..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

mardi 16 janvier 2018

Sélection

J'entendis, pas plus tard qu'hier, la présidente de l'UNEF se plaindre, dans une torrentielle logorrhée, de l'inadmissible sélection que le nouveau système d'admission post-bac ferait subir à une jeunesse méritante autant que studieuse. Je conçois que cette jeune personne ait des inquiétudes concernant l'avenir des jeunes et le sien plus particulièrement. En effet, diriger ce syndicat, c'était jusque récemment s'offrir la possibilité d'une brillante carrière d’apparatchik au PS. Seulement, vu le triste état de ce parti, il devient de plus en plus problématique d'espérer en obtenir un fromage. Mais bon, la verbeuse présidente en avait surtout contre la sélection dans le supérieur. Comment ne pas lui donner raison ? Est-il acceptable qu'un analphabète se voit refuser l'accès à des études littéraires ? Au nom de quoi refuserait-on d'admettre en faculté des sciences un nul en mathématiques ? Ce serait bafouer le droit imprescriptible qu'a tout jeune d'aller se vautrer pitoyablement dans un domaine pour lequel il n'a pas plus de dons que de goût !

Ensuite, si toute sélection est inadmissible pourquoi continuerait-on à lier l'obtention d'un quelconque diplôme à l'acquisition par l'impétrant d'un niveau de compétence ? Pour bien faire, ne faudrait-il pas inscrire chacun dans la filière de son choix puis lui garantir l'obtention d'un diplôme à son goût ? Voilà qui serait juste !

Seulement, une fois leurs études terminées, nos chers jeunes se trouveraient face à l'épreuve extrêmement sélective que constitue l'obtention d'un emploi. En effet, il est de coutume de ne retenir pour un poste qu'une seule personne quel que soit le nombre de candidats. C'est d'une cruelle injustice mais on ne voit guère d'autres solutions.

Et s'il n'y avait que l'emploi ! Mais en matière de sport, ne parle-t-on pas de sélection, qu'elle soit nationale ou autre ? Et même dans des domaines plus intimes, comme celui du choix d'un partenaire sexuel, ne voit-on pas la plupart des personnes se montrer plutôt sélectives sur la base d'une combinaison de critères tels que l'attrait physique, l'esprit, la fortune, la religion, les opinions politiques, etc.? Même pour une simple amitié, on sélectionne...

Curieusement, notre belle jeunesse ne semble pas être choquée par les sélections qui s'opèrent dans tant de domaines. C'est un peu comme avec les injustices : on ne s'indigne que de celles auxquelles on pense pouvoir remédier...

dimanche 7 janvier 2018

Les Bonheurs d'Alfred

Dans sa grande sagesse et afin d'alléger la tristesse qu'engendre en ce début d'année la prise de conscience de plus en plus évidente que l'élection de M. Macron à la magistrature suprême n'est pas un poisson de mai monté par des media facétieux mais bel et bien une réalité, France 3 nous a fait le cadeau, toute la semaine durant de diffuser, en début d'après-midi, des films de Sir Alfred Hitchcock. Alors que pluie et vent s'efforçaient de nous offrir un temps en harmonie avec l'horreur macronique, qu'il me fut doux, mollement allongé, de savourer les œuvres de ce grand cinéaste !

Vous prenez une intrigue rocambolesque, vous y incorporez force rebondissements improbables et qu'obtenez-vous, normalement ? Une merde infâme ! Sauf si vous avez du génie. Et il en avait le père Alfred ! Car pour faire de La Main au collet ou de Le crime était presque parfait des chefs-d’œuvre, il faut être quelqu'un. Pour nous faire oublier l'absurdité de certaines situations, il faut un magicien. Renouveler sans cesse le thème récurrent de l'innocent en voie d'être châtié, demande imagination et ténacité. Mêler mélodrame, tragédie et humour sans basculer dans le grotesque exige un funambule. Il avait et était tout ça le vieil Hitchcok. Et puis il savait bien s'entourer.

