..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

mardi 5 juillet 2022

Des maux qui répandent la terreur.

La mode est aux maladies. En dehors du Covid, ce sphinx renaissant perpétuellement de ses cendres, nous avons vu récemment en émerger une nouvelle : la variole du singe. Cette dernière se montre un peu décevante d’un point de vue purement catastrophiste : elle est relativement bénigne et guérit spontanément, ses symptômes disparaissant en deux ou trois semaines. Cette maladie n’est nouvelle qu’en Europe et en Amérique alors qu’elle est endémique en Afrique de l’Ouest et Centrale. Ce qui est assez logique, vu que des contacts avec les simiens y sont plus probables qu’au Groenland, charmante région où une contamination à la diphtérie du phoque serait plus envisageable.

Fatale ou pas, l’apparition d’une nouvelle maladie ne manque jamais totalement d’intérêt au niveau médiatique. Elle permet de renforcer ce sentiment d’angoisse que nos contemporains adorent éprouver. Le passage d’une maladie d’une espèce à une autre est toujours inquiétante. Bien que le nombre de contaminés humains ait été réduit, la maladie de la vache folle provoqua une belle panique en Grand-Bretagne puis en Europe au début des années 90 du siècle dernier. Me trouvant en Angleterre à l’époque, je pus grâce à l’effondrement des cours m’y goinfrer de steaks dont j’étais alors très friand. Comme quoi les pires choses ont leur bon côté, du moins pour certains.

Le problème est que le nombre de maladies dont souffrent les animaux est infini et que l’on peut concevoir que, suite à des mutations, celles-ci finissent par se transmettre aux humains. Rien ne nous dit qu’un jour nous ne souffrirons pas de la fièvre aphteuse, de la tremblante du mouton, voire de la castapiane fulgurante du hérisson ou de la colique verte du serin. Et si ça ne s’arrêtait pas là ? Si les maladies des végétaux mutaient au point que des épidémies de mildiou, d’oïdium ou de cloque viennent décimer notre espèce ?

Ces lugubres interrogations me sont venus suite au constat que la peau des premières pommes-de-terre que j’ai récoltées au jardin présentait des taches peu ragoutantes comme celle-ci :


Une rapide recherche m’indiqua la source de ce désagrément : elles étaient atteintes de la gale de la pomme de terre, maladie due à la présence de bactéries dans le sol. Dieu merci, cette affection est superficielle et ne rend pas les tubercules impropres à la consommation. Il suffit de les éplucher pour éliminer les toxines contenues dans la peau, lesquelles, en grande quantité, pourraient se montrer nocives. Je fus donc rassuré. Cette « gale » n’a rien à voir avec son homologue humain et ne saurait donc l’affecter. Ce qui est rassurant pour les belles dames et les beaux messieurs qui dans le cas contraire se verraient contraints à se faire écorcher pour rester consommables. Et ce serait bien triste.



13 commentaires:

  1. Votre prémonition sur la colique verte du serin est tout à fait exacte. J'en suis victime depuis ce matin et j'ai cru que la raison en était mes trop fortes libations d'hier soir. Grâce à vous, je suis sûr maintenant que le fautif est le serin de la voisine, ce pelé, ce galeux d'où vient tout mon mal.
    Vous avez un avenir devant vous en tant que médecin de télévision et vous pourriez fort utilement les remplacer pour qu'ils reprennent leur place dans les hôpitaux où, parait-il, ils manquent cruellement.

    la Dive

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Appelez -les "télétoubibs" du nom dont Hashtable les a affublés, car ils ne méritent pas le beau nom que vous leur donnez et que, pour ma part, je ne prononce plus !

      Supprimer
    2. "ce pelé, ce galeux" ... Bravo pour le renvoi (discret) au titre de l'article

      Supprimer
    3. @ La Dive : Vous avez raison : moi à la télé et les médecins à l'hôpital et les vaches seront bien gardées.

      Supprimer
  2. Si je regarde mes bras, leur peau ressemble à s'y méprendre à celle de votre pomme de terre, vous croyez que je devrais m'en alarmer ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mildred...
      Vous vous êtes éternellement une pomme de terre primeur !
      Votre esprit vous garantit une éternelle jeunesse !

      Supprimer
    2. Rassurez vous chère Mildred : je plussoie Fredi !

      Supprimer
  3. Elle a la variole du singe votre patate !!!

    RépondreSupprimer
  4. Tiens... Je suis devenu anonyme chez JE maintenant ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un peu normal pour un mort-vivant ....

      La Dive

      Supprimer
    2. On ne peut que vous donner raison, La Dive : tant que Fredi n'aura pas récupéré son statut de vivant, son anonymat s'impose.

      Supprimer
  5. Anonyme de 16h40 en ce qui me concerne...

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.