..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

mardi 18 février 2020

Le rat est l’avenir du Parisien


Lorsque aucun fait saillant (Exhibition biroutesque, libération d’un politicien fraudeur, parole maladroite d’un ministre, danse frénétique de Mme Benbassa ou autre foutaise) ne vient au secours de media en quête de sensationnel, il arrive que l’on parle de l’invasion de Paris par les rats. D’ailleurs, comme pour bien d’autres sujets, ne serait-il pas pus prudent de parler d’un sentiment de pullulation ? Quoi qu’il en soit, sentiment ou réalité, la prolifération de ces rongeurs est de temps à autre évoquée. Et, curieusement, les gens semblent davantage s’en offusquer que s’en réjouir. J’ai du mal à les comprendre. Me mettrais-je à geindre si je découvrais en bêchant mon jardin que celui-ci se trouvait situé au-dessus d’une importante nappe de pétrole ?

Dans bien des pays d’Asie du Sud-Est (Chine, Cambodge, Viet-Nam, Laos, Thaïlande), on est friand de viande de rat. D’ailleurs, consommer sa viande fut très tendance à l’occasion du siège de Paris en 1870. On m’objectera que les asiatiques se repaissent de rat des champs et non de rats d’égout, que les rats se gavant dans les rizières sont gras et nourris sainement quand leurs collègues citadins se repaissent d’ordures.J’appelle ça chipoter. Le cuisinier Thomas Génin qui prôna la création de la première école de cuisine de Paris servait aux gourmets de 1870 des terrines de rat farcies de chair et de graisse d’âne pour le prix modique de 15 francs-or. Selon lui,  « le rat, s’il était désagréable à toucher, donnait une viande d’une formidable qualité, fine et un peu fade, mais parfaite si elle était bien assaisonnée. » et ce n’était pas, vu le faible nombre de rizières de la ville, de celle du rat des champs asiatique dont il parlait. Sans compter qu’avec la multiplication des cultures potagères urbaines, l’alimentation des rongeurs deviendra de plus en plus saine.

Bien sûr, il faudra, dans un premier temps, que le Parisien surmonte la répugnance atavique que provoque l’animal mais la raison voudra que celle-ci soit dépassée : quoi de plus en accord avec des convictions locavores que de consommer une viande produite Intra Muros ? D’autre part, cette consommation réduirait fortement la prolifération du rongeur au grand bonheur des musophobes tout en permettant la création de nombreux emplois lucratifs de chasseurs. Il se pourrait même que le succès des plats de rats n’amènent leur prix à flamber comme c’est le cas en Thaïlande (voir ici) et que des commerçants indélicats ne servent en lieu et place du muridé de vulgaires lapereaux !

Les Parisiens au lieu de s’en plaindre devraient donc, pour des raisons morales autant qu’économiques, se réjouir du trésor que leur apporte l’invasion et prier pour qu’il ne s’agisse pas là d’un simple sentiment.

Pour finir sur une note plaisante, je vous donne ci-dessous la traduction d’une des recettes de rat parue en 1973 dansThe Brand new Monty Python bok, ouvrage dont je suis l’heureux propriétaire et qui devrait avoir une place d’honneur dans la bibliothèque de tout honnête homme du vingt-et-unième siècle :

«Soufflé au rat

 Assurez vous que les couinements du rats ne sont pas audibles de la rue, en particulier dans les endroits où la Ligue Anti-soufflé et des « bonnes âmes » du même acabit se mêlent de persécuter les amateurs des innocents plaisirs de la table. Quoi qu’il en soit, placez le rat sur votre planche à découper. Levez bien haut votre couperet afin que son acier scintille aux lueurs du soleil couchant et ensuite abattez-le d’un coup - tchak ! - provoquant ainsi un craquement – sur le cou gras du rongeur terrifié et préparez-le en soufflé .»

Gourmets, à vos fourneaux !

dimanche 16 février 2020

Municipales


Rassurez vous, je ne vais pas parler de celles de Paris dont je me fous totalement et surtout pas du récent « scandale » dont je me contrefous tout autant mais de celles de la petite ville où je demeure.

Depuis quelque temps déjà, de braves gens dont les tempêtes pluvieuses que nous connaissons de manière quasi-permanente ne douchent pas l’enthousiasme, viennent déposer dans ma boîte aux lettres des imprimés sur lesquels apparaissent une liste de noms de candidats ainsi que les dates et heures des réunions organisées en vue des municipales. Jusqu’ici, j’avais pratiqué à leur égard une politique de classement vertical. Seulement, hier m’est arrivé un dépliant qui a retenu mon attention par la qualité de son support de papier glacé et de sa quadrichromie. On voyait d’emblée qu’on était entré dans le sérieux.

Sur la première page s’affichait le nom de la liste : « Avec vous demain ! » (Bel optimisme !) que conduisait une dame dont le nom ne me disait rien. Sous la photo de groupe, elle se proclamait « sans étiquette » ce qui ne m’avançait guère. En l’ouvrant, je découvris les vingt-huit photos en couleurs des élus potentiels sous lesquels apparaissaient leur nom, prénom, âge et profession et le cas échéant leur qualité d’ancien élu. C’est ainsi que j’appris que la tête de liste n’était rien de moins que la première adjointe du maire sortant, lequel ne se représentait pas. De ces vingt-huit personnes pas une seule ne m’était connue ni ne me donnait l’impression de l’avoir ne serait-ce que croisée ou aperçue. Sur la dernière page apparaissait la profession de foi : la liste se déclarait composée d’élus chevronnés et de débutants.Le changement dans la continuité, en quelque sorte. « Notre volonté est d’agir ensemble pour le bien-être de tous » proclamaient-ils (ce qui vaut toujours mieux que d’agir chacun de son côté en vue de ses propres intérêts) Avant les dates et heures des réunions publiques, d’une écriture cursive maladroite, la tête de liste déclarait qu’ « Être élu n’est pas une ambition mais un engagement au quotidien ». Certes, mais sans l’ambition d’être élu, comment s’engager au quotidien ?