L'élégance de ses acteurs et actrices est frappante. Une élégance d'un autre temps. Grace Kelly dans sa robe bleue (La Main au collet ), laisse l'impression qu'en devenant princesse elle a renoncé à être déesse. Et d'Eva Marie Saint n'a-t-il pas su sublimer la grâce et la beauté ? Que dire de l'élégance à la fois impeccable et détendue d'un Cary Grant ou d'un Ray Milland ? A les voir on a, par contraste, l'impression d'être tombé bien bas.

Moi qui, sauf rares exceptions, me refuse à regarder les images qui bougent venues d'Outre-Atlantique, je parviens à pardonner à Sir Alfred d'avoir traversé l'océan car, mis au service d'un génie venu d'Europe, les moyens financiers américains ont permis des prouesses. Reste à savoir si aujourd'hui l'Europe est en mesure de fournir des talents exploitables par l'industrie Yankee, laquelle n'a généralement pour but que de décerveler pour mieux vendre.

mercredi 3 janvier 2018

Bilan prospectif 2018

En début d'année, on se contente généralement d'envoyer ses vœux. M. Macron, en garçon bien élevé qu'il est n'a pas manqué de sacrifier à cette aimable coutume mais, poussé par sa jovialité naturelle il les a assortis d'un train de menues plaisanteries propres à égayer les Français. Je n'en ferai pas une liste exhaustive et me contenterai d'envisager celles qui me touchent particulièrement.

D'abord il y a cette hausse du taux de CSG de 1,7 %. Sur un an, elle me contera environ 323 €. Une paille ! Aussi ennuyeuse est la hausse prévue en mars des cigarettes à raison de 1,10 € du paquet. En admettant que sur les 300 jours restants je me contente de ne fumer qu'un paquet par jour (ce qui n'est, hélas, pas souvent le cas, voici mon budget amputé de 330 € supplémentaires. Ensuite, le gazole va connaître une hausse de 7,6 centimes par litre. Une misère ! Pourtant, parcourant 17 000 km par ans, à raison de 8 litres aux cent, cette bénigne mesure me coûtera tout de même 103 €. Ainsi, sans tenir compte des multiples autres augmentations (coût de la vie, mutuelle, timbres, etc.)je vais payer un supplément de taxes de 756 €. Ce qui, si pour obtenir de ma part la même contribution, notre bon gouvernement avait utilisé le seul impôt sur le revenu, aurait équivalu à une hausse de 168 %. Présenté comme ça, ça aurait eu du mal à passer ! Il est vrai que si je ne fumais pas, cette hausse n'aurait été que de 94 %  !

Mais, me direz vous, vous pleurez la bouche pleine ! De plus, vous êtes malhonnête car votre taxe d'habitation devrait se trouver amputée de 30 %, imaginez l'économie ! Plutôt que l'imaginer, je l'ai chiffrée. J'ai ainsi appris que ladite réduction ne concernerait pas ma résidence secondaire. De plus, vivant par choix dans des communes rurales peu dépensières, cette fameuse réduction, en supposant qu'elle ait bien lieu, ne se montera dans mon cas qu'à la faramineuse somme de 61,20 € ! Ça ne compense pas vraiment.

Ainsi, comme pour beaucoup de Français, l'ère Macron est pour moi placée sous le signe de la tonte. Mais une tonte en douceur, de celle qu'on ne sent pas trop. Car la plupart de nos concitoyens comptent peu ou mal. Oh, les retraités vont bien voir que leurs revenus ont baissé mais se lanceront-ils pour autant dans mes calculs d'apothicaire ? Les carburants vont augmenter mais n'est-ce pas à ce prix qu'on sauvera la planète ? Quant au tabac, les non fumeurs diront que ce n'est que justice et ils auront d'autant plus raison que les milliards ponctionnés sur les fumeurs sont autant qu'ils n'ont pas à payer. Les accros à la nicotine ne moufteront pas plus : des campagnes savamment orchestrées font qu'ils rêvent tous d'arrêter et qu'ils se sentent coupables de ne pas le faire. A partir de ce moment, il est normal qu'on les punisse !

