l’aide du beau-fils de mon couvreur pour ce faire, mais le bougre était parti s’installer à Limoges. Un sien cousin eût pu le remplacer, mais il s’était fait une blessure à la jambe et le médecin venait de lui prescrire une semaine supplémentaire d’arrêt maladie. Quinze jours plus tard, n’en ayant aucune nouvelle, je décidai de tenter seul le montage et y parvins. Seulement, le mettre en place sur les supports prévus m’était impossible. Je m’ouvris de mon désarroi à un paysan ami qui me proposa le coup de main salvateur. L’abri en place, j’achetai un fagot d’un stère auprès du fabricant de merrains local et, au cours des rares éclaircies séparant les sempiternelles averses, me mis en devoir de couper le bois en morceaux de 50 cm. Cela fait, je pus mettre mon bois sous l’abri. Malheureusement, y ranger le bois du prunus fut impossible. Il attendra donc sous la pluie que l’endroit se dégage.

Je ne m’étais auparavant jamais chauffé au bois. A part une flambée de-ci de-là, cheminées ou inserts n’avaient joué dans ma vie qu’un rôle décoratif. Depuis trois semaine que je suis passé à ce type de chauffage, j’ai pu en découvrir les nombreux inconvénients : il faut rallumer chaque matin le feu, l’entretenir, nettoyer le foyer, commander et couper le bois et surtout, quand le temps nuit au tirage, le tisonner tandis que du foyer s’échappe une âcre fumée. De plus, cendres et bois salissent vite la maison. Il fallait essayer mais je crains de ne pas donner suite à mon projet d’hiver corrézien. Tant pis pour les éconocroques ! Je me demande d’ailleurs si posséder deux lieux de vie est une si bonne idée. Ma décision n’est pas prise mais je me pose la question : mon rêve vieux de 30 ans d’habiter la Corrèze s’est réalisé n’est ce pas là l’important ? Le poursuivre est-il vraiment utile ?


Préparation de l'emplacement de l'abri
L'abri est en place
La toiture en bardeaux bitumeux est installée et le bois rangé



Bûches, petit bois et branchages attendront des jours meilleurs sous la pluie


dimanche 10 novembre 2019

Fait divers


J'ai appris la nouvelle par son frère via Facebook. Mon cousin François est mort, renversé tout près de chez lui, à un passage à niveau, par un train. De tels accidents arrivent de temps à autres. Ils sont toujours bêtes sinon ils ne se produiraient pas. Je n'avais pas vu François depuis huit ans,lors des obsèques de mon père. Il avait 72 ans alors et toujours cette même gentillesse, cette même gaîté communicative qui le caractérisaient. 

Les barrières étaient baissées et les alertes lumineuses et sonores auraient fonctionné. Ne les aurait ils ni vues ni entendues ? Aurait-il, vue la proximité de son domicile et l'habitude qu'il avait de traverser la voie ferrée, pris celle de traverser malgré les signaux, se contentant de vérifier que le train était encore loin ? Ne l'aurait-il pas vu arriver ?


On peut se perdre en conjectures. Elles ne changeront rien aux faits : il fut impossible de le réanimer.J'ai une pensée attristée pour sa si gentille épouse, ses enfants, son frère et sa sœur toutes personnes que j'ai toujours appréciées même si les aléas de la vie ont fait que je ne les voyais plus.

Je n'ai pas jugé utile ni souhaitable de questionner son frère plus avant sur les circonstances de son décès. Pour en savoir un peu plus, j'ai fait, hier soir, une recherche sur Google et y ai trouvé quelques brefs articles évoquant les circonstances de ce décès. L'un d'eux était suivi de deux commentaires que je lus. Je vous laisse découvrir le premier 





Amusant, non ? Surtout quand on pense qu'il est probable que les proches ont pu le lire. Ce qui m'a le plus choqué, c'est que les commentaires sont modérés. Dans notre beau pays on peut ainsi se réjouir de la mort d'un homme sous prétexte qu'après une vie de labeur il aurait l'audace de bénéficier d'une retraite sans que le modérateur d'un journal ouvert à tous* (20 minutes pour ne pas le nommer) y trouve à redire.