Tout cela me laisse pantois. Je m’interroge sur l’intérêt que j’aurais à aller apporter mon suffrage à une quelconque liste. Sur elles, pas une personne que je connaisse. Je n’habite la commune que depuis un peu plus d’un an et demi. En dehors de quelques voisins, commerçants et professionnels de santé, je ne saurais dire qui est qui. Sur la gestion de la commune, sur ce qui serait bon d’y changer ou d’y améliorer, je n’ai aucune idée. Je serais favorable à une drastique baisse des impôts locaux, mais de ça personne ne parle. En fait, je ne me sens aucunement concerné et en dehors de le décider à pile ou face, je ne vois pas pour qui voter. Je crois donc de mon devoir de m’abstenir et de laisser le choix à ceux qui ont une opinion sur la question.

dimanche 9 février 2020

Profondes pensées dominicales


Parlons poiscaille
Mon dernier article consacré au parmentier de saumon m’a permis de constater, dans un domaine de plus, les graves dissensions qui existent au sein de notre malheureuse nation. Certains ont cru bon de me signaler qu’on pouvait remplacer le saumon par de haddock ou du cabillaud.Soit, mai un parmentier de saumon au haddock ou au cabillaud, ce n’est plus tout à fait ça.
Ma connaissance des poissons fumés étant très faible, seul le saumon ayant grâce à mes yeux, j’ai voulu me renseigner sue ce qu’était au juste un haddock. A ma grande surprise, il ne s’agissait pas, comme il eût été logique, d’un capitaine, poisson de rivière, salé, fumé et teint au rocou mais d’un églefin.

Kipper dans toute son horreur

Cela me ram ena à l’esprit une mésaventure liée au poisson fumé. M’étant rendu avec ma compagne à Lowestoft, charmant port de pêche du comté de Suffolk en vue d’un entretien d’embauche dans un quelconque collège d’enseignement supérieur, me vint, au petit déjeuner, l’excellente idée de demander au serveur de l’hôtel s’il existait une spécialité locale. Suivant le précepte anglais bien connu, qui dit qu’à Rome on se comporte en romain, je pensais qu’à Lowestoft, le bon goût exigeait que je fasse comme les Lowestoftiens. Mal m’en prit, car avec un aimable sourire, peut-être teinté d’une cruelle ironie que je ne sus déceler, il me répondit positivement et me recommanda le célèbre kipper de Lowestoft. N’ayant aucune idée de ce que pouvait être un kipper, j’eus la faiblesse d’accepter la suggestion et me vis servir un grand hareng entier, fendu en deux de la tête à la queue, évidé, aplati, débarrassé de ses arêtes, salé et à peine fumé (à froid), ce qui lui donne une couleur rouge. Ce fut dé-gueu-lasse. J’eus bien du mal à finir mon assiette et passai la journée à ruminer du kipper, ce qui me passa l’envie de tout autre repas. Faute d’être comestible, le kipper constitue donc un plat économique.


Une mère pour moi
J’ai passé une très mauvaise nuit. Les hurlements d’un vent tempétueux, le fracas qu’il produisait en secouant mes volets, en furent la cause. Quelle ne fut pas ma surprise en consultant mes mails après un réveil tardif et malaisé de voir que Mme Aviva, qui assure avec efficacité, générosité et zèle mes biens automobiles comme immobiliers avait eu une pensée pour moi, me conseillant la prudence suite à l’arrivée de la tempête Clara prévue pour la soirée et la nuit dernières. Elle me mettait en garde contre les risques que pourraient occasionner des déplacements, me conseillait de mettre en sécurité les objets susceptibles d’être emportés par le vent, avant de m’exhorter à suivre les éventuelles consignes données par les autorités. Mme Aviva, j’ai pu le constater, avait raison : si Clara est arrivée un peu à la bourre elle semble se plaire ici vu qu’elle continue de souffler et que cet après midi, des pointes à 120/140km/h, seront probables selon le bulletin d’alerte de Météo France. Toutefois, vues les circonstances, mes envies de promenades en auto ou à pied dans le bocage ou de sortie du salon de jardin et de déploiement de mon parasol sont limitées. L’expérience peut-être… Quant aux autorités, leurs désirs sont pour moi autant d’ordres. Cependant, cette sollicitude, si touchante qu’elle soit, ne me semble pas exempte d’arrière-pensées économiques autant qu’égoïstes de la part de la dame.

Plus que onze ? Quelle horreur !
En dehors de la saison qui n’est pas des plus réjouissantes, il me semblait qu’un manque venait ajouter à ma langueur actuelle. Je n’en pus cerner la nature jusqu’à ce qu’en début d’après-midi me vint une inquiétude quant à son origine : M. Goux aurait-il négligé de publier son journal de Janvier ? Pire, sa publication, attendue chaque fin de mois avec impatience par votre serviteur et ses onze co-fans m’aurait-elle échappée ? L’aurais-je lu et, Alzheimer aidant, ne m’aurait-il laissé aucun souvenir ? Il fallut que j’en aie le cœur net. Vérification faite, je dus à ma courte honte reconnaître que s’avérait ma seconde hypothèse. Je me hâtai donc de réparer cette erreur et pris comme à l’accoutumée plaisir à cette lecture, même s’il est vrai que les comptes-rendus de lecture y occupent une place certaine.

vendredi 7 février 2020

Parmentier de saumon


Notre pays, comme l’ensemble du monde, est certes en proie à des interrogations aussi cruciales que variées. Le Coronavirus va-t-il détruire l’humanité avant que le changement climatique ne s’en charge ? La pénurie de koalas va-t-elle toucher le Groenland ? Serait-il souhaitable de pendre Polanski avec les tripes de Matzneff ? A-t-on ou non le droit de blasphémer même si ça ne sert à rien et que tout le monde s’en fout ? Comment lutter efficacement contre la pédophilie sur glace ? Devrait-on autoriser les entraîneurs sportifs à se marier ? La grève des transports permettra-t-elle de baisser l’âge de la retraite et le niveau des cotisations ? Et cœtera ?


Que répondre à ces questions lancinantes ? Je n’en sais rien et suis même parfois tenté d’avouer que je m’en fous complètement. En revanche, si vous vous demandez ce que vous pourriez manger ce soir, si vous souhaiteriez vous concocter un repas pas trop compliqué à préparer, à la fois roboratif et délicieux, j’ai une réponse : le parmentier de saumon.

