..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

samedi 22 novembre 2014

Intercommunalité : début des réjouissances !



J’habite une commune qui compte 290 habitants. On ne peut pas parler de village vu que cette commune résulte de la fusion, en 1972, de deux anciennes entités administratives dont les bourgs respectifs ne comptent, en dehors de leur église que quelques maisons dont certaines inhabitées. On est en plein bocage : habitat dispersé en une multitude de hameaux. En dehors de la modicité du prix des maisons et du calme qui y règne la faiblesse des impôts locaux n’a pas été pour rien dans mon choix. Mais ça, c’était avant.



Une si petite commune ne peut se doter des « indispensables » équipements qu’exige la vie moderne. Il faut des structures intercommunales. Ça existait déjà au niveau du canton. Mais c’était notoirement insuffisant. Aussi à compter du 1er janvier 2013 naquit une nouvelle communauté de communes regroupant quatre cantons et la quinzaine de milliers de taillables et corvéables à merci nécessaires à la mise en place d’équipements dignes de ce nom.  Et nous y voici.



Le lundi 17 novembre 2014, les élus de la communauté se sont réunis pour voter la création d’un centre social à Mortain, son chef lieu, baptisé « Forum du Mortainais ». A quoi servira-t-il au juste ? Je ne suis même pas certain que Dieu le sache. Il s’agit, et ça au moins c’est clair, de redonner vie à l’ancien tribunal fermé en 2009. Le projet avait été repoussé en juin dernier. En ce début de semaine, il a été adopté, malgré, entre autres,  la véhémente opposition de notre bon maire toujours prudent en matière de dépenses publiques. Alléluia !   Les frais engagés ne seront que d’un montant global de 1.5 millions d’Euros. C’est donné ! Mais grâce aux subventions de diverses origines* la note ne sera pour la communauté que de 468 000 €. Une paille ! Juste 31,25 € par habitant ! A croire qu’une fois les travaux effectués son fonctionnement et son entretien n’entraîneront aucun frais !



Le seul léger inconvénient que je trouve à ce modeste projet c’est que je ne vais JAMAIS à Mortain. Je me trouve plus près de Vire ou l’offre en commerce et en services divers est autrement plus importante. Je suppose que bien des gens quatre cantons sont dans mon cas. Ce simple fait ne saura me priver de contribuer à l’installation, à l’entretien et au fonctionnement d’une magnifique structure où je ne foutrai jamais les pieds.



Au-delà du côté purement local de l’affaire, ce qui me révolte c’est la désinvolture avec laquelle les élus se permettent de dépenser notre argent. L’établissement des communautés de communes n’aura pour conséquence que de permettre des « réalisations » somptuaires autant qu’inutiles qui, dans le cadre des anciennes communautés locales n’auraient pu être imaginées que par des élus mégalomanes et dont la mise en œuvre eût été impossible vu les finances limitées dont ils disposaient. Grâce à ces nouvelles entités, on pourra désormais se lancer dans les plus échevelées entreprises pour le plus grand bonheur des collectivistes de tout poil pour qui il est urgent de mettre en œuvre un projet, quelles que soient son utilité ou sa rentabilité, du moment qu’il présente un aspect vaguement « social ».


Noyés que sont les 290 habitants de notre commune dans une entité 50 fois plus importante, leur voix ne sera plus entendue mais il leur restera cependant le droit de payer. Elle est pas belle la démocratie socialiste ? 


*Europe ? État ? Région ? Département ? Qu’importe ? Quel que soit leur source, ces subventions viennent de la fiscalité et/ou de l’endettement, donc de la poche des taillables et corvéables.

20 commentaires:

  1. Les cantons ne correspondent plus à rien. Tant pis.

    La question est : à quoi servira ce truc ? A priori à rendre des "services" déjà rendus par d'autres machins qui vont fusionner. Le tout dans le cadre d'une réforme territoriale (le renforcement des EPCI, les intercos) critiquée ar tout le monde y compris ceux qui sont d'accord sur le fait qu'il y ait trop de communes en France.

    (Je ne trolle pas, vous savez, si vous lisez mon blog ce qui doit bien vous arriver, que je suis passionné par ces sujets. Tous les avis, à ce sujet, m'intéressent).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. " A priori à rendre des "services" déjà rendus par d'autres machins qui vont fusionner"
      A priori, peut-être en réalité non. Je vous cite les propos du vice-président en charge du projet :"Son but est de compléter l'offre de service déjà existante sur le territoire comme la Maison de service public à Barenton, le Pôle de service à la population au Teilleul et le Centre d'animation et de service à Sourdeval. Ce n'est pas le Forum de Mortain mais bien celui du Mortainais" On ajoute, on ne remplace pas.

      D'autre part, avant l'élargissement de la communauté, ce projet était porté par la seule communauté de commune de Mortain (i.e. son canton) ainsi ce projet ruineux et probablement inutile sera financé par 4 cantons au lieu d'un et servira à une minorité de Mortainais dans le meilleur des cas.

      Supprimer
  2. Et encore ce n'est que le début ; car avec quinze mille habitants il vous faut une piscine olympique, une médiathèque, un bowling, une patinoire, un complexe cinématographique, c'est le minimum.
    J'ai dans l'idée que vos impôts locaux vont exploser la courbe de l'inflation...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fredi,

      Les intercos ont été développées parce que les habitants des petites communes profitaient des équipements payés par les habitants des grosses.

      Supprimer
    2. @ Fredi : C'est pourquoi j'ai signalé par mon titre qu'il ne s'agissait que du début des réjouissances.

      @ Nicolas :

      " les habitants des petites communes profitaient des équipements payés par les habitants des grosses."