Mon sang n'a fait qu'un tour et j'ai immédiatement soumis à la modération ce qui suit :


Ce matin, mon commentaire n'avait pas paru. Je l'ai soumis à nouveau. A-t-il été jugé déplacé ? Il est vrai que j'y adresse, par le biais d'une prétérition, un terme injurieux à ce commentateur. C'est grave ! Très Grave ! A la finesse je réponds par l'offense ! Dans quel monde vivons-nous ?

* L'article a fait l'objet de 850 partages !

mercredi 6 novembre 2019

Sosie, un bien dur métier



Lorsqu'on a demandé à votre enfant, actuellement en moyenne section de maternelle*, vers quelle profession il ou elle comptait s'orienter, il a répondu vouloir devenir sosie. Cette réponse montre un esprit original à un âge où tout le monde voudrait être pompier, infirmière ou professeur(e) des écoles. Seulement, embrasser cette carrière n'est pas chose simple.

La première question, fondamentale, est de déterminer de qui on souhaite l'être. Et cette question en recouvre bien d'autres. Il va de soi que le modèle doit être populaire, très populaire même. Sinon les contrats se feraient rares. Il faut que cette popularité soit non seulement durable mais moralement inattaquable. Si tel ou telle jouit aujourd'hui d'une aujourd'hui d'une gloire méritée, il se peut qu'un faux-pas, qu'une peccadille, vienne entacher son renom et le fasse disparaître des listes. Quant à la durabilité, celle-ci n'est jamais assurée. D'autre part, si votre enfant est blond et jouit d'un teint de rose, ses chances de ressembler à Kylian M'Bapé sont, quelle que soit la bonne volonté qu'il y mette, hasardeuses.

N'importe comment, il serait prudent de choisir un modèle de son âge et pour ce faire d'attendre d'être adulte. Combien de gamines ayant des faux airs de Brigitte Fossey ont fini par ressembler à Alice Sapritch ? Même si de nombreux sosies de Johnny Hallyday ou d'Elvis Presley n'ont en commun que leur manque de ressemblance avec leur idole, il est préférable que la ressemblance soit troublante. Si seules des personnes atteintes de graves troubles de la vue ou de démence sénile avancée vous confondent avec votre modèle, ce n'est pas très encourageant. Pour être convaincant, il ne suffit pas d'adopter la coiffure de tel ou tel. Ainsi, moi qui vous parle, même avec des cheveux coupés très court, peu de gens me prendront pour Omar Sy.

Être un sosie parfait peut, dans certains cas, présenter de graves inconvénients : Si vous êtes celui de Xavier Dupont de Ligonnès ou d'un violeur en série activement recherché , cela vous apportera plus de problèmes que d'invitations à animer un mariage ou une Bar Mitzvha.

En résumé, embrasser la carrière de sosie n'est pas forcément une bonne idée. N'importe comment, votre enfant a tout le temps, comme ses petits camarades, de changer d'avis sur son orientation. Si on se tenait à ses aspirations puériles, le monde serait principalement peuplé de pompiers, d'infirmières et de professeur(e)s des écoles...

* Vous aurez certainement remarqué qu'on demande de plus en plus tôt aux jeunes vers quelle branche d'activité ils aimeraient s'orienter. Personnellement, je suis parvenu à la fin de mes études secondaires sans que qui que ce soit ne s'enquière du métier qui suscitait ma convoitise. Ce qui ne me posa aucun problème, vu que je n'avais aucune idée sur la question.

samedi 2 novembre 2019

Panda : une mise en garde


Vous me connaissez, je ne suis pas un de ces passéistes pour qui chats, chiens, serins et poissons rouges sont l'alpha et l'oméga des animaux de compagnie. J'ai suffisamment en ces lieux défendu l'adoption de divers NACs pour que m'adresser ce reproche relève du ridicule.