Comme son nom l’indique, il vous faudra du saumon et des patates. Mais ce n’est pas tout : pour confectionner votre purée, vous aurez besoin d’œufs, de lait et de crème (ou de beurre, si vous préférez) ainsi qu’un peu de sel et de noix de muscade râpée. Pour ce ce qui est du saumon, plusieurs solutions sont envisageables : aller en pêcher un en Écosse (coûteux), en acheter des filets chez votre poissonnier (moins coûteux), ou acheter des filets de saumon du pacifique congelés chez Leclerc, Lidl ou tout autre magasin de votre choix (pas cher du tout et bon quand même). C’est pour cette dernière solution que j’opte.

Vous prenez 250 g de filets de saumon que vous coupez en dés, ou que vous réduisez en petits morceaux avec une fourchette. Vous en tapissez le fond de votre plat, salez et poivrez. Vous émincez 4 échalotes et les placez au-dessus du saumon. Vous recouvrez le tout de purée. Pendant ce temps, votre four aura préchauffé à 210 ° C, vous enfournez votre préparation et, 35 minutes plus tard, c’est prêt. Vous vous régalez en bénissant mon nom. Merci.





mardi 4 février 2020

Tout s'explique !


Observez attentivement ces trois photos :
La petite sirène de Copenhague

La sirène des pompiers


Le lamantin

L’illustre Christophe Colomb, aurait, selon M. Wikipédia, et il n’est pas le seul à en parler, déclaré avoir vu trois sirènes en 1493. Il crut bon de préciser qu’ « elles étaient moins belles qu’on les décrit ». En fait, il se serait agi de lamantins. Avouez que la ressemblance entre la  la sirène des pompiers ou même la petite sirène de Copenhague et le lamantin n’est pas frappante et que pour les confondre il faut être sacrément miro (pas le peintre, celui qui voit mal !).


C’est probablement à cause de cette grave déficience visuelle que, découvrant l’Amérique, le grand navigateur pensa être arrivé aux Indes.

lundi 3 février 2020

Le gouvernement idéal


Notre gouvernement actuel et le président qui l’a nommé ont au moins un point commun avec ceux qui l’ont précédé : il ne conviennent pas à une large majorité de Français. Pour certains, il y a urgence à les remplacer , pour d’autres il faut respecter les institutions et attendre que les échéances électorales permettent au peuple de leur choisir des successeurs. Que ce soit suite à des démissions ou des élections, il faudra bien les remplacer. Et c’est là le problème.

Si tout gouvernement est, quoi qu’il fasse, en mesure de mécontenter beaucoup de monde, il est bien plus délicat d’en trouver un qui satisfasse ne serait-ce qu’une courte majorité. Il y a à cela une multitude de raisons. La principale, à mes yeux, étant qu’on attend beaucoup trop de gens qui somme toute ont un pouvoir très réduit et certainement pas celui de faire le bonheur de tous. Ambition d’autant moins réalisables que tous n’ont pas la même conception du bonheur ni de la manière d’y parvenir. A cela, il faut ajouter les irréconciliables contradictions que cultivent les partisans de ces multiples conceptions.

En gros, on veut tout et son contraire. On souhaite un renouvellement du personnel politique mais on reproche aux nouveaux venus leur inexpérience. On exige l’égalité tout en réclamant de voir ses mérites personnels reconnus et récompensés. On veut que l’ordre public soit rétabli et que les forces de l’ordre n’aient pas recours à la force. On aspire à un pouvoir fort mais le mot de dictature fuse dès que la moindre mesure un tant soit peu radicale est annoncée. On exige le statu-quo et le « progrès ». On a le brave culot de reprocher leur incohérence aux gouvernants qui, comme tout un chacun, partent dans tous les sens.

Tout ça ne date pas d’hier. Le bon La Fontaine avec ses grenouilles qui demandaient un roi (les temps ayant changé, elles veulent aujourd’hui un président) était allé chercher son modèle chez Ésope, fabuliste qui, rappelons-le, serait né il y a quelque 2640 ans. C’est dire l’ancienneté du problème !

Pour qu’un pouvoir, quel qu’il soit, satisfasse, il faudrait qu’existe un consensus sur les buts à viser et la manière d’y parvenir. Or ce genre de consensus non seulement n’a jamais existé mais, du fait de la démocratie, a de moins en moins de chance d’apparaître en ce que ce régime favorise l’atomisation de la société en une multitude de minorités aux intérêts contradictoires. A l’inverse, une dictature présente l’intérêt de réduire les oppositions : on est pour ou on est contre. Ceux qui sont contre ne s’unissent généralement que par leur rejet. Quand ils parviennent à la renverser, les contre se divisent et quand le bazar devient anarchique, il arrive qu’un nouveau régime fort apparaisse. On a vu ça dans bien des pays.

Tout ça pour dire que le gouvernement idéal n’a que le défaut de ne pas pouvoir exister davantage que le consensus qui le rendrait populaire et cela d’autant plus dans ce qu’on appelle « l’État providence » qui par définition se trouve en charge d’assurer le bonheur de ses citoyens. Si gouverner se bornait à exercer des fonctions régaliennes ( assurer la sécurité extérieure, l’ordre public, définir le droit et rendre la justice, gérer les finances publiques), il me semble que les points de friction, sans disparaître, seraient moins nombreux tant il est plus aisé de s’entendre sur quelques points clairement définis que sur tout. Personnellement, vu que j’ai la chance de mener une existence qui grosso-modo me convient, je me contenterais de ce type de pouvoir.

Contrairement à beaucoup, le gouvernement actuel ne me déplaît ni ne me plaît pas plus que ceux qui l’ont précédé depuis quelques décennies qui, en tentant de satisfaire des attentes déraisonnables et hors de leur portée, nous ont amené à la situation quasi-chaotique que nous connaissons aujourd’hui.

vendredi 31 janvier 2020

A Montaillou, village occitan, plus ça change et plus c’est pareil




Lors de leur récent séjour, je me suis vu offrir par le chevalier servant de ma fille, entre autres ouvrages consacrés au Moyen Age, la célèbre monographie de M. Emmanuel Le Roy Ladurie Montaillou, village occitan de 1294 à 1324. J’avais depuis bien longtemps oui dire le meilleur de ce livre mais ne m’étais jamais soucié de le lire. L’occasion faisant le larron, j’entrepris la lecture de ce pavé de plus de 600 pages en petits caractères qui, s’appuyant sur le registre d’inquisition rédigé par Jacques Fournier, évêque de Pamiers, qui entre 1318 et 1325 traqua avec zèle et méthode les Cathares de la Haute Ariège et notamment ceux de l’humble village de Montaillou.

