..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

vendredi 14 novembre 2014

Pour une France socialiste, votons Juppé !


M. Juppé, serait-il, comme on tente de nous le vendre, le meilleur d’entre tous ?  Inodore, incolore, sans saveur, porteur d’autant d’espoir qu’une éphémère le soir venu, comment pourrait-on voir en lui le porteur du rêve d’un peuple fut-il moribond ?

Pourtant, le voilà propulsé en tête des sondages. Et pas qu’un peu ! Haut la main qu’il gagne, le bel Alain, dans un fauteuil, les doigts dans le nez ce qui, vous l’avouerez, est une posture audacieuse. Il faut bien dire que son avance sur ses concurrents, il la doit surtout à la gauche. En effet, si on en croit le baromètre Sofres –Figaro Magazine de novembre, il n’y a guère que M. Bayrou, qui arrive bon second, pour bénéficier de davantage de soutien de la part des socialistes et autres gauchistes.

Comment expliquer cela ?  Voir des gens qui n’importe comment ne voteront pas pour vous « souhaiter que vous jouiez un rôle important au cours des mois et des années qui suivent » est significatif : c’est qu’à leurs yeux vous constituez un moindre mal, qu’ils vous font confiance pour ne pas remettre en cause le système qu’ils chérissent et qui accessoirement nous emmène dans le mur. S’il en fallait la moindre preuve, le dernier numéro des Inrocks, magazine dont la ferveur gauchiste n’est plus à démontrer, lui consacre sa couverture avec en titre : « JUPPÉMANIA le moins pire d’entre eux ? » et annonce un entretien où notre « héraut de droite » se déclare en faveur de l’adoption par les couples homosexuels. Et s’il n’y avait que ça ! Dans l’ouvrage collectif Les 12 Travaux de l'opposition, publié en septembre dernier, sa contribution, intitulée L’Identité heureuse est un véritable plaidoyer en faveur de l’enrichissement par la diversité culturelle et s’oppose à l’idée, dépassée à ses yeux, d’assimilation. Il est vrai qu’avec de tels adversaires, la gauche n’a pas besoin de victoire (perspective pour le moins improbable par ces temps qui se traînent) pour continuer son règne…

Rien d’étonnant donc à ce que les media de gauche assurent sa promotion. Il est plus étonnant de voir une majorité de sympathisants UMP et un tiers des proches du FN soutenir une personne qui prend des positions diamétralement opposées à celles qu’ils déclarent être les leurs. Vous me direz qu’en général ils ne lisent pas plus les ouvrages politiques que les magazines de gauche. C’est compréhensible autant que dommage car on peut espérer que s’ils savaient ce que le côté passe-partout et « vieux sage » du personnage dissimule je crains que leur enthousiasme ne s’en trouve douché.

M. Juppé c’est la continuité sans changement. Faire de lui le candidat de la droite serait céder aux sirènes du gauchisme sociétal. Quelques cheveux en moins, un nœud de cravate impeccable, une élocution moins floue sont-ils vraiment les éléments constitutifs primordiaux du changement que nous espérons ?

57 commentaires:

  1. Qui l'a surnommé le meilleur d'entre eux, d'ailleurs ?

    RépondreSupprimer
  2. S'il passe, j'me casse, comme disait l'autre.
    Mais je suis tranquille : je ne crois pas du tout que j'aurais à faire mes valises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alléchante perspective. Loin, j'espère ?

      Supprimer
    2. J'aimerais bien aller en Suisse, mais je crains de ne pas avoir du tout les moyens d'un homme de gauche comme monsieur Noah.

      Supprimer
    3. La Suisse, ce n'est pas assez loin, vous pouvez mieux faire.

      Quant à ce brave Yannick, je ne comprends pas bien ce qu'il vient faire là… Sauf à dire que vous me pensez affilié à la gauche en général et au pouvoir socialiste en particulier (ce serait en quelque sorte un trait d'esprit censé me faire vaciller dans les sous-vêtements de mes convictions). Hélas, c'est bien loin d'être le cas. Cette précision étant certes sans importance aucune, je vous laisse à vos gentilles et confortables conceptions binaires de toutes choses. Salutations,

      Supprimer
    4. C'est étrange cette propension à penser que l'on parle toujours de vous... Si vous ne voyez pas ce que Noah vient faire là renseignez vous, à défaut d'avoir de la mémoire.

