..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

mardi 11 novembre 2014

Écran de fumée



Il ne vous aura pas échappé que l’on ne parle plus de Nabilla. Comment expliquer cela ?  J’ai ma petite idée.

Chaque fois que sort une affaire réellement importante, une presse servile s’empresse d’allumer un contre-feu produisant un écran de fumée propre à  la faire disparaître des écrans. Un événement sans aucune espèce d’importance se voit monté en épingle de manière disproportionnée afin de distraire le public de ce qui l’intéresse et le concerne réellement.

Mais, foin de généralités, revenons au  concret. L’affaire Nabilla est propre à concerner une majorité de Français : sans présager de la culpabilité de l’un ou de l’autre de ses protagonistes, force est de constater qu’elle résulte d’un de ces conflits conjugaux que peu d’entre nous sont, à un moment ou à un autre de leur vie, parvenus à éviter.  Ils n’ont pas forcément tous connu la même intensité ni mené une des parties à poignarder l’autre mais la quasi-universalité de l’expérience lui donne une importance primordiale. Or, c’est une chose certaine, les media n’ont pour fonction que de distraire l’attention du peuple des vrais problèmes et d’attirer celle-ci sur des sujets anodins peu susceptible d’enflammer les passions et de troubler l’ordre public comme la politique, l’économie, la sécurité, la justice et autres fariboles. C’est ce qui vient de se passer.

Car, entre nous, qui en a quoi que ce soit à faire de l’affaire Fillion-Jouyet ? Qui d’entre nous aura dans sa vie l’occasion ou même l’idée de tenter d’inciter la présidence de la république à hâter les poursuites contre un de ses concurrents ?  Franchement ?  Et puis, il faut bien reconnaître que de telles manœuvres, quand on est en mesure de les mener, sont de bonne guerre.  Se débarrasser de ses rivaux, d’une manière ou d’une autre,  jusqu’à ce qu’il n’en reste aucun n’est-il pas  le but de tout politicien un rien ambitieux ? Sa banalité et le peu de gens susceptibles de se livrer à ce genre de magouilles  n’aurait normalement jamais dû amener à la lumière une affaire sans intérêt aucun. On se demande, maintenant que l’intérêt pour  MM Jouyet et Fillon s’émousse, ce que les media  vont trouver pour  occulter ce qui passionne vraiment.

Le pire, dans cette histoire, c’est que ces manœuvres ne servent pas à grand-chose : gageons que les tirages de la presse people évoquant l’affaire Nabilla dépasseront de loin ceux du Monde et du Figaro consacrés aux duettistes du Ledoyen…

20 commentaires:

  1. Robert Marchenoir11 novembre 2014 à 15:30

    En effet, l'affaire Fillion-Joyet n'a rien de scandaleux : les socialistes ont refusé d'intervenir dans le cours de la justice. Fillion cherche à nuire à son rival Sarkozy, mais il n'y a là rien d'illégal ni même de scandaleux. C'est le cours normal de la politique. Quand au mensonge de Joyet, il n'a duré que quelques heures et est parfaitement bénin : il n'y a nulle faute, pour le secrétaire général de l'Elysée, à rencontrer une personnalité de l'opposition.

    Le plus extraordinaire est que c'est le gouvernement qui arrive a être mis en cause dans cette affaire, alors que s'il fallait à toute force chercher quelqu'un qui apparaîtrait sous un mauvais jour, ce serait Fillion, qui a intrigué pour éliminer son rival.

    Quant à Joyet et à Hollande, l'affaire d'après ce que l'on en sait révèle en réalité leur vertu : ils ont refusé de "taper plus vite" sur Sarkozy -- en tous cas, personne ne le conteste.

    Il faut admirer la capacité du gouvernement Hollande à se mettre dans la mouise quand, pour une fois, il n'y a rien à lui reprocher.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est surtout que l'affaire Nabilla est bien plus importante et que JE a bien raison de remettre de l'ordre dans la priorité de l'information.

      Supprimer
    2. Robert Marchenoir11 novembre 2014 à 16:05

      Mais pourquoi ? Elle n'a que deux seins, deux fesses...

      Supprimer
    3. Oui d'accord mais vous avez vu la gueule de Joyet ?
      Y'a pas photo y'me semble.

      Supprimer
  2. Vous avez raison, on nous cache tout, on nous dit rien! Heureusement qu'il y a Voici et Closer...seulement
    vous nous voyez acheter ces trucs là, vous?
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant c'est important Closer.
      Président a pris une demi heure de son temps de parole l'autre jour pour le commenter.

      Supprimer
    2. Sans avoir envie de les acheter, force est de constater qu'ils ont une circulation bien supérieure à celle d'autres organes de presse...

      Supprimer
  3. Le monde est à feu et à sang, la planète se réchauffe, l'Islam a déclaré la guerre à l'Occident, l'espèce humaine se reproduit comme des lapins, le système économique mondial est en passe d'imploser etc. Heureusement qu'il y a Le Monde et Closer pour nous informer!

    RépondreSupprimer
  4. Que ce soit les joyeux duettistes où Nabila, franchement, je m'en tape mais à un point !!

    RépondreSupprimer
  5. De mon lointain Ouagadougou où la situation locale est déjà fort confuse, j'essaye de suivre l'actualité métropolitaine, aussi pardonnez-moi quelques questions naïves:
    - Nabilla a déjeuné avec Fillon ou Jouyet ?
    - le couteau ayant servi à poignarder son amant viendrait du restaurant Ledoyen ?
    - y'aurait-il des traces de fromage de Hollande sur ce couteau ?

    RépondreSupprimer
  6. Les duettistes du Ledoyen Vs les duellistes de l'hôtel de Boulogne-Billancourt ?

    RépondreSupprimer
  7. Catch à quatre dans des escaliers ?
    Ca marche !
    Ca roule !

    RépondreSupprimer
  8. Bien que cela ne suscite aucun intérêt, on peut se demander pourquoi
    1-Jouyet en a parlé aux duettistes du Monde,
    2-Pourquoi ceux-ci sont reçus à l'Elysée,
    3-Pourquoi cette fois-ci ils ne préservent pas le sacro-saint secret des sources auquel ils tiennent tant dès que cela les intéresse,
    4-Les seins de Nabilla (bien qu'elle ce ne soit pas ma tasse de thé) sont tout de même plus agréables à regarder que les oreilles de Jouyet avec sa gueule de premier de la classe.
    5-Qui pensez-vous qui a réglé la note de la cantine Ledoyen?

    RépondreSupprimer