      Il y a une réponse rationnelle à ce problème : rendre ces services payants pour ceux qui n'habiteraient pas la "grosse" commune. C'est d'ailleurs ce qui se pratique généralement : Le prix des abonnements aux médiathèques, piscines, etc. sont plus élevés pour les non-résidents que pour les habitants de la commune. Faire payer des services par ceux qui ne les utilisent pas est une solution socialiste. En imaginant que l'on construise une piscine olympique à Mortain, je ne vois pas pourquoi on en ferait supporter le coût aux vieillards qui ne savent pas nager, habitent à 15 km de là et n'ont aucun moyen de s'y rendre si la fantaisie les en prenait.

      Si ceux qui en ont l'usage ne suffisent pas à assurer la majeure partie des coûts d'un équipement, c'est que celui-ci n'est pas réellement nécessaire. Je dis la majorité, vu que le fait qu'une certaine solidarité (inter-générationnelle, par exemple) a lieu de s'exercer.

      Supprimer
    3. Faire payer des services par ceux qui ne les utilisent pas est une solution socialiste. En imaginant que l'on construise une piscine olympique à Mortain, je ne vois pas pourquoi on en ferait supporter le coût aux vieillards qui ne savent pas nager, habitent à 15 km de là et n'ont aucun moyen de s'y rendre si la fantaisie les en prenait.

      Si ceux qui en ont l'usage ne suffisent pas à assurer la majeure partie des coûts d'un équipement, c'est que celui-ci n'est pas réellement nécessaire.


      Voila. Cette réponse que vous faites à Nicolas est parfaite et je la fait mienne.

      Supprimer
    4. Moi pas. Je ne la fais pas mienne (mais je comprends, j'ai dit : je ne suis pas là pour troller).Par exemple, je n'ai pas besoin d'école ou d’hôpital à côté de chez moi.

      Supprimer
    5. Des écoles (primaires, secondaires, supérieures), des hôpitaux, des routes, cela devrait relever de l'état et nous y contribuons par nos divers impôts (IR, TVA, taxes etc.). En revanche, les intercos s'occupent de services non essentiels et influent par des dépenses déraisonnables comme celle que je signalais sur le montant de nos impôts locaux.

      Supprimer
    6. L'entretien des écoles revient aux communes (merci ma gauche) de même que l'aide sociale, partagez avec les départements (merci la droite).

      Supprimer
    7. @ Nicolas : Vous me parlez comme si je ne savais pas que les écoles primaires relèvent des communes, les collèges des départements, les lycées des régions et les universités de l'État. Mais il ne s'agit que d'un trompe-l’œil, vu que sans les dotations d'état ces communautés seraient bien en mal, sur leurs ressources propres, d'y pourvoir. Vous le savez aussi bien, sinon mieux, que moi.

      Supprimer
  3. L' "intercommunalité" est une horreur destinée à faire payer aux habittants des villages les fantaisies des politiciens des petites villes --des milliers d'exemples seraient à citer.
    Et pour M. Jégou : payez pour tous les hôpitaux et écoles si vous le souhaitez, mais au nom de quoi y contraindre qui n'en veut pas?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais ce n'est pas que je n'en veux pas : je n'en ai pas usage (heureusement, pour les deux). La collectivité décide : je n'ai rien contre (mais je conçois que l'on puisse l'être, encore une fois, je ne suis pas là pour troller). A vous de vous battre politiquement : "on ne veut pas de vos équipements collectifs". Et trouvez une réponse politique à droite (là, je trolle un peu).

      Supprimer
    2. @ Nicolas : Le maire de ma commune, je l'ai dit, s'est opposé au projet. J'ai voté et voterai pour lui mais qu'y peut-il si d'autres imbéciles tiennent à nous accabler d'impôts ? Il n'y a pas de solution politique du moins au niveau local.

      Supprimer
  4. Loin de moi l'idée d'être par trop rabat-joie, mais après l'intercommunalité viendra "l'interculturalité" !
    Déjà bien présente "en ville" ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous frisez le point Godwin (vous allez nous répondre que l'immigration est la cause du coût des intercos puis nous expliquer que si on est pas d'accord on est racistes et Hitler devrait arriver).

      Supprimer
  5. Ici le conseil municipal vient d'acheter ... un des deux restaurants du village, celui dont les anciens proprios ne trouvaient pas de successeurs...
    la municipalité est à la recherche de repreneurs à qui elle louerait (au moins dans un premier temps).
    C'était le resto haut de gamme, vivotant parce qu'il ne voulait pas s'abaisser à faire un menu abordable qui aurait pu, peut-petre, attirer une clientèle en semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça en revanche, mieux que des infrastructures infréquentées et non fréquentables, c'est plutôt une bonne idée : sauver la petite épicerie qui va fermer, le rade où l'on aime se retrouver, le restau itou, voila une bonne utilisation de nos impôts.
      Combien de villages morts...
      Celui de mon enfance, 300 habitants à peine, avait sa boucherie, sa boulangerie, ses deux troquets. Il faut ressusciter tout ça, faire la nique à Edouard et Starbucks.

      Supprimer
    2. Ouais bon, on n'est pas un hameau en montagne... Simplement, en tant qu'ancien gérant de resto, je peux te dire que si le type s'était sorti un peu les doigts du derrière, son resto il aurait fonctionné sans problème.
      Tiens, y'a une pizzeria qui vient d'ouvrir ( mais qui va se planter, ils sont pas dégourdis non plus).

      Supprimer
    3. La pizzeria c'est une saloperie ; rien que des mecs qui veulent se faire du blé avec un peu de farine.

      Supprimer
    4. Tout à fait d'accord sur le principe avec Fredi M. (Alfred de Musset ?) ...

      Supprimer