      Supprimer
    5. Aristide, on ne va pas tartiner là-dessus mais si vous le mentionnez, tout de même, c'est à dessein. Admettons que cette remarque soit tout à fait fortuite… Que Noah soit de gauche parce que cela fait bien parmi ses amis du showbizzz ou qu'il le soit de façon tout à fait hypocrite, si l'on considère son patrimoine et la façon pernicieuse qu'il adopte pour le gérer, cela m'est égal. Mais alors complètement. Autant que m'est égale la situation du patron de Carrefour ou de je ne sais quelle grande entreprise.

      Supprimer
    6. Je ne quitterai mon pays sous aucun prétexte, na !

      Supprimer
  3. Élire M. Juppé reviendrait à prolonger de 5 ans les (trop) longs règnes de MM. Chirac et Hollande. On imagine assez facilement les décisions du "meilleur d'entre eux" une fois confronté au chantage des syndicats, aux casseurs gauchistes, au blocage des routiers, chauffeurs de taxi ou pêcheurs bretons: pas de vagues, on arrête tout ! Le simple fait qu'un pourcentage important d'électeurs de gauche lui trouve des qualités le rendait déjà plus que suspect à mes yeux et ses dernières déclarations ont achevé de le couler. A tout prendre, je préfère rester chez moi plutôt que donner ma voix à un type pareil.

    RépondreSupprimer
  4. Alain Juppé est une éminence de la nomenklatura, qui maîtrise parfaitement le parcours électif. Il sait qu'il peut vaincre dans son camp Sarko le survolté car les casseroles de tous ordres sont nombreuses et que le parti rassemblé fera fond sur l'allure de chef et l'insondable culture du fort en thème. A la gueule d'abord !
    Mais pour gagner, il faut mordre largement sur l'électorat déçu de gauche et de centre-gauche.

    Ce jeu est déjà ancien dans le mouvement gaulliste où il n'est d'idéologie que d'opportunités. Il a donc ses chances, surtout contre le candidat du Front national, bien sûr.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crains qu'il ne les ait également face à un quelconque socialiste !

      Supprimer
  5. Robert Marchenoir14 novembre 2014 à 12:35

    Juppé = Chirac, en moins divertissant.

    Chirac, au moins, glissait un pistolet dans son pantalon pour rencontrer les syndicats en mai 68 (dit-on). Il aurait pu nous en buter quelques-uns, ce con, pour se rendre utile.

    Zis iz not a méthode, zis iz provocacheunne.

    RépondreSupprimer
  6. Hier Juppé nous disait regarder plus haut, vers Philae et sa comète.
    Après Venise et Montréal peut-être a-t-il la tentation de l'orbite ?

    RépondreSupprimer
  7. Voilà bien longtemps que je n'avais lu quelques blogs, et je dois dire que je ne suis pas déçu. Entre votre magnifique billet et celui que je viens de lire chez Corto (qui soutient les CRS qu'il agonisait d'insultes il y a quelques mois, à l'occasion de ces fabuleuses manifs pour tous que le monde nous envie) on peut constater que le niveau a considérablement augmenté...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que vous pouvez vous rendormir tranquillement. Vous n'avez manqué à personne.

      Supprimer
    2. Ari, Vous êtes toujours aussi amusant - à vos dépens certes mais tout de même, c'est à signaler, les gens de nos jours étant si souvent tristes et ennuyeux… Bref, tout cela pour vous dire que, de votre part, cette remarque sonne à mes oreilles comme un merveilleux compliment.

      Supprimer
    3. J-E faites plaisir à Dorham ; parlez un peu plus souvent de ballon rond.

      Supprimer
    4. Vous savez Dorham, je ne crois pas que vous ayez eu raison de venir commenter ici. Vous avez toujours eu le mépris facile et la mauvaise foi à portée de la main, c'est entendu. Mais là il est apparent pour tout le monde que vous devenez de plus en plus aigri et hargneux. Je serais vous, je ne voudrais pas me donner en spectacle comme ça. Mais enfin, vous faites ce que vous voulez, évidemment.

      Supprimer
    5. N'accablez pas Dorham ! Cela doit faire six ou sept ans que je lui prédis – sans la moindre marge d'incertitude ni d'erreur – qu'il finira dans le costume d'un réactionnaire pleine peau. Il est possible que cette mue soit déjà en train de s'accomplir, ce qui est toujours un moment difficile à passer, même si on s'en félicite lorsque c'est accompli : même la chenille renâcle à devenir papillon, tant son état de chenille lui paraît le plus enviable qui soit dans la nature.