Le saint homme que sa dévotion et son ardeur à défendre la vraie foi élevèrent à la papauté sous le nom de Benoît XII était un habile interrogateur. Le contenu des quelque 578 interrogatoires concernant 90 dossiers, furent menés par lui en occitan local. Il possédait sur les dominicains de Carcassonne qui le secondaient, l’avantage, en enfant du pays, de parler la langue des villageois. Malgré toute leur bonne volonté, lors d’une précédente campagne d’éradication, en 1308, les disciples du bon Dominique, avaient laissé passer quelques menus poissons à travers les mailles de leur saint filet. Monseigneur Fournier s’étant fixé pour but de réparer cette négligence se montra donc d’une patience infinie et, traduites en latin, les déclarations des suspects furent consignées dans un fort volume que conserve la Bibliothèque Vaticane. Ces sept années d’efforts menèrent à cinq exécutions par le bûcher, 48 emprisonnements (parfois à vie) tandis que les autres accusés recouvrèrent leur liberté. Seuls quelques lépreux accusés d’avoir empoisonné les sources avec de la poudre de crapaud (le lépreux ajoutant à sa malignité foncière un coupable entêtement à se montrer taciturne) furent soumis à la torture suite à l’amicale pression qu’exercèrent sur l’évêque les Dominicains.

Ce qui inspira M. Le Roy Ladurie, au-delà des tracasseries infligées au braves Fuxéens par la Sainte Inquisition, est que la scrupuleuse transcription de leurs interrogatoires, permettait de brosser un tableau détaillé de ce qu’était la vie des habitants d’un village de la montagne pyrénéenne au début du XIVe siècle qu’ils soient (très relativement) riches, moins bien dotés ou pauvres. Le village est dominé par la puissante famille Clergue : deux frères , Pierre, curé aux mœurs perfectibles et Bernard, qui en tant que bayle représente le pouvoir du seigneur absent y tiennent le haut du pavé (si pavé il y a). Leur fortune ne les tiendra pas éloignés des tracas d'autant moins que leur pouvoir ne leur attire pas que des amitiés. Le curé sera arrêté le premier et les efforts financiers considérables que déploiera son frère pour qu’on le libère s’avéreront vains, le futur pape étant de la détestable race des incorruptibles. Bernard finira lui-même emprisonné. Constituée en grande majorité de bergers et de cultivateurs parfois éleveurs dont l’étendue des lopins varie mais reste toujours modeste tous les aspects de la vie de la population villageoise, dans ses détails les plus intimes, sont exposés au fil des chapitres de cette étude ethnographique.

Même s’il s’agit du travail d’un universitaire avec toutes les notes, références et redites que le genre implique, je ne saurais trop recommander la lecture de ce livre qui, s’il lui arrive de manquer de légèreté, n’en demeure pas moins, grâce à certaines remarques teintées d’humour, d’une lecture agréable et surtout d’un grand intérêt pour qui s’attache à tenter de comprendre les modes de vie et l’univers mental de nos lointains prédécesseurs.

Mais comment justifier mon titre ? La curiosité m’a poussé à vérifier si ce village de quelque deux cents âmes (parfois promises à la damnation) en ce début du XIVe siècle existait toujours. Google m’indiqua que oui, même si ses 17 habitants d’aujourd’hui sont le signe d’une probable et imminente disparition. Le catharisme y serait-il encore de mise ? Rien ne l’indique. La permanence que je signalais n’est due qu’au fait que depuis l’an de grâce 2001, l’édile qui préside aux destinées de Montaillou a pour nom Jean Clergue !





mercredi 29 janvier 2020

Moldavie




« Des vacances en Moldavie, mon rêve ! » est une phrase qu’on entend somme toute assez rarement. Et cela pour plusieurs raisons. La principale étant que rares sont ceux qui connaissent l’existence de ce pays de 33 851 km² coincé entre la Roumanie et l’Ukraine et totalement dépourvu d’accès à la Mer Noire comme à toute autre mer. Ce qui constitue un handicap sérieux pour la puissance de sa marine de guerre ou marchande et l’empêche de vanter le charme de ses plages de sable blanc bordées de cocotiers. Si on ajoute à cela que les tintinophiles distraits ayant lu Le Sceptre d’Ottokar sont tentés de confondre Syldavie et Moldavie et d’en déduire que ce pays est totalement imaginaire on comprend la méconnaissance généralisée qui nuit au renom de cette vaillante petite république.

Les vicissitudes de l’histoire n’ont hélas pas épargné, loin s’en faut, la Moldavie. A son origine se trouve la principauté de Moldavie état plus ou moins indépendant entre 1359 et 1812 date à laquelle le traité de Bucarest la coupa en deux, les Russes s’appropriant sa partie orientale. La partie occidentale, s’alliant à la Valachie constitua en 1859 le royaume de Roumanie qui s’émancipa totalement de la tutelle ottomane en 1878. Entrer dans le détail de l’histoire de la partie Est de l’ancienne Moldavie serait complexe et lassant. Grosso modo, le pays, que ce fut sous le régime tsariste où durant la période soviétique vit la russification de la région grâce à des déportation de Moldaves, l’installation de Russes et la tentative de remplacement de la langue roumaine par la Russe. En 1991, comme c’est alors la mode, la Moldavie orientale proclame son indépendance vis à vis de L’URSS mais sa partie à l’est du Dniepr ne l’entend pas de cette oreille et réclame son rattachement à la Russie ou à L’Ukraine. Cette volonté n’est pas reconnue par la communauté internationale ce qui ne l’empêche pas d’être de facto indépendante du pouvoir Moldave. De plus, et pour simplifier le tout, existe une région autonome de Gagaouzie constituée de territoires non contigus peuplés, comme on peut s’en douter, par les Gagaouzes, peuple turcophone de religion orthodoxe. Pour résumer : la Moldavie après une histoire perturbée demeure un bazar sans nom !