Avec M. Macron, on allait voir ce qu'on allait voir ! Je suis d'accord : je vois ce que je vois ! Mon pouvoir d'achat va être réduit de 3,4 % (une fois déduite la réduction de la Taxe d'habitation). Et ce n'est qu'un début... Notre bon président nous encouragea à réfléchir chaque matin à ce qu'on pourrait faire pour la France. Moi je sais : je peux casquer ! Et encore si c'était pour le bien du pays...

Le général de Gaulle avait eu à l'égard des Français des mots flatteurs : ils auraient été des veaux. C'était oublier que quand on emmène un veau à l’abattoir, il se débat et braille tout ce qu'il sait. Le Français, lui, s'y rend tout seul, avec le sourire et trouve le boucher plutôt sympathique.

mardi 2 janvier 2018

Incipit (s)

Bien des auteurs ont du mal à trouver la (ou les) première(s) phrase(s) de leur œuvre. Un excellent exemple en est donné, si ma pauvre mémoire ne me trahit pas, Par M. Camus dans un de ses hilarants romans intitulé La Peste (ou était-ce Le Choléra?). Eh bien figurez vous que j'ai le problème inverse. Si je ne rencontre aucune difficulté à trouver un titre et un incipit susceptibles de capter l'attention du lecteur le plus réticent, je ne trouve ensuite plus rien à dire. C'est pourquoi la Bibliothèque de la Pléiade me boude. L'âge venant, je me suis résigné à ne jamais parvenir à mener à bonne fin la rédaction du moindre roman ou d'une quelconque nouvelle. Cependant, vue leur qualité, je m'en voudrais de disparaître sans avoir publié quelques unes de ces phrases. Je le fais donc aujourd'hui. Peut-être qu'un de mes lecteurs, pourvu d'un souffle épique supérieur au mien, saura leur donner une suite digne d'elles...

Du quai d'une gare de Châteauroux dont la façade brillait de mille feux en cette période de Noël Sébastien Choumard, portant une valise en peau de porc fatiguée par les voyages, monta dans le wagon numéro quatre de l'express Paris-Limoges. (Retour à Limoges)

Une Juvaquatre noire dont les portières avant portaient, peinte à la hâte en blanc, une croix de Lorraine s'arrêta dans un crissement de freins suraigu devant le domicile du chef local de la Milice. Trois hommes en bondirent, mitraillette au poing. (Libérer Limoges)

En cette année 1897, la rue de La Roussette, était encore de celles où les hommes se rendaient seuls la nuit venue, non sans jeter alentour force regards furtifs de crainte qu'on ne les y surprît. Quelques lanternes rouges dissipaient les derniers doutes qu'aurait eu un étranger à la ville quant aux activités qui s'y pratiquaient. (Dans les rues chaudes de Limoges)

« Alors comme ça, petit saligaud, tu couches avec ma nièce ? » Léonce Traverteau tenta de se faire tout petit dans le fauteuil que lui avait prié d'occuper, une minute auparavant, d'un air faussement bonhomme, le père Chartier dont la physionomie avait soudain pris une apparence bien moins amène. (L'oncle de Limoges)

Longtemps, je me suis levé de bonne heure. Parfois, à peine mes yeux ouverts, j'allumais ma bougie si vite que je n'avais pas le temps de me dire : « Je me réveille. » (Matins limougeauds)

Certaines femmes réfléchissent longuement avant d'oser pousser la porte d'une boulangerie. « Achèterai-je une baguette ? Un pain de deux ? Un bâtard ? », ces questions les paralysent. Babette savait ce qu'elle voulait et d'une voix musicale mais ferme, elle commanda deux croissants. (Viennoiseries de Limoges)

« Mais que ferais-tu à Limoges, bougre d'âne ? Tu crois qu'on y manque de traîne-savates dans ton genre ? Non, crois-moi, reste à Romorantin ! Là est ta vie ! » Ces paroles de son père le hantaient. En fait, elles avaient constitué un puissant frein à ses ambitions. Alors que la dépouille de cet homme bourru venait d'être descendue en sa dernière demeure et qu'il jetait la première pelleté de terre sur son cercueil il réalisa que la mort de cet être cher était pour lui synonyme du début d'une vie nouvelle. (L'appel de Limoges)

Certains auront remarqué que bien des titres font allusion à la ville de Limoges. Il ne s'agit aucunement d'un hasard mais du désir délibéré d'encrer mon œuvre dans un terroir et ceci parce que l'enracinement local est un moyen d'atteindre l'universel comme l'ont montré Pagnol, Faulkner et bien d'autres. Vu qu'à ma connaissance peu de romans majeurs avaient pour cadre Limoges, j'avais décidé d'en faire mon comté de Yoknapatawpha. Si d'éventuels continuateurs lui préféraient une autre ville ou une autre région, je ne leur en tiendrais pas grief.

lundi 1 janvier 2018

Ah les salauds !