      Supprimer
    6. Hargneux, moi ? Alors que je viens avec le sourire… ça c'est un peu fort, tout de même… Faut-il que j'adopte la pratique du smiley intempestif ?

      Didier,

      Ma mue est terminée, pour reprendre vos mots. D'ailleurs, si ça peut vous faire plaisir, mon père dit désormais que je suis de droite. Oh, il le dit sur le ton de la plaisanterie mais je sais bien qu'il est tout à fait sérieux… Je me demande si je suis effectivement devenu de droite ou si c'est la gauche qui a cessé d'être de gauche mais c'est un autre débat...

      Cela dit, la mue que vous aviez prédit n'a pas tout à fait les effets que vous escomptiez. Tout du moins, tout en réaction que je sois, ça ne fait toujours pas de moi un râleur compulsif, nostalgique sans bien savoir pourquoi, etc… Bref, malgré tous mes vains efforts pour ne pas tomber en réaction et après avoir constaté que j'y étais bel et bien tombé, je ne vous ressemble toujours pas… (le vous englobe le réactionnariat dans son ensemble…) Mettons ça sur le compte de la liberté ou de la méfiance que j'entretiens depuis longtemps à l'égard des systèmes de pensée.

      Supprimer
    7. Fredi, ça vous escagasse, ça le ballon rond ! ça vous turlupine, hein ? Vous vous en êtes pris plein dans la figure des ballons ronds, pendant les récrés du cours primaires ou quoi ? C'est pas grave, si vous voulez, je peux vous apprendre à jongler ou à maitriser les tenants et aboutissants du 4-3-2-1… Il n'est jamais trop tard.

      Supprimer
    8. Première chose : si Monsieur votre père vous trouve désormais de droite, c'est que lui-même a manqué sa mue.

      Deuxièmement, vous comprendrez vite que savoir si on est "devenu de droite" ou si on est "encore de gauche" n'a strictement aucune pertinence, ni le moindre intérêt.

      Ensuite, votre "vous" englobe des gens si différents, voire opposés (les libéraux à tout crin comme Marchenoir, les "mongaullo-souverainistes" parmi qui je me compte plus ou moins, les adversaires du mariage pour tous et ceux qui s'en foutent, etc.) que dire que vous ne leur ressemblez pas n'a pas grand sens, ou demanderait à être précisé.

      Quant à la nostalgie, elle n'a que peu à voir avec avec le progressisme ou le réactionnariat, mais tout avec l'âge, aggravé par la conformation du caractère de l'individu. Donc, c'est encore un peu tôt pour vous. (Et, de toute façon, la nostalgie n'est pas une caractéristique obligatoire du réac.)

      Supprimer
    9. tekitoi dorham, finalement c'est le bidule sur la comète qui t ' as réveille vivement que les piles soient usées définitivement

      Supprimer
    10. Ben oui, mon cher Dorham, je ne suis pas de votre niveau, je n'y peux rien et n'en suis même pas attristé...

      Supprimer
    11. "Les mongolo-souverainistes."
      Cette expression vaut son pesant de bois vert.

      Supprimer
    12. Cher Didier Goux !

      J'apprécie beaucoup vos commentaires, mais n'ose encore découvrir votre blog par crainte d'y être aspiré dans des lectures chronophages ...

      Permettez-moi de vous informer ou rappeler si vous suivez bien ce blog et celui de quelques amis que pour ma part j'assume avec fierté mon gaullisme-loufoque !

      Supprimer
  8. Juppé est comme les billets en euros:aucune traces du passé,

    RépondreSupprimer
  9. Robert Marchenoir14 novembre 2014 à 17:03

    Cherchez l'erreur :

    1. Je vous laisse à vos gentilles et confortables conceptions binaires de toutes choses.

    2. Corto, qui soutient les CRS qu'il agonisait d'insultes il y a quelques mois, à l'occasion de ces fabuleuses manifs pour tous que le monde nous envie.

    RépondreSupprimer
  10. @ Anonyme:
    par contre des traces de pacsés ...

    @ Aristide & Dorham:
    par ordre alphabétique et non pas forcément préférentiel ...
    Que n'échangez-vous point vos adresses mails pour communiquer en direct sans encombrer un blog si sympathique, au demeurant ne s'intitulant point "cour de récréation", de vos vindictes ?