L’hymne du pays se nomme « Notre langue » et sa devise proclame « Notre langue est un trésor ». Ce trésor est, pour la majorité, le roumain. Son drapeau a ceci de commun avec le roumain que ses couleurs sont identiques et disposées dans le même ordre. Seule différence : sur le drapeau moldave apparaissent au centre ses armoiries qui ne sont pas sans rappeler bougrement celles de la Roumanie. Au point qu’on est en droit de se demander pourquoi les Moldaves ne se sont pas rattachés à leur voisin. Ce serait compter sans les minorités slavophones et les communistes

Entrer dans les arcanes de la vie politique moldave rendrait ce qui précède d’une relative limpidité. Signalons cependant que le Parti des Communistes de la République de Moldavie domina longtemps le parlement, qu’en 2010 il y obtint 48 sièges sur 101 et qu’à celles de 2014, avec son allié il constituait une minorité de blocage avec 47 sièges. La conséquence de cela est que le pays demeure dans la zone d’influence russe et semble difficilement gouvernable.

En dehors de promenades sur les rives du Dniepr et du Prout (ou Prut pour les pudibonds) de la visite de monastères orthodoxes, de la dégustation de ses vins, du plaisir que M. Martinez et ses amis éprouveraient à voir qu’il existe encore des pays selon leur cœur, le touriste pourrait y consacrer son temps à tenter de comprendre comment fonctionne ce pays et pourquoi il existe. Personnellement, j’y renonce.

vendredi 24 janvier 2020

Guédelon


S’il est des choses qui m’ennuient un peu comme la destruction systématique de notre identité et des bases de notre société par des apprentis-sorciers fous que suit le troupeau bêlant des imbéciles consensuels, il en existent d’autres qui me réjouissent. Et l’un dans l’autre, la joie l’emporte sur l’ennui car je vis une vie qui me convient dans un cadre qui me sied et je ne vois pas comment mes lamentations pourraient de manière quelconque empêcher que, comme tout cours d’eau coule du haut vers le bas, notre société ne suive sa pente naturelle tant de tout côté on en chérit la décadence.

Loin du problème des retraites, loin des gilets jaunes, loin des anti-macronistes rabiques qui seraient bien en peine de lui choisir un remplaçant pire ou meilleur, certains se lancent dans des aventures insensées avec un enthousiasme doublé d’une ténacité remarquables, vertus si rares aujourd’hui qu’il est rassurant de constater que, même de manière résiduelle elles perdurent.

Au tout début des années 2000, ma compagne d’alors donnait des cours de je-ne-sais-trop-quoi à des potiers au centre de formation de Saint-Amand-en-Puisaye dans l’Yonne. Toujours prêt à rendre service, il arriva que je l’y conduise et, histoire de m’occuper tandis qu’elle enseignait, je décidai d’aller faire un tour au village voisin de Saint-Sauveur (toujours en Puisaye) que je savais être le lieu de naissance de l’écrivain Colette. Elle y avait grandi et sa maison natale servit de cadre à nombre de ses romans dont je fus un temps l’enthousiaste lecteur. A l’époque, cette belle demeure bourgeoise n’était pas ouverte au public et mon pèlerinage se borna à la lecture de la plaque apposée sur sa façade. Toutefois, cette excursion me permit de découvrir le site de Guédelon qui se trouve à proximité de la route reliant les deux villages sus-mentionnés. J’avais vaguement entendu parler de ce projet de construction d’un château fort selon les techniques médiévales. L’idée m’avait parue excellente, mais le chantier, lancé en 1997 n’en était qu’à son début et l’avancement des travaux n’offrait alors rien de bien spectaculaire. J’en fus un peu déçu.

Seulement, comme je l’évoquais plus haut, cette idée folle était née dans des esprits tenaces et, vingt-trois ans après son lancement, le projet continue d’avancer et connaît un succès touristique croissant. Par hasard, je suis récemment tombé sur une vidéo produite par Arte (chaîne qui n’a pas que des défauts) en 2015 et qui donne sur les différents aspects de cette entreprise originale de précieuses et passionnantes information. Si vous disposez d’une heure trente, je vous propose de la regarder en espérant que vous y prendrez autant plaisir que moi :



mercredi 22 janvier 2020

Activiste minoritaire, un bien dur métier


Depuis déjà quelques décennies, la mode est aux procès et à la mise au pilori des « racistes ». Plus récemment ce sont ceux qui ont une « crainte excessive, maladive et irraisonnée de certains objets, actes, situations ou idées »* qui se trouvent mis en cause . C’est à dire les phobiques. Homophobes, islamophobes, xénophobes sont dénoncés, vilipendés, traînés devant les tribunaux et parfois condamnés.

Le terme de phobie est bien entendu totalement inadapté aux phénomènes contestés par les âmes délicates et procédurières des associations minoritaires. En effet, il est rare que ces supposés phobiques, montrent à la seule vue d’un étranger, d’une lesbienne ou un d’un musulman les signes d’une agitation irrationnelle et maladive, comme c’est le cas des arachnophobes qui sont pris de panique à la vue de la moindre araignée, .

En fait, ceux qu’ils poursuivent de leur haine farouches sont ceux que l’on pourrait soupçonner de ne pas nécessairement apprécier telle ou telle catégorie. Car, en dehors des réseaux sociaux et autres blogs, il n'arrive pas que dans les media ou les partis politiques soient émis des propos appelant ouvertement au massacre, à l’expulsion du territoire ou toute autre forme de déportation, à l’internement, à l’emprisonnement, à la mise à l’écart ou même à la restriction des droits de telle ou telle minorité.

L’associatif minoritaire est dans la même situation que l’antifasciste (quand il n’est pas le même) qui, faute de pouvoir poursuivre de sa vindicte des troupes de chemises noires paradant dans les rues des villes, se voient, vu qu'elles n'existent pas, contraint à s’en inventer. Devient fasciste toute personne exprimant plus ou moins clairement son opposition aux idées défendues par les antifas.

Les associatifs minoritaires faute de déclarations appelant ouvertement à combattre ou à annihiler telle ou telle minorité en sont réduits à débusquer la moindre phrase qui laisserait entendre que la cause et le groupe qu’ils défendent ne sont pas ce qu’il y a de mieux.