Pourtant, et cela malgré mon infinie tolérance, ma conscience me dicte de dénoncer un animal qui ne saurait en aucun cas devenir votre ami. Je veux parler du panda géant, animal qui, quand on le connaît, ne peut être considéré que comme la lie de la création. Cet ursidé concentre en lui tous les vices que les plus démoniaques créatures ne sauraient posséder.


Ce que je viens d'écrire va en choquer plus d'un et même plus d'une, je le sais. Ce répugnant plantigrade bénéficie trop souvent d'une popularité immérité. Les gens se ruent à Beauval pour y admirer ce monstre. Ils le voient comme un gros et paisible nounours. Si son extrême rareté ne rendait la chose impossible, ils se verraient bien en adopter un. S'ils savaient !

La vérité est toute autre ! D'abord la rareté. Le panda n'a rien de rare et son extinction n'est hélas pas à l'ordre du jour. Un mien correspondant de l'Empire du milieu m'a fait parvenir cette photo qui montre une troupe de pandas s'approchant de sa demeure afin d'y ravager son potager.


Il les a, bien sûr, zigouillés à la Kalachnikov, mais vu que ces incursions sont quasi quotidiennes, ça n'a pas résolu le problème de leur pullulement. Tout au plus, leurs dépouilles permettent-elles à ses chiens de se nourrir d'une viande qui, d'après lui, donne à la chair des canidés un arôme de fruits secs et de fraise des bois très apprécié des gourmets

Selon un mensonge répandu autant qu'éhonté, la destruction par l'homme des forêts de bambous serait à l'origine de la soi-disant raréfaction de cette saleté à pattes. En fait, il s'agit d'une inversion de la causalité : c'est la gloutonnerie des pandas qui détruit les forêts !

Et s'ils n'étaient que gloutons ! La photo qui suit le prouve : cet ursidé fume des trucs mal roulés qui ne sont pas faits que de tabac.


Pour couronner le tout, le panda s'adonne à la boisson. Cette photo montre l'un d'entre eux rentrant, comme ils le font tous, dans un état semi-comateux, d'une journée passée au bistro où il a dépensé des aides sociales qu'un gouvernement trop généreux lui verse suite à de fausses déclarations de handicap :


Vous me rétorquerez qu'il n' y rien de mal à boire. J'en conviens. Seulement, si certains ont le vin triste, d'autres le vin gai ou amoureux, le panda a le vin mauvais. Quand il est dans son état normal, c'est à dire soul comme une bourrique, il cherche querelle à tous, ce qui explique qu'il ait en permanence les yeux au beurre noir.

Résumons nous : glouton, drogué, alcoolique, menteur, parasite social et bagarreur, le panda ne saurait avoir sa place chez vous, surtout, madame, si vous avez un mari : il risquerait de faire double emploi !

jeudi 31 octobre 2019

Bûcheronnage automnal




Comme je m'étais promis de le faire suite à la prolifération de prunes de cet été, je me suis attaqué à la taille de mon prunus. Fut un temps où on l'avait taillé en tête de chat mais ce temps étant bien lointain ses branches avaient pris de l'ampleur : plusieurs mètres de haut jusqu'à 15 centimètre de diamètre. Et ça posait quelques problèmes, vu qu'elles surplombaient mon abri de jardin et que si par malheur en les coupant les plus grosses lui étaient tombé dessus, je crains qu'il ne se soit trouvé écrabouillé. Il fallait donc user prudemment de la tronçonneuse. N'en étant pas à mon premier abattage d'arbre, j'ai mis au point une technique qui jusqu'ici m'a réussi à savoir qu'après avoir fiché un piquet en terre, je relie celui-i à la branche par une corde et la tends de manière à ce que la branche penche du côté où elle peut tomber sans causer de dommages Tout se passa comme prévu, sauf que la dernière des branches, la plus grosse, du fait de sa hauteur et de son diamètre se refusa obstinément à plier.Ne disposant pas d'une échelle qui m'eût permis d'atteindre une hauteur où elle se serait montrée plus arrangeante, je décidai de risquer le tout pour le tout en l'encordant et en la tronçonnant un peu plus haut que je n'aurais souhaité de manière à pouvoir ensuite la recouper plus bas. J'arrêtai ma coupe juste avant que la branche ne lâche et descendis tirer sur la corde. Elle céda sans problème, tomba où je voulais et je pus régulariser la coupe ensuite.


