..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

mercredi 21 octobre 2020

Ras-le-bol !

 

On aura tout vu ! On attaque la république dans tout ce qu’elle a de plus sacré à savoir ses forces de l’ordre, ses enseignants, ses personnels hospitaliers, ses promeneuses de chiens, ses églises*, ses Juifs, ses passants  ! C’est tout bonnement inacceptable ! Il faut rendre hommage, défiler, allumer des bougies, lâcher des ballons, déposer bouquets, poèmes et, éventuellement nounours sur les lieux du drame, se déclarer outré, s’écrier « plus jamais ça ! », pleurer, gémir, sortir la grosse artillerie en somme ! On me dira que tout ça est trop violent, que rien ne justifie un tel déploiement de force. Il n’en est rien : la violence de l’attaque justifie celle de la riposte selon la bonne vieille loi du talion : un assassinat : un défilé, un massacre : des discours indignés, des pleurs, des gémissements, des envols de ballons, des fleurs, des bougies et des nounours. Cette loi est dure, mais c’est la loi.


Ceux qui ne saisiraient pas l’amère ironie du paragraphe précédent sont priés de cesser ici leur lecture car ce n’est pas à eux que je m’adresse.


Je n’en peux plus d’entendre ces jérémiades aussi vite oubliées que geintes ! L’affaire du prof décapité, pour moi, ne fait que s’inscrire dans le droit fil de tout ce qui l’a précédé dans le domaine de l’activité terroriste passée. Le modus operandi et son côté grand-guignolesque est certes propre à choquer les belles (et même moins belles) âmes et mène les pompiers-pyromanes qui passent leur temps à attiser le feu verser des larmes crocodiliennes sur le triste sort des victimes de l’incendie qu’ils aident à propager. Pour ce qui me concerne, si on me donnait le choix entre être égorgé, décapité, écrabouillé par un « camion fou », poignardé, ou fauché par une rafale de kalachnikov, j’aurais du mal à me prononcer. J’irai même jusqu’à dire que ce choix ne me convient aucunement et qu’à tout prendre je préférerais mourir de ma (plus ou moins) belle mort.


La sensiblerie qui ne mène qu’à des jérémiades et des gesticulations m’insupporte plus qu’elle ne m’émeut. La dérive islamiste d’une partie de la population musulmane qui vit sur notre territoire n’est qu’une des multiples menaces que subit la France**. Est-ce une raison pour qu’on tolère qu’elle vienne s’ajouter aux menaces internes que constituent les idéologies mortifères cultivées en son sein ? Ma réponse est : NON !


Les solutions sont pourtant simples. Tout est question d’assimilation. Une minorité ethnique ou religieuse a deux choix : soit rester dans l’entre-soi et ne pas faire de vagues, soit se diluer et finalement se dissoudre dans la population générale. Mais pour cela, il faut que son nombre soit soit restreint, soit facilement assimilable car de mœurs globalement semblables. Sans ces deux critères, il y a problème. L’Islam, en France, ne répond à aucun de ces deux critères.


Il faut, pour résoudre ce problème des mesures évidentes : Fin de l’immigration musulmane, suppression du droit du sol et du regroupement familial, expulsion des sans papiers, rétablissement de la « double peine », fermeture des mosquées islamistes, expulsion des imams radicaux, voter la déchéance de nationalité, etc. On me dira mais c’est compliqué, c’est même pas possible, il y a l’État de droit, l’Europe, les droits de l’homme, l’humanisme, les accords internationaux et tout le saint frusquin ! Si on écoute les belles âmes, il ne nous reste plus qu’à attendre le moins inconfortablement possible l’inéluctable islamisation de notre pays ou du moins de ce qu’en auront laissé les délires gaucho-destructeurs.

* Les églises, ça peut aller.

** Je parle de France car la république n’est qu’un système politique relativement récent (bien moins de 2 siècles en comptant les nombreuses éclipses de ce régime basé sur une atroce boucherie) alors que la France, c’est plus de 15 siècles.

30 commentaires:

  1. Et chanter "Imagine" de Lennon...ça c'est du brutal!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Permettez que je vous le dise : là, vous allez trop loin !

      Supprimer
  2. Les solutions sont simples, les mesures à prendre sont évidentes, dites-vous. Pourtant on ne prendra aucune de vos mesures parce que cette République que vous répugnez à nommer - et je vous comprends - est soumise aux bouchers qui persécutent le peuple français.
    Vous noterez que chez nous - contrairement à ce qui se passe ailleurs - pas un politique de quelque niveau que ce soit, n'est mort sous les coups de terroristes depuis des lustres !

    RépondreSupprimer
  3. Les solutions sont pourtant simples. Tout est question d’assimilation.

    C'est oublier à quel point c'est mulet un musulman...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en doute pas mais c'est sur nous et non sur eux qu'il faut compter.

      Supprimer
  4. Sinon pour les propositions je suis d'accord à 100%.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouarf ! Parce que c'est à vous qu'ils vont demander si vous êtes d'accord ou pas ?

      Supprimer
    2. Tous les gens ayant un peu de jugeotte ne peuvent qu'y adhérer, malheureusement, la jugeotte se fait rare.