Leur travail est rendu d’autant plus difficile que règne de plus en plus une auto-censure qui fait que, lors toute prise de parole publique, on se garde de prononcer une phrase, si anodine soit-elle, ou un habile exégète minoritaire pourrait déceler des traces de dénigrement de sa minorité.

Seulement, le contrôle de la parole avec les sanctions qu’elle réclame ne peut que s’exercer au niveau des media et de la politique. Ailleurs, il en va autrement. Les réseaux sociaux et plus généralement l’Internet malgré la bonne volonté de leurs censeurs ne peuvent, vus les milliards de textes, statuts, likes (par ailleurs difficilement interprétables) qui y paraissent quotidiennement, être sérieusement contrôlés. Et quand bien même parviendrait-on un jour à un total contrôle de l’expression, supprimer la liberté de pensée est un objectif sur lequel les plus sanguinaires totalitarismes se sont cassé les dents.

La réussite de nos chers activistes minoritaires n’est en fait qu’apparente et risque à terme de n’être qu’une victoire à la Pyrrhus.

lundi 20 janvier 2020

Pub


La nouvelle campagne de la Sécurité Routière m’amuse plus qu’elle ne m’émeut. J’ai presque honte de mon cynisme.

Pour ceux qui vivraient sur Mars, qui n’auraient pas la télé, que leurs hautes aspirations intellectuelles poussent à ne regarder que des documentaires philosophiques sur des chaînes sans publicité ou, mieux encore, ont solennellement juré au chevet de leur maman mourante de ne plus jamais allumer leur poste, j’en résumerai l’idée.

Divers personnages, comme une petite fille ou un père de famille cycliste remercient des conducteurs prudents de ne pas les avoir écrabouillés comme de vieilles bouses ajoutant qu’ainsi il leur ont permis de continuer à pédaler ou à améliorer leur pratique du bilboquet tout en assurant l’avenir radieux de leurs enfant ou en préparant de longue main leur réussite au concours d’entrée à l’école supérieure de tapinage artistique.

C’est émouvant et habile : il ne s’agit plus de culpabiliser les délinquants de la route pour leurs exactions mais de féliciter les automobilistes raisonnables pour leur sage conduite. A une époque où tant de jugements négatifs sont portés sur tout et le reste, cette bouffée positive met du baume au cœur des âmes pures.

Toutefois, je ne peux m’empêcher de penser que se réjouir d’un non-événement, si c’est bon pour le moral, n’en est pas moins ridicule. En effet, le nombre d’événements catastrophiques auxquels nous échappons quotidiennement est quasi-infini. Ceux qui me lisent autant que moi n’ont pas plus aujourd’hui que les jours précédents péri lorsqu’un camion fou chargé de TNT a percuté leur demeure, n’ont été la cible d’aucun égorgement par un membre fanatique des jeunesses centristes au cri de « Lecanuet est grand », le plafond de leur salon ne s’est pas effondré sur le coin de leur gueule les privant à jamais des joies de la verveine-menthe ou du pur malt, ils n’ont pas plus été victimes d’un phénomène de combustion humaine spontanée les transformant en petit tas de cendre et accessoirement abîmant le tapis de haute laine offert par tonton Gaston. Interminable serait la liste de ces « miracles » quotidiens. Y a-t-il là de quoi se réjouir et, par exemple, remercier les transporteurs d’explosifs de ne pas faire d’infarctus en passant devant chez vous ? Je ne crois pas.

Ces remerciements découlent d’une conception relativement récente de l’accident qui exige qu’à son origine il y ait un coupable avec pour corollaire que s’il n’y en a pas c’est dû à une conduite vertueuse. Le temps est loin où, sauf culpabilité manifeste d’un auteur (ou d’une victime) d’accident on évoquait la faute à pas de chance, on acceptait qu’il arrive que l’on se trouve au mauvais endroit au mauvais moment. Notre époque est moderne !

jeudi 16 janvier 2020

Pour en finir avec le Royaume-Uni ou plus exactement avec l’Angleterre


Deux commentateurs m’ont posé la question de savoir pourquoi j’avais quitté l’Angleterre. Avant d’y répondre, encore faudrait-il savoir pourquoi j’y suis allé. Cette histoire s’étale sur plus de 20 ans.

En Septembre 1971, alors que je faisais, dans le cadre de la coopération, bénéficier les populations sénégalaises de mon balbutiant savoir, je découvris avoir pour voisine une Anglaise. Nous sympathisâmes et puisqu’affinités nous eûmes, il y eut plus et nous vécûmes ensemble cette année scolaire. La belle ayant un contrat de deux ans et le mien se terminant, après des vacances en France et à Londres nous nous séparâmes et l’éloignement aidant, notre histoire tourna en eau de boudin. Toutefois, étant d’un naturel obstiné, quand j’appris qu’existait entre le Royaume-Uni et la France un accord prévoyant l’échange d’instituteurs (ce que j’étais à l’époque), je posai ma candidature, laquelle fut acceptée et je retrouvai mon amie à Londres. Hélas pour mes projets de reconquête, elle n’y était que de passage vu qu’elle avait obtenu un poste d’enseignante à Venise.

Je finis par m’en consoler dans les bras d’une jeune Anglaise. Nous avions des projets durables, mais la fin de l’année scolaire arrivant, il me fallait rejoindre la France et l’éloignement aidant notre histoire tourna en eau de boudin. Je conservai cependant des contacts avec des amis anglais et j’allai souvent y passer mes vacances tandis qu’eux venaient nous rendre visite.

Dix-sept ans passèrent : six années d’études supérieures suivies de deux ans d’enseignement puis de neuf ans de commerce qui finalement me laissèrent dans ce qu’il faut bien appeler une merde noire. Instance de divorce (je m’étais entre temps marié et étais devenu père), chômage et, cerise sur le gâteau, un endettement considérable dont ma chère épouse avait bien voulu me laisser bénéficiaire : la totale. Je ne voyais pas très bien comment je pourrais m’en sortir vu que, si j’obtenais un emploi, mes créanciers ne me laisseraient que tout juste de quoi subsister et ce pendant des années. Autant dire qu’à quarante ans mon avenir ne me semblait pas brillant.