Désormais, en renouvelant l'opération tous les deux ou trois ans,je pourrai limiter le développement du prunus et éviter ainsi de voir mon terrain et mon abri de jardin se couvrir de prunes. Maintenant, je me trouve avec des dizaines de mètre cubes de branchages de toutes tailles que je vais devoir débiter en bûches, en allume-feux ou encore réduire en copeaux pour faire du paillage au jardin. De nombreuses heures de travail s'annoncent ainsi, ce qui n'est pas pour me déplaire.  


vendredi 25 octobre 2019

Nature



Ils aiment la nature. Il veulent la préserver. Elle est sacrée. Tellement sacrée qu'ils rechignent à s'en approcher. Il gardent par rapport à elle un respectueux recul. En fait, ils ne la connaissent pas. D'où leur amour immodéré pour elle ou du moins pour l'idée qu'ils s'en font. Ils la voient bienveillante, généreuse et harmonieuse ! Ils vivent dans des villes, sans racines, et pour rien au monde ne s'en éloigneraient. Ils confondent campagne et nature. Erreur profonde des bobos-écolos !

Nos campagnes sont l’œuvre des hommes qui après des siècles d'efforts sont parvenus à dompter la nature. Car, figurez-vous, la nature est hostile, cruelle, sans merci. Elle est le théâtre d'éternelles luttes. Et pas qu'entre le loup ou l'ours et les brebis (ces dernières n'ayant pas grand chose à voir avec la nature, étant le produit d'une domestication du mouflon que suivit une sélection qui, au fil des siècles, mena aux diverses races ovines d'aujourd'hui). L'insecte y tue l'insecte, le vertébré y tue le vertébré, le végétal y tue le végétal, parasites et microbes les tuent tous. La nature, loin d'être harmonieuse, est le théâtre de continuels massacres. Il n'y existe pas d'équilibre. Suite à des causes diverses, des proliférations d'espèces y mènent à l'éradication d'autres.

Et l'homme dans tout ça, me direz-vous, parodiant M. Chancel ? Eh bien, figurez-vous que l'homme, il fait comme les autres espèces, il se bat pour survivre et, comme il est plus malin que les autres espèces, il est parvenu à les dominer et à mettre dans bien des cas leur survie en péril. Sa prolifération, hâtée par les progrès de la médecine occidentale, mettrait la planète en péril ? C'est faux, la planète continuera de tourner, quelque soit le niveau des mers et le nombre d'espèces qui vivent sur son sol ou dans ses eaux. Ce qui est en péril, c'est simplement l'état actuel de son peuplement en nombre et en espèces. État qui a toujours varié. Nihil novi sub sole !

N'importe comment, nous n'avions le choix qu'entre la misère physique doublée de disettes et l'exploitation après transformation de la nature. Il se peut que notre course au progrès matériel nous mène à l'extinction. On verra bien. Si nous avions choisi ou simplement pu rester au stade des chasseurs-cueilleurs, comme les Amérindiens d'Amazonie, nous vivrions, en accord avec la nature certes, mais une vie somme toute peu agréable et très brève.

De plus, je me demande combien de temps les bobo-écolos qui nous rebattent les oreilles avec la « nature » seraient capables de vivre en chasseurs-cueilleurs avec leur âme si douce, leur santé  si délicate et leur respect de toute vie. En fait, les alternatives qu'ils proposent sont bien timides et ne sauraient remédier aux catastrophes dont l'imminence les fait trembler dans le confort douillet de leur vie citadine. Si les problèmes sont si graves, s'il leur existe des solutions, celles-ci se trouveront davantage dans les avancées technologiques que dans le retour à la nature.