    RépondreSupprimer
  11. Juppé, en vieux politicard roué, a bien compris qu'il lui fallait exploiter le créneau centriste et faire
    risette à la bien-pensance gauchiarde pour contrer un Sarko empêtré dans ses erreurs passées et
    l'antipathie qu'il suscite chez une majorité d'électeurs. Il est bien capable d'arriver à ses fins, s'il
    parvient à se présenter à la présidentielle et s'il se retrouve face à Marine au second tour, l'affaire
    sera dans le sac. Ce serait alors le Premier Président de la République Repris de Justice, avouons
    que cela aurait de la gueule.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. PPRRJ, ça ferait un beau titre ! J'espère que l'histoire ne vous donnera pas raison...

      Supprimer
    2. C'est faire peu de cas ni de Nicolas Sarkozy, lequel certes n'était pas encore repris de justice lors de son mandat (de d'amener, d'arrêt ou de dépôt ?) ni des circonstances de la condamnation d'Alain Juppé ...

      Supprimer
    3. Et Mitterrand et son faux attentat, alors, il sent le pâté ?

      Supprimer
  12. Juppé président? Il aura tous les défauts de son électorat.

    RépondreSupprimer
  13. Cet homme a encore le pantalon, qu’il a baissé en 1995, sur ses bottes.
    C’est un repris de justice notoire qui n’est digne d’aucune confiance.
    Lorsque le vent va se lever, nous n’avons pas besoin d’un personnage qui baissera son froc une fois de plus.
    Il aura 72 ans en 2017, qu’il rejoigne donc un club de NVC (dont vous parliez hier) et si possible à Montréal (Canada).

    L'avenir n'est pas serein...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai que comme NVC politique il n'est pas mal genre : j'ai des idées de jeune, moi !

      Supprimer
  14. Robert Marchenoir14 novembre 2014 à 19:09

    Si Juppé devient président, nous perdrons beaucoup. Nous ne bénéficierons plus de cet ineffable sens de l'humour du président Hollande, de sa maîtrise du "second degré" (comme disent les amateurs de Canal Plus), bref de "sa personnalité très LOL", comme l'écrit Le Lab :

    "Il a été très élégant, plutôt très drôle et très agréable. Super drôle. C'était incroyable ce décalage absolu entre la personne publique et la personne privée. Effectivement il est drôle, il est à l'aise, vraiment il manie l'humour. […] C'était François Hollande qui était le drôle autour de cette table. Les autres étaient tous coincés par une sorte de protocole."

    http://lelab.europe1.fr/Les-petits-diners-en-ville-de-Francois-Hollande-avec-des-artistes-18486

    Je suis content d'avoir un président à la personnalité très LOL. Je serai PTDR quand il appuiera sur le gros bouton atomique.

    Tiens, une des fameuses petites blagues de Hollande, qui illustre si bien la légendaire "légèreté française". En visite à Monaco en compagnie du prince Albert, on lui présente une voiture d'avant-garde nommée Volage. Alors il demande : c'est parce que le prince l'a conduite ?

    Je ne sais pas comment on va faire pour continuer à insulter les chefs d'Etat étrangers dans la joie et la bonne humeur, une fois que ce quinquennat se sera achevé.

    RépondreSupprimer
  15. il s'est déjà mis à dos les manifestants de la manif pour tous ce qui fait un certain nombre de voix, dès le départ, alors qu'il n'est pas encore passé par la primaire, il va bien encore nous faire quelques déclarations intéressantes qui vont aller dans le même sens, espérons qu'il saura bien s'y prendre pour aggraver son cas

    RépondreSupprimer
  16. J'irai, bien entendu, lui apporter mes encouragements le moment venu si, comme je n'ose l'imaginer de la part du Nain devenu président de l'UMP, les primaires de 2016 seront ouvertes....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre première partie de phrase m'encourage, tandis que sa seconde partie me laisse perplexe quant à sa tournure ?...

      Supprimer
  17. Bonsoir monsieur Des Collines.
    On n'est pas tous Bordelais, merde!
    Et encore moins socialistes. Flûte!

    Le très drôle et très ironique titre de votre billet serait parfait sur un gag-tract électoral.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes pas bordelais, mais plutôt landais !
      C'est un critère comme un autre puisqu'Henri Emmanuelli fût lui aussi sacrifié pour la cause ...

      Supprimer
    2. Un gag-tract dont la promesse serait tenue !

      Supprimer