C’est alors que, la mort dans l’âme, après bien des hésitations, je décidai d’aller tenter ma chance outre-manche. Début 1990, un ami m’ayant offert l’hospitalité, je trouvai rapidement un poste de prof de français dans un des boroughs les plus pourris de Londres. J’y fis la connaissance d’une jeune collègue (encore !) et, après bien des vicissitudes, nous nous mîmes en ménage. Au bout de deux ans, je démissionnai de mon poste. Je trouvai à m’occuper en donnant des cours de français à des cadres pour une école de langue. Le seul hic est que, comme disent les Normands, je n’y gagnais pas l’eau de ma soupe. Nous avions beau avoir réduit notre train de vie, rien n’y faisait et je me trouvais dépendre financièrement de ma compagne ce qui ne me plaisait qu’à moitié, voire pas du tout.

Mes tentatives de trouver un emploi bien rémunéré s’avérèrent vaines, jusqu’à ce que, suite à un entretien avec deux charmantes dames américaines, je me voie proposer un poste en Caroline du Nord. Bien qu’au départ elles m’aient indiqué que ces fonctions débuteraient en septembre, par un coup de téléphone, quelques jours plus tard, la responsable me demanda si j’étais prêt, sous huitaine à m’envoler pour les USA. Je demandai un jour de réflexion. La situation me mettait très mal à l’aise. Abandonner sans crier gare une compagne de trois ans déjà, quelque délicat que fût son caractère, me paraissait inélégant. Je rappelai donc la dame et lui expliquai que le peu de délai qui m’était imparti me mettait dans une position inconfortable mais que pour septembre c’était d’accord car nous aurions le temps de nous retourner et que mon amie, qui avait fait une partie de ses études aux États-Unis, pourrait éventuellement étudier les possibilités de venir m’y rejoindre. La dame comprit et m’assura qu’en septembre d’autres possibilités s’offriraient.

Sauf qu’elles ne s’offrirent pas. Ayant démissionné de l’école de langues, nous partîmes en vacances à Corfou d’où j’essayai de joindre ma correspondante américaine, longtemps en vain, avant que, l’ayant enfin contactée, elle ne m’annonçât la triste nouvelle. Nous allâmes finir nos vacances en France, mais l’atmosphère devenait tendue. De retour à Londres, j’écrivis à quelques Directions Diocésaines de l’Enseignement, afin de faire acte de candidature. Le résultat ne se fit pas attendre et le directeur d’un établissement d’une œuvre s’occupant de jeunes en grande difficulté me téléphona, me proposant un entretien. Je me rendis au rendez-vous dans le magnifique château qui abritait l’école. Ma candidature fut acceptée sous condition d’une prise de fonction très rapide. Abandonner sans crier gare une compagne de trois ans déjà, quelque délicat que fût son caractère, me paraissait toujours aussi inélégant. Seulement, dépendre totalement de ma compagne n’était pas non plus une solution. Je quittai donc l’Angleterre. C’était il y a un peu plus de vingt-six ans. Bien entendu, l’éloignement aidant, notre histoire tourna en eau de boudin. Depuis, je ne suis retourné que brièvement à Londres, dans le cadre de voyages scolaires.

J’espère que vous serez encore éveillé après ce long récit car je tenais à préciser qu’au-delà des anecdotes, ces séjours, que ce soit au Sénégal ou en Angleterre, m’ont fait prendre une claire conscience du fait que j’étais profondément Français. A aucun moment, je n’aurais pu envisager de vivre durablement ailleurs qu’en France et encore moins de renoncer à ma nationalité, quelles qu’aient pu en être les raisons. Mon attachement à ce pays est viscéral. Les soi-disant « citoyens du monde » m’horripilent, qu’ils ne soient jamais sorti des limites de leur canton ou qu’ils soient de ceux qui vagabondent à travers le monde d’un emploi à un autre. Ce sont, dans le premier cas, des gens qui nient leur nature et dans le second des êtres sans racines, dans les deux il me semble qu’ils sont incomplets. Quel qu’ait été le pays où ou j’aurais pu travailler je n’aurais su y être qu’un Français de passage.

Cela dit, cela ne m’empêche aucunement d’admirer certains aspects d’un autre peuple, d’une autre culture. Peuple dont je ne saurais être et culture dont je n’ai qu’un vernis. L’état actuel de mon pays m’afflige souvent. Seulement, s’il avait la volonté de trouver des solutions à ses problèmes, ce n’est pas en Suède, en Moldavie ou au Turkménistan que le peuple français les trouverait mais dans sa culture et ses traditions.

mercredi 15 janvier 2020

Pourquoi j’aime le Royaume-Uni (3)


La monarchie

A force qu’on me rebatte les oreilles avec une république que l’on tend à nous faire passer pour le seul régime souhaitable voire possible. A force de voir que l’on glorifie l’épisode le plus tyrannique de notre histoire. A force d’entendre des imbéciles déclarer sans rire que pour eux l’histoire de France commence en 1789. A force de voir des présidents de plus en plus impopulaires se faire élire par défaut, suite à des promesses de changements qu’ils s’empressent de ne pas tenir ou sur des malentendus. Je suis arrivé à la conclusion que, si nous étions autre chose qu’un ramassis de grands va-de-la gueule rêvant de révolutions qui ne sauraient mener à rien de bon puisque fatalement le fait de racailles menées par de dangereux illuminés, nous gagnerions, comme bien d’autres pays Européens à vivre sous un régime de monarchie parlementaire. 

Un des grand avantages serait de nous faire faire l’économie d’élections présidentielles qui ne présentent que peu d’intérêt vu qu’elles sont de plus en plus gagnées par des menteurs, des incompétents ou des insignifiants (quand ils ne sont pas les trois) et qu’ils ne sauraient avoir de pouvoir que si, dans la foulée, est élu un parlement à leur botte. Pourquoi n’élirait-on pas directement ce parlement et ne laisserait-on pas à un souverain le rôle de chef d’État qui, en plus d’inaugurer les chrysanthèmes symboliserait la stabilité comme l’unité nationales ? Elizabeth II du fait de la longueur de son règne a vu défiler DIX chefs d’États français et TROIS républiques et un État Français depuis sa naissance tandis que son pays évoluait, certes, mais dans une enviable continuité !