Quand je pense aux salopards qui déforestent à tout va que ce soit en Afrique, en Asie, en Amérique, comme tous les bons occidentaux, ça me fout les boules ! Est-ce qu'on déforeste, nous ? Non, Môssieur, on ne déforeste pas. Nous sommes des gens biens, nous. Bien sûr, on a déforesté à tour de bras mais c'était il y a longtemps, il y a prescription. Mille ans qu'on s'est mis à essarter comme des fous, ça a pris du temps mais on est parvenu à récupérer, au Moyen Age Central, les terres que cultivait l'Antiquité. Et puis on avait une excuse : la population était en expansion. Plus de bouches à nourrir, ça demande plus de terre arable et plus de terre arable ça permet de nourrir davantage de bouches. Cycle infernal s'il en est ! Heureusement que de temps à autre une mauvaise saison provoquait de salutaires famines. Sans compter les épidémies dont la formidable Peste qui au milieu du XIVe siècle vint débarrasser L'Europe de 40% des canailles qui encombraient son sol. Et puis il y avait cette merveilleuse absence de médecine efficace qui faisait qu'on pouvait faire plus d'enfants qu'un curé n'en saurait bénir, il en mourait tant que c'était sans trop de conséquences.De plus, les gens avaient le bon goût de mourir jeunes. Et cela qu'on soit roi ou serf. Évidemment, la médecine moderne (celle qui, au contraire de la bonne médecine traditionnelle, a tendance à guérir les malades) est venue foutre le bazar dans ce merveilleux équilibre. Mais, malins comme des singes, les Européens ont remarqué qu'ils perdaient moins d'enfants. Du coup, ils en ont fait moins. Ça s'appelle la transition démographique.

Ce qui se passe sur les autres continents est différent. Parce que figurez vous que la rencontre entre l'Occident et le Tiers-Monde a foutu la pagaille. Les Occidentaux sont de bien tristes personnages. Non seulement ils ont exploité leurs frères exotiques mais, comble de méchanceté, il leur ont imposé leur médecine. En plus, quand une famine y sévit, arrivent avions et bateaux chargés jusqu'à la gueule de vivres. Du coup, la population explose littéralement car cela s'est produit très vite, pas petit à petit comme chez nous et la transition démographique s'y fait attendre. Au début des années 70, quand j'étais au Sénégal, on y comptait 4 millions 300 mille habitants. 45 ans plus tard, les voici rendus à 15,4 millions. Si on avait fait pareil, on serait 192 millions en Doulce France. On commencerait à se marcher sur les pieds comme de vulgaires Néerlandais... Vous me direz qu'au Sénégal, la forêt c'est réduit. Mais beaucoup de pays connaissent une démographie comparable. Ne serait-ce que pour faire la soupe, ça demande du bois. Et puis pour nourrir tout ce petit monde, il faut des sous, alors en plus de l'essartage en vue de culture vivrières, on défriche pour cultiver des produits exportables afin d'acheter vivres et autres commodités. En conséquence, tout plein de braves animaux sauvages voient leur terrain de jeux se réduire au point qu'ils n'ont plus le cœur à jouer et meurent de langueur. Nous, en Europe, on n'a pas ce problème : il y a bien longtemps que les bêtes sauvages, on les a liquidées. On tente bien d'en réintroduire un peu mais l'enthousiasme est faible.