      Supprimer
    3. @Mildred

      Tous les cinq ans ils me le demandent.
      Mais je suis très peu écouté il est vrai...

      Supprimer
    4. Ah bon ! Vous avez vraiment l'impression qu'on vous demande quelque chose tous les cinq ans ? Moi pas !

      Supprimer
  5. Solutions simples du "coopérant".....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exceptionnellement, je publie un commentaire de l'inepte leon, juste pour que vous constatiez à quel point ma censure vous épargne des idioties. Le jour où il nous exposera des solutions complexes et un tant soit peu rationnelles, je vous les livrerai. Je crains que ce ne soit pas demain la veille.

      Supprimer
    2. Il a combien de pseudos leon ?...

      Supprimer
    3. Pour tout vous dire, Fredi, non seulement je n'en sais rien mais je m'en fous.

      Supprimer
  6. Ma minute complotiste, (dans le désordre et non exhaustif):
    1/Quand un Président zébulonien martèle avec vigueur et détermination que le métissage est l'objectif à atteindre d'une façon ou d'une autre
    2/quand on fait entrer des étrangers par millions sans demander l'avis des peuples
    3/quand ces étrangers sont majoritairement des jeunes testoteronisés à youporn avec une certaine image de la femme occidentale
    4/quand certaines femmes occidentales les attendent avec des pancartes indiquant "My pussy is waiting you"
    5/Quand la justice fait preuve à leur égard d'un pardon permanent et d'une sévérité sans faille à l'encontre des opposants à leur venue
    6/Quand leur dénombrement au fil des décennies reste inchangé
    7/Quand des milliers, dizaine de milliers(?) (ONG, Associations, fonctionnaires...) vivent de cette immigration et vantent la chance que nous avons de les recevoir
    8/ quand des pactes visant à faciliter encore l'invasion sont mis en place (toujours sans l'accord des peuples),
    on peut penser que l'humanisme avancé pour justifier leur accueil est une magnifique fausse barbe, comme celle du Père Noël, car beaucoup y croient encore.
    Au fait, Le Page, pourquoi?: destruction des vieilles nations. C'est en cours, La France (on ne prononce plus son nom) est devenue une banale et vague république, encore un peu et ce sera une position GPS.
    "That's the end" chantaient The Doors.

    Le Page

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois, ou plutôt j'espère, que, si comme on peut s'y attendre les gouvernements ne font rien, le peuple finira par se réveiller. Sinon, The Doors auront eu raison.

      Supprimer
    2. En tant que fan des Doors, je m'insurge, et pas tout seul! Avec Véhémence (mon copain): "This is the end!" chantait le Lizard King !

      Supprimer
  7. Leon s'est peut être inspiré de H.L.Mencken:
    "A tout problème complexe il existe une solution claire, simple et fausse."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi irait-il s'inspirer du "Sage de Baltimore quand il peut puiser à loisir dans les infinies ressources que lui offre son esprit ?

      A l'aphorisme de Menken, je préfère le proverbe Shadok : "Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?" Il me semble que ce dernier est devenu le credo de nos gouvernements depuis des décennies.

      Souligner la complexité d'un problème quelconque est la technique de nos chers gauchos utilisent afin de refuser toute tentative de résolution et de le laisser grandir. On ne les résout qu'à la manière dont Alexandre résolut celui du noeud gordien.

      Supprimer
    2. Les informations en provenance du lointain Sin Kiang laissent penser qu'en matière de lutte contre l'islamisme les Chinois auraient pris sur nous quelques longueurs d'avance.
      Il est vrai que leur conception des Droits de l'Homme diffère un peu de la nôtre...
      Blaise

      Supprimer
    3. @Blaisedemontluc : Les chinois sont d'une efficacité rare, que ce soit dans la lutte contre le Covid, l'islamisme ou la préparation du canard laqué.

      Supprimer
  8. C'est peut être "ras du sol" vu le sujet, mais êtes vous sûr que le participe passé de geindre existe au féminin ? "ces jérémiades aussi vite oubliées que geintes"... Ce "geintes"me chagrine...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pout tout vous dire, il me gêne un peu aux entournures mais, selon le dictionnaire du Parisien, cette forme de féminin pluriel existerait.

      Supprimer
  9. J'ai bien apprécié votre article pour deux raisons :
    Il est très bien écrit, vrai, clair et concret.
    Grace à vous, je me sens moins seul.

    RépondreSupprimer
  10. Nous disparaîtrons sûrs de notre bon droit!
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
  11. quelqu'un a-t-il remarqué que le 25 octobre était l'anniversaire de la bataille de Poitiers (732) ?

    RépondreSupprimer
  12. Du grand, du très grand Jacques Étienne.
    Merci mille fois Jacques pour vos écrits.
    Continuez à nous abreuver de saines lectures.

    L’avenir n‘est pas serein…

    Mauricette

    RépondreSupprimer

Les gentilles dames en blanc ayant de nouveau permis à certaine personne d'accéder à un appareil connecté à l'Internet, je me vois au regret d'activer la modération des commentaires, lassé que je suis de passer mon temps à supprimer ses inepties.Désolé pour mes fidèles commentateurs.