De plus, quand la monarchie s’entoure, comme c’est le cas au Royaume-Uni, d’un certain décorum, elle satisfait le vif goût du peuple pour le faste. 

La résilience

Aux niveaux individuel comme collectif les Britanniques ont fait et, j’espère, continueront de faire preuve d’une résilience remarquable. En 1940, plutôt que de baisser les bras suite à la totale débâcle survenue en France, ils ont continué à se battre, seuls sur le front Ouest pendant un an et demi. Que serai-il advenu du conflit Européen sans leur farouche résistance ?

Dans les années soixante-dix, grâce aux syndicats et au Labour Party, le pays connut des périodes de grèves intenses. Electricité, transports, postes, se relayaient pour paralyser le pays tandis que des défenseurs des droits syndicaux acquis rendaient initiatives et progrès malaisés. Puis est arrivée la Dame de Fer. Certes une Dame de Fer est toujours préférable à un guignol en guimauve. Mais, seule, sans appui populaire qu’aurait-elle pu faire ? Si, conscient de la nécessité d’un redressement, les Britanniques ne lui avaient accordé puis renouvelé leur confiance, elle n’aurait pas mené à bien, dix ans durant, une politique de réformes qui par-delà la fin de son mandat (elle fut trahie par son propre camp suite à sa malheureuse idée de Pole Tax) dissuada ses successeurs d’oser renouveler les errances passées.

La résilience, on la trouve également au niveau individuel : comme me disait ma coiffeuse qui, comme tout les commerçants et artisans du coin, a une nombreuse clientèle anglaise : « Les Anglais, ils ne sont pas comme nous. Ils se lancent dans un commerce ou une entreprise et si ça ne marche pas, ils essaient autre chose. ».

Le talent et l’humour

Inutile de souligner la prodigieuse capacité de cette nation à produire quantité de talents dans le domaine de la musique pop. Pour ce qui est des séries télévisuelles, qui en Europe supporterait de lui être comparé ? Si la France produit des « intellectuels » à public restreint quand leur notoriété parvient à dépasser nos frontières, qui au siècle dernier a pu connaître le renom et le succès mondial des écrivains anglais ?


Des humoristes, certes, nous pouvons nous vanter, grâce à France Inter qui le proclame à tout vent, d’en posséder*. Mais pratiquent-ils quoi que ce soit qui s’approche de cette distance amusée des événements, des autres et de soi-même qui, à base d’antiphrases, d’euphémismes ou d’absurdités, tend davantage à provoquer le sourire que les rires gras. Je crains que non. Et c’est dommage car il me semble que la capacité à prendre une distance amusée par rapport à soi et aux événements extérieurs contribue à l’harmonie sociale alors que les fanatiques et les brutes sont toujours dépourvus d’humour.

*Phrase dont l’humour ironique se base à la fois sur l’antiphrase et l’absurdité.

mardi 14 janvier 2020

Pourquoi j’aime le Royaume-Uni (2)


Une chose à mes yeux particulièrement représentative de la spécificité Britannique et qui, quand je l’ai découverte m’a stupéfait est « The Last Night of the Proms ». Les « Henry Wood Promenade Concerts » créés en 1895 dont « The Last Night » est, comme son nom l’indique, la dernière soirée, sont une série de concerts ayant principalement lieu au Royal Albert Hall et donnés entre juillet et septembre. La dernière soirée, donc, est une institution ritualisée, diffusée en direct par la BBC. Ce concert, dans sa deuxième partie, se compose de morceaux patriotiques avec pour commencer « Land of hope and Glory » (Terre d’espoir et de gloire) dont voici la version de 2009 :



Je ne peux entendre ce morceaux sans en être troublé. Il me donne bien plus la chair de poule que ne saurait le faire ce chant belliqueux qu’est notre hymne national. Mais là n’est pas mon propos. Plusieurs éléments rendent ce concert à la fois émouvant, grandiose et surtout typiquement britannique. L’exécution du morceau par l’orchestre et les chœurs de la BBC est impeccable tandis que l’attitude du public est moins conventionnelle. Vous l’aurez remarqué, durant l’ouverture il plie les genoux en mesure comme le veut la tradition. Lorsqu’explose le chant, il est repris par le public de la salle comme par celui qui se masse sur Hyde Park tandis que sont agités des drapeaux variés (Union Jack, anglais, gallois, écossais, irlandais et même d’autres nations (!)) par des gens aux costumes parfois fantaisistes. Depuis sa première interprétation en 1901 où le public réclama qu’on le jouât de nouveau, le morceau est traditionnellement bissé. Tradition, ferveur amusée, patriotisme, excentricité : des composantes essentielles du caractère national. Imaginez-vous des milliers et même des dizaines de milliers de Français communier en reprenant à pleine voix des chants patriotiques dans une ambiance bon enfant ? Imaginez-vous un tel spectacle diffusé à une heure de grande écoute sur une grande chaîne française ?

« Rule Britannia » constitue le point culminant de la soirée :


Les remarques que je formulais concernant le morceau précédent s’appliquent également à celui-ci. Le talent vocal, le costume du XVIIIe siècle de la cantatrice, époque ou fut écrit et mis en musique le poème, sa longue vue, son bicorne la façon dont elle le tend au chef d’orchestre et sa manière dont elle dégaine ce que l’on croit d’abord un sabre mais qui s’avère être un Union Jack et déclenche les hourras de la foule quand elle le déploie, illustre bien ce mélange de perfection formelle, de distance amusée et de ferveur qui anime ce peuple qui se targua d’avoir inventé l’humour (voir ce qu’en dit Voltaire) et qui le pratique avec constance et talent.

Je reviendrai sur le texte, car il me semble être d’actualité en ces temps de Brexit. Britannia est la personnification allégorique de la nation Britannique : sa Marianne mais dotée d’un corps. Et que fait Britannia ? « Britannia règne, elle règne sur les flots ». Bien sûr le temps s’éloigne, qui vit sa marine régner sur les mers mais le vers qui suit, lui, garde toute son actualité : « Jamais, jamais, jamais les Britanniques ne seront esclaves ». Comment ne pas voir dans cette volonté proclamée la raison de leur départ d’une Union dont les directives prévalaient sur les lois de son parlement ?