Pour bien faire il aurait fallu que nous laissions épidémies et famines jouer leur rôle régulateur, mais non, au risque de nuire aux forêts et aux animaux qui les hantent, on s'y est opposé en envoyant médecins et nourriture. Un peu comme l'apprenti sorcier dépassé par les conséquences de sa magie, nous voici réduits à les déplorer. Et qui paie les pots cassés ? Les malheureux orangs-outangs, les pauvres tigres, les tristes éléphants, les jolis perroquets amazoniens et tout plein de fascinantes bestioles. Voilà ce qui arrive quand l'action brouillonne prend le pas sur la sereine réflexion.

NB : Cette année point besoin de bons vœux vu que grâce à M. Macron toutes nos attentes seront satisfaites.

jeudi 28 décembre 2017

Lendemains de fêtes : Les bons conseils de Tonton Jacquot

Comme tout bon Français, les fêtes sont pour vous l'occasion de vous taper la cloche, parfois avec excès. Et la rançon de ces innocentes joies se chiffre sur la balance. Vous constatez avec horreur qu'à vos kilos en trop sont venus s'en ajouter de nouveaux. Que faire ? Les media, publics ou privés, dès le lendemain s'empressent de vous indiquer des remèdes du genre faire du sport ou ne manger qu'une soupe aux p'tits légumes, voire, pour les plus audacieux, conjuguer les deux. J'ten foutrai moi, du sports et des p'tits légumes. Et quoi encore ?

Personnellement, je viens d'expérimenter une méthode infaillible permettant aux soucieux de leur poids de résoudre rapidement leur problème sans sortir courir dans le frimas ni se ruiner en coûteux p'tits légumes. Ma méthode se pratique à la maison et permet même de faire des économies alimentaires. Elle a un nom un peu barbare et ne va pas sans quelques menus désagréments passagers : il s'agit de la gastro-entérite.

Cette maladie, qui ne saurait être mortelle pour les gens en bonne santé, a pour effet de vous débarrasser du surplus de nourriture et de liquide que vous aviez absorbé et cela de la manière la plus naturelle qui soit. Vous commencez par vous sentir un peu barbouillé et vous rendez bien souvent aux toilettes. Puis, le barbouillage passé ,surviennent de légères nausées qui vous ôtent toute envie de manger ou de boire quoi que ce soit (économies!). Vous sentant de moins en moins dans votre assiette et trouvant la station debout pénible, vous prenez la sage décision de vous coucher. C'est là que commencent vraiment les réjouissances: lorsque l'appel des toilettes se fait pressant vous vous y ruez et le changement de position provoque alors une tout aussi pressante envie de régurgiter. Au bout de quelques heures, votre système digestif est totalement évacué, pourtant persistent les impératives invitations à éliminer. Ça entraîne de violentes douleurs stomacales et intestinales ainsi que des maux de tête, mais comme dit la sagesse des nations, « on n'a rien sans rien ». Au bout de vingt-quatre à quarante-huit heures, ces déplaisirs disparaissent comme ils étaient venus. Vous retrouvez votre appétit et la vie reprend son cours. Seulement, avant de retourner vous empiffrer, faites un crochet par la balance : vous constaterez que non seulement les kilos superflus ont disparu mais qu'ils en ont entraîné un ou deux autres dans leur fuite !

Vous vous demandez certainement comment j'ai pu programmer cette réussite. Je vous répondrai n'en rien savoir. Aurais-je été contaminé par quelqu'un d'atteint ? Aurais-je mangé une huître infectée ? Les méthodes pour contracter la maladie sont multiples. Quelle que soit la manière que vous choisirez, n'oubliez pas que la période d'incubation est de 1 à trois jours. Une contamination trop hâtive risquerait donc de perturber voire d'annuler vos ripailles. Le mieux serait donc que vous attendiez la veille au soir de Noël pour l'opérer. Si l'on compte 3 jours d'incubation et 2 jours de troubles, vous serez dans les clous pour une nouvelle contamination la veille de la Saint-Sylvestre...

DERNIÈRE MINUTE :  Une soudaine rechute m'oblige à déconseiller cette méthode d'élimination du surpoids acquis durant les fêtes car tout bien pesé les désagréments l'emportent sur les avantages. Je prie ceux qui auraient suivi mes conseils de m'excuser et, du fond de mon lit de souffrances, je leur souhaite bon courage.

dimanche 24 